Question (pas si) con L'image et la place des femmes dans l'industrie musicale

Sujet dans 'Questions (pas si) cons' lancé par Anera, le 17 avril 2016.

  1. Anera

    Anera
    Expand Collapse
    Ms. Morning Grumpiness

    Suite à des discussions qui reviennent souvent sur des articles tels que celui-ci, je pense qu'il est temps qu'on se questionne sur la façon dont sont représentées les femmes dans leurs clips ou ailleurs et en quoi cela relève-t-il réellement de leur libre-arbitre. Sommes-nous réellement capables d'en juger ? N'est-ce pas vouloir militer pour notre propre image de la femme idéale et ainsi, aller à l'encontre de leur bon vouloir et de ce que chacune a envie de faire ? Ou au contraire, participent-elles, en se dénudant, au schéma patriarcal et au fait qu'il n'y aurait que le sexe et sa suggestion qui ferait vendre, reléguant ainsi les artistes féminines à se définir par leur corps avant leur talent ? C'est des questions que je vois revenir souvent sur le sujet. (et comme vous pouvez le voir, je ne me mouille pas trop pour le moment, je n'ai pas encore d'avis définitif sur la question)

    Pour résumer tout ça, je me cite moi-même :lunette: :

    Cette question est générale et peut s'appliquer à d'autres domaines que la musique, mais n'entrons pas dans le hors-sujet. Je pense que c'est un sujet qui est plus complexe qu'il en a l'air, on ne peut pas dire oui à l'un et dire non à l'autre (et vice-versa), il est clair que si participer au patriarcat en choisissant quoi faire de notre corps peut se révéler problématique, alors que pouvons-nous faire ? Car il est clair qu'elles vont pas se déguiser en nonnes pour rester des femmes "respectables" (:rolleyes:), c'est aussi participer au schéma patriarcal et de la honte toujours jetée sur nos corps. Je trouve qu'on est coincé dans une sorte de contradiction qui fait qu'on ne pourra jamais se libérer complètement des carcans sexistes et c'est quelque chose qui me perturbe vraiment. J'ai l'impression que quoi qu'on fasse, on y participe ET on n'est jamais assez bien aux yeux de tout le monde (hommes comme femmes).

    Je pense aussi qu'on peut aborder d'autres types d'oppressions mais personnellement, j'ai beaucoup moins de ressources sur ces questions-là (et je ne suis pas très légitime non plus), alors n'hésitez pas à faire de ce topic quelque chose d'inclusif. :happy: (juste parler du sexisme en général fait un peu "white feminism" alors que par exemple, il y aurait des choses à dire sur le racisme que vivent les femmes racisées dans ce domaine - Nicky Minaj aurait sûrement des choses à dire, je pense)

    Ce sujet peut aussi répondre à d'autres questions, je suis partie sur cette problématique car le sujet que j'ai mentionné dans le premier paragraphe a contribué à la création de celui-ci, mais on peut aussi parler de la place des femmes dans la production, par exemple. Bref, faites-en ce que vous voulez.

    J'ai trouvé vite fait quelques ressources :
    - Chiffres : la place des femmes dans l'industrie musicale (pas très complet mais ça avance quelques points intéressants - j'ai tiqué sur un ou deux trucs par contre, il faudrait que je le relise :hesite:)
    - L'industrie musicale, ou le sexisme branché
    (j'ai trouvé un pdf aussi mais j'attends d'avoir réellement le temps de le lire pour savoir si c'est safe ou pas :lunette:)

    Voilà, j'espère que je n'ai pas été trop maladroite, n'hésitez pas à me mentionner si vous trouvez que je n'ai pas été safe quelque part. J'en profite pour poker @Lunafey car c'est un peu la co-créatrice de ce sujet. :cretin: (t'as trouvé le titre, alors assume :drama: :yawn:) Ça évite de relancer cet éternel débat sur des articles qui ne s'y prêtent pas forcément alors que le sujet est intéressant, complexe et mérite d'être développé. J'aurais pu mentionner d'autres points mais je ne veux pas vous couper l'herbe sous le pied, donc maintenant, à vous ! :cretin:

