L'amitié à l'âge adulte, épisode 1 — Changement de paradigme

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Mymy, le 18 mars 2016.

  1. Mymy

    Mymy
    Expand Collapse
    Member of ze Rédac', membre actif des Croisé-e-s contre l'invocation de Pierre Desproges, et accessoirement beau foufouillon.
    Membre de l'équipe

  2. Toffee

    Toffee
    Expand Collapse
    Je préfère ma jupe trop courte à ton esprit trop étroit :boxing:

    Ah, merci @Mymy pour cet article :)
    Je traverse justement une crise existentielle en ce moment, car j'ai parfois du mal à décider s'ils m'apportent autant de bonheur que d'emmerdes... J'aimerais être capable de relativiser et de me dire que je peux toujours compter sur eux quand il s'agit de passer une bonne soirée, mais c'est dur d'admettre que des gens que je connais depuis des années ne feront peut-être plus partie de ma vie dans quelques mois.
     
    Allitché, Kaus Australis, Lord Griffith et 4 autres ont BigUpé ce message.
  3. La.Rousse

    La.Rousse
    Expand Collapse
    Mélange instable

    Ohhh mais comme je comprend !
    Il m'arrive pile la même chose en ce moment.
    Je viens de finir mes études, je débarque (seule) dans une ville inconnue (mais très chouette : Bruxelles !), dans un nouveau stage (avec des collègues que j'aime quand même beaucoup <3)

    Mais en effet, on m'avait pas prévenu: comment se faire des potos en béton ?????
    Est ce que je vais être condamner à écumer les sorties seules en parlant vaguement à quelques inconnu-e-s ? :'(

    Je vais de ce pas dénicher un forum sur les Madz à Bxl !

    La bise
     
    Kaus Australis, Effy*, Morisot et 7 autres ont BigUpé ce message.
  4. Lysette

    Lysette
    Expand Collapse
    never give up, never give in

    J'ai un peu la même experience que dans l'article que les gens pensent peu a moi hormis quelques amis très proche.

    D'ailleurs @La.Rousse j'ai vécu la meme chose que toi il y a quelques années, le débarquement à Bruxelles, et j'ai mis du temps a me faire des potes, et je trouve que c'est un coté dur de l'immigration, que tu perds tes potes d'avants un peu, dû aux manques de contacts, mais que s'en refaire c'est pas façile. J'avais l'impression que les gens d'ici avait déjà leurs groupes de potes d'établis. D'ailleurs j'ai fini par aller sur un site qui est exclusivement pour se faire des potesses, et ça m'a fait rencontrer des gens chouettes.
     
    Kaus Australis, Effy* et Red_lady ont BigUpé ce message.
  5. Sophie Riche

    Sophie Riche
    Expand Collapse
    Giddy goat
    Membre de l'équipe

    Han j'avoue, perso j'ai des coups de blues liés à ce sujet parfois. Je galère à voir mes grandes potes de longue date (une vit en Angleterre dans une si belle région mais c'est galère pour y aller, l'autre à 1h de TGV, ce qui est que dalle, mais ça coûte 100€ l'aller-retour, une est à 1h de transport mais a des horaires ouf et la dernière, j'suis bête hein mais j'ose pas l'inviter toute seule parce que j'ai peur qu'elle s'ennuie juste avec moi alors qu'on se connaît depuis la 6e bon sang d'bonsoir), et je suis pas trop douée pour garder le lien à distance même si je pense tout le temps à elles et qu'elles me manquent de ouf, et ça m'a foutu un coup, mais faut bien admettre : je ne suis plus la meilleure amie de certaines de mes meilleures amies. PTET UN JOUR ELLES VONT M'OUBLIER ET OUBLIER MON PRÉNOM HAN IMAGINEZ CE SERAIT HORRIB :halp:

    Se faire des potes quand t'es dans une ville dans laquelle t'as jamais étudié mais travaillé direct, ça aide pas aussi. Mais j'ai eu la chance de faire des super rencontres dans le cadre du travail <3, directement ou indirectement, et les amis de mon mec sont super cool, et c'est trop chouette. Mais ouais des fois j'ai des p'tits coups de mou en pensant à ce sujet, en trouvant ça compliqué de s'faire des copains une fois les études finies et du coup j'ai peur que comme j'm'en fais pas des nouveaux, mes amis vont finir par me trouver relou ou pot d'colle ou nulle, j'suis bête. Et aussi, je me moque gentiment de moi parce que, inviter quelqu'un que j'aime bien mais que j'connais pas encore beaucoup à boire un coup ou à manger, ça me prend des plombes et genre je relis mon message une bonne vingtaine de fois en rajoutant des blagues lourdingues pour pas avoir l'air bête et j'trouve que, quand même, j'me mets beaucoup la pression. :puppyeyes:

