L'anglais et moi : quand le complexe s'est transformé en plaisir

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Mircea Austen, le 14 août 2014.

  1. Mircea Austen

    Mircea Austen
    Expand Collapse
    Il croyait savoir, il ne savait pas qu'il croyait.

  2. adita

    adita
    Expand Collapse
    Dans le game en claquettes

    :worthy:

    Cet article est juste parfait, et le passage sur le capital culturel et les moyens financiers de partir en voyage, tellement vrai.

    De mon côté, je me suis longtemps considérée comme nulle en anglais. J'avais de très bonnes notes aux collèges/lycées mais le fait d'être entourée d'amies bonnes en anglais qui me sortaient que sans anglais tu peux rien faire, et qui avait la moquerie facile, ça ne m'a pas aidé. Je n'ai jamais vraiment compris cette attitude, j'avais de très bons résultats en sciences et je n'allais pas me moquer de leurs niveaux en maths :dunno: (surtout que bon, même si une moyenne ne veut pas dire grand chose, 14 c'est pas vraiment "nul").
    Mes 2h par semaine 3 mois par an à la fac ne m'ont pas aidé plus que ça. Et même si je privilégie toujours la VO, je ne regarde pas beaucoup de séries/films donc ça ne m'a pas fait vraiment progresser.

    Ce qui m'a vraiment débloqué, c'est de traîner avec des amis non-francophones, j'ai découvert que mon anglais était tout à fait honorable, j'ai vraiment été encouragée à parler sans honte, ça m'a vraiment permis de progresser. Pour ce qui est de l'accent, il est toujours français et j'assume! Tant que mon anglais est compréhensible par la personne en face et qu'elle n'a pas besoin de faire d'effort pour me comprendre, je considère que c'est bon (bon bien sur je suis ouverte à toute correction en vue d'améliorer mon accent, le but n'est pas de refuser l’amélioration).

    Enfin quand un étranger parle en français, personne ne se permet de lui dire que son accent est pourri, par contre un français à un autre français oui :goth:  (et puis bien sur toujours dans l'optique de rabaisser hein, jamais pour faire une remarque constructive).

    Pour l'espagnol j'ai une histoire un peu différente. j'avais toujours détesté cette langue, et je me suis maudite toute ma scolarité de ne pas avoir fait allemand. Et depuis 3 ans et ma rencontre avec plein d'amis latinos, je me suis fait l'oreille en soirée, j'ai recommencé l'apprentissage via Duolingo (parce que j'avais sérieusement besoin de revoir les bases!), et j'ai repris plaisir à pratiquer la langue!

    Résultat maintenant je me débrouille plutôt bien, mais j'avoue que, comme pour l'anglais, c'est l'entourage et le fait d'être soutenue et incitée à progresser qui fait tout!
     
    #2 adita, 14 août 2014
    Dernière édition par un modérateur: 14 août 2014
    Major Lazer et lafillelabas ont BigUpé.
  3. KiwiBlue

    KiwiBlue
    Expand Collapse
    Pleurs tu pisseras moins !

    Super article ! je m'y retrouve totalement !
    En classe j'étais nulle en anglais, j'adorais ça mais je n'y arrivais pas.
    Du coup j'étais très complexé et ne parlais jamais anglais.
    Mais au fond de ma tête j'avais toujours cette envie d'être capable de converser avec des étrangers.
    Il y à 4 ans je suis parti faire les saisons, j'ai mis de l'argent de côté et un an plus tard je suis parti voyager en Nouvelle-Zélande.
    Même si les débuts furent laborieux la récompense est là aujourd'hui je suis bilingue et d'après mes amis kiwis et américain depuis quelque temps on entend presque plus mon accent français (d'ailleurs ça les rend triste il trouve ça sexy l'accent français !!).
     
    Major Lazer a BigUpé ce message
  4. AngelTen Richard II

    AngelTen Richard II
    Expand Collapse
    Of course it is happening inside your head, but why on earth should that mean that it is not real ?

    @mymy : "l’anglais redevenait ce bon vieux vieil ennemi ?" non ?

    Mmmh, article assez intéressant. J'ai toujours adoré l'anglais, mais au collège, il y a eu une année où j'étais vraiment nulle (la 5e).

    Par contre je ne suis pas d'accord sur "tout est subordonné à ce but : communiquer". Toute langue vivante est une langue de culture et de communication, dénier la dimension culturelle de l'anglais, je trouve ça un peu dommage alors que l'anglais reflète une culture différente de la nôtre, ce n'est pas qu'un code.
     
  5. Fenotte

    Fenotte
    Expand Collapse

    Juste une remarque sur le fait que "les gens qui ne peuvent pas voyager sont discriminés"...

