Je n'arrive pas à travailler.

Sujet dans 'Blabla Général' lancé par Leviosa, le 6 mars 2016.

  1. Leviosa

    Leviosa
    Expand Collapse
    Je ne suis absolument pas une spécialiste, je prends juste plaisir à m'exprimer sur ce qui me plait

    Bonjour à tous-tes !
    Bon ben voilà, je vais aller droit au but. Je suis assez désespérée, et je commence à en avoir marre de mon cas.
    Je suis en 1èreL, et la vérité c'est que j'ai beaucoup de mal à travailler efficacement et surtout rigoureusement. En effet, je manque complètement de rigueur, je fais toujours tout au dernier moment, et à chaque fois, je culpabilise, mais à chaque fois, c'est la même chose.

    L'heure est grave. Demain, je passe le concours général de Français et je n'ai rien eu le courage de préparer... Je n'ai pas eu assez de temps, et je me retrouve à devoir m'organiser au dernier moment alors que la plupart des élèves qui passeront avec moi le concours demain le préparent depuis des mois...

    C'est tellement handicapant d'être comme ça... Je suis pleine de projets et d'ambition, j'aspire à un avenir assez prestigieux à vrai dire, mais je sais que je n'arriverai à rien si je continue comme ça. Scolairement, mes notes sont très correctes voire même parfois elles sont excellentes, mais je me dis qu'il n'en sera pas toujours ainsi et que j'en ai assez de fonctionner comme je le fais...

    Alors voilà, ce topic n'est peut-être pas original, mais j'ai besoin d'en parler, d'être soutenue, d'échanger. Je sais que je ne suis pas la seule dans ce cas-là et que d'autres se reconnaitront désespérément en moi. Comment faire ? Comment réussir à être rigoureux, à travailler effacement, à avoir une prise de conscience au bon moment ? Si vous voulez témoigner, livrer vos conseils, n'hésitez pas, faites-le. Je suis désespérée, mais je me dis qu'il n'est jamais trop tard pour creuser le fond du problème et espérer éventuellement changer... :red:

    (en attendant, je suis toujours dans la merde pour demain ! \o/ :unicorn:)

    Je vous fais à tous-tes des léchouilles sucrées! <3
    Merci d'avaaaance !
     
    Kaylie et Estafette ont BigUpé.
  2. LiGie

    LiGie
    Expand Collapse
    * You're my end and my beginning *

    Coucou !

    As-tu essayé de te faire un planning bien strict (avec des heures, les matières que tu dois réviser, les choses que tu dois faire...etc)? C'est comme ça que je fonctionnais quand j'étais étudiante. Il me fallait des objectifs précis, et que ce soit joliment présenté etc parce que je suis un poil perfectionniste.

    Quand je n'ai plus de cadre, je suis perdue et je ne fais plus rien...

    En fait, il faudrait que tu parviennes à trouver la raison qui t'empêche de travailler. Pour certains, c'est parce qu'ils ont envie de faire autre chose à la place, pour d'autres, c'est la peur de l'échec...Bref. Moi quand je procrastine à mort c'est tout simplement parce que ce que j'ai à faire me semble insurmontable et comme je ne sais pas par où commencer, je préfère ne rien faire (un peu comme l'état de mon appart en ce moment :yawn:)
     
    Annbonny, Babitty Lapina, Heran. et 2 autres ont BigUpé ce message.
  3. Leviosa

    Leviosa
    Expand Collapse
    Je ne suis absolument pas une spécialiste, je prends juste plaisir à m'exprimer sur ce qui me plait

    Bonsoir les filles ! Merci de vos réponses ;) !

    @LiGie: Alors, pour te répondre, je me fais des plannings assez régulièrement, quand j'ai trop de choses à faire... Le week-end, les vacances... Ça m'aide à structurer, j'aurais vraiment du mal si je n'en faisais pas. Mais j'avoue qu'au final je ne le respecte pas toujours ou ne fais pas toujours tout, disons que ça m'aide juste à visualiser un peu et à anticiper...!

    Quant à la raison qui m'empêche de travailler... En fait, j'ai de plus en plus l'impression que je suis juste une énorme flemmarde. Que c'est en moi, que je n'arrive pas à faire la moindre chose correctement et assidument. C'est terrible, mais plus j'évolue, plus je me remets en question à cause de ça... Alors est-ce que c'est ma faute, ou est-ce quelque chose qui fait partie intégrante de ma personnalité et contre laquelle je ne peux rien... Je ne sais pas.
    Et parfois c'est vrai, je suis comme toi: tout ce que j'ai à faire me semble tellement énorme que je ne sais pas par où commencer et du coup, bah je ne fais rien. Prendre le taureau par les cornes n'est pas toujours évident... :dunno:

    @Joad: Pour te répondre dans l'ordre, abordons d'abord le concours général.
    Je suis désolée si je t'ai donné l'impression que je participe à ce concours dans le but de gagner, car ce n'est absolument pas le cas. J'ai conscience de n'avoir aucune chance face à des élèves surentraînés de prestigieux lycées parisiens, je n'y participe pas dans une autre optique que le plaisir (et surtout surtout le fait que ce soit très valorisant dans un dossier scolaire :lalala:), surtout que (contrairement à ce que tu as l'air de penser), j'y vais tout à fait par hasard, comme toi avant, je ne subis aucune pression quant à mon lycée ou quoi que ce soit !
    Ton témoignage me soulage, certes, mais si je me disais déçue, c'était déçue de moi-même. Ce concours, travaillé sérieusement, m'aurait permis d'ingurgiter un maximum de connaissances très approfondies pour le bac, et c'est indéniablement une expérience unique...
    Et puis j'ai un peu honte de me pointer pour un concours aussi prestigieux rassemblant comme tu l'as très justement rappelé les meilleurs élèves de France en sachant que je n'ai nullement les capacités requises et que je ferai "de mon mieux" en finissant probablement parmi les moins bonnes copies... Ça craint de viser aussi haut pour ça, je trouve, et du coup, ça me fait peur! >.<


    Mais tu as raison. Je dé-stresse. Don't worry be happy, et on verra bien... C'est trop tard pour faire marche-arrière de toute façon maintenant. :red:

    Enfin, j'ai regardé un peu ce qu'était le Bullet journal, et en fait, il m'arrive déjà parfois de le faire, directement dans un agenda qu'on m'a offert... Ça rejoint un peu ce que j'ai dit tout à l'heure, c'est pratique mais je ne suis pas assez rigoureuse pour le tenir régulièrement...

