L'influence de la culture pop dans nos vies

Sujet dans 'Blabla Général' lancé par AnonymousUser, le 27 août 2010.

  1. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    J'ai été influencée dans la création de ce topic, dont j'espère qu'il n'existe pas déjà et qu'il vous plaira, par plusieurs éléments mis bout à bout. Un des éléments est une discussion rapide avec Spider Jerusalem sur les cultural studies, un autre est le film Looking for Eric, de Ken Loach, où un homme un peu dépassé par la vie, ses problèmes, etc, retrouve du poil de la bête en suivant les préceptes que lui donne son idole, qui lui apparaît quand il fume de la marijuana, Éric Cantona. Je pourrais citer aussi les (nombreux) films où le héros devient une personne plus forte et plus "libre" après avoir découvert une passion, comme Bliss qui évolue en faisant du roller derby, dans Bliss. J'ai aussi eu une pensée pour le personnage de Sue Sylvester dans Glee, qui est fan de Madonna et la cite parfois dans ses moments difficiles pour retrouver du courage.

    J'ai pensé à tout ça, et c'est vrai que la culture pop a une influence énorme dans ma vie. J'ai étudié la littérature, l'anglais, la philosophie (je veux dire, au delà du bac), je lis toujours des livres de philo sur mon temps libre, etc, et pourtant, si je dois dire ce qui m'influence dans ma vie, c'est des choses bien plus simples. Un chanteur, un film, un loisir. J'aime bien voir ça comme ça. Je pense à autrefois, à l'Antiquité, et la façon dont la vie quotidienne était façonnée par une école de philosophie, le stoïcisme, le scepticisme, etc ; et à la façon dont aujourd'hui elle est sans doute plus façonnée par la culture pop.

    Je voudrais qu'on partage ici les aspects de notre personnalité qu'on doit à un pan de la culture pop, qu'on discute de l'importance qu'elle a (ou non) dans notre vie par rapport à une culture plus académique, etc. J'ai envie d'une discussion très libre !

    Je commence par mon cas ! Je pense être devenue une autre personne il y a sept ans en découvrant les Beatles. Ils ont changé mon monde. Je suis devenue végétarienne après les avoir découvert (pas par imitation ! mais parce qu'ils ont changé ma façon de voir les choses). J'ai découvert que la musique de mes parents étaient vraiment de la bonne musique. J'ai aussi ouvert mon esprit, je me suis habituée à les entendre chanter qu'on doit être nous-mêmes, à assumer des choix différents, à être des précurseurs ; du coup j'ai aussi arrêté de m'en faire autant de ce qu'on pensait de moi et à être moi-même. Je n'aurais pas été vers les mêmes personnes sans avoir été convertie aux Beatles. C'est aussi sous leur influence que je me suis intéressée à des mouvements politiques de gauche et que j'ai commencé à militer. J'ai aussi découvert l'anglais sous un autre angle et j'en suis venue à l'étudier. Tout ce que je suis aujourd'hui dépend un peu de ça.

    Je développerai encore, plus tard ; j'espère vraiment que le sujet vous plaira, il me fascine et me passionne.
     
  2. Tracy Jacks

    Tracy Jacks
    Expand Collapse
    suckcess

    Je suis peut être encore un peu jeune, du haut de mes 16 ans, pour témoigner, mais je me reconnais assez dans certains de tes propos, Mindfulista.

    L'artiste musical qui a changé ma vie, pour ma part, est Bob Dylan. Ce gamin qui débarque de la campagne avec ses reprises de blues et qui arrive à se hisser en idole des jeunes... Il m'a appris que tout était possible. Je pense que ça m'a apporté une plus grande ouverture au monde, j'ai vu plus large, j'ai essayé de m'intéresser à la politique de mon pays, ce qui nous fait défaut dans la société aujourd'hui... ça paraît normal lorsqu'on prend modèle sur une icône de la protest song. De fil en aiguille j'ai aujourd'hui beaucoup plus d'ambition qu'auparavant, j'ai ce sentiment que tout est à portée de main, une sorte de foi en l'avenir, limite en l'humanité par la même occasion.
    Evidemment ça m'a également donné envie de m'ouvrir à la musique de cette génération, et c'est un sacré enrichissement pour ma culture personnelle.
     