    (si vous avez des idées pour les tags, je prends, je suis une grosse naze :goth:)
     
    Thedreaming, Growing Entish, OpiumDiary et 2 autres ont BigUpé ce message.
  2. Lunafey

    Lunafey
    Expand Collapse
    Une communauté qui empêche le dialogue, les points de vues alternatifs et la critique est une communauté malade.

    Je suis en train de faire une petite liste d'articles sur la question ^^
    @Aliénor d'Aquitaine C'est pas le corps qui est sexualisé (je n'ai jamais entendu dire que le clip "Pagan Poetry" de Björk était sexualisé par exemple), c'est la manière dont on le présente. Ce sont des présentations sexuelles et assumées comme telles (définies comme hot, sexy): doigts entre les lèvres, regards suggestifs, gros plan sur des parties de corps huilées, cambrures, mimes de postures sexuelles, bouche entrouverte et caméra plus haute que le regard, gros plans sur mains qui se caressent le corps, le tout accompagné de paroles explicites...
    On présente clairement le corps dans un registre sexuel, et non pas simplement un corps dévoilé voire nu mais sans sexualisation de celui-ci. Bien sûr qu'en soit un fessiers n'a rien de sexuel, et on retrouve plein de clips ou de films où on voit des fesses sans quelles soient sexualisés, de manière neutres. Et moi aussi j'ai envie qu'on arrête de voir le corps comme quelque chose de sexuel par défaut (genre la poitrine, j'aimerais pouvoir être torse-nu quand il fait chaud) Mais force est de constater que la tendance depuis quelques décennies, c'est la présentation sexuelle du corps, et que les artistes féminines qui vendent le plus sont celles qui participent à cette tendance, les autres ne rapportent pas autant :erf:
    (La seule artiste féminine de cette génération qui est devenue une star (= quelqu'un que presque tout le monde connait) sans passer par la case sexualisation qui me vient à l'esprit pour l'instant, c'est Adèle)
     
    #2 Lunafey, 17 avril 2016
    Dernière édition: 17 avril 2016
    Arinelle, Thedreaming, Anera et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  3. Lunafey

    Lunafey
    Expand Collapse
    Une communauté qui empêche le dialogue, les points de vues alternatifs et la critique est une communauté malade.

    Articles

    http://eluxemagazine.com/magazine/female-sexualisation-in-pop/
    Extraits :
    http://www.universalrootscic.com/blog/challengingsexualisationandobjectification
    https://fr.express.live/2015/8/19/hypersexualisation-de-la-pop-sexisme-ou-feminisme-exp-215158/

    http://www.telegraph.co.uk/culture/...sic-what-do-other-female-pop-stars-think.html
    Ici plein d'avis très différents de stars, je copie celui D'Alicia Keys qui parle du fait qu'elle a vécu cette pression à la sexualisation :
    Désolée pour la mise en page je suis sur téléphone ^^ Je traduis si besoin !
     
    Thedreaming, ElectraHeart et Anera ont BigUpé ce message.
  4. Anera

    Anera
    Expand Collapse
    Ms. Morning Grumpiness

    @Lunafey Merci pour tes articles, c'est vraiment très intéressant. :happy:

    Ça me perturbe de voir que les attentes ne sont pas les mêmes selon si on est une star de la musique ou une femme lambda. On peut être sexy si on est Rihanna (exemple pris au pif) mais on ne peut pas être comme elle sinon on est une salope. Et Rihanna elle-même se fait insulter et pourtant, on voit bien que ça marche... Je pense que les hommes doivent aussi remettre en question leurs contradictions sur le sujet : ils ne veulent pas qu'on soit trop sexy et pourtant, ils en re-demandent eux-mêmes ! :hesite:

