La vulgarité, qu'est-ce que c'est ?

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Mircea Austen, le 12 septembre 2014.

  1. Mircea Austen

    Mircea Austen
    Expand Collapse
    Il croyait savoir, il ne savait pas qu'il croyait.

  2. Abricotine_

    Abricotine_
    Expand Collapse
    heureuse et amoureuse

    Merci pour cet article ! :worthy: <3

    C'est exactement ce que je pense et je suis contente de voir que je ne suis pas la seule à penser ça :happy:

    Edit : Ah Elvis ! :bave: :sexe:
     
    Asveig et Lord Griffith ont BigUpé.
  3. Brifon

    Brifon
    Expand Collapse
    Energie à revendre

    Oublier le mot "vulgaire" parce qu'on est toujours le vulgaire de quelqu'un.
    On en est donc restés au "ne le fait pas aux autres si tu ne veux pas que les autres te le fasse".
    En gros, faudrait éviter de qualifier les gens de vulgaire parce qu'ils sont susceptibles de le faire sur nous.

    Empathie, compassion, lâcher-prise, tout ça non, pouf ! disparu.

    Je sais pas si c'est moi qui suis contrariée ou si les articles récemment parus sur madmoizelle sont différents de ce que je lis d'habitude, mais entre cet article et celui de marie charlotte, vous m'avez fait ma journée.

    :facepalm:

    On m'a dit un jour : "ce que je vois chez l'autre et qui me dérange c'est ce que je porte en moi et que je ne veux pas voir". :rolleyes:

    EDIT : je sais pas, moi j'ai d'autres freins, d'autres inhibitions (si tant est qu'il y ai besoin d'inhiber ce genre de pulsion, sous-entendu faudrait qu'elle soit présente quoi, m'enfin...) en ce qui concerne le jugement de l'autre que "peut-être qu'il me fera pareil un jour, abstiens-toi".
     
    #3 Brifon, 12 septembre 2014
    Dernière édition: 12 septembre 2014
    Mardy Bum et freakycat ont BigUpé.
  4. No_Joke

    No_Joke
    Expand Collapse
    PikaPika

    C'est dingue aujourd'hui je me suis posée cette question "mais la vulgarité en fait, c'est quoi?" et paf un article sur Madmoizelle. Mircea Austen lit dans mes pensées o_o !
     
    Lord Griffith a BigUpé ce message
  5. Galaadina

    Galaadina
    Expand Collapse

    Une fille qui, à l'instar de Miley Cyrus, danse sur scène en tirant la langue et mimant un rapport sexuel, je trouve ça vulgaire.
    Un type qui se ramène torse-nu pour bouffer dans un resto, même si on est au bord de la mer, je trouve ça vulgaire.
    Un groupe de gens parlant très fort dans les transports en commun, je trouve ça vulgaire.
    Un acteur qui reçoit un oscar/prix quelconque et fait son discours de remerciement en mâchant du chewing-gum, je trouve ça vulgaire.

    Oui, on est toujours le vulgaire de quelqu'un, la belle affaire.
    Pour autant, la vulgarité reste malgré tout un concept largement appréhendé et partagé par une majorité de personnes.
    Que la réalité qu'il décline (à savoir que le reproche est plus facilement accentué vis-à-vis des femmes) soit jugée agaçante et qu'on le dise, c'est une chose.
    Faire (à mon sens) une leçon de morale déguisée en article un chouilla infantilisant, c'en est une autre, à laquelle je n'adhère pas.

     
    Bloomen, cryhouse et Stiale ont BigUpé ce message.
  6. Olimeli

    Olimeli
    Expand Collapse
    Si tu savais...

    je trouve l article un brin moralisateur et surfant sur le politiquement correct mais je suis 100% d accord avec le paragraphe "Être sexy sans être vulgaire" :flappie:
     
    Asveig a BigUpé ce message
  7. Betty Blue

    Betty Blue
    Expand Collapse
    Work in progress

    En finir avec la vulgarité? Pour quoi faire?

    Je serais bien incapable de donner une définition de ce que j'entends  exactement par vulgaire. Mais je sais que j'adore ça. J'aime pimenter mes tenues d'une pointe de vulgaire. J'aime les fautes de goûts et j'aime en jouer. Et je l'assume complètement, merci pour moi.

    La vulgarité incarne pour moi la liberté, d'être, de paraitre au-delà des jugements et du qu'en-dira-t-on. Etre vulgaire, c'est s'assumer jusque dans ses côtés les moins reluisant. C'est être à la fois fort et terriblement fragile. Complexe, multiple (c'est pas pour rien qu'on arrive pas à UNE définition du vulgaire). Humain-e quoi.
     
    #7 Betty Blue, 13 septembre 2014
    Dernière édition: 13 septembre 2014
  8. Lumiciole

    Lumiciole
    Expand Collapse

    Ce qui me dérange dans la vulgarité sexuelle, telle que celle prise en exemple dans l'article, ce n'est pas le choix de la personne. Si une femme a envie de se vêtir de la sorte, libre à elle, je n'ai pas à l'en empêcher ni à lui imposer une garde-robe.

    Cependant, ce qui me pose problème, c'est ce qui découle de cela. Malheureusement, je trouve que les stars féminines, surtout dans la chanson, ont tendance à participer au sexisme par leur attitude. On a l'impression que la quintessence de la femme passe énormément par son corps et sa sexualité. Elle doit être très mince, disposer d'une forte poitrine (quitte à aider un peu la nature), se présenter en vêtements moulants bien décolletés... J'ai vraiment du mal avec le message qui est envoyé. Ces stéréotypes de femmes-objets participent au problème de perception de la femme dans la société et à l'idée que la première qualité d'une femme est d'être belle et désirable.
     
