Je veux comprendre... l’état d’urgence

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Clemence Bodoc, le 24 novembre 2015.

  1. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

  2. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

    Étant donné que la presse n'est pas sous contrôle, je considère personnellement qu'on a une garantie assez solide ; d'ailleurs les médias ne se privent pas du tout de recenser les abus. :fleur:
     
    Babitty Lapina, Lilli-Puce et BiBee ont BigUpé ce message.
  3. Julicoeurne

    Julicoeurne
    Expand Collapse

    Babitty Lapina, Loulalilou, Ghost wind et 3 autres ont BigUpé ce message.
  4. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

    Je crois qu'ils se concentrent surtout sur les gens qu'ils avaient déjà sous surveillance/ sur lesquels ils avaient déjà des soupçons... Jme dis que tu risques plus d'être perquisitionnée si t'habites dans le même immeuble qu'un terroriste présumé, que si tu cherches « attentats terroristes » dans Google :yawn: (je plaisante mais le sujet est sérieux, hein. Je sais.)
     
    Adybou a BigUpé ce message
  5. Lone

    Lone
    Expand Collapse
    I will not be subjected to criminal abuse.

    Comment ça marche le vote à l'assemblée nationale ? J'ai un peu regardé pendant les débats et j'avais l'impression qu'ils faisaient que des votes à main levée sans jamais recompter.
     
    lafillelabas, Babitty Lapina et Adybou ont BigUpé ce message.
  6. Julicoeurne

    Julicoeurne
    Expand Collapse

    Je pense que tu n'es pas la seule à avoir fait des recherches, que ce soit pour le boulot ou par curiosité.
    Si tu n'as pas de casier judiciaire, je pense que tu n'as pas à t'en faire.
    Ils ne peuvent pas contrôler tout.e.s celles et ceux qui sont allé.e.s sur internet chercher des infos.
     
  7. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

    Hello ! :fleur:

    Alooors. Jvais essayer de faire court et simple : Là, c'était un projet de loi, c'est-à-dire déposé par le gouvernement. Il est déposé d'abord à l'Assemblée Nationale, et comme il s'agit d'un texte de loi portant sur... la loi (et pas sur la santé, l'économie, l'éducation, etc), c'est la Commission des lois qui examine le texte en premier.

    Tous les députés font partie d'une commission ; il y a des commissions permanentes (lois, affaires sociales, affaires cultures, économiques, étrangères, etc).

    En commission, les députés se mettent d'accord sur un texte, qui sera ensuite soumis à l'Assemblée Générale : tous les députés doivent voter pour ou contre les amendements adoptés par la Commission ; ils peuvent aussi déposer leurs propres amendements. Certains amendements sont rejetés par la commission, et déposé (légèrement modifiés) à nouveau en séance par d'autres députés, pour tenter de vraiment modifier le texte.

    En séance plénière (donc devant tout l'hémicycle) (mais il y a rarement les 577 députés présents), le Président ouvre la séance, et donne en général la parole :
    - au ministre porteur du projet de loi
    - au rapporteur du projet de loi, c'est-à-dire au député membre de la commission, qui agit en porte-parole de la commission

    Puis il déroule la discussion, et on vote article par article, et sur chaque article, on vote amendement par amendement.
    Exemple :
    S'il y a 4 aliénas dans l'article 1, et 3 amendements par alinéas, on va voter pour ou contre chaque amendements, et puis à la fin, le Président met l'article 1 au vote, en entier.

    On vote à main levée, en commission et en plénière, pour aller plus vite, et parce qu'il y a généralement peu de surprises :
    - si le gouvernement est contre un amendement, il y a peu de chances pour qu'il soit adopté, sauf si la commission est pour
    - si la commission est contre un amendement, il y a peu de chances pour qu'il soit adopté en séance.
    (car le gouvernement est issu de la majorité parlementaire, et la majorité suit généralement ce que demande le gouvernement).

    La séance plénière sert à tenir une discussion générale, et tout est public : la retransmission en direct vidéo, les replays vidéo, le compte rendu écrit intégral (qui en général est mis en ligne le lendemain). Je m'en sers régulièrement lorsque je veux savoir précisément quel parti soutient quelle position sur un sujet, et quel député dit quoi. (cf mes articles sur les débats sur la loi égalité, sur la loi euthanasie).

    (Si tu réécoutes les débats vers 4h20 comme indiqué sous le lien de la vidéo de l'Assemblée, tu devrais retomber vers le moment où les députés discutent du contrôle des médias ; il y en a plusieurs qui ont vraiment hâte de donner au gouvernement le pouvoir de censurer des sites internet rapidement, et Manuel Valls n'est pas super-chaud pour assumer la responsabilité :cretin: )

    Voilà c'était un résumé très très très simplifié du déroulement des débats à l'Assemblée Nationale. Loin d'être complet ! :)
     
    Ada or ardor, Aesma, littlecassy et 9 autres ont BigUpé ce message.
  8. Lone

    Lone
    Expand Collapse
    I will not be subjected to criminal abuse.