  3. Monies

    Monies
    Expand Collapse
    Bouquet mystère

    Tout comme toi, Mindfulista, ce sont les Beatles qui ont vraiment changé ma façon de voir, surtout au niveau de la culture. La richesse de leur musique m'a appris à ne pas rejeter les oeuvres "anciennes", à ne pas faire l'erreur de se centrer uniquement sur les phénomènes du moment. Vu que j'ai commencé à les écouter quand j'étais en 5e (j'avais donc 12 ans), les gens de ma classe se moquaient de moi, il me disaient que j'écoutais de la musique de vieux, etc... Et tout ça m'a aussi appris à forger mes goûts indépendamment des autres, à m'affirmer. Etant timide, je m'étais jusque là réfugiée dans un esprit de contradiction, sans pour autant vouloir m'assumer face aux autres.
    Enfin, étrangement, ce sont ces icônes de la culture pop qui m'ont réorientée vers une culture plus "élaborée", que j'avais délaissée un peu avant par souci de conformisme (vu que je n'avais pas les mêmes centres d'intêrets que la plupart de mes camarades, je ne voyais pas d'autre moyen pour m'intégrer à eux)
     
  4. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Le dernier livre qui me tente ;)
     
  5. Elya

    Elya
    Expand Collapse
    Dirty Little Freak

    Ce sujet est vraiment intéressant.

    A l'époque du collège, j'ai commencé à affectionner particulièrement les sixties, et même si j'avais alors un regard un peu naïf sur la question, mon goût pour les m?urs, la musique, toute la culture de ces années m'a nettement influencée.
    Tout a commencé quand j'ai vu le film sur Woodstock, c'était viscéral, je voulais y être. Je suis tombée amoureuse de toute cette effervescence, de ces morceaux qui semblent provenir directement des tripes des musiciens, de cette ambiance "tout est possible". J'avais la sensation que les gens étaient ensemble, vraiment, qu'ils partageaient ce moment dans un grand élan d'amour pour l'art, pour la créativité, pour la vie.
     
  6. Spider Jerusalem

    Spider Jerusalem
    Expand Collapse
    Bongour!

    Ha la culture pop... je pense qu'il est très difficile de définir la culture pop car quelque part chacun à sa propre définition et son sens à quelque peu bougé depuis les 30 dernières années.

    Ce qui me dérange surtout c'est que souvent la culture populaire est considérée comme une sous-culture (ce qui fait qu'elle n'est pas spécialement étudiée par des chercheurs mais c'est en train de changer). Alors que c'est certainement le pan de la culture qui a le plus d'impact sur nos vies. La culture pop commence à s'émanciper et à sortir de son préjugé de sous-culture. On retrouve maintenant un intérêt grandissant (voir carrément élitiste) pour la pop music, la pop littérature, etc..

    Pour ma part et puisqu'on parle de musique (qui n'est qu'un des nombreux aspects de la culture populaire), j'ai toujours été fasciné par le pouvoir de la pop music sur les masses. Le fait que tant de gens parlent des Beatles ou de Bob Dylan ou de Springsteen ou de Jackson comme des gens qui ont changés leur vie, je trouve ça vraiment passionnant. Une "bonne" chanson pop est quelque chose de très puissant, beaucoup plus qu'on ne le soupçonne car c'est plus insidieux.

    Je citerais un passage d'High Fidelity de Nick Hornby qui me semble résumer à merveille l'impact de la pop music et le fait qu'on ne s'y intéresse pas assez:

    "Les gens s?inquiètent de voir les gosses jouer avec des pistolets, les ados regarder des films violents ; on a peur qu?une espèce de culture du sang ne les domine. Personne ne s?inquiète d?entendre les gosses écouter des milliers ? vraiment des milliers ? de chansons qui parlent de c?urs brisés, de trahison, de douleur, de malheur et de perte".

    Bref je reviendrais développer plus tard, là je viens de rentrer chez moi et je suis dans le pâté. :sweatdrop:
     
  7. Monies

    Monies
    Expand Collapse
    Bouquet mystère

    Au niveau de la musique, il y a comme tu dis, de nouvelles tendances "pop" qui se créent. On dirait même que depuis des décennies, on voit apparaître une "sous-culture pop" : de la musique connue (et aimée) par pas mal de monde, mais qui reste tout de même l'apanage d'une seule communauté d'auditeurs. Je prends l'exemple des Arctic Monkeys, qui ont provoqué un buzz considérable en 2006 : depuis, ils sont célèbres, mais le grand public ne les connaît pas forcément. Et ce exemple tient aussi pour les artistes "made in NME/Pitchfork". Mais peut-on taxer cette nouvelle scène de "pop" (on parle bien d'indie pop), quand on sait que sa musique n'est pas partagée par la majorité ? Je ne crois pas... Je pense qu'on s'éloigne du principe de base de la culture pop, à savoir, de démocratiser la culture de masse, de lui donner sa place dans l'Art. Actuellement, si on suit cette règle, la seule scène pop "réelle" est celle de David Guetta, Justin Bieber et consorts...
     