    Merci beaucoup à vous, en tout cas !
     
    #3 Leviosa, 6 mars 2016
    Dernière édition: 6 mars 2016
    Kaylie a BigUpé ce message
  4. zaytoun

    zaytoun
    Expand Collapse

    Bonjour @Leviosa ! Moi aussi j'ai eu ce blocage, à différentes intensités, à différents moments de ma vie et pour différentes raisons, j'espère pouvoir te donner quelques pistes qui t'aideront.
    Déjà, ne pas travailler au lycée, si tu es satisfaite de tes notes, c'est correct, ne te flagelle pas pour cela. Pour ma part, j'avais des bonnes notes au lycée et je me contentais d'être attentive en classe. Même pour le bac, j'ai à peine révisé (j'ai surtout binge-watché south park). J'ai fait mon TPE en un week-end après avoir procrastiné toute l'année (et j'ai eu 20/20, comme quoi, on peut réussir comme ça...). Une fois que je suis arrivée à l'université, ben, je devais étudier très fort, je l'ai fait naturellement. J'ai appris à le faire sans même m'en rendre compte.
    Donc quand tu dis :
    "Je suis pleine de projets et d'ambition, j'aspire à un avenir assez prestigieux à vrai dire, mais je sais que je n'arriverai à rien si je continue comme ça. Scolairement, mes notes sont très correctes voire même parfois elles sont excellentes, mais je me dis qu'il n'en sera pas toujours ainsi et que j'en ai assez de fonctionner comme je le fais..." j'ai envie de te rassurer : il est tout à fait possible que quand tu seras dans ta filière difficile, tu t'y mettes naturellement, même si les premières semaines vont être un peu dur. Ne sous-estime pas tes capacités d'adaptation !
    Avant les épreuves du bac, je culpabilisais énormément de ne rien faire du tout et j'ai envoyé un courriel à mon bien-aimé professeur d'arts plas. For the sake of madmoizelle, je viens de le rechercher dans ma boîte de réception :
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
    Et on en avait parlé aussi en face. Il m'avait dit que parfois, si on arrive pas à travailler, c'est qu'on en a pas besoin. Et en effet, avec le recul, je dirais qu'il est tout à fait possible que je n'arrivais pas à étudier parce que j'avais l'impression de travailler "dans le vide", parce que j'avais déjà assimilé l'immense majorité de la matière au cours de l'année... sans faire grand chose. Mon problème n'était pas lié à des soucis personnels qui m'empêchaient d'étudier !
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
    Un autre conseil d'expérience : la procrastination n'est pas une tare. J'ai des bonnes notes, je réussis très bien mes études, alors c'est quoi le problème si je le fais au dernier moment ? L'important c'est d'essayer de garder (ou de trouver) un peu de contrôle sur la procrastination, pour pas se retrouver dans des situations ou tu joues ton avenir ou ta réussite de façon dangereuse. Mais si comme moi, tu travailles mieux sous pression, ne te culpabilises pas de ne pas t'y prendre à l'avance.

    Sinon, quand on doit rédiger une dissert, un mémoire ou quelque chose dans ce goût-là, et qu'on a l'angoisse de la page blanche (empirée par le writing guilt, le sentiment qu'on a quand on devrait écrire mais qu'on fait autre chose et du coup on se sent super mal), il faut essayer de commencer n'importe ou, même au milieu du 3ème paragraphe du chapitre 2, tant qu'on commence ! Les révisions, c'est un peu pareil : si tu n'arrives pas à commencer le plus important, commence par ce qui te donne le moins envie de te cacher à l'autre bout de la couette.
    Sinon, réviser avec des ami.e.s et des feutres couleurs, c'est con mais ça marche.

    Finalement, je dirais que souvent on arrive pas à s'y mettre parce que ça paraît trop difficile et qu'on sait pas par ou commencer : ne pas hésiter à demander de l'aide à ses proches, collègues, camarades de classe ou enseignants. Le plus dur, c'est toujours de commencer ... et quand tu auras un travail de 15 pages à rendre dans moins de 48h, tu commenceras. Ou tu vas peut-être échouer une fois à cause de ta procrastination trop intense, et là tu referas plus la même erreur, et c'est correct ! On a droit à l'échec pour avancer.

    Bref, finalement, je te dirai de dédramatiser la situation, tu vas t'en sortir.. ne t'en veux pas, tu n'es quand 1ère, beaucoup de lycéens travaillent finalement très peu !

    Sinon, je me suis cravachée pendant un an pour étudier au maximum pour avoir les notes pour faire une maîtrise dans une excellente université. Ça faisait genre : word - facebook - "si je suis pas prise je vais être triste" - retour sur word. Mais pour d'autres personnes, ça marche aps comme ça.

    En fait, tous ces conseils pour te dire qu'il faut te connaître, connaître ce qui t'empêche de travailler, les circonstances ou tu réussis le mieux, et trouver des solutions qui te motivent. Parfois, quand j'angoisse et je bloque, je relis un de mes travail que je sais avoir très bien réussi, je me dis "quand même, je suis capable de faire des trucs de qualité", et je m'y remets ! Se rappeler de ses réussites motive et stimule et améliore la confiance en soi.

    J'espère que tu vas t'en sortir, reviens nous donner des nouvelles de ton concours et n'hésite pas si tu veux en discuter en MP : je suis en 3ème année de licence et je fais toujours face à ce problème à chaque examen... :stare:

    Bref, des câlins si tu en veux, et plein de motivation ! :fleur::hugs:Sur ce, je retourne sur ma dissert, je suis loin d'avoir fini et il me reste 3h... aie aie aie.

    PS : JE NE RESPECTE JA-MAIS MES PLANNINGS. Ça marche pas.
    PPS : C'est aussi possible que ça ne t'intéresse pas assez. J'ai pris des cours qui m'intéressaient moins et pour commencer à étudier c'était la croix et la bannière... j'ai parressé comme jamais. Dans ce cas, essaye d'adopter une perspective sur la matière plus stimulante, plus proche de tes intérêts personnels, essaye d'en parler avec tes ami.e.s, ce genre de solution pour révéler ce qu'il y a d'intéressant dans ce qui paraît tout insipide !
     