    Eiden, Asveig, ultrabambi et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  9. Black Phillip

    Black Phillip
    Expand Collapse

    Moi je trouve que la réflexion de l'article est intéressante et pertinente et j'avoue que je suis assez surprise des commentaires que je lis.

    La vulgarité gêne parce que c'est la transgression des normes, et le fait que cette vulgarité soit plus couramment attribuée à des femmes démontre que justement qu'il y a un plus grand contrôle social exercé sur elles. Enfin bon l'article explique très bien ce fait.

    D'ailleurs @Ok-san , quand tu dis que : "Une fille qui parle comme un camionneur en mâchant un chewing-gum la bouche ouverte", tu trouves ça vulgaire, c'est sûrement que c'est parce que c'est pas l'image de ce à quoi doit correspondre une femme selon les représentations et les rôles sociaux qu'on lui attribue.

    "Sans déviation de la norme le progrès est impossible". Donc je dirais presque que la vulgarité est nécessaire pour moi parce qu'elle questionne et permet de sortir des rôles qu'on nous impose.


    Et si elle est "l’apanage du petit peuple", comme ça a été dit dans l'article, c'est que les catégories populaires n'ont pas toujours le capital nécessaire pour maîtriser tous les codes de "la bienséance", et de ce qui est considéré comme esthétique par les prêcheurs de tendances, du "bon goût" (et de toutes ces conneries) qui évidemment sont originaires de la classe la plus aisée. Le goût c'est avant tout une affaire de classe sociale, c'est ce que disait Bourdieu dans "la distinction". Et le "bon goût" appartient aux classes les plus économiquement favorisées. Donc c'est facile de porter des jugements d'esthète ou que sais-je à base de : "bouh ça c'est vulgaire. "
    Dans tous les cas pour moi c'est soit discriminant soit un peu coincé (et le comble c'est que c'est à l'auteure de l'article qu'on attribue le "politiquement correct").
     
    #9 Black Phillip, 13 septembre 2014
    Dernière édition: 5 octobre 2015
    Asveig et Glück ont BigUpé.
  10. Aesahaettrr

    Aesahaettrr
    Expand Collapse
    Etat larvaire

    J'ai aussi un problème avec cet article, particulièrement la conclusion très 1984 : bannissons le mot incriminé ! Instaurons la novlangue à base de périphrases à foison.

    Il est vrai que la vulgarité chez les femmes a souvent trait à leur rapport réel ou présumé avec la sexualité. Mais ce n'est qu'une partie de la définition que je donne à ce mot.
    Mes parents dans leur grande sagesse m'ont souvent dit qu'il fallait distinguer grossièreté et vulgarité. La première se trouve dans les paroles ou les actes (jurons, signes évocateurs...), la deuxième relève de quelquechose de plus profond : la manière d'être. Une personne grossière ne sera pas nécessairement vulgaire, le contraire est moins évident !

    Si je devais tenter une définition de la vulgarité, selon moi c'est une absence d'élégance... pas seulement vestimentaire, mais aussi morale et intellectuelle. Par exemple, la quête d'argent ou de célébrité est d'une vulgarité sans nom... et c'est plus ça qui me choque chez les stars de télé réalité que leur sexualité !!

    C'est donc bien la morale qui pèche chez la personne vulgaire mais c'est simpliste de traduire morale=rester-vierge-jusqu-au-mariage. Selon moi la morale=les valeurs d'un individu.
    Quand je vois une fille jouer à faire la gourde pour qu'on parle d'elle ou un chanteur s'entourer de danseuses à moitié-nues, ils sont vulgaires, parce que leurs valeurs sont pestilentielles/inexistantes.

    En somme, il s'agirait de dénoncer un usage lacunaire d'un terme plutôt que de blâmer le terme lui-même. D'ailleurs ma définition se rapproche de l'étymologie : l'élégance intellectuelle s'acquiert souvent par l'éducation (>exclusion du vulgus)... mais je crois que l'élégance morale dépend souvent du caractère et qu'elle est accessible à tous.
     
    Asveig et agapanthe7 ont BigUpé.
  11. Hibourisson

    Hibourisson
    Expand Collapse
    la peluche nucléaire 

    C'est étrange parce que pour moi la vulgarité est devenue la norme.
    Parce qu'elle est un ingrédient de la provocation, elle fait vendre.
    Or dans notre société capitaliste, tu vends = tu te fais du fric = tu es le roi du monde.



    Par ailleurs, petite critique (j'espère que l'auteure ne m'en voudra pas trop).
    J'ai l'impression (peut être fausse) que l'article a un coté dissertation de philosophie assez scolaire.
     
    agapanthe7 a BigUpé ce message
  12. Red_lady

    Red_lady
    Expand Collapse

    J'aurais dit le contraire : sans jugement moral, tout le monde pourrait s'habiller comme il veut, faire ce qu'il veut, vivre comme il veut.
    Je pars du principe que tant qu'on ne fait de mal à personne on peut tout se permettre. Or les jugement moraux sont là justement pour nous restreindre à ce que les autres (et surtout les institutions) jugent bien au lieu de faire ce que l'on aime.
    Ne pas avoir de jugement moral ne veut pas dire ne pas avoir de valeurs.
    (Edité)
     
    #12 Red_lady, 13 septembre 2014
    Dernière édition: 20 mai 2016
    Eiden, Asveig, caleonore et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
Chargement...