Les relous de la rue - Chroniques de l'Intranquillité

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Ophelie, le 13 septembre 2011.

  1. Ophelie

    Ophelie
    Expand Collapse
    Monarchiste au crépuscule

  2. Norma Jean.

    Norma Jean.
    Expand Collapse
    ALLONS-Y !

    Ah c'est inuspportable ça,on me l'a sortit dans toutes les situations (réunions de famille ennuyantes etc.) comme si lire un livre était triste!
     
  3. tetelestai

    tetelestai
    Expand Collapse

    Oh merci merci merci !!! J'en peux plus de tout ces relous...Et la prochaine fois je repenserais à ton texte quand la moutarde commencera à monter !
     
  4. Kvet

    Kvet
    Expand Collapse
    Conan le détective barbare

    Et que te répondent-ils Anourocéphale ? :shifty:

    Sinon je prend un malin plaisir à envoyer bouler tous ces emmerdeurs de la rue.
     
  5. Rebecco

    Rebecco
    Expand Collapse
    I'm a lemon.

    Enh tout d'un coup j'ai honte :icon_4laugh: Je fais toujours la blague du texte au ciné :sad:
     
  6. Aqueuse

    Aqueuse
    Expand Collapse
    est décaféinée

    Dans le même genre y a aussi les messagers de la gentillesse obligatoire, qui essaie de t'entrainer dans leur grande vague de bonheur et de partage à coup de bonjour forcé et de "tout le monde il est gentil".... quelle bande d'emmerdeur. J'adore les remettre à leur place, ça défoule.
     
  7. fannynettedelux

    fannynettedelux
    Expand Collapse
    Soudainement optimiste

    Et voilà pourquoi je reste chez moi a lire Mad' plutôt que de sortir faire un tour toute seule avec mon bouquin ou mon Cosmo!!
    Merci pour l'article!
     
  8. maw maw

    maw maw
    Expand Collapse
    v.v. qui a gardé son déguisement 


    Je suis plutot d'accord parce que j'avais aussi postuler pour ce genre de job et j'avais dans l'idée de gagner des sous parce que j'en avais besoin tout en faisant un truc un peu plus utile que de bosser chez macdo. Je pense que si j'avais été prise j'aurai essayé d'interpeller les gens sans les faire culpabiliser et j'aurai donné une partie de mon salaire à AIDES à la fin parce que je trouve ça pas cool d'être payer pour demander aux gens de donner à une assoc alors que sois-même on ne donne rien. Au final je me suis retrouvée avec un job encore pire dans le genre emmerder les gens : aller les voir sur leur lieux de travail pour leur demander de s'abonner à des magazines :facepalm:

    Juste par curiosité : t'as été prise pour faire ce job ? si oui ça s'est passé/se passe comment ?
     
  9. Solemnia

    Solemnia
    Expand Collapse
    Allo maman?Claudy à l'appareil! J'viens de me faire carjacker!

    Je vis dans une ville qui craint BEAUCOUP TROP donc quand je fous les pieds dehors c'est : pour aller au lycée, pour faire une course, en cas d'extreme urgence, parce en ce qui concerne les dragueurs de rue la courtoisie j'essaie mais essuyer constamment des "salope" "sale pute" et autre sobriquets, avec parfois 5 mecs qui me suivent sur quelques dizaines de mètres, ca me gonfle, donc sur ce point je comprend tellement...

    Pour ce qui est des assoc, il y a eu qu'une seule fois AIDES par chez moi, j'aimerais bien donner aux assoc le truc c'est qu'en tant qu'étudiante j'ai pas un rond.. Donc quand le mec te propose de donner 7? par mois, y a pas de soucis, par contre, quand tu lui reponds que t'as pas de thunes désolé au revoir, et que le mec se met a limite essayer de te tripoter, a t'encercler avec d'autres mecs, ca j'aime pas, mais alors pas du tout...

    Donc je comprend que les gens dans la rue, ca fait chier. En fait, chez moi c'est tellement naze, que j'ai jamais eu la possibilité de discuter avec quelqu'un d'intéréssant, du coup je me ferme.

    Par contre, quand je bouge dans les grandes villes, j'ai deja eu l'occasion de papoter avec des gens vraiment intéréssant, donc je pense que il faut trouver un juste milieu et ne pas se fermer

    (mes neurones sont fatigués :d)
     
  10. suivezlelapinblanc

    suivezlelapinblanc
    Expand Collapse
    Révisions mon amour...

    A Bordeaux ils sont implantés rue Sainte Catherine, alias (si des Madz bordelaises passent par là, elles comprendront :hello:) LA RUE LA PLUS FREQUENTEE DE LA VILLE, là où il y a toutes les boutiques, allant de la FNAC à H&M, Promod, Etam, Jules et cie...
    Bref c'est toujours LA que tu les repères, ça ne loupe pas, anorak orange DDE ou jaune poussin, sac sur le dos et toujours effectivement la petite phrase bien relou qui t'alpague et te fait culpabiliser...

    Alors moi j'ai adopté une technique simple et diablement efficace qui se résume à un seul mot :
    "What ?" avec regard de l'anglaise qui comprend pas ce que le lutin orange lui raconte. Imparable :lol:
     
  11. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    J'arrive pas à comprendre le débat en fait.

    L'article parle du fait qu'il est agaçant d'être dévié de sa tranquillité, pas réellement du fait que c'est mal de défendre la fin des injustices...

    En tout cas je ne lis pas cet article comme un "vite, allons jeter des pierres sur ces méchants qui oeuvrent pour le bien". C'est pas parce que y'a un peu de sarcasme, d'humour, de carricature, c'est pas parce qu'on s'agenouille pas devant eux sous prétexte qu'ils se battent pour la noble cause qu'on chie sur la cause en elle-même (il me semble). Y'a quand même pas mal de choses qu'on peut facilement caricaturer a propos de ceux qui viennent nous harponner dans la rue pour faire leur quota... C'est pas pour autant qu'on est des gros méchants si?

    Puis, en dehors de cette question là, l'article parle du fait qu'on ne peut pas être tranquille. Je le comprends parfaitement, moi, ce sentiment. D'ailleurs finalement @Stalowa Wola je ne comprends pas trop ton message parce que justement : parfois ça fait du bien, aussi, d'être un anonyme dans la rue, d'être "invisible", de ne pas être vu comme quelqu'un que l'on peut aborder et solliciter de toute part. On a pas forcément besoin que les gens viennent nous parler, cherchent à créer des liens, etc... pour se sentir "être quelqu'un"...
    C'est pas une question de nihilisme ou de "voir les choses sous leur côté négatif", au contraire même ! A l'inverse, pourquoi voir le fait de passer une journée à se balader seul dans la rue sans que personne ne vienne nous parler comme quelque chose de négatif? x).
     
  12. Nadja__

    Nadja__
    Expand Collapse
    Miou.

    Aujourd'hui dans l'ascenseur de mon immeuble j'ai eu droit à
    - T'es étudiante ?
    - Ouais
    - En quoi ?
    - En critique d'art
    - Ah ouais cool, la classe, et ça c'est beau ? (il désigne le mur de l'ascenseur) ... Eh je te taquine !

    Mec si t'as rien à dire, ferme ta gueule. :facepalm:

    Et sinon assez pathétique :
    J'étais à ma journée d'appel (il y a longtemps) et je lisais Racine pendant les pauses, un militaire assez haut gradé m'a demandé ce que je lisais et m'a dit "Ah, t'es une intellectuelle ...". :stare:
     
Chargement...