La « rencontre » de 4h du matin, ma peur et mes propres croyances limitantes

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Sophie Riche, le 9 août 2017.

  1. Sophie Riche

    Sophie Riche
    Expand Collapse
    Giddy goat
    Membre de l'équipe

    Penny Winkeul, ben quoi ?, Nyxi et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  2. Gabelote

    Gabelote
    Expand Collapse
    Ouverte du lundi au vendredi, de 8h à 18h :buzy:

    Tristement et malheureusement banal.
    Mais bon, là c'est quand même flagrant que le mec est complètement en tort :
    - il aborde une nana seule dans la rue à 4h du matin. A moins qu'il ait vécu les 10 dernières années dans une grotte en ermite, il doit savoir que ça ne peut pas être une approche qui met en confiance.
    - il aborde une personne qui porte des écouteurs = une personne qui s'isole un peu du monde extérieur, c'est pas pour qu'on vienne la faire chier
    - une réponse courtoise et claire lui est faite : il passe outre, il ne s'excuse pas, il ne cherche pas à comprendre...
    - sa réponse est culpabilisante, la rue est à tout le monde
    - il la suit (même si c'était pas l'intention, c'est le résultat).
    On pourra me dire qu'il était peut être un peu défoncé ou bourré et que ça a dépassé son intention. Oui ben là aussi, personne ne l'a forcé (j'espère), y'a des fois faut prendre ses responsabilités !
     
    Shadowsofthenight, Vixenju, yuyunaâ et 26 autres ont BigUpé ce message.
  3. Élou

    Élou
    Expand Collapse
    [I]Salut.[/I]

    Arf, j'aurais pu l'écrire cet article. Mais, depuis quelques années, je ne sors plus seule en ville aux petites heures. C'est triste mais j'ai trop peur. Parfois cette peur est infondée, imaginaire et exagérée mais j'avoue qu'avec l'âge, je suis devenue parano. Et je crois que ça ne va pas aller en s'améliorant.
    Il m'est arrivé, plus jeune, de feinter être un mec en rue (capuche sur la tête, démarche négligée, grands pas les pieds un peu en canard, bras ballants...) pour qu'on me foute la paix. Ne me jugez pas.
     
    Shadowsofthenight, Pitiponk, yuyunaâ et 19 autres ont BigUpé ce message.
  4. BeaW

    BeaW
    Expand Collapse

    J'ai écrit un texte là dessus il y a deux jours !
    Je l'ai posté sur fb. Zéro réaction. Quand je poste des trucs féministo-ironiques ou des trucs un peu violents (agression, IVG, etc.), les gens réagissent mais là non, tout le monde s'en fout. Et honnêtement, ça me met les nerfs.
     
    Shadowsofthenight, Penny Winkeul, LovelyLexy et 7 autres ont BigUpé ce message.
  5. 0h-dear

    0h-dear
    Expand Collapse
    Entourée de personnes merveilleuses ! :rainbow:

    Je sais pas si c'est moi mais j'ai l'impression que réagir de manière neutre quand quelqu'un agit de manière colérique ça lui fout la honte et il part.

    Genre si c'est pas pour un renseignement, je demande "euuuuuh, excusez-moi mais on se connaît ? [insérer réponse qui correspond à une négation]
    Bon, dans ce cas je n'ai pas envie de vous parler, bonne soirée"
    Généralement c'est suivi d'une insulte ou d'un comportement d'énervement mais le fait de lire ou d'écouter de la musique ça fait qu'ils ont un peu honte d'eux et ils osent plus trop tenter une approche vu qu'on coupe les moyens d'interaction.

    Ou sinon, ma méthode qui marche pas mal aussi c'est de demander de l'aide à un match tinder en lui suppliant de jouer mon mec inquiet au téléphone le temps que je rentre. Dédicace à John, merci John d'avoir sauvé mes fesses l'autre jour. Tout le monde devrait avoir un match tinder comme John !
     