    Bref du coup trop hâte de lire la suite, ça pour sûr. :dowant:
     
    JustInTitGoutte, Smiley, JoséphineF et 33 autres ont BigUpé ce message.
  6. Cordonbleu

    Cordonbleu
    Expand Collapse
    'La mandarine sort l'artichaut de l'anonymat'

    Chouette article, vivement la suite ! :gnih:
    Je me retrouve pas mal dans ce papier puisque, étant à l'école par correspondance depuis le collège (je suis en 1ère), je doit assez souvent lutter pour maintenir des amitiés qui ont pour beaucoup plus de 10 ans. C'est à moi d'aller vers mes amis en lycée classique puisque eux ne sont pas en manque de relations du fait de leur enseignement, c'est à moi de proposer des sorties, d'initier la conversation... J'ai du, à 12 ans, endosser cette responsabilité, à l'âge où normalement on croise ses amis tous les jours. Et c'est difficile quand on est pas particulièrement sociable, un peu timide. J'en ai perdu des amis et aujourd'hui je compte mes amis proches sur mes deux mains (et encore, pas tous les doigts:yawn: )
    C'est quelque chose de fréquent chez les jeunes qui font l'école à la maison. Beaucoup d'entre eux n'ont pas de relations suffisamment solides pour qu'elles résistent à un éloignement. C'est ce qui fait que certains de mes amis au CNED ont deux ou trois personnes dans leur cercle d'amis seulement, et dépendent vraiment de ces quelques personnes.
    J'ai tendance à penser que ces relations avec mes amis proches ne sont pas réciproques : 'je tiens plus à eux qu'eux à moi, j'ai plus besoin d'eux qu'eux de moi...' et ces insécurités m'empêchent d'aller vers d'autres personnes/potentiels amis.

    Enfin, on va clore ce long HS mais je voulais également avancer que les amitiés présentées dans l'article ne sont pas forcément conséquences de l'âge adulte mais aussi de son environnement, d'un déséquilibre dans notre façon d'appréhender les relations sociales...
    Tchusss !
     
    ChansonMuette, SpaceDandy, Lord Griffith et 6 autres ont BigUpé ce message.
  7. Tyz

    Tyz
    Expand Collapse
    Rigoler comme un goret en regardant un film bizarre japonais

    C´est malin, maintenant j´ai envie d´aller boire un verre avec Mymy, mais du fin fond de ma Belgique ça ne va pas être possible !

    C´est un super article, il vient de m´ouvrir les yeux sur pleins de trucs ! Justement je me demandais hier comment je pourrais m´y prendre pour me faire des amis sans passer pour la lourdingue de service. J´ai essayé de me lancer, d´envoyer des messages sympas du genre ´Hé c´est la Saint-Patrick, tu viens boire un coup ?´ à des gens que je ne côtoie pas forcément, parce que j´avais envie de les connaitre un peu mieux. Bon j´ai pas eu zéro réponse, j´étais vraiment dégoûtée, j´ai pleuré en mode drama queen à me questionner sur le pourquoi du comment, et puis j´ai lu cette article (ainsi que ceux sur l´amour propre) et ça va beaucoup mieux. Je me suis rendue compte qu´il ne faut pas se lamenter sur son sort, se trouver nulle, pas intéressante. Il faut aller de l´avant, les échecs même en amitié c´est pas non plus la fin du monde, je reste persuadée qu´il y a plein d´autres personnes avec qui je peux me lier d´amitié, et comme le dit si bien Mymy, il faut commencer par s´aimer soi-même !

    En tout cas, merci Mymy de faire des articles ainsi, on se sent moins seule, et ça redonne un coup de booste de dingue ! ... Et sinon, toi ça va ? :d
    Merci les Madz d´être comme vous êtes, vous ne vous en rendez peut être pas toujours compte mais ça fait un bien fou de vous lire.
     
    Globetrotteuse2013, HeyJune, Xotiiik et 11 autres ont BigUpé ce message.
  8. kisskissbangbang

    kisskissbangbang
    Expand Collapse
    What a time to be alive

    Merci @Mymy pour cet article éclairant! Pour ma part, je ne suis pas tout à fait dans la même situation étant donné que je suis encore étudiante et que du coup j'ai rencontré pleins de nouveaux potos et potesses ! Mais je vois ce que tu veux dire, surtout pour les amis de longue date desquels tu te retrouves séparée et qui ont aussi leur propre vie sociale, et malgré Internet, Skype etc, mine de rien, la relation n'est pas la même... Je me suis expatriée pour mes études, ce n'est absolument pas un choix que je regrette, loin de là mais c'est vrai que mes meilleures amies me manquent et que j'angoisse à l'idée de les perdre ! Enfin voilà, ma conclusion :
    on devrait vraiment se pencher sur la téléportation, ça fera du bien à plein de monde :P
     