    #4 zaytoun, 6 mars 2016
    Dernière édition: 6 mars 2016
    Spill, Wiederum, Kaylie et 2 autres ont BigUpé ce message.
  5. Leviosa

    Leviosa
    Expand Collapse
    Je ne suis absolument pas une spécialiste, je prends juste plaisir à m'exprimer sur ce qui me plait

    @Joad: Bon, j'avoue que tout témoignage me soulage à un level infini...! J'ose espérer que je ne serai pas la seule à débarquer en mode touriste demain... Je vous fais confiance, vous avez sûrement raison !

    Owh, c'est chouette si tu as pu être classée ! Mais toi au moins, tu avais révisé... Moi je pars du principe qu'il y aura tellement d'élèves auxquels je n'arrive pas à la cheville et que j'ai conscience que la probabilité de mes chances d'être classée est à peu près nulle. Mais je vais faire comme tu dis: m'éclater sur le sujet ! D'ailleurs, j'ai commencé à m'entraîner, sur le sujet de l'année 2012, et je m'amuse clairement à rédiger ça... Même si je me suis arrêtée à 700 mots parce que je n'avais pas fait de plan précis et donc je ne savais plus quoi dire, et que j'ai souvent pris mes références avec des recherches internet, j'ose espérer que je serai aussi inspirée demain pour tergiverser...! (Je ne garantis pas que ce que j'ai commencé était bien, mais j'étais quand même allée lire quelques copies gagnantes pour m'inspirer !)

    Merci encore mille fois à toi en tout cas ;) !


    @zaytoun : Première chose, merci beaucoup d'avoir pris le temps de me répondre de façon aussi construite...!
    Je te remercie chaleureusement pour ce témoignage. Néanmoins, contrairement à toi, j'en ai assez de me reposer sur mes lauriers... Ton discours, qui prône plutôt une idée de détente, me soulage, mais justement, je ne voudrais pas qu'il me conforte dans l'idée que je doive continuer comme ça, car je ne suis vraiment pas sûre que ce soit la meilleure chose à faire, et que c'est ce que je voudrais éviter, justement ! Si toi personnellement tu as réussi assez vite à t'adapter à un rythme soutenu de travail (et je pense en être capable avec un peu de volonté), peut-être que ce ne sera pas mon cas, qu'à cause de la non-rigueur de mon travail, je ne pourrai pas me destiner à l'avenir dont je rêverais, et que dans quelques années, je regretterai bien ces fichues années lycée souvent passées à ne rien faire...
    Mais tu as raison, procrastiner n'est pas une tare, et on le fait tous. Mais j'aimerais néanmoins me débarrasser au maximum de cette procrastination qui empêche d'être productif, parce qu'à la longue, elle s'avère très handicapante... :erf:

    Maintenant, c'est vrai, je suis comme toi. Parfois, en travaillant au dernier moment, j'arrive à avoir d'excellentes notes ! ...Mais parfois pas. Et parfois au détriment de ma propre santé (combien de fois me suis-je couchée aux aurores et ai-je dormi 3H pour finir un devoir ou un exposé à temps ? C'est très embêtant, surtout quand on connait mon peu de résistance...). Concernant les TPE, mon groupe s'y met aussi au dernier moment. Cool pour toi si tu as eu 20, je t'admire, car je ne suis pas sûre qu'on arrive à un tél résultat... (bon, me diras-tu, ça dépend du jury, mais je pas naturellement peu confiante)
    Et puis, apprendre au dernier moment, ça fait que sur le long terme, on ne retient généralement rien. Et je trouve ça dommage, pas toi ?

    Concernant les révisions... Commencer par ce qui est le moins chiant, je suis d'accord, mais... Encore faut-il se booster pour commencer... :neutral: + Je suis d'accord que réviser avec des ami-e-s c'est sympa haha, mais on ne peut pas toujours le faire, hélas... ^^
    Je vais essayer de me connaître mieux, oui. C'est vrai que je ne me posais pas trop ces questions jusqu'à dernièrement, mais je vais y réfléchir... Et sinon, oui, je suis une adepte du "jevaisreliredestrucsquej'aibienréussispourmemotiver" (quand j'en trouve le courage !).

    En tout cas, je te remercie de ta précieuse aide et de ton soutien, surtout d'être allée jusqu'à me partager des extraits de mails haha, ça m'a fait sourire! :top:

    Et évidemment, nul besoin de préciser que je vous donnerai de mes nouvelles très vite et que je vous raconterai un minimum.

    Je veux bien de vos câlins, ouip ! :crying: Bon courage pour ta dissertation, amie procrastinatrice...! Haha !

    Et concernant tes PS... C'est drôle, je me posais aussi la question du "est-ce que ça m'intéresse vraiment?" tout à l'heure, alors que je tentais de réviser... J'aime beaucoup la littérature, l'histoire de la littérature (et encore heureux, vu ce que j'aimerais faire à l'avenir...), mais encore une fois, je me remets en question... Je crois qu'il me faudrait plusieurs jours de calme et de tranquillité pour pouvoir apprendre tranquillement, la tête vidée de tout autre flot de pensée... Et un instant pareil me semble assez délicat à trouver, surtout que je suis une désorganisée dans l'âme, et cela me peine suffisamment... :caca:
     
    #5 Leviosa, 6 mars 2016
    Dernière édition: 6 mars 2016
  6. Salpêtre

    Salpêtre
    Expand Collapse
    Je fus un temps Mizuti

    @Leviosa Je n'ai pas trop de pistes à donner, ou elles l'ont déjà été, mais je suis comme toi. Là où ce n'est pas rassurant, c'est qu'en master 2, je n'ai toujours pas vraiment appris à travailler. J'ai révisé un peu, parfois, notamment lorsqu'il fallait du par cœur – je ne sais pas faire ça, je dois me répéter les choses en boucle pendant trois jours et je les oublie 15 minutes après le début de l'épreuve. Mais sinon, globalement, je me mettais à réviser la veille ou l'avant-veille, quand je le faisais (au lycée je ne le faisais pas du tout).