    Shadowsofthenight, yuyunaâ, LovelyLexy et 9 autres ont BigUpé ce message.
  6. alea9

    alea9
    Expand Collapse

    Moi ça fait pas mal d'année que je n'ose plus rentrée chez moi seule tard la nuit. A chaque soirée, je m'organise toujours pour voir quelles copines qui habitent près de chez moi sera présente ... et s'il n'y a personne avec qui je peux rentrer, soit j'écourte ma soirée pour ne pas rentrer tard, soit je demande si je peux rester dormir !
    J'aimerais tellement profiter de ma soirée sans avoir à me soucier du comment je vais rentrer chez moi en pleine nuit ... Mais j'y arrive pas. J'ai trop peur. J'admire tellement ces femmes qui font leur vie et qui osent !
     
    Shadowsofthenight, yuyunaâ, LovelyLexy et 7 autres ont BigUpé ce message.
  7. Cennae.D

    Cennae.D
    Expand Collapse
    I'm only human After all

    Raaaah cet article parle tellement à mes tripes, j'ai envie de l'imprimer et de le taper contre la tête de mes "amis" qui pensent bien faire en me disant de "juste" pas sortir aussi tard jusqu'à ce que ça rentre dans leurs petits crânes que c'est pas normal qu'on se sente aussi peu en sécurité, mais qu'en attendant on a le DROIT d'avoir peur ET de sortir, ça s'appelle l'espoir
     
    Shadowsofthenight, ChansonMuette, yuyunaâ et 12 autres ont BigUpé ce message.
  8. Calipo

    Calipo
    Expand Collapse

    J'adore marcher le soir ou la nuit et je me reconnais tout à fait dans ce témoignage et dans l'enchaînement des ressentis qui m'a régulièrement mené à de petites courses nocturnes imprévues:
    - T'es penarde dans la rue, tu penses à rien, tu écoute écoute tranquille La Tribu de Dana ( oui j'aime l'épique), c'est beau la ville la nuit :puppyeyes:
    - Un type s'approche, pensant que t'as envie qu'il te parle, alors que clairement t'es au deuxième refrain, au bout de la vallée en entend le son d'une corne, c'est pas le moment quoi
    - T'essaie d'être polie (on sait jamais), ça marche pas trop. Môssieur ne comprend pas pourquoi t'as pas envie d'écouter sa vie, son œuvre à 4h du mat, et là tu commence à stresser parce qu'il n'y a pas une multitude de possibilités sur la façon dont les choses vont se dérouler: il peut partir de son côté (yay!), partir de son côté en t'insultant (moyen yay, mais yay quand même!) ou alors faire un truc flippant (comme te suivre) qui devient encore plus flippant parce que t'es seule, parce que la nuit est brusquement devenue super noire, la rue super vide et le trajet jusqu'à chez toi super long.
    - Pas de chance ça tombe dans le flippant. T'es plus détendue DU TOUT, la roue tourne trèèèès vite dans ta tête, c'est pas le moment d'être 2 de tension ma grande, tu réfléchis à ton trajet, vite, vite, à tes clés que tu n'as pas mis dans ta poche mais au fond de ton putain de sac et d'un seul coup, bam, t'es en train de courir comme une dératée. Et tu te dis que tu es vraiment conne, à te balader la nuit seule comme ça, comme une imbécile, t'aurais dû écouter les autres, et c'est la dernière fois, la dernière fois.
    - et finalement il ne se passe rien, bon t'as le cœur à 100 à l'heure, mais t'es chez toi, tout va bien tu penses, tout va bien.

    Le lendemain matin, tu réfléchis un peu et tu te dis que t'as vraiment été une mauviette, c'était juste un mec bourré, ou un mec lourd pas doué pour s'exprimer, faut pas être parano quand même, t'as dû avoir l'air super con à courir comme ça! Et puis franchement courir c'est vraiment pas un truc de femme forte, t'aurais été forte, tu l'aurais recadré fermement et il n'aurait plus moufté. Mais non, toi t'as couru comme une nonoche. :facepalm:

    (Après dans l'après-midi tu lis qu'une femme à Paris s'est fait taillader le visage à coup de couteau pour avoir refusé d'embrasser un parfait inconnu et tu te dis que finalement ton petit sprint de la nuit était ptét pas si con..)

