J'ai pris une année de césure — Témoignage

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Miss Lu, le 17 novembre 2015.

  1. Miss Lu

    Miss Lu
    Expand Collapse
    Des moutons et des nuages, du chocolat et des pandas.

  2. Fifi Brindacier

    Fifi Brindacier
    Expand Collapse

    Je venais dire que j'aimais bien quand vous vous creusez la tête pour les bannières du site <3 (moonrise kingdom pour une césure LOL et puis moonrise kingdom tout court en fait :jv:)
    Et puis ensuite j'ai vu que la première image de l'article était la même que celui des témoignages d'erasmus XDXD

    Du coup, j'hésite. Fausse joie :yawn:
     
  3. Hey June

    Hey June
    Expand Collapse

    Merci pour cet article @Miss Lu ! :jv: je suis dans la même situation en ce moment, en 3A en Finlande à me demander quel master je vais bien pouvoir choisir une fois de retour à Sciences Po Lille... et j'aurais tellement aimé être en France pour tenter ma chance pour le stage de secrétaire de rédaction chez Mad :crying:
     
  4. Yoleney

    Yoleney
    Expand Collapse

    Salut salut, j'ai actuellement 16 ans et j'envisage sérieusement une carrière de journaliste et un cursus, surtout le master, à Sciences Po (Paris si possible). Parce que, bah, c'est un peu la voie royale :3.

    Ton témoignage @Miss Lu me fait un peu la douche froide ^^ . Je m'étais un peu renseignée et les matières avaient l'air pas mal axées pratique, en tout cas plus qu'un autre master, et puis beaucoup de stages sont proposés. Qu'en est-il réellement?
    Je m'attends bien à ce que ce ne sois pas un nuage rose, qu'il y ait de la concurrence, des gens pas forcément cool, de la pression, pas mal d'évaluations (mais pas plus qu'un autre master en fait, si?). Est-on bien suivi quand même?

    Si tu pouvais prendre le temps de répondre à mes interrogations je serais la plus heureuse du monde:puppyeyes: Si d'autres madz sont allées à Sciences Po je prend leur témoignage avec grand zizir:cheer:
     
  5. Miss Lu

    Miss Lu
    Expand Collapse
    Des moutons et des nuages, du chocolat et des pandas.

    Hey @Yoleney ! Bon : PAS DE PANIQUE ! ;)
    Je vais tenter de répondre de mon mieux à tes interrogations.

    Tout d'abord, comme c'est précisé dans l'article, je n'ai pas fait un master journalisme mais un master à PSIA : Droits de l'Homme et Action Humanitaire (originellement en anglais : Human Rights and Humanitarian Action). Je n'ai donc jamais prétendu savoir quoique ce soit sur les cours du master journalisme, encore moins s'ils sont concrets ou non ! Cependant si tu veux un avis sur la question, je connais au moins deux personnes qui peuvent te renseigner ;)

    Ensuite : je tiens à préciser, même si je ne l'ai pas développé dans l'article parce que ce n'était pas le sujet, que j'ai passé deux années merveilleuses à Sciences Po campus de Nancy. MER-VEIL-LEUSES. J'ai appris des choses mais surtout à réfléchir, appris à donner mon avis tout en respectant les informations que j'avais, appris à travailler dans l'urgence, appris que je pouvais tenir la pression même en dormant cinq heures par nuit... Je me suis trouvé des ami-e-s merveilleu-x-ses, et j'ai appris la solidarité. J'ai eu des cours excellents, d'autres complètement nuls... mais globalement ma licence s'est excellemment bien passée, malgré un niveau de stress assez élevé. J'ai surtout fini par comprendre, après quelques râlages contre la qualité des cours qui n'était pas constamment au top, que globalement le niveau des cours à Sciences Po reste plus élevé que dans la plupart des facs (en tout cas grâce à la comparaison que j'ai pu faire avec la fac en Allemagne, qui faisait pourtant partie du programme d'excellence allemand). En bref : j'ai adoré mon passage à Nancy (et en Allemagne).