    MoBelieves, Kmarlou et Red_lady ont BigUpé ce message.
  9. Carinee

    Carinee
    Expand Collapse
    Moral au beau fixe

    Merci Mymy pour cet article, il tombe à pic !
    Ça fait un moment que je suis éloignée de ma ville d'origine, j'ai pas mal déménagé, j'ai rencontré des gens géniaux dans pas mal de villes de France et d'Europe et j'essaie de garder contact avec les gens que je considère important. J'avale les kilomètres en avion, train ou covoiturage pour rendre visite à mes amis et ont passe de supers moments ensemble, même si je les vois qu'une fois par an pour certains. Mais mon dernier déménagement, c'est au milieu du Danemark, et je commence tout juste à aligner 2 mots en danois, alors mon cercle social est assez restreint. C'est + compliqué (et plus cher) de rendre visite à mes amis, c'est dur de le faire sur un week-end par exemple. Je continue à le faire comme je peux, mais je commence à sentir que c'est toujours moi qui me déplace, qui vient rendre visite. C'est sans doute parce que je suis celle qui suis partie, on considère que c'est à moi de revenir (et puis c'est vrai que c'est long de venir me voir maintenant ! Mais y a pas de miracle, c'est le même trajet que je fais en sens inverse...).
    Mais je commence à me dire que le jour où je pourrai plus faire cet effort - avec un bébé par exemple, je me vois mal partir en week-end intensif ! Et bien ce jour là, je verrai plus beaucoup mes amis....alors pour l'instant je continue à voyager pour voir mes amis, pour retarder cette échéance...
    Je crois que je suis un peu HS par rapport à l'article mais j'ai hâte de lire la suite !!!
     
    Globetrotteuse2013, Effy*, Skjoldmø et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  10. Red_lady

    Red_lady
    Expand Collapse

    Je suis aussi dans cette situation (quelle surprise :lol:). Pour l'instant ce qui m'empêche le plus de me faire des amis c'est que, bon déjà je suis super timide, et que les rares fois où j'ose inviter une connaissance, c'est considéré comme du flirt.
    Je me retrouve donc souvent dans une situation où je dois choisir entre avoir une relation romantique / sexuelle et ne plus revoir la personne :top:.
    Donc voilà, si vous avec des astuces pour inviter une personne à aller au musée ou boire un verre sans ambiguïté, je suis preneuse :rire:
     
    Jessie., Patrickbateman et Kmarlou ont BigUpé ce message.
  11. mistral

    mistral
    Expand Collapse

    Vraiment, merci pour cet article ! Je m'y reconnais énormément, et j'ai vraiment hâte de pouvoir lire la suite, savoir si tu as trouvé des solutions.

    Je suis persuadée que ça fait partie des raisons pour lesquelles j'ai fait une dépression il y a quelques mois - en plus d'autres soucis, genre des relations compliquées avec ma famille et un travail pas épanouissant (que j'ai d'ailleurs quitté et ça va mieux depuis)... Mais bon, maintenant, étant donné que je fais un métier vachement solitaire (illustratrice), au final je reste travailler chez moi et je ne sors que pour faire des courses ou aller à la piscine ! (et la natation est un sport super solitaire aussi en plus) Mes amis font tous des études plus longues alors ils sont très pris par leurs cours et leurs révisions, et comme je ne suis en plus pas très fan de sortir le soir parce que je suis du genre parano... :s Se faire des amis, ou entretenir les anciennes relations dans ce genre de situation, pour moi ça relève de mission impossible !

    @Red_lady Je ne sais pas si ça peut être une piste, mais peut-être que tu pourrais ne pas les inviter en tête-à-tête ? Si vous êtes trois ou quatre, ça évitera toute confusion ! Bon le plus dur c'est de convaincre toutes les personnes du coup x)
     
    Effy*, Red_lady, ben quoi ? et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  12. Skjoldmø

    Skjoldmø
    Expand Collapse

    :worthy: je suis genre EXACTEMENT dans la même situation (sauf que je parle danois): au fin fond du Danemark (super galère pour mes potes de me rendre visite, ou alors ils ne font pas d'efforts, je ne sais pas). La plupart de mes amis habitent dans d'autres pays ou d'autres villes du Danemark du coup je passe mes weekend à leur rendre visite mais j'aimerais bien, de temps en temps juste boire un café ou me faire un ciné avec une/un pote en semaine. C'est exactement la description en début d'article: je me lève, je vais bosser, je vais faire du sport, je vais me coucher et je recommence. En plus, j'ai l'impression que mes potes en France vont m'oublier, parce que je ne fais pas partie de leur quotidien. A chaque fois que je rentre chez moi, j'ai un petit pincement au coeur :tears:.
     
    Pash, Patrickbateman, Kaus Australis et 4 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...