Les économies d'un an sans clopes, ça donne envie d'arrêter de fumer

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Mymy, le 2 avril 2018.

  1. Mymy

    Mymy
    Expand Collapse
    Rédac chef adjointe, lien rédac/forum, adoratrice du sel, et accessoirement beau foufouillon.
    Membre de l'équipe

    #1 Mymy, 2 avril 2018
    Dernière édition: 3 avril 2018
    ----- Publicité -----
  2. Kaus Australis

    Kaus Australis
    Expand Collapse
    Qui a quoi?

    Je pense toujours «oui!» puis après réflexion jme dis que j'aime trop fumer par plaisir et que c'est un budget accepté, comme pour le maquillage ou la course à pied, et finalement j'attends bêtement d'être dégoutée par la clope pour prendre cette décision.

    J'habite pas loin du Lux aussi ça aide :rire:

    Mais pour ne pas se flinguer trop la.santé, la ecig reste une bonne alternative, ça reste un budget mais bien moindre que celui de la clope y compris quand on est frontalière.
     
  3. JAK-STAT

    JAK-STAT
    Expand Collapse
    Le Potter Noël

    Je trouve ça ouf, j'ai du mal à voir où vous trouvez ce fric à dépenser Oo surtout les étudiant.e.s ! y a des étudiant.e.s qui se fument plusieurs paquets par semaine, qui dépensent facile 100 euros par mois pour la clope...mais vous les trouvez où ces 100 euros ? vous bossez à côté des études ? c'est vos parents qui financent ? Oo
    Vraiment ça m'intéresse de savoir :happy:
     
    Chouette-Culotte, Ahn, Naurore et 5 autres ont BigUpé ce message.
  4. Kaus Australis

    Kaus Australis
    Expand Collapse
    Qui a quoi?


    Quand on fume on n'a plus faim :ninja:

    Perso je suis en alternance donc payée un peu moins de 1000 balles/mois, et je me rachète jamais de fringues ni rien, pour 21€ les 180 grammes de fleur du pays qui me tiennent un mois ça passe. Par contre le tarif français, 15€ les 30g environ, ça fait très mal.
     
    sophiebrld et JAK-STAT ont BigUpé.
  5. JAK-STAT

    JAK-STAT
    Expand Collapse
    Le Potter Noël

    @Kaus Australis c'est ce que je finis par me dire parce que j'ai du mal à voir comment on peut concilier clope + repas décents + dépenses de transports, scolarité, ect...
    Quand je vois ceux de ma fac qui bossent pas donc qui ont pas de rentrées d'argent, fumer un paquet par jour, je me pose des questions :lol:
     
    BulleColoree, Manea et Kaus Australis ont BigUpé ce message.
  6. Kaus Australis

    Kaus Australis
    Expand Collapse
    Qui a quoi?

    Ça reste une addiction dont les fumeurs sont victimes... comment font les crackheads pour trouver leur came alors même que souvent ils font partie des plus pauvres, bah ils la trouvent à la force de leurs viscères et en remettant leurs fonctions vitales basiques en sourdine pour faire taire ce truc qui hurle au fond d'eux.

    D'où le fait que monter le prix du paquet est dangereux, ça n'empêchera pas les gens de fumer, ils trouveront toujours un moyen. Si se lancer dans le marché noir est une hypothèse envisageable, on peut aussi imaginer que plus d'un va se lancer dans le jeûne subi :erf:
     
    helvira, LaBeletteMasquée, Nymphetameen et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  7. Nymphetameen

    Nymphetameen
    Expand Collapse
    Il n’y a pas d’amour, il n’y a que des épreuves d’amour.

    Pensée numéro 1 : ça donne envie de se mettre à fumer pour arrêter.
    Pensée numéro 2 : non mais n'importe quoi meuf, tu mets déjà de l'argent de coté et c'est exactement le même principe :')

    Voilà ce qui s'est passé en environ 5 secondes dans ma tête.
     
    Orukoh, PetitPomelo, saf26 et 8 autres ont BigUpé ce message.
  8. helvira

    helvira
    Expand Collapse

    Ça fait presque un an que j'ai arrêté. J'ai fumé ma première en 1978 (j'avais 14 ans) et sauf quelques interruptions, j'ai fumé pendant 40 ans.
    J'ai essayé plusieurs fois, parce que j'étais enceinte, parce que j'avais fait un pari, parce qu'une toubib m'a menacée de BPCO. Mais la clope, c'est trop bon.

    J'ai eu un déclic à la fin d'un pot de tabac l'an passé. Je ne sais pas pourquoi, je ne toussais pas plus que d'habitude, mes cheveux et mes fringues ne puaient pas plus que d'habitude, mon porte-monnaie n'était pas plus vide que d'habitude, mais je me suis dit "y'en a marre, je n'en rachète plus".
    Et ça a marché. Je ne sais pas comment. Je suis honnête, la clope me manque tous les jours. Je suis devenue un détecteur de fumée ambulant : comme on récupère son odorat, quelqu'un qui fume à l'autre bout de la rue est immédiatement détecté et déclenche une envie.
    La seule chose qui me fasse tenir quand ça me taraude : je prend une inspiration super profonde et j'expire tout doucement. Et ça ne finit pas en quinte de toux. Les grosses fumeuses comprendront. Chacun doit trouver son déclic, le mien c'est ma respiration.