    En sortant de trois ans de licence cependant, et même si c'est exactement pour cette raison que j'avais choisi Sciences Po, j'ai commencé à en avoir un peu assez des cours trop généralistes, même excellents. Je voulais du concret, je voulais être utile, je voulais commencer à travailler et à donner de ma personne. J'ai donc été assez déçue par la plupart des cours de ma première année de master, qui restaient à mon goût trop théoriques et parfois trop généralistes.

    PRECISIONS importantes : il est très possible que je n'ai tout simplement pas choisi le bon master pour moi. J'avais également pensé au master journalisme, mais finalement je ne l'ai même pas tenté car il était sélectif et que j'ai pensé n'avoir aucune chance, et également parce qu'à l'époque j'avais abandonné l'idée de devenir journaliste (le portrait qu'on m'en avait peint n'était pas très reluisant et surtout j'avais peur de ne pas me sentir assez "utile"). Aujourd'hui, j'avoue réenvisager (un peu) cette carrière. Rien n'est défini.
    Ensuite... comme mentionné très brièvement dans l'article, j'ai fait une dépression. Une réelle dépression. Il est donc très probable que cela ait participé à ne pas me permettre d'apprécier mes études de master correctement.
    Enfin... tu n'as que seize ans ! Tu as encore largement le temps de réfléchir à ton master !! Franchement à ton âge, je ne savais même pas que Sciences Po existait ! Donc... relax :d Tu décideras en temps voulu, même si c'est très cool d'avoir déjà des idées précises.

    Je voudrais également te conseiller (mais cela n'est que mon humble avis) d'envisager d'étudier sur l'un des campus en région, au moins de considérer cette option au même titre que le campus de Paris. Je suis pour ma part très heureuse de n'avoir pas commencé à Paris, pour diverses raisons. Au hasard et en vrac : les campus en région sont à taille humaine, on s'y sent moins perdu-e et on se fait des amis plus vite et plus facilement ; les cours sont de base les mêmes mais ceux en région sont focalisés sur une région particulière du monde (selon ce qui t'intéresse, tu choisis le campus) et souvent il y a des cours EN langues étrangères (au lieu d'avoir simplement des cours DE langues étrangères)... et last but not least, tu peux ainsi participer pleinement au Minicrit/Collégiades, qui sont la version campus en région du Crit des IEP, une compétition sportive et artistique. BEAUCOUP PLUS SYMPA. Voilà ^^

    Enfin, si tu as des questions sur Sciences Po plus généralement (ou même plus précisément), il y a divers groupes Facebook qui pourront t'aider ;)

    (encore une fois, tout ceci n'est que MON avis et MON expérience ! ;) )
     
    Yoleney a BigUpé ce message
  6. Anna N

    Anna N
    Expand Collapse

    C'est fou ça ! Je suis actuellement en Terminale ES et je compte aller l'année prochaine sur le campus de Nancy moi aussi (et j'ai déjà quelques idées pour mon année de césure également), en tout cas merci pour ce super témoignage ça donne envie (même si, accessoirement, je n'ai pas encore commencé mes études) :worthy:
     
  7. Invidia

    Invidia
    Expand Collapse

    Pile quand je me disais que je ne savais où j'allais avec mes études, mon boulot et mes projets... (COÏNCIDENCE? Oui, tout à fait:banana:) Avec en prime, la moitié des profs qui me disent que je ne fais les choses de la bonne manière et que je vais redoubler...

    Merci pour l'article en tout cas. Ça réconforte un peu de savoir qu'on a quand même une solution pour prendre l'air.:paillettes:
     
  8. Zoharit

    Zoharit
    Expand Collapse
    Ayant toujours l'air de tout faire par hasard. 

    @Yoleney , je suis actuellement à l'école de journalisme de Sciences Po en M1 (double diplôme avec l'école des affaires internationales de Sciences Po, PSIA), je peux donc répondre à tes questions ! Mais comme cela a été dit, tu as le temps de changer d'avis, et surtout l'offre de cours proposés à Sciences Po peut beaucoup évoluer en cinq ou six ans.