    Je suis traductrice professionnelle, j'ai réussi des études de traduction très difficiles, avec une certaine facilité d'expression en anglais. J'ai aujourd'hui une excellente compréhension de l'anglais écrit et parlé, y compris les accents divers et variés (en ce moment, j'écoute 2fm, radio irlandaise, comme tous les jours pendant que je bosse)...

    Et pourtant, je n'ai jamais mis les pieds dans un pays anglophone. Je dois être l'une des seules traductrices de ma génération à pouvoir dire ça, tellement Erasmus est devenu répandu et les voyages considérés comme "obligatoires". Pourtant, déjà au collège, j'étais en avance sur le programme d'anglais, et je m'ennuyais et je passais mon temps à dessiner dans mon coin (good times :cretin:)

    Quel est mon secret? Tout simplement qu'à partir de 13 ans, j'ai commencé à regarder la télévision en anglais et à lire en anglais. C'est devenu une vraie manie, d'ailleurs j'aime bien dire que j'ai passé plusieurs années en Angleterre en restant chez moi tellement mon immersion a été totale :cretin: J'ai commencé par MTV, du temps où c'était encore la vraie, l'unique, celle qui parle anglais et qui passe de la musique, avant de passer à la BBC: toutes les émissions pour ado du samedi matin, Live and Kicking, Top of the Pops, j'ai découvert Eastenders, le meilleur soap du monde :lol:, puis j'ai commencé à dévorer la presse jeune, Smash Hits, tout ça...

    Et comme ça, je suis rapidement devenue "bilingue", et ma petite sœur de 4 ans ma cadette a suivi et a appris à parler anglais de la même manière

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Bref, c'est pour dire que si vous n'avez pas la possibilité de partir dans un pays étranger, tout n'est pas perdu pour autant, au contraire, et surtout à notre époque avec toutes les possibilités de lire et d'écouter des langues étrangères en ligne... A tous les ados qui commencent l'anglais à l'école, ou n'importe quelle langue, je conseille avant tout de se trouver des trucs qui les botte en anglais, que ce soit des chansons, des films, des séries, des bouquins, des magazines, n'importe quoi... Bien sûr au début c'est difficile, et frustrant, mais usez et abusez des sous-titres (un jour vous remarquerez que vous n'en avez plus besoin), lisez avec un dico sous la main pour chercher les mots inconnus. J'avais un prof à la fac qui enseignait l'expression orale en anglais avec une méthode très particulière, basée sur l'écoute, je n'ai jamais ouvert la bouche à son cours, ce qui convenait parfaitement à la poule mouillée que j'étais... "Listening is speaking"!

    Bref mon expérience est un peu différente, sûrement, de tous les témoignages qui vont dans le sens du "on ne peut pas apprendre une langue sans séjourner dans le pays". Moi je pense que si. A partir du moment où on trouve un moyen de transformer l'étude scolaire en apprentissage personnel, que ce soit via la télé, l'ordinateur, les bouquins ou ses potes étrangers.
     
    just_in_case, Selby, Major Lazer et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  6. naabrisa

    naabrisa
    Expand Collapse
    Guest

    Je voudrais souligner quelques point de cet article.

    Je pense que l'apprentissage des langues dépend de chaque personne, comme il existe des personnes qui sont douées en maths et d'autres non (désolée, mais les maths, j'ai beau avoir essayé, c'est juste non).

    J'ai toujours eu des facilités en langues : depuis que j'ai commencé l'anglais en 6ème, je n'ai jamais eu de notes en dessous de 17/20, sans jamais avoir appris. Je pense que ma mémoire auditive y est pour beaucoup. J'ai toujours eu un excellent niveau en anglais, et pourtant, je ne suis jamais partie dans un pays anglophone ! Et à mon époque non plus, je n'avais pas le streaming pour m'aider (et quand ça a commencé à se mettre en place, je regardais en français, en grande flemmarde que je suis :yawn:). ​

    Mes parents ne parlent pas un mot d'anglais. A vrai dire ils s'en foutaient un peu que je réussisse ou non dans cette matière, ils n'en voient pas l'intérêt :erf: Et mes profs ... Je crois que de toute ma scolarité, il n'y en a qu'une que j'ai vraiment appréciée ^^ ​

    Donc je n'ai pas eu mes parents qui me poussaient à apprendre quoi que ce soit, je n'ai jamais eu les moyens de voyager, ni des profs qui appréciaient vraiment leur boulot, et pourtant, je suis parfaitement capable de communiquer ! Je ne prétends pas être bilingue (tout est perfectible :top:), mais mon niveau me suffit pour mon boulot :)

    Tout cela pour dire que : qu'importe les moyens qu'on a, si on a vraiment l'envie, et si on a des capacités, il faut les exploiter :d ​
     