    Donc il ne font bien qu'un vote à main levée pour chaque amendement ? Est-ce qu'il faut que tous les amendements soient acceptés pour pouvoir voter l'article ?

    Je pense que je galère un peu avec le vocabulaire, du coup c'est pas hyper clair dans ma tête. :/ En tout cas, merci d'avoir pris la peine de me faire une réponse aussi longue. :)
     
  9. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

    Je crois que manifester contre ces abus ne serait pas bien plus efficace pour empêcher qu'ils se produisent :dunno: Ceci étant dit, je suis entièrement d'accord sur le fait que l'interdiction de manifester est très problématique. Surtout si elle doit effectivement durer 3 mois... J'ose espérer que les préfets la lèveront assez rapidement.

    C'est difficile d'avoir un avis objectif sur la nécessité de ces restrictions, étant donné qu'on n'a pas tous les éléments : on a essuyé plusieurs tentatives d'attentats depuis janvier (dans le Thalys, on n'est pas passé loin du carnage aussi...) donc j'ai tendance à croire que si François Hollande et Manuel Valls ont besoin de ce régime d'exception pour qu'on puisse passer des fêtes de fin d'année en sécurité, et déjouer d'éventuels attentats « anniversaire » de Charlie Hebdo, baaaaaah... Ça ne m'enchante absolument pas, ça me crispe un peu, mais j'ai pas l'impression que ce soit abusif.

    Au contraire en fait : la France protège beaucoup les droits et libertés, c'est pas le Texas, on ne tire pas sur les gens, on ne les coffre pas à tort et à travers non plus, donc bon, j'ai tendance à penser que les services de renseignement doivent avoir pas mal de mecs sous leur radar, sans avoir forcément assez d'éléments probants pour les arrêter (un peu comme les frères Kouachi en janvier... Sous surveillance, zéro preuve.)

    Je ne sais pas, j'ai le sentiment que la réponse du gouvernement est plutôt proportionnée compte tenu des événements qu'on vient de vivre. En 2001, Bush était parti en guerre, au sol. Pour l'instant, on perquisitionne chez nous et on interdit des rassemblements qui me semblent surtout être de bonnes cibles à attentats que véritablement des "menaces" pour le gouvernement... :dunno:

    Mais il va bien sûr falloir suivre tout ça de près. C'est pour ça qu'avec Marion, on a décidé de conclure cette vidéo en invitant les gens à se renseigner, à lire la presse (et on s'est pas privé d'en recommander certains ! ;) ). Pour moi, c'est encore le meilleur moyen de suivre les développements. :lunette:

    De rien ! :fleur: Ils font un vote à main levée pour chaque amendement, oui. Sauf quand on veut (des députés, le rapporteur, le président) garder une trace de qui a voté quoi. Par exemple en janvier 2014, lors du vote des amendements autour de la loi égalité, des députés avaient déposé un amendement pour faire voter le dé-remboursement de l'IVG. Du coup, les socialistes (je sais plus qui de mémoire) avaient demandé à ce qu'on procède pour cet amendement en particulier, à un scrutin public. Histoire qu'on écrive au compte rendu exactement qui a voté quoi ; ça permet à des petites malines comme moi d'aller chercher la liste des députés qui ont voté pour le déremboursement de l'IVG.. et de les citer dans un article ! ;)

    Pas besoin d'accepter tous les amendemants pour voter l'article : il faut juste qu'ils soient tous soumis au vote (ou retirés par leurs auteurs). Certains seront adoptés, d'autres rejetés, d'autres abandonnés (si l'auteur a changé d'avis, si un amendement similaire a été adopté ; quand plusieurs amendements se ressemblent trop, on procède à une discussion commune).
     
    Demezia, Arzak, Babitty Lapina et 2 autres ont BigUpé ce message.
  10. madmoizelle N

    madmoizelle N
    Expand Collapse
    Comment qu'c'est ?