    Et autre chose : il m'a fallu 7 essais pour y arriver :
    - 1987 : un pari avec un mon pote de fac Pépin : j'ai tenu 9 mois, pas si mal (lui n'a jamais repris, mais c'est un surhomme. Bigup pour Pépin <3)
    - 1990 : une idée, comme ça, parce que j'ai les cheveux qui puent le tabac : 2 mois. Ça fait quand même 2 mois sans clope (Bien sur. Faux-cul, va...).
    - 1992 : je suis enceinte, donc arrêt pas trop difficile. Mais à peine l'allaitement fini : aarglll, vite, une clope. 9 mois sans tabac quand même. Mais 25 kg en plus, youpi. (Ça a peu à voir, mais ma grande-et-très-belle que donc, j'attendais, a 23 ans maintenant et ne fume pas, je l'aime tellement et suis fière d'elle +++ <3)
    - 1995 : je suis enceinte. Je ne me suis pas arrêtée, j'ai juste diminué, culpabilité à fond, les 25kg de gras sont toujours là, mais je n'ai pas pris d'autres kilos. Cela dit le gamin a 22 ans aujourd'hui et est une pub vivante pour une salle de sport. Et il ne fume pas. Et je suis tellement fière de lui <3
    - 1998 : séparation douloureuse, on change tout, on déménage et on arrête de fumer : 3 mois sans tabac. Ok, restons positif, c'est toujours 3 mois de salubritude.
    - 2000 : nouvelle love-story, on se connait depuis longtemps, on aimerait bien un bébé... donc arrêt de la clope. Oui mais non : 2 mois et ça dérape (mais bébé quand même en 2003)
    - 2013 : bilan de santé de la sécu : la BPCO me guette, panique totale, j'ai peur de me retrouver avec la petite valise d'oxygène. J'arrête. 5 mois, mais la clope me manque trop (ma sœur me juge...)
    - 2017 : va comprendre... la fin d'un pot de tabac a suffi à tout arrêter.

    Ça fait donc un peu plus d'un an.
    Donc il ne faut pas se sous-estimer si c'est trop difficile les premières fois, parce que c'est VRAIMENT très difficile d'arrêter.
     
    #8 helvira, 2 avril 2018
    Dernière édition: 7 avril 2018
    sophiebrld, Nerys_L, BulleColoree et 8 autres ont BigUpé ce message.
  9. JAK-STAT

    JAK-STAT
    Expand Collapse
    Le Potter Noël

    @helvira de toute façon la rechute est normale, pour tous types d'addiction ^^ les gens qui arrivent à arrêter définitivement en un essai sont rares
     
    helvira et BulleColoree ont BigUpé.
  10. cynthiak

    cynthiak
    Expand Collapse

    Je fais ce petit commentaire pour vous donner mes astuces, enfin les choses qui m'ont aidé à arrêter et surtout ne pas reprendre.
    En Octobre, ca fera 5 ans que j'ai arrêté de fumer. Je l'ai fait du jour au lendemain.
    J'ai lu le livre d'Allen Carr en fumant des tas de clopes. Puis j'ai fumé la dernière en pleurant. En disant au revoir à une habitude que j'avais depuis presque 15 ans. C'était le moment parfait pour moi car j'avais un nouveau compagnon non fumeur et surtout une nouvelle voiture, (la voiture c'est là où je fumais le plus) le fait de décider de ne pas fumer dedans ca m'a vraiment aidé. Je fumais pas à l'interieur chez moi non plus. Du coup j'avais l'impression de perdre mon temps à fumer seule dehors, de devoir mettre ma vie en pause constament. C'est ca bien plus que le livre qui m'a motivé.
    Une fois que j'ai arrêté, à chaque envie et surtout au boulot, je me faisais un thé ou une thisane. Ca occupe les doigts et l'esprit. C'est important et c'est bien mieux que le chocolat.
    Et mon astuce ultime qui m'a aider à ne jamais reprendre. J'ai dit à toute ma famille que moi je ne serais jamais comme ma soeur a arrêter 1000 fois (elle a enfin réussi grâce à son joli bébé) que moi j'arrêterai 1 seule fois et pour toujours. Ca m'a mis un peu la pression au debut mais ca m'a vraiment aidé à ne pas craquer. Ma mère ne manquait pas de me le rappeler, j'avais une alliée en or.
    Les premiers mois sont tellement difficile, on a ce souvenir idéalisé de la cigarette. Je l'ai toujours d'ailleurs mais juste après maintenant je me rappelle que c'est pas si bien et je passe à autre chose. J'espère que ces mots vont vous aider à arrêter!
     
    Nerys_L et Mad_Ame ont BigUpé.