    Bibifocus a BigUpé ce message
  7. stoogie

    stoogie
    Expand Collapse

    Cet article est complétement en phase avec ce que je pense ! Le principal est effectivement de communiquer et oui, j'ai un super accent... français. Et oui, je mer*ouille un peu niveau grammaire. Mais il y a quelques années, gros déblocage : on me comprend quand je vais à l'étranger, je parle avec les étrangers en visite dans ma région etc. Et c'est cool ! Mais dès qu'il y a des Français dans les parages quand je dois parler en anglais à quelqu'un... eh bien je bloque. Pourquoi ? Peut-être la peur d'être jugée et moquée ? Des vieux souvenirs de cours où les potes se moquaient les uns les autres ? Une honte culturellement intégrée ?
    Et d'ailleurs, les autres Espagnols, Chinois, Russes, Grecs ne parlent-ils pas anglais avec un accent (le leur !) ? Et est-ce qu'on demande à ces Anglais, Américains, Espagnols etc de parler français avec un accent français ?  Heiiiiin ??!!
     
    Shelbys a BigUpé ce message
  8. Vanities

    Vanities
    Expand Collapse
    Faut pas le dire mais c'était court. Faut pas l'écrire ça pue l'amour.

    Je suis contente de lire que non, l'anglais n'est pas une langue facile. Enfin, pas plus facile qu'une autre langue.
    Je suis également contente que cet article évoque le fait, qu'aujourd'hui, l'expression
    je parle couramment anglais " s'est un peu banalisé. Pas que je remette en cause les capacités linguistiques de certaines connaissances mais bon.

     :worthy:

    Aussi, j'en ai un peu marre d'entendre certaines personnes qui disent : soit tu es bon soit tu es mauvais en langues, ce qui sous entends que si tu es mauvais, tu ne peux rien faire, c'est comme ça.

    Pourtant, être bon en langues n'est pas quelque chose d'inné. Même dans la vidéo, le mec qui parle 20 langues, insiste bien qu'il pratique régulièrement les langues. En fait, c'est ça qui est cool avec les langues, en pratiquant voire mieux en s'émergeant dans un pays étranger, tout le monde peut y arriver! Autant on peut dire, je suis mauvais en mathématiques, autant se dire mauvais en langues, n'a pour moi pas beaucoup de sens.

    Par exemple, j'ai dû apprendre le français, et même si j'avais quelques bases auparavant, ce qui m'a vraiment aidé à bien maîtriser la langue, c'est tout simplement venir en France pour une longue période, et donc devoir pratiquer tous les jours :cretin: Je compte faire la même chose avec l'anglais. :lunette:
     
  9. ThelmaEtLouise

    ThelmaEtLouise
    Expand Collapse
    Fluctuat nec mergitur

    En lisant l'article, j'ai appris que @Mircea Austen avait fait une interview en anglais il y a pas longtemps (j'avais apparemment zappé) et je suis allée voir les commentaires ... Waoh c'est franchement pas tendre ! :erf:

    J'ai l'impression que c'est assez français de juger le niveau des autres sur l'anglais et surtout à base de " l'anglais c'est facile" donc tout le monde devrait y arriver ..

    Ben comme dit l'article non, c'est assez faux. La prononciation et l'accentuation ne sont pas franchement évidentes pour des gens francophones.

    Je me suis aussi fait la remarque du sentiment de gêne qui nous entoure quand on veut parler anglais et qu'il y a des Français dans le coin: j'ai d'habitude aucun problème à parler avec des étrangers et je me suis rendue compte de ma gêne uniquement quand j'étais avec des amis français.


    C'est quand même un peu con et contre-productif ce besoin de faire chier les autres comme ça ...
     
    mistral et Pezzo ont BigUpé.
  10. Shield

    Shield
    Expand Collapse
    Guest

    J'ai tiqué aussi, mais le paragraphe suivant nuance ce propos dans le même sens que ton post :fleur: Tout le monde ne s'intéresse pas aux mêmes choses, et (aussi fou que ça puisse me paraître personnellement :cretin:), certaines personnes ne s'intéressent pas à la culture anglophone. Ceci dit, dans un cours d'anglais, il y a aussi des objectifs culturels. Les langues mélangent linguistique, civilisation et littérature - mais il est difficile de parler civi ou litté quand on n'a pas déjà quelques bases linguistiques, et d'ailleurs la priorité est donnée à la communication dans les directives d'enseignement!