    Mais j'en viens à une autre question, qui n'a rien à voir avec ce que je viens d'écrire : peut-on réellement juger les artistes féminines sur ce qu'elles font de leur image ? Comme je le disais sur l'autre topic, si elles refusent d'être sexualisées à mort, leur carrière s'effondre (elles n'auront sûrement pas un soutien tangible de la part des producteurs qui, eux, sont en majorité des hommes) et elles seront remplacées par d'autres un peu moins réticentes, qui ont envie de faire connaître leur voix et leur musique malgré tout. C'est une sorte de cercle vicieux, car si elles refusent tout ce système, ben elles en sont sorties illico et ils en trouveront d'autres. Adèle est un bon exemple d'artiste qui ne s'est pas lancée là-dedans mais c'est bien la seule, peut-on vraiment dire que si elle l'a fait, les autres peuvent le faire aussi les doigts dans le nez ? C'est encourageant mais ce n'est pas systématique. En fait, ce qui me dérange, c'est que toutes les critiques sont tournées vers ces femmes (et souvent à grand renfort de slut-shaming) alors qu'en soi, c'est plutôt vers ceux qui dirigent qu'on devait tourner nos critiques. C'est eux qui ont le pouvoir de décision, c'est eux qui sont d'abord responsables et ça m'agace un peu qu'ils ne soient jamais réellement visés directement. Je n'accuse personne ici mais force est de constater que la majorité de celleux qui critiquent ce système s'en prennent d'abord aux artistes féminines, en quoi est-ce constructif ? Je pense qu'on s'en prend toujours aux mauvais.e.s coupables en voulant critiquer l'image des femmes dans l'industrie musicale et d'une certaine manière, il faut qu'on revoit la façon dont on accuse ce système.

    Voilà, je laisse la parole aux autres, j'avais juste envie de signaler ce point qui me paraît important.
     
  5. Lunafey

    Lunafey
    Expand Collapse
    Une communauté qui empêche le dialogue, les points de vues alternatifs et la critique est une communauté malade.

    @Anera Ah perso -si jamais ça n'avait pas été clair- je ne m'en prends pas aux artistes elles-mêmes puisque je suis d'avis qu'elles n'ont pas vraiment de libre arbitre dans le milieu : 1) avant d'être célèbres parce que pour l'être elles sont poussées à se sexualiser 2) parce qu'une fois célèbres elles sont sous contrat et doivent faire ce qu'on leur dit.
    On pourrait dire que les responsables sont l'industrie musicale. Sauf que si on regarde le système dans son ensemble, c'est la faute à personne et la faute à tout le monde :
    - Le peuple ne choisit pas ce qu'on lui propose comme artistes à la télé. Mais c'est lui qui met tout son argent dans les artistes sexualisés, ce qui renforce la demande.
    - Les artistes n'ont pas d'autre choix si elles veulent être super stars. Mais elles pourraient boycotter une fois puissantes et indépendantes (dans leur propre maison de disque ou dans un label permissif)
    (ici je dis artistes = féminins et masculins, dans le sens où les artistes masculins -qui ne subissent pas la même pression à la sexualisation puisque la majorité des super stars masculines ne sont pas sexualisées- pourraient boycotter la pression qu'on met à leurs consœurs en -par exemple- refusant de faire des ft. si l'artiste féminine doit être sexualisée)
    - Les entreprises sont des entreprises, elles doivent bien vendre et produisent ce qui rapporte. Mais elles pourraient créer une nouvelle offre, c'est aussi ça le markéting.

    -> au final c'est un cercle vicieux, et il faut qu'un des maillons de la chaine prenne des risques pour qu'il se brise.