    Pourquoi les hommes refusent d'intégrer qu'une femme qu'ils ne connaissent pas et qui est seule de nuit refusera dans quasi 100% des cas de leur parler? C'est excessivement énervant à la fin! Et le mec qui a le culot de te balancer que si t'as peur la nuit t'as qu'à pas te balader. J'AI PAS PEUR DE LA NUIT, CONNARD, C'EST TOI QUI ME FAIT PEUR :mur: Et avec ça le reste du monde qui te conseille régulièrement "de ne pas chercher les ennuis", comme si c'était toi le problème...
     
    Shadowsofthenight, ChansonMuette, Pau La et 20 autres ont BigUpé ce message.
  9. olympe85

    olympe85
    Expand Collapse

    C'est aberrant comment ce genre de situation nous parle à toutes... Il m'est arrivé là même chose à Strasbourg, je rentrais de soirée vers 4h du mat, au départ avec deux potes, puis nos chemins se sont séparés. Environ 30 secondes depuis que je marchais seule, un mec en vélo est venu m'abordée (pour le coup, pas question de courir). Il me pose des questions, je réponds par monosyllabes. Au cours de la discussion, il me sort : "ah ba t'es plus sympa que tes copines !" Signifiant que ça faisait quand même un moment qu'il nous suivait en vélo, et qu'il avait été les aborder elles en premier, elles l'avaient renvoyé paître et du coup, il s'était rabattu sur moi. Pas flippant pour deux sous. Il continue de me parler pendant bien 10 minutes. A un passage piéton, il profite que je m'arrête pour me prendre la main et tenter de m'enlacer. Je le repousse, il continue à me suivre. Puis cinq minutes plus tard, il me sort : "Bon, je suppose que t'habites plus très loin, je te laisse" Je réponds pas, il se casse. Je continue ma route en rasant les murs ! Arrivée presqu'à bon port, j'entends une voix vénère derrière moi : "Je croyais que t'étais plus très loin de chez toi !" J'ai fait un bond de trois mètres ! Encore lui... Bon, il a tracé sa route, je suis rentrée en courant. Arrivée chez moi, grosse crise de panique... Pareil, je me disais que j'aurais dû réagir autrement, l'envoyer voir ailleurs, dire que mon copain m'attendait chez moi ou que sais-je...
     
  10. NibheartTone

    NibheartTone
    Expand Collapse

    Je pense que toutes les femmes ont au moins une histoire de la sorte à raconter, ça craint vraiment beaucoup.
    J'ai déjà été suivie par un mec en vélo, il était genre 22h, 7 min de marche pour rentrer chez moi. Je vivais seule à l'époque, j'étais étudiante et je m'étais dit "Tu vas juste voir un film au ciné, ça ne finit pas trop tard, tu peux rentrer à pieds sans soucis" Je le voyais tourner en rond dans les rues près de moi alors j'ai accéléré le pas en me disant "c'est sûr, il va m'aborder", quelques mètres avant mon appart il me tape la discut', j'avais tellement, tellement peur. Je lui ai dit que je rentrais chez mon frère et il m'a laissée tranquille mais comme j'étais à deux pas de mon hall d'entrée j'ai eu super peur qu'il voit où j'entrais et qu'il capte aussi que j'habitais au rez-de-chaussée. J'ai tellement flippé que je n'ai même pas allumé les lumières en arrivant chez moi pour (au cas-où il surveillait encore mes faits et gestes) qu'il ne fasse pas le lien entre mon entrée dans le bâtiment et les lumières qui s'allument.
    Et ça m'est déjà arrivée d'être suivie alors que j'étais avec deux copines, en plein centre-ville. On a dû aller aborder des mecs devant un bar et faire comme si on les connaissait pour que le mec se tire. Pas de bol, les mecs étaient des Erasmus russe et ne comprenaient pas bien pourquoi on leur parlait d'un coup comme s'ils étaient nos potes. Quand le mec s'est barré on leur a expliqué et ils ont été super gentils, nous on proposé de nous accompagner à l'arrêt de bus (on était un peu méfiantes du coup mais c'était de bons gars, heureusement!)