    Il semblerait tout de même que, parfois, je ne me rende pas compte que je travaille, parce que ce n'est pas aussi visible que quelqu'un-e qui se met à son bureau pour faire des fiches. Mais lorsque j'ai tenté de m'y mettre, après quatre jours de révisions intenses (à mes yeux, en vrai c'était assez correct), je me suis écroulée et j'ai tout balancé. Bref, ce qui m'embête, c'est de n'avoir jamais appris à travailler.

    Bon, dans mon cas, il y a des soupçons très forts de trouble du déficit de l'attention, ce qui expliquerait pas mal de choses.

    Mais l'autre raison, c'est que j'ai peur d'échouer. Et par-dessus tout, j'ai peur de ne pas avoir les compétences pour quelque chose. Alors, plutôt que de me donner à fond pour les acquérir, je ne fais presque rien et je me dis que, si j'échoue, je pourrais dire que c'est parce que je n'ai pas travaillé et pas parce que je suis mauvaise dans telle ou telle matière. Je me rends bien compte que cette façon de fonctionner ne mène nulle part et lorsque je réussis (parfois très bien), je me sens coupable aussi et je me dis que j'ai gâché mon potentiel puisque j'aurais pu avoir mieux. Même quand j'ai la note maximale, d'ailleurs, ce qui n'a pas de sens.

    En règle générale, je suis incapable de finir quelque chose. C'est pareil dans ma vie personnelle. Je fais, puis je bâcle les étapes de peaufinage, recherche, ajouts dans mon travail... Ce n'est même pas que je fais tout au dernier moment, c'est que je fais d'un seul coup et que j'expédie les choses. J'essaye de travailler dessus et ça porte tout doucement ses fruits.

    Chez moi les plannings ne fonctionnent pas. Ça me bloque même complètement. Les ami-e-s non plus d'ailleurs. Ceci dit, l'idée des ami-e-s peut te pousser à parler de ton cours, le mettre en perspective et donc, le réviser, même si c'est d'une manière informelle. Je pense qu'il y a plusieurs façons de réviser, et que tu dois en trouver une qui te stimule (plus facile à dire qu'à faire). Peut-être qu'élaborer un système de "récompense" t'aiderait ? (Ça ne fonctionne pas chez moi, mais je connais des gens que ça motive de savoir que, s'iels révisent X temps, iels pourront faire telle chose qui leur plaît.)
     
    Spill et Leviosa ont BigUpé.
  7. Heather.

    Heather.
    Expand Collapse
    Mother of kittens.

    @Leviosa De très bons conseils t'ont déjà été donnés, mais je me permets de te répondre aussi parce que j'aurais pu poster le même message que toi il y a quelques années :happy:.

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    C'est un long préambule désolée mais j'en arrive là où je voulais en venir :
    - peut-être que tu as besoin d'un déclic. Dans mon cas il a fallu que je sois confrontée à un échec qui me touchait vraiment (les concours que j'ai ratés en prépa je m'en fichais un peu, surtout que j'étais quand même plutôt bien classée) pour que mon blocage disparaisse (enfin s'atténue disons) et que je me mette vraiment à bosser. Pour moi c'est venu tard,après mon master, mais tu te remets en cause très jeune et c'est plutôt bon signe ! Rien n'est perdu : j'ai repassé un autre concours cette année, je ne sais pas encore si je l'ai réussi mais je m'en suis donné les moyens. J'ai pour la première fois de ma vie à travailler sérieusement et avec constance (c'est mon plus gros défaut). J'ai du faire un gros travail sur moi même mais c'est possible en tout cas.

    - Comme le disait quelqu'un au dessus, il est fort possible que tu procrastines parce que tu n'as pas encore trouvé ta voie. Au début du lycée je pensais vouloir faire des études de lettres, je lisais beaucoup de classiques et je m'en sortais bien, mais c'est à peu près la seule matière où je travaillais par pur plaisir (même s'il y a aussi des choses qui m'intéressaient dans d'autres matières). En terminale j'ai découvert la philo et ça a été une révélation : au bout de quelques semaines j'ai su que c'était ce que je voulais faire et je n'ai toujours pas changé d'avis :cretin:. De fait, quand tu as un projet professionnel ou que tu veux entrer dans certaines filières, ça te motive quand même à travailler : même si on ne peut pas dire que je me suis tuée au travail en terminale, j'ai travaillé plus que les années précédentes pour être acceptée en prépa. Ton manque de travail peut aussi être un manque d'intérêt pour ce que tu fais qui n'est pas forcément catastrophique à ton âge ! Et qui est pas mal lié à la méthode du lycée qui privilégie quand même pas mal l'apprentissage à la réflexion. Si ça peut te rassurer, dans le supérieur ça change quand même.

    - Essaie d'analyser les raisons de ta procrastination : peur de l'échec ? Ennui ? Manque de confiance ? Ce sont des choses sur lesquelles tu peux travailler le plus souvent.

    - Ne sois pas trop dure avec toi-même.Il y a beaucoup de façons de travailler : ça ne se réduit pas uniquement au fait d'apprendre tes cours ou de faire ce qu'on te demande. Il m'est arrivé pleeein de fois de perdre énormément de temps avant de mettre à travailler (je faisais n'importe quoi pour repousser le moment où je devais me mettre à travailler, des tâches ménagères aux émissions pourries à la télé en passant par l'appel de tout mon entourage pour prendre des nouvelles) et je ne compte pas les fois où j'ai du tenir des dead lines impossibles à cause de ça. Mais d'un autre côté j'avais aussi tendance à faire des choses qui m'intéressaient au lieu de travailler ce qu'on me demandait (lire des ouvrages un peu moins classiques, aller à des expos...) et ça m'a servi au final parce que j'ai une bonne culture générale et que je suis capable parfois de développer des références ou une réflexion plus originales que la moyenne. Crois aussi en toi et en ce que tu fais !
    Fais toi confiance dans tes méthodes de travail aussi : je déteste apprendre par coeur, je ne suis pas très fiches, je n'arrive pas à respecter mes plannings et je préfère travailler chez moi qu'à la bibliothèque. Ça peut donner l'impression que je travaille moins que certains, mais c'est aussi que je travaille différemment.
    C'est un peu élitiste, mais mes profs de prépa nous avaient dit que quand ils sélectionnaient des dossiers, ils avaient tendance à prendre des dossiers d'élèves dont les bulletins insistaient sur leurs capacités plus que sur le fait qu'ils soient d'énormes travailleurs, parce que justement des élèves qui travaillent déjà beaucoup en terminale vont peut être avoir du mal à assumer la charge de travail supplémentaire, alors que les élèves un peu plus "flemmards"ont une grosse marge de progression.