    Mon idéal, ça serait un monde où on proposerait un peu de tout (musicalement) à la télé, déjà, pas toujours les mêmes têtes et les mêmes styles. Et un monde où les artistes seraient vraiment libres : c'est à dire que ce qui fait vendre serait le talent, et qu'en ce sens elles auraient vraiment le choix de la présentation de leur image puisque ça n'aurait pas d'incidence sur leur carrière (et donc on aurait de tout : du sexualisé, du prude, du neutre, du trash, du politique, du traditionnel... de tout !) :happy:
     
    Thedreaming et Anera ont BigUpé.
  6. Anera

    Anera
    Expand Collapse
    Ms. Morning Grumpiness

    @Lunafey Ah non, tu as été parfaitement clair.e, c'est d'ailleurs pour ça que je disais que je n'accuse personne ici, c'était plutôt une remarque générale, on ne critique pas l'industrie musicale uniquement sur ce forum (même si on est globalement plus cools que les autres :drama: :cretin:) et c'est le genre de critiques que je voyais revenir souvent, je me devais de le pointer du doigt. :cretin:

    Juste pour rebondir là-dessus :

    Est-ce qu'elles en ont vraiment le pouvoir ? Par exemple, Beyonce, qui est la première grande artiste qui me vient à l'esprit, a plus ou moins revendiqué son féminisme ces derniers temps et c'est vraiment cool. Mais jusqu'où peut-elle vraiment aller à ce niveau-là ? :hesite: En fait, je me demande quelle est réellement sa marge de manœuvre et si c'est aussi souple qu'on le pense, vu son succès. Elle a quand même un contrat et des exigences à respecter, ça pose des questions de ce côté-là.

    Sinon, j'approuve tout ton message. :happy: Je pense qu'il nous revient à nous, en tant qu'audience et bien évidemment, au niveau hiérarchique de la production des œuvres musicales de faire des efforts. Sans cela, elles n'auraient sûrement pas tant d'occasions de réagir. :erf:
     
    Lunafey a BigUpé ce message
  7. Lunafey

    Lunafey
    Expand Collapse
    Une communauté qui empêche le dialogue, les points de vues alternatifs et la critique est une communauté malade.

    Hm, Beyoncé est sous contrat (sony) donc effectivement elle a pas taaant de marge de manœuvre, surtout que son féminisme n'est pas dangereux pour l'industrie, il est même plutôt tendance et pas trop rentre-dedans (j'ai en tête le "If I were a boy" qui a quand même un discours assez antisexiste et... où elle est sexualisée sans aucune utilité dedans -*voix de producteur* "vas-y elle est en costume de flic donc il faut qu'il soit très moulant et pas réaliste et qu'elle se cambre contre la voiture discretos avec un plan sur son popotin, sinon ça se vendra pas hein"-), et il y a de la demande en ce moment puisque le féminisme "grand-public" se démocratise, surtout aux US. Idem pour Formation, il y avait un public cible très nombreux visé par le message + les habitués de Beyoncé + c'est dans l'actualisé il y a de la demande ça va faire buzz = pas trop de risque non plus.
    (Je ne dis pas que du coup c'est tout pourri hein, c'est très bien, mais que ce n'est pas une preuve de la puissance de décision de Beyoncé, ce sont des thèmes qui allaient forcément rapporter gros à la vente, ça a été fait en ce moment et pas avant, il y a une raison à ça)
    Mais si demain Beyoncé créait sa propre boîte et s'autoproduisait, là elle aurait un réel libre arbitre. Mais il y aurait toujours la contrainte du chiffre d'affaire : si on veut qu'une entreprise fonctionne il faut qu'elle rapporte et du coup on peut se demander si on échapperait toujours à l’objectivation puisque c'est ce qui se vend le mieux :erf:

    Je pense du coup qu'il faudrait un changement de la part du public en premier, puisque c'est lui qui achète (ou qui regarde des vidéos sur youtube, se qui revient au même) :erf:
     
    Siobhàn Salomé, Thedreaming et Anera ont BigUpé ce message.
Chargement...