  8. Spider Jerusalem

    Spider Jerusalem
    Expand Collapse
    Bongour!

    Je pense justement que la culture pop n'est pas forcément une culture de masse. Les artistes comme David Guetta, etc ne font pas de la pop, ils font de la musique populaire certes mais pas pop. Disons qu'il y a plusieurs sens accolés à l'étiquette "pop music" et que ça change selon les époques.

    Je pense qu'on ne s'éloigne pas du principe de base de la pop quand on étiquette pop la nouvelle scène dont tu parles.. C'est de la musique qui reprend les bases de la pop music, c'est-à-dire qu'elle s'adresse à une audience assez large, elle n'est pas élitiste ou au contraire trop populiste (même s'ils ne remplissent pas des stades, des groupes comme Belle and Sebastian restent accessibles, ce n'est pas de la minimale obscure). Le format principal est le format chanson, on croise rarement des morceaux de 45 minutes dans cette nouvelle vague. Et au niveau des thèmes et des schémas des morceaux, il n'y a rien de nouveau sous le soleil non plus. Non je pense vraiment que cette nouvelle vague peut-être étiquetée pop music.

    Ah ué et le terme anglophone pop music n'est pas synonyme de musique populaire en français. La pop music est un sous genre de la musique populaire, tout comme euh le heavy metal, le grunge, le disco, le folk, l'électro, etc.. tout ça rentre dans la grande et heureuse famille de la musique populaire (par opposition à la musique classique, religieuse, traditionnelle...)
     
  9. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Dans mon esprit, mon sujet regroupait aussi des ?uvres appréciées sans être élitistes mais parmi les séries télévisées, le cinéma, les BD, les romans, etc. Je ne pensais pas tellement à la pop music en opposition aux autres genres musicaux (serait alors pop music ce qui n'est pas metal, reggae, jazz, etc) mais plutôt en termes de capacités de fédération d'un large public autour d'une ?uvre :)
     
  10. Monies

    Monies
    Expand Collapse
    Bouquet mystère

    Alors tu ne parles pas de musique "populaire" au sens premier du terme, mais bien du genre pop, tel que les anglo-saxons le décrivent :)
    Quand je parlais de culture pop, c'était pour évoquer l'idée de culture de masse : et de là, l'artiste qui rentrait dans cette catégorie (à force de passage sur les radios, télé...) était "pop", vu que l'idée de base (telle qu'elle est apparue dans les années soixante) est l'aspect populaire de ce genre de musique.

    Après, je suis d'accord, les groupes comme Belle & Sebastian sont tout à fait accessibles au niveau du format et des mélodies. Mais ce qui fait -à mon avis- la différence avec la définition initiale de la pop, c'est le manque de diffusion. Finalement, une musique qui a toutes les caractéristiques de la "pop music" est très peu partagée par rapport à certains artistes des décennies précédentes, eux aussi classés dans la catégorie pop (ex : les Beach Boys). C'est quand même paradoxal...

    Je pense qu'à l'heure actuelle, non seulement le style pop tel que tu le décris n'est plus "mainstream", mais en plus, l'étiquette "pop" est accolée à tout et n'importe quoi (ex : Example... lolilol quand même). De plus le terme tend à devenir un synonyme d'"easy listening". Tu le vois, quand on dit d'un artiste qu'il a "livré un opus plus pop", c'est une autre façon de dire que c'est un vendu, un adepte des majors... C'est vraiment dommage que ce mot soit si péjoratif et ne désigne plus, dans l'inconscient collectif, la "véritable" pop music.

    (Ah que je m'embrouille... ^^")
     
  11. Spider Jerusalem

    Spider Jerusalem
    Expand Collapse
    Bongour!