    - Tu dis que tu penses être flemmarde. Dans ton cas je ne sais pas, mais quand bien même ce n'est pas nécessairement le plus gros défaut du monde. On vit dans une société qui privilégie beaucoup le travail, mais parfois à tort : la capacité à prendre du recul et à entretenir un rapport relativement libre vis-à-vis du travail qu'on te demande est aussi un facteur d'équilibre mental. D'expérience, les gens que je connais qui travaillent énormément sont excellents dans ce qu'ils font, mais ce ne sont pas forcément les personnes les plus heureuses du monde : elles sont souvent stressées et culpabilisent dès qu'elles passent une journée sans travailler, ce qui n'est quand même pas très sain. Là où ça devient embêtant, c'est si ta flemme cache un mal-être psychologique et qu'elle est un symptôme d'un manque de motivation plus profond.

    - Enfin, pour le concours général, franchement ne t'en fais pas trop ! C'est un concours prestigieux, mais qui est au final surtout symbolique. Je l'avais passé en philo, mais mon prof m'avait plutôt inscrite pour me faire approfondir mon travail (il me donnait des références complémentaires au cours à travailler), ça me donnait un objectif disons. Mais ne te mets pas la pression pour le réussir, je pense qu'il faut y aller en te disant que tu vas faire de ton mieux et que les enjeux sont assez faibles. Et si tu n'as pas travaillé à cette occasion, tu te rattraperas plus tard !

    Je clos là ce message beaucoup trop long, j'espère ne pas faire trop de redites par rapport aux autres :shifty:.

    (ah et merci de ne pas citer le spoiler :happy:)
     
    #7 Heather., 7 mars 2016
    Dernière édition: 7 mars 2016
    Doxie, Leviosa, Salpêtre et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  8. Leviosa

    Leviosa
    Expand Collapse
    Je ne suis absolument pas une spécialiste, je prends juste plaisir à m'exprimer sur ce qui me plait

    Bonjour à tous !
    Non, je ne suis pas morte ! Loin de là.
    Je m'excuse d'avoir donné si peu de nouvelles, mais:
    1. J'avais très mal et peu dormi la veille du CG, ce qui a fait que je suis rentrée considérablement crevée lundi et n'ayant aucune motivation pour vous répondre.
    2. Hier, nous étions mardi, soit une grosse journée pour moi où je finis tard et où j'étais donc très fatiguée aussi...
    Mais me revoicii ! :)

    @Salpêtre: Wow, tout cela me semble compliqué... Dans ton cas, en effet, il peut y avoir un déficit de l'attention...
    Comme toi, le système de récompense fonctionne mal chez moi. J'ai beau me dire que "si je finis ça à temps, je pourrai faire ci, et ça !", ça ne me motive en rien. Je me trouve toujours des excuses, j'ai toujours du mal à m'y mettre, il y a toujours quelque chose qui ne va pas... Je ne sais pas quoi te dire de plus, merci d'avoir pris le temps de témoigner, ton cas me semble assez complexe dans le sens où travailler semble te demander un effort assez important.


    @Heather. :
    Merci beaucoup pour ton témoignage que j'ai vraiment trouvé intéressant, notamment parce que tu as un parcours similaire au mien et à ce que j'aimerais faire !

    Je comprends qu'en étant confrontée à un échec, tu te sois naturellement mise à travailler. À vrai dire, peut-être que c'est ce qui devra m'arriver, à moi aussi, pour que j'arrive à réellement fournir un travail conséquent quotidiennement...
    Quant à ton deuxième point... Je ne suis pas sûre de ne pas avoir "trouvé ma voie". En fait, j'aimerais devenir professeur de français, ou quelque chose comme ça (pourquoi pas prof de philo si je me rends compte l'année prochaine que cette matière est faite pour moi?): j'adore la littérature, l'écriture, je suis quelqu'un d'extrêmement sensible et notamment à l'art, je ne regrette pas ma filière ni mes choix, et en révisant pour le CG (parce que oui, j'ai fini par "réviser", ou plutôt lire des petites fiches par-ci par-là au dernier moment haha), je me suis justement rendue compte que l'art, les mouvements littéraires, artistiques et tout ce qui attrait de manière générale à la culture littéraire m'intéressait beaucoup et que je trouvais cela passionnant... En fait, le problème est plutôt que je fournis un travail correct et même capable d'être assez excellent sans me tuer à la tâche pour autant, et que si je bossais et m'intéressais plus, je pourrais faire bien mieux.

    Ton troisième point... Je ne sais pas quelles sont les raisons de mon manque de rigueur, mais je crois tout simplement que je ne suis pas faite pour le travail acharné, que je n'en ai pas besoin (en tout cas, au lycée). Je ne vois plus l'intérêt de me faire de fiches, j'arrive généralement à apprendre assez simplement, juste en lisant, en répétant, en réécrivant parfois... Reste évidemment le problème spécifique à la procrastination — pourquoi fais-je toujours tout au dernier moment ?... Je ne sais pas, c'est en moi, je n'ai aucune explication là-dessus, et l'ordinateur m'aide rarement puisque j'en suis une grande adepte et que j'ai ensuite du mal à le lâcher et à en venir aux révisions... Mais c'est en partie rentable car Internet me permet beaucoup de développer ma culture !
    Ce qui me mène à ton quatrième point. Je suis un peu comme toi, même si je passe beaucoup de mon temps à faire autre chose que travailler, ce n'est pas du temps perdu: je le passe à lire des articles, regarder des films ou des vidéos, etc, et au final, d'une certaine façon, je manifeste de l'intérêt pour ce que j'aime, je me cultive et je réfléchis autrement.