    Ces gens là n'ont pas d'excuses, ils savent très bien qu'ils nous font peur, ça doit les faire bander de savoir qu'ils ont un pouvoir sur nous. Mais du coup, je ne marche plus seule la nuit. Et si je dois faire quelques mètres seule pour rejoindre ma voiture, je prends mes clés comme arme au cas où et je cours presque à ma voiture. Merci de m'avoir traumatisée motherfuckers.
     
    Shadowsofthenight, ChansonMuette, yuyunaâ et 8 autres ont BigUpé ce message.
  11. Ruban

    Ruban
    Expand Collapse

    Comme dit @NibheartTone , ils n'ont aucune excuse, ils savent très bien ce qu'ils font, même s'ils jouent les cons en disant des choses hallucinantes comme "faut pas sortir la nuit si t'as peur" (mais si on a peur la nuit, c'est la faute à qui hein ?). Ça les fait marrer de faire peur aux femmes : ils se sentent puissants. Mais ils jouent les oies blanches pour pas que t'appelles les flics en rentrant chez toi. Bref, des tordus.
    Tu n'as pas à avoir honte d'avoir couru et d'avoir eu la trouille @Sophie Riche , c'est plutôt lui qui doit avoir honte d'aborder des femmes en pleine rue à 4H du matin : à quel moment c'est un comportement acceptable ça ?
     
    Shadowsofthenight, ChansonMuette, Pau La et 9 autres ont BigUpé ce message.
  12. Miranna

    Miranna
    Expand Collapse

    Bonjour,

    Je suis totalement d'accord avec le fond de cet article, mais pas avec toutes les réactions par contre. Je ne suis pas ok avec le fait de dire que c'est forcément de la faute de ce type, qu'il n'était pas dans son bon doit, que c'était déplacé...
    Le truc c'est qu'on ne sait pas. Et si on ne sait pas, ça ne sert à rien d'imaginer le pire, ça nous rajoute juste de la pression en plus. Tous les mecs ne sont pas des gros lourds, même à 4h du mat'.
    Si ça se trouve, comme dit dans l'article il était peut-être poli et disait un truc non déplacé, il pouvait prévenir qu'elle avait fait tomber un truc, ou demander son chemin... Et il se prend (même si c'est dit poliment) dans le gueule qu'il lui fait peur. S'il ne comprend pas le problème ça a pu l’énervé et il a peut-être repris son chemin (qui était au moins en parti le même). Et oui (surtout avec la fatigue à 4h du mat'), on n'est pas tous méga intelligents quand on se sent "agressé" ou juste qu'on ne comprend pas la réaction de la personne en face. Car si pour nous (les filles entre autres) cette peur nous parait évidente, il faut bien voir que lui est un mec, qu'il ne l'a jamais ressentie, qu'il n'a peut-être jamais fait chier une fille, et que si aucune fille ne lui a parlé de ça sur le coup il a peut-être pas capté. Et peut-être qui lui aussi le lendemain en y repensant il s'est dit "ah ben ouai en fait, si elle entendait pas elle a pu s'imaginer plein de trucs".
    Mais peut-être aussi qu'il lui a sorti un vieux "et mademoiselle t'es mignonne, je te raccompagne ?" et qu'il la suivait vraiment ! Et là oui, il est en tord !

    Mais si sans savoir, on part forcément du principe qu'il avait des mauvaises intentions, on se met à nous même encore plus de pression.
    On ne peut pas interdire à un homme d'interpeller une fille la nuit s'il est poli et qu'il veut juste demander son chemin ou la prévenir d'un truc (ce n'est pas un comportement inacceptable) ou autre. Si c'est pas des emmerdes ou de la drague, il ne faut pas non plus qu'on s'enferme dans nos peurs.

    Bon j'ai peur de m'être très mal exprimée mais j'espère que vous comprendrez que je ne juge pas du tout le fait d'avoir peur (ou non) de se balader seule la nuit. Et que je pense pas du tout que vous prenez tous les mecs pour des connards ! Mais voilà, un peu d'ouverture et de peace and love...
    (Mais je vous rassure (ou pas), moi aussi je ne suis pas à l'aise à partir d'une certaine heure et j'évite de parler aux gens ou je n'écoute pas ce qu'on me demande et je trace ma route).
     
    yuyunaâ, LuB, 0h-dear et 2 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...