    Oui non j'étais parti sur ça parce que ça parlait musique.. :P

    Pour en revenir aux aspects de notre personnalité qu'on doit à un pan de la culture pop.. je pense que tous les groupes de disco cheap m'ont appris à décomplexer mes goûts. Le problème quand on écoute beaucoup de musique, c'est qu'on a tendance à devenir ultra élitiste. Disons que j'ai appris à assumer le fait d'avoir des goûts douteux et à apprécier les choses uniquement pour le plaisir qu'elle procure (et pas selon une quelconque valeur intellectuelle ou je ne sais quoi). Ce qui fait que je me retrouve souvent à défendre Boney M :P. Je sais que ça vaut pas trois clous musicalement parlant, mais j'adore Ma Baker, j'y peut rien, c'est plus fort que moi. Bref ça m'a en gros appris qu'on pouvait écouter de la merde, savoir que c'est de la merde, et adorer quand même.

    Ah et je suis venu à écouter de la musique grâce à ... Shakira quand j'étais au collège. Et oui, si j'écoute aujourd'hui en boucle du prog rock c'est grâce à elle. A l'époque, elle avait dit dans une interview (sûrement dans un Starclub que j'avais acheté quand j'avais 12 ans..) qu'elle adorait je ne sais plus quel groupe de rock à la mode à l'époque.. alors j'ai cherché, j'ai commencé à écouter des trucs et de fil en aiguille je me retrouve aujourd'hui à écouter Booker T and the MGs. Merci Shakira :xp:.


    Après peut-être que dans une certaine mesure, les séries télés ont influencées ma vision de l'amitié. :shifty:
     
  12. Caracallas

    Caracallas
    Expand Collapse

    Ce sujet me fait très peur. Il est très vaste, très intéressant, mais il est tellement massif dans le même temps qu'il impressionne, on ne sait pas trop par ou le "prendre". C'est la raison pour laquelle je le regarde depuis quelques jour sans oser y écrire. J'ai aussi un peu peur de faire du HS, mais qu'importe, osons. Même si je pense que plus les madz viendront papoter ici, et plus on pourra confronter nos idées, nos influences, faire des liens etc, parce que je trouve en effet que la culture pop nous influence , mais sans doute très souvent à "l'insu de notre plein grès" comme dirait Richard :P.

    Je dois dire que j'ai été énormément influencé par la série Friends étant petite. J'ai commencé à la regarder dès sa diffusion en France, je devais donc avoir dans les six-sept ans. Aujourd'hui, au vue des allusions et des différents thèmes abordées, je me dit que j'étais quand même jeune. Mais j'avais la télévision pour moi toute seule, mon père détestait cette série et ma mère parce qu'elle lui suivait, ne regardait pas non plus. Il y avait déjà cette impression de passer outre l'autorité parentale en vouant un culte à quelque chose qu'il n'aimait pas et surtout qu'il ne comprenait pas. Je pense que sans m'en rendre compte, elle m'a influencé, en érigeant l'amitié comme valeur ultime, sur la vision du couple aussi, et puis sur l'humour foutraque (je crois que mon humour nase doit une fière chandelle à Chandler, qui était mon maitre à pensée, mon parangon -que j'aurai bien mis dans mon lit aussi, oui oui, a sept ans) .
    Bref, encore aujourd'hui, c'est la série qui garde une grande force émotionnelle. Quand on vit dix ans avec des personnages, que l'on connait presque par c?ur chaque répliques, on finit par faire de cette série une sorte de repère.

    (D'ailleurs, j'ai cogité à un problème avec une amie en pensant à Friends. Cette amie m'avait fait du mal et mon caractère rancunier ne me donnait aucune inclinaison au pardon, je me disais donc que si elle m'avait fait ça, il n'y avait aucune raison que je la rachète. Et puis comme ça, sans raison, j'ai pensé à Joey et Chandler, lorsque Chandler embrasse Kathy, la petite amie de Joey. Chandler n'en devient pas un immonde pourri, est Joey finit par lui pardonner (avec le mémorable épisode ou Chandler "réfléchit" dans l'énorme caisse au milieu du salon de Monica) . Alors je n'ai bien sur pas obligé mon amie à s'enfermer dans une caisse en bois (quoique l'idée pourrait être tentante...) mais je me suis dit que je ne pouvais pas condamner une amie de quinze ans pour si peu.

    Bref, au vu du pavé, je crois que je reviendrais pour d'autres exemples. :yawn:
     
Chargement...