    Là où ton post m'a fait du bien, c'est qu'il m'a fait réaliser que chacun avait sa méthode de travail et que je n'avais pas à culpabiliser de ne pas passer mes après-midi entiers à étudier et préparer le bac comme le voudraient les professeurs. Rien ne presse, et tant que je n'ai pas de grosse lacune à récupérer, je préfère me dire que ça va et que je peux travailler à ma façon...
    Tu parles aussi d'un manque de motivation... J'en ai souvent, oui. Ça, et la flemme... Bref, le fléau de toute une vie ! \o/

    Concernant ce que tu as dit sur le concours général, c'est exactement ce que je pense, et c'est dans cette optique-là que j'y suis allée, d'ailleurs !
    Merci bien pour ce témoignage en tout cas ;) ! Et tiens moi au courant: je serais curieuse de savoir ce qu'a donné ton concours ! Tu veux devenir prof de philo ?


    — ...Bon, un petit point concours général du coup, pour vous raconter...! ^^
    Comme vous le savez, j'ai révisé au dernier moment. J'ai fini par prendre mon "objectif bac" de français contenant des fiches simples et pratiques (ce genre de trucs sauve la vie <3), et par les relire en essayant de mémoriser le maximum... la veille.
    Ce que je maitrisais le moins, c'était lé poésie. Comme ce n'est pas tombé depuis deux ans, je m'en suis un peu inquiétée... Je n'ai aucune connaissance niveau poésie, on n'en a pas encore fait cette année et je crois que je n'en ai fait qu'en troisième, ayant eu au collège un parcours compliqué concernant le français...
    J'avais préalablement sélectionné des citations d'auteurs sur des thèmes variés (l'écriture, la poésie, le roman, le personnage, etc) que j'ai apprises par coeur pour pouvoir les ressortir lors du concours... Et bref, j'y suis allée l'esprit à peu près tranquille en me disant que je ferais de mon mieux quoi qu'il arrive.
    Je ne sais pas si j'ai le droit de communiquer le sujet, mais en tout cas c'était sur la poésie. Crise de panique d'abord, j'ai pensé que je n'allais pas réussir à assumer, puis je me suis concentrée... et j'ai fait de mon mieux, oui. Au bout de deux heures, j'en avais marre, je n'avais plus aucune envie de continuer mais j'ai néanmoins pris sur moi pour remplir toute une copie (type bac, donc quatre pages) et réussir à trouver matière à écrire. Heureusement que j'avais relu une fiche le matin même sur "L'Art pour l'Art" et le Parnasse, ce qui m'a permis de pouvoir évoquer tout ça l'air de rien... Je sais que ce que j'ai fait est loin d'être excellent, et à vrai dire, je crois que j'ai mal compris la citation car je l'ai prise au premier degré alors qu'après réflexion, je pense qu'elle était "ironique" et bien plus complexe que ce que j'en avais déduit sur le moment. Je ne peux pas dire que je me sois "éclatée" à le faire comme on me l'avait conseillé puisqu'en effet, au bout de deux heures, j'en avais déjà marre, mais j'ai quand même trouvé de quoi faire et je suis à peu près contente de moi.
    J'ai fini au bout de quatre heures et je suis soulagée que tout ça soit fini. Au final, je pense que je suis restée dans quelque chose de très scolaire, n'ayant pas trop de matière pour partir sur autre chose, et c'était peut-être assez désorganisé et pas forcément respectif de ce qu'on nous avait donné comme sujet... Mais je suis ressortie contente d'avoir passé ce concours. Peu importe que j'aie fait de la merde ou pas, que je n'aie pas pris au sérieux cet examen, ce n'est que du bonus et ça ne pourra m'apporter que du positif...!
    Et puis honnêtement, c'était une expérience sympa ! ;)

    Bref, voilà ce que j'avais à en dire...! Encore mille fois merci de votre soutien en tout cas, et @KundaLova, tu as raison de venir commenter ce topic, je pense vraiment qu'il peut être utile pour comprendre notre méthode de travail, apporter notre pierre à l'édifice avec un témoignage, etc. C'est pour ça que même si le concours général est passé, je vous invite à continuer de commenter pour qu'on puisse échanger encore sur nos personnalités procrastinatrices ou nos problèmes de désorganisation... Haha ! XD
     
    Heather., Penny Winkle et Salpêtre ont BigUpé ce message.
  9. Estafette

    Estafette
    Expand Collapse

    @Leviosa Je suis bien contente de t'avoir trouvée sur ce topique, j'ai juste énormément l'impression de m'entendre ! J'ai l'impression que tu résumes mon quotidien à l'école depuis toujours… Tout le monde a déjà posté des messages rassurants, je pense que je donnerais les mêmes conseils alors pas besoin de les répéter, mais globalement je suis une preuve de plus qu'on peut toujours s'en sortir même quand on pense que non. Quand je voyais au lycée que je n'arrivais jamais à me mettre au travail, je me disais que ça ne serait pas possible d'avoir le bac qui reflèterait mes résultats habituels. En fait si.

    Aujourd'hui je suis en prépa, alors même je suis loin d'être arrivée au bout, souvent je me retrouve à ne rien faire alors que les autres avancent, c'est hyper frustrant parce que j'ai l'impression que je vais tout faire foirer juste à cause de ma flemme alors que je pourrais faire beaucoup mieux si j'étais régulière. Et je finis toujours au dernier moment (la veille, la matin même, le midi même !) les trucs à rendre, ce qui me met dans des états de stress pas possible mais je n'arrive pas à faire autrement. Et régulièrement je me dis que je ne pourrai pas aller jusqu'au bout de cette façon, que je vais accumuler trop de retard ou de fatigue. Et, jusqu'à présent ça a toujours fini par se tasser, même si ça doit reprendre de plus belle un peu après. Comme quoi il semble que même quand on joue à plus haut niveau que le lycée, on peut s'en sortir.
    Honnêtement je pense que c'est bien que tu cherches des moyens de t'organiser, parce que ça rend quand même plus serein, et puis ça permet d'être plus efficace, ça te sera toujours utile pour la suite (et c'est plus agréable de ne pas se maudire tous les soir/week-end/vacances parce qu'on est en retard) mais si tu t'en sors sans beaucoup travailler sans doute que ça continuera, et le jour où tu seras forcée de le faire tu t'y mettras.
    (Bref je n'ai pas l'impression d'être très claire, en tout cas je ne sais plus si c'est toi ou pas qui disait que tu voulais faire une prépa littéraire, si c'est le cas et que tu as des questions n'hésite pas à me contacter en MP) :)
     