    J'ai simplement tiqué sur une chose dans l'article de @Miss Lu : "au milieu de ces étudiants surdoués et richissimes". C'est peut-être ton ressenti, mais tu donnes une assez mauvaise image de Sciences Po en disant ça. On est quand même 30% de boursiers, on n'habite pas tous à Paris intramuros, et on est loin d'être tous surdoués, sinon tout le monde serait summa cum laude ;)
     
    PeuhL et Yoleney ont BigUpé.
  9. mfox

    mfox
    Expand Collapse

    Ahhh je me retrouve tellement dans cet article! L'idée d'une année de césure ne m'est venue que récemment, et comme je viens de rentrer en dernière année de master, c'est un peu trop tard... mais depuis du coup j'essaie de comprendre ce que je veux vraiment faire, et en fait la réponse est la même que @Miss Lu , je veux faire un job dans lequel j'ai vraiment l'impression de servir à quelque chose (à ma façon, du moins). (Et je vous ai même envoyé une candidature chez madmoizelle, donc le raisonnement de l'article me parle particulièrement :taquin:)
     
  10. Miss Lu

    Miss Lu
    Expand Collapse
    Des moutons et des nuages, du chocolat et des pandas.

    @Zoharit : déjà 30% de boursiers ce n'est pas si énorme, ensuite la proportion de boursiers n'est pas la même sur tous les campus... Puis considère bien que ceux et celles qui ne sont pas boursiers sont pour la plupart bien plus riches que la moyenne dans les facs par exemple, sur le campus de Paris en particulier mais pas seulement.

    Après bien sûr, tu as raison quand tu dis que tout le monde n'habite pas Paris intramuros et que tout le monde n'est pas surdoué, mais pour avoir également côtoyé la fac, je peux te dire que le niveau à Sciences Po est bien haut (et les suma cum laude c'est intra-Sciences Po, donc ça récompense les meilleurs PARMI les gens de Sciences Po et par rapport à leur niveau général...) ;)
     
    Somebody else a BigUpé ce message
  11. Yoleney

    Yoleney
    Expand Collapse

    @Miss Lu Merci, merciiiiiii pour ta réponse (et désolée de répondre plusieurs jours plus tard).
    Je suis un peu plus éclairée, et finalement cette école me parait encore mieux qu'avant ^^ Alors en effet j'ai encore le temps de réfléchir, mais je veux explorer toutes les possibilités, me renseigner au max pour être sûre de moi le moment venu (qui en fait est assez proche...dans un an je ferai mes voeux post-bac). Oui c'est vrai je suis assez stressée par mon avenir ^^
    Je veux bien être mise en contact avec ces personnes si c'est possible :puppyeyes:
     
  12. Samilei.h

    Samilei.h
    Expand Collapse
    Détendue

    Article très intéressant ! Je me suis sentie vachement concernée... De mon côté, je me pose aussi beaucoup de questions sur mon orientation...
    Après le lycée j'ai commencé une fac d'Allemand, dans l'optique plus tard de faire une école de journalisme tout en restant dans le franco-allemand. C'était mon grand rêve ! Mais je me plaisais bien en licence d'allemand, et j'ai perdu ce rêve de vue.. J'ai continué la voix sur laquelle mon parcours me menait sans me poser de question, et là je me retrouve en Master 1 Enseignement Allemand... Et j'ai réalisé, tout d'un coup, que j'allais absolument pas dans la direction que je voulais. Ca ne me plaît pas, l'enseignement. Maintenant j'ai peur qu'il soit trop tard pour changer de voie. J'ai l'impression qu'il me serait impossible d'entrer dans une école de journalisme, étant donné que je n'ai pas du tout été préparée aux concours, et que je n'ai aucune expérience professionnelle... Je songe donc à prendre une année de césure à la fin de mon M1 pour travailler et prendre le temps de réfléchir à ce que je vais faire.. Pour l'instant je suis complètement perdue, je ne sais plus où je vais ! :confused: :tears:
     
Chargement...