    Pour ce qui est de l'accent, personnellement je trouve ça important aussi de soigner son accent/sa prononciation parce que ça participe à la compréhension (comme il y a un système d'accentuation, c'est plus facile d'identifier un mot quand c'est la bonne syllabe qui est accentuée - ou la forme d'une phrase quand c'est la bonne tonalité qui est utilisée). Après il n'est pas question de parler parfaitement anglais comme un anglophone et même en étant agrégée, je fais encore des fautes de prononciation :shifty: (limite plus qu'avant depuis qu'on m'a fait faire de la phonétique tellement je me casse la tête avec ça maintenant :lol:, j'en parlais avec @Sword ) A mes yeux, c'est important d'essayer de s'améliorer si on cherche à parler une langue étrangère mais il n'est JAMAIS honteux de se tromper. Ce qui est honteux, et ce n'est pas vrai que pour les langues étrangères, c'est de refuser d'accepter qu'on peut se tromper; ce qui est important pour apprendre l'anglais, c'est de progresser, à son rythme, pas d'être billingue. Si on est billingue, on n'a pas besoin d'apprendre l'anglais. En fait c'est une question de "philosophie de l'apprentissage" : faire des erreurs ne devrait pas être honteux, ça fait partie intégrante du processus d'apprentissage! Mais bon, y a des profs sadiques (ou las), et des camarades de classe qui s'amusent à enfoncer les autres pour se faire oublier.

    A propos de la question de la facilité des langues, j'ai toujours aimé apprendre les langues et ça me semblait facile (ceci dit j'ai fait un blocage en russe et je pense que personne n'est à l'abri de faire un blocage en langue quand on se sent mal à l'aise pour diverses raisons). Je pense que les langues demandent différentes qualités (aisance dans la manipulation des mots, de la syntaxe, aptitude en logique, oreille fine, anticipation, etc.), du coup pour certaines personnes ça sera plus facile que d'autre (mais ce sont des qualités assez variées pour toucher des personnes très différentes je pense). Après, en langue comme ailleurs, je crois que l'amour de la matière, le goût d'apprendre et la curiosité jouent beaucoup.


    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    just_in_case et Major Lazer ont BigUpé.
  11. Y.

    Y.
    Expand Collapse

    Merci pour cet article ! Et ça vient d'une prof d'anglais :)

    Je ne sais pas si les profs d'anglais sont particulièrement plus haïs que les autres profs (j'en ai un peu l'impression, mais on voit toujours midi à sa porte), mais je ne compte plus le nombre de fois où je me suis fait expliquer tout ce qui ne marchait pas avec les méthodes d'enseignement de l'anglais en France par des gens... qui se plaignaient justement de ne jamais avoir réussi à apprendre l'anglais (ben oui, c'est sûr que moi qui suis bilingue sans avoir de famille anglophone, je suis forcément moins qualifiée pour parler de la question que des gens qui ont lâché l'affaire en 5ème :cretin:)

    Et justement, cet article dit précisément ce que je répète le plus souvent à mes étudiants : osez ! Faites ce que vous voulez, trouvez-vous des amis anglophones, partez à l'étranger, regardez la télé en anglais, chantez vos chansons préférées par coeur... mais faites-le, au lieu de râler. On s'en fiche que votre accent soit pourri. Si quand vous étiez bébés vous vous étiez mis à complexer et à jeter l'éponge à chaque fois que vous aviez du mal à faire deux pas de suite, vous seriez où maintenant, hmm ? :troll:

    C'est vraiment dommage d'entendre énumérer des prétendus remèdes miracle ("Non mais ce qui marche vraiment, c'est l'immersion!" "En fait nos profs ils ne nous apprennent pas assez de trucs qui servent vraiment dans la vraie vie" "De mon temps les manuels scolaires ils étaient vraiment trop pourris" et autres), comme s'il n'y avait qu'une recette à appliquer pour que ça fonctionne (et que comme par hasard, la recette en question se trouve toujours être celle qu'on ne peut pas appliquer pour une raison ou une autre). Oui, l'immersion, les cours pratiques et tout, ça marche, mais rarement tout seul (on a tous quelques potes revenus d'Erasmus avec une belle gueule de bois et pas un mot de vocabulaire en plus pour le prouver), et surtout, pas si on refuse de prendre le moindre risque.
    Alors ayez l'air con, mais faites-le ! :boxing:

    (voilà, c'était l'essentiel de mon cours d'anglais tous niveaux confondus :cheer:)
     
    Ptitepousse, just_in_case et Major Lazer ont BigUpé ce message.
  12. Hawley

    Hawley
    Expand Collapse
    Retraitée sans scrupules

    ( Parenthèse parce que ça m'a fait mourir de rire :cretin: et que j'ai eu quasiment le même cas : "I live in a small town in New Zealand." "Called ?" "Oh no the weather is fine." :ninja: )
     
    Naurore a BigUpé ce message
Chargement...