    Je vais etre claire, je ne suis pas du tout convaincue par l'état d'urgence et encore moins par sa prolongation pendant laquelle on prévoit de réviser la constitution.
    Modifier la constitution d'un pays en etat d'urgence, je ne pense pas avoir à développer porquoi c'est au minimum gênant au pire pas très democratique (Hey copain, viens on modifie la constitution pendant qu'ils ne peuvent pas manifester) Et pour rappel, si un jour le pouvoir est entre les mains de gens encore plus mal intentionnés que Valls ils auront un précédent et une constitution clés en main pour nous faire chier. Je dis ça, je dis rien.
    Ensuite les assignations à résidence, surveillances, interdiction de territoire et autres sont déjà prevues par les lois anti terrorismes votées apres Madrid notamment. Alors pourquoi l'état d'urgence ? Pourquoi réécrire et voter une loi en 3 jours (vite et bien dans ce cas là j'y crois pas) ? Surtout qu'on n'a pas juste modifié des détails, l'administratif gagne en pouvoir sans que le judiciaire puisse contrôler et jouer son rôle de préserver la justice. Pourquoi écarter les juges ? Pourquoi limiter à 10 ans la possibilité de spécialisation d'un juge d'instruction (hey copain viens on vire les mecs qui bossent sur le sujet depuis 10 ans pour les mettre aux affaires familiales parce que bon faudrait pas qu'ils s'y connaissent mieux que nous)?
    Pourquoi ne pas demander à Air France de mettre en suspens le plan social pendant que les salariés ne peuvent pas manifester ? Pourquoi s'occuper de dénoncer 58 personnes au parquet parce qu'elles ont manifesté dimanche si on est si occupés ?
    Et pour préciser les perquisitions dont on parle ces derniers temps sont administratives ce qui implique qu'aucun juge n'a été sollicité et qu'elles peuvent avoir lieu à n'importe quel moment (remplace administrative par arbitraire et ça marche pareil à mon sens). On sait que des perquisitions administratives menées ces derniers jours n'ont rien à voir avec le terrorisme (et oui il faut pas croire que la police est trop occupée pour venir t'emmerder si tu télécharges illégalement au contraire maintenant elle peut le faire beaucoup plus facilement)
    On vient de tirer la chasse apres avoir jeté la justice au fond de la cuvette mais on nous culpabilisera avec plaisir pour qu'on aille tous sagement voté.
     
    Powine, Hibouille, shiningjane et 32 autres ont BigUpé ce message.
  11. A Kane

    A Kane
    Expand Collapse

    Je suis moins optimiste que toi, je dirais "pas encore". On ne tire pas encore sur les gens, mais vu qu'on veut armer les policiers municipaux, et qu'on autorise les perquisitions au feeling pour les trois prochains mois, ça risque de venir (aux Etats-Unis, c'est comme ça que ça a commencé après tout, et y a déjà eu une gamine de 6 ans blessée lors d'une erreur de perquisition.. comme ça arrive régulièrement aux Etats-Unis dans le même cadre), on ne coffre pas encore les gens à tort et à travers, mais avec tous les gens qu'on commence à entendre dire "les gens qui ont une fiche S on devrait les enfermer" et compagnie, je ne vendrais pas la peau de l'ours tout de suite..

    Personnellement, j'avais envie de crier AMEN à tout ce que dit Isabelle Attard dans l'article que vous avez mis en lien.

    Je trouve extrêmement dangereuses les mesures qui sont prises récemment, je ne pense pas que ce soit un hasard si les personnes qui s'y connaissent dans le domaine du droit, de la justice et de la justice antiterroriste sont effarées, et je pense que ça va globalement faire plus de mal que de bien, même si on aura bien tendance à nous montrer la poignée de cas dans lequel ça aura été peut-être utile pour nous faire oublier tout le reste.

    Mais bon, malheureusement pour l'instant on peut pas faire grand chose pour empêcher tout ça et on peut juste attendre et espérer que ça se passe bien.
     
    Hibouille, Aesma, littlecassy et 17 autres ont BigUpé ce message.
  12. Lilodo

    Lilodo
    Expand Collapse
    Just me

    @Clemence Bodoc
    Il y a une erreur dans l'article :) Cela s'applique jusque 26 février.
    L'article 1 de la loi énonce bien qu'elle s'applique à compter du 26 novembre, et non à compter de la promulgation de la loi ...
    De plus, il est dommage que vous ne mentionniez pas l'Etat de droit. Car c'est justement vis à vis de cette notion et ce qu'elle implique que la prolongation de l'Etat d'urgence à trois mois pose des difficultés juridiques. Il aurait également été intéressant je pense de mettre cela en lien avec la révision constitutionnelle annoncée et à venir (qui n'est pas du tout une bonne idée juridiquement parlant). Ce qu'elle implique également.
    Sur la notion d'Etat de droit, ne devant pas devenir un Etat de faiblesse, je ne peux que conseiller la lecture de l'interview donnée par Robert Badinter sur le sujet.
    Globalement, oui il faut prendre des mesures nécessaires à la luttre contre le terrorisme, mais on ne doit pas perdre notre Etat de droit au passage ... et la prolongation de l'Etat d'urgence pose un réel problème à ce niveau ...
    En tout cas merci pour cet article qui a le mérite de fixer les bases nécessaires à la compréhension de ce qu'il se passe actuellement pour les personnes n'ayant pas de connaissances juridiques.
    Même s'il faut garder à l'esprit quoi qu'il arrive, les valeurs de notre République que l'on retrouve dès le premier alinéa du préambule de la Constitution de 1946.
     
    littlecassy, KicheLeader, Oh et 3 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...