    Leviosa a BigUpé ce message
  10. zaytoun

    zaytoun
    Expand Collapse

    Je me permets de te répondre un peu tard :fleur:
    C'est rigolo que tu voies dans mon message une idée de détente alors que je suis une grande stressée des études (vraiment, je n'exagère pas, je m'en rends parfois malade, c'est incroyable). Je dirais plutot que je prone l'acceptation de soi et de ses manières de travailler !
    Bien sûr, si ta procrastination t'handicape, il faut travailler dessus. Toutefois elle n'est pas une tare en soi, on peut faire les choses au dernier moment et efficacement. Personnellement, je sais que je suis plus efficace sur 10h de travail juste avant la remise d'une dissertation, que 20h étalées sur les jours/semaines qui viennent. Et mon esprit ne fonctionne jamais aussi clairement que quand je passe une nuit blanche sur mes recherches, c'est curieux, mais j'ai appris à m'accepter comme telle et à vivre avec ma procrastination et non pas contre - tout en la contrôlant pour que ça ne me mette pas dans des situations de détresse ou d'échec. C'est plutôt dans ce sens là qu'allait mon message.
    Quand au "reposer sur ses lauriers", heuuu... je travaille quand même énormément, je n'ai vraiment, vraiment pas l'impression de faire ça. Je sacrifie toute vie sociale ou presque pendant l'année scolaire (et je me rattrape l'été:lalala:)
    Mais même au lycée, je ne me reposais pas sur mes lauriers. Simplement, à cette époque, ça se manifestait d'une autre façon, moins scolaire. Je ne "travaillais" pas, dans le sens ou je ne passais pas de temps à faire des fiches et apprendre mes cours par coeur ; mais je me cultivais autrement, je lisais beaucoup, de la littérature, de la philosophie, je m'intéressais beaucoup aux enjeux géopolitiques, j'allais voir des spectacles, des expositions, j'écoutais beaucoup de conférences et de documentaires sur Youtube. D'ou le "je n'avais pas besoin de travailler" à la veille du bac ! C'était ma façon d'approfondir ma connaissance, ma compréhension. Toute stimulation intellectuelle n'est pas scolaire, et elle n'a pas moins de valeur pour autant. Ça ne s'applique peut-être pas à ta situation, je n'en sais rien, mais c'est mon expérience :fleur:

    Pour moi, faire au dernier moment ne m'empêche pas de retenir, mais encore une fois, ça dépend des gens.. et des disciplines. Pour les choses qui recquièrent beaucoup de par coeur, comme médecine ou je ne sais-quoi, c'est probablement plus vrai que dans mes études de philo. Je me rappelle encore d'une nuit il y a 3 ans que j'avais passé à bosser Descartes quelques jours avant l'examen : du dernier moment, mais ça ne m'a pas fait oublié les Méditations métaphysiques pour autant, tout simplement parce que la discipline est basée sur la compréhension bien plus que sur le par-coeur.

    D'ailleurs, ma procrastination ne me fait pas bâcler mon travail, c'est pour ça que je vis bien avec. Quand je dis que j'ai fait mon TPE en un WE, par exemple : je me suis isolée pendant un WE avec mon coéquipier, on a discuté en profondeur des enjeux de notre sujet, on a échangé nos analyses, on a fait des recherches, etc. C'était du travail sérieux et intensif. On peut être sérieux et étaler ça sur plus de temps, ça dépend des gens....
    Je sais que je suis une procrastinatrice-perfectionniste, alors qu'on pourrait penser au premier abord que c'est incompatible !
    J'ai un ami qui m'avait conseillé un livre à contre-courant du discours "combattre la procrastination", et qui disait qu'il faut plutôt apprendre à travailler avec, sans sacrifier son efficacité... mais je ne me rappelle plus de la référence !

    Bref, je réitère l'invitation à vraiment te connaître pour résoudre ton problème :)

    Finalement, @Heather. a exprimé beaucoup mieux que moi bien des choses que je voulais dire ! J'espère que ça va aller mieux !
    :highfive: Courage pour la suite de tes études, ne t'inquiète pas trop et ne culpabilise pas. L'être humain (surtout la madmoizelle) est plein.e de ressources !
     
    #10 zaytoun, 10 mars 2016
    Dernière édition: 10 mars 2016
    Spill, Heather. et Leviosa ont BigUpé ce message.
  11. Heather.

    Heather.
    Expand Collapse
    Mother of kittens.

    @Leviosa

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Sinon, en lisant ton dernier message, je pense vraiment que si tu as du mal à travailler au lycée, c'est peut être tout simplement que tu n'en as pas besoin. Bachoter c'est rarement intéressant, si tu as des bonnes notes sans le faire c'est normal je pense que tu ne sois pas motivée à le faire ! C'est peut être un calcul d'intérêt inconscient : si tu as 16 en travaillant tranquillement et que tu as le temps de faire des choses à côté, l'idée de travailler beaucoup plus pour avoir disons 18 n'est peut être pas suffisamment motivante en terme de gains.
    Et puis il y a vraiment des questions de méthode de travail : peut-être que beaucoup réviser n'est PAS productif pour toi, même si ça l'est pour certains de tes camarades. A titre personnel, j'ai une très mauvaise mémoire quand je révise "pour réviser". Si je relis disons un cours pour un examen la semaine prochaine, c'est quasiment certain que je vais l'oublier au bout de quelques jours. Pour retenir les choses j'ai besoin de les appliquer : en philo ça consiste à ficher ce que je lis (si je lis "passivement" j'ai tendance à avoir oublié les détails du raisonnement au bout de quinze jours, je n'ai jamais fiché de littérature par contre parce que je me débrouillais très bien sans le faire) et à privilégier les entraînements et les exercices comme des moyens de fixer les choses dans ma mémoire. Les références que je maîtrise et que je peux réutiliser à tout moment, c'est souvent parce que je les ai travaillées en dissertation / en commentaire / en mini-mémoire ou que j'y ai réfléchi personnellement parce que c'est un thème qui m'intéresse.
    Ca va ensemble mais je suis aussi bien plus productive avec des délais à tenir. Je suis capable de fournir beaucoup beaucoup de travail pendant quelques semaines si c'est nécessaire (j'ai fait mon mémoire en trois semaines parce que nos profs ont avancé la date de rendu de deux mois, j'ai eu 19). Par contre j'ai plus de mal à être efficace à long terme, d'où ma difficulté à travailler les concours entre autres. Ce n'est pas une qualité ni un défaut, mais juste un fait : c'est plus facile pour moi de travailler 12 heures par jour pendant deux semaines que 6 heures par jours pendant un mois. Mais au final je fournis la même quantité de travail, ou en tout cas le travail que j'ai fourni est plus productif et réutilisable à long terme (ce qui est quand même le but).

    Même si c'est bien d'apprendre à s'organiser parce que c'est vrai que des fois c'est pénible de subir sa personnalité de procastineur (et fatiguant quand tu travailles toute la nuit :cretin:), je te conseille quand même de profiter de ces années où tu n'as pas encore besoin de trop travailler. Lis, cultive toi, fais du sport, de la musique ou une autre activité qui t'intéresse, va au cinéma... Ça risque de changer plus tard, surtout si tu veux faire une prépa (bon, ce n'est pas le bagne non plus hein, j'ai vraiment bien aimé les trois années que j'ai faites, mais tu n'as pas le temps de lire trois bouquins extra-scolaires par semaine disons) alors autant profiter de ce qui t'intéresse maintenant !
     
    #11 Heather., 10 mars 2016
    Dernière édition: 10 mars 2016
    Leviosa, Salpêtre et zaytoun ont BigUpé ce message.
  12. Leviosa

    Leviosa
    Expand Collapse
    Je ne suis absolument pas une spécialiste, je prends juste plaisir à m'exprimer sur ce qui me plait

    Hey les gens ! <3
    Bon, je m'excuse, je réponds un peu (beaucoup) tard. Mais encore une fois, c'est dû à un problème d'organisation de ma part, qui laisse toujours tout traîner... Enfin bref, je vais reprendre en essayant de synthétiser un max pour aller plus vite. :top: (et puis ne dit-on pas "mieux vaut tard que jamais" ?)

    @Estafette => Hey ! Si si si, tu as été très claire ! Merci pour ce message, c'est juste ce dont j'avais besoin. Tu me confortes dans l'idée qu'on peut très bien fonctionner comme je le fais, et que quelque part, c'est aussi une forme d'organisation (dans la désorganisation), que c'est ma nature, que je n'y peux rien, et que ça ne veut rien dire ! Après tout, tu as raison, je ne vois pas pourquoi, lorsque j'y serai amenée, je ne pourrai pas me mettre à travailler rigoureusement... En attendant j'essaie d'apprendre à m'organiser mieux, et puis de ne pas trop accumuler la fatigue et de garder ma détermination, c'est le plus important même si ce n'est pas évident ! :egyptian:
    Je serais ravie d'avoir des infos sur la prépa littéraire ! Pour l'instant ça ne me tracasse pas trop, et puis je manque de temps, mais si j'ai des questions, je note que je pourrai faire appel à toi... Ce serait avec un grand plaisir, merci beaaaaucoup !

    @zaytoun => En fait, tu as complètement raison. J'ai pris conscience que j'étais exactement comme toi ! Je n'arrive tout simplement pas à m'y prendre avant, je fais tout au dernier moment, et je suis bien plus efficace comme ça. Le bémol, par contre, c'est que du coup, c'est effectivement un peu gênant dans le sens où je perds pas mal de temps à ne rien faire parce que je voudrais justement faire ce que je dois faire, mais qu'à la place, je glande, pour de toute façon toujours faire au dernier moment... Bref, je ne sais pas si je suis très claire haha, mais après, tu as raison, ce n'est pas tellement une tare. Là où c'est handicapant, c'est à partir du moment où la santé est mise en danger... Et c'est hélas ce qui parfois m'arrive.
    Vendredi, je ne suis pas allée en cours... J'étais trop crevée et je n'avais pas eu le temps de réviser pour les deux contrôles qui m'attendaient (j'avais passé mon mercredi et mon jeudi à finaliser au max les TPE :x), alors pour une fois, j'ai choisi la facilité et, lors de la journée mondiale de la procrastination, je ne suis pas allée au lycée...! C'est rare que je sois absente pourtant haha, je ne manque jamais les cours. L'avantage est que j'ai pu me détendre tout en avançant dans mon travail...
    :rainbow: Merci énormément à toi en tout cas ! :coiffe:

    @Heather. => Ne t'inquiète pas, je connais l'agrég et le CAPES, haha ! Je te souhaite bien d'obtenir l'agrégation en tout cas, ce serait chouette pour toi...! :)
    Là aussi, je suis un peu comme toi, quand tu parles des références que tu maîtrises à force de les avoir réutilisées... Il y a beaucoup de notions que j'oublie, mais d'autres que parfois, même en les ayant appris au dernier moment, je continue de maîtriser, justement parce que j'ai eu à les réutiliser (ou réécrire) plusieurs fois, ou parce qu'elles m'ont marquée, tout simplement. Mais effectivement, il y a aussi certaines choses apprises au dernier moment qui finissent dans les oubliettes... Ça s'appelle la mémoire sélective, je ne peux pas tout retenir ! :sweatdrop:
    Bon après, je ne vais pas répéter ce que j'ai dit plus haut... Merci beaucoup pour ton message en tout cas ! Et puis tu as raison, je devrais profiter de mes années lycée pour faire de mon mieux et m'éclater en me cultivant de mon côté... Je ne suis pas toujours dans cette optique-là malheureusement, car pas toujours énergique ni motivée: hélas, ça dépend des périodes et des jours... ! En tout cas ça me fait plaisir d'avoir un point de vue aussi aguerri quoi, merci beaucoup !

    Je me sens actuellement assez motivée, j'essaie de le rester. Je passe mes TPE mardi, je m'y suis beaucoup mis "au dernier moment" et mon groupe aussi de manière générale, mais je sais qu'on en est tous au même point et je ne doute pas qu'on va s'en sortir... Je croise les doigts, je fais de mon mieux même si je n'ai pas toujours été très sérieuse. Merci beaucoup pour vos précieuses aides en tout cas, ça fait chaud au coeur de rencontrer des gens comme soi, qui nous comprennent, nous ressemblent, et qui en plus, sont adorables ! [instant émotion, insérer ici musique triste de type pianos et violons mélangés]

    Sérieusement, merci x1000 ! :puppyeyes: :highfive:
     
    Eilinel Myrdun, Estafette, Heather. et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
Chargement...