Poils.

Sujet dans 'Forum Beauté' lancé par Clariss., le 27 juin 2008.

  1. Clariss.

    Clariss.
    Expand Collapse
    Mélange instable

    Quel est ta vision des poils chez la femme ? Les supprimer de ton corps est une obligation pour toi ?...

    (Personnellement, je ne les déteste pas. Ils ne me dérangent pas tant que ça. Je suis limite contre qu'on les supprime tous, ils font partis de notre corps, et puis ce n'est pas si moche que ça. Surtout sur les jambes, c'est loin de l'être. Après, tout dépend du poil de la personne. Mais, des poils sur les jambes, ça n'a jamais été un tue-l'amour. On les supprime souvent, non pas pour être bien dans notre peau, mais pour séduire, n'est-ce pas ? Alors, que les poils sont très excitant.
    Après, il faut réussir à assumer de les laisser vivre, dans la société dans laquelle on est, je retire mon chapeau à celles qu'y arrivent.
    Là, j'ai surtout parlé des jambes, mais je suis du même avis pour le maillot, les sourcils, et encore pire les poils des avants-bras. Mais, je suis bien d'accord que les aisselles poilues non rien d'excitant, de séduisant, et surtout de joli (et puis quand j'en vois des poilues je ne peux m'empêcher d'imaginer des nattes sous les aisselles, mmh).)
     
  2. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    J'aime les poils. Mais je ne me permets pas de me trimballer poilue dans la rue, à la vue de tous. Donc quand je m'expose, je rase/coupe/épile. Sur une femme, voir des poils (jambes ou aisselles), ne me dérange absolument pas.
     
  3. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Moi les poils (des autres hein) m'en ont mis pleins les poches :yawn:

    Non sérieux, ça a été mon gagne pain durant des années alors les poils, d'un point de vue objectif je les aime

    Sur moi je n'aime pas, moins j'en ai mieux c'est !
     
  4. Vénus.

    Vénus.
    Expand Collapse
    Moral dans les tongs

    Sur moi je n'aime pas, moins j'en ai mieux c'est ![/quote



    +1
     
  5. Lola¤rentt

    Lola¤rentt
    Expand Collapse
    Détendue

    Je ne sais pas si 'j'aime mon poil'. Je suis brune et j'ai le poil très foncé et apparent. Je n'en ai pas + que la normale mais j'évite de raser parce qu'après quand j'ai envie de changer de méthode et de laisser pousser, la repousse est particulièrement choquante. Et en général, je préfère épiler quand j'ai l'argent pour aller chez l'esthéticienne ou que j'ai un peu de temps. Bref je préfère nettement quand je n'ai pas de poil. Perso, je ne trouve pas que ce soit excitant, en fait quand je me vois avec du poil je trouve ca pas beau du tout. J'adore les peaux douces et exemptes de poils.
     
  6. myadda

    myadda
    Expand Collapse
    Plus amoureuse

    A vraie dire j?aime et j?aime pas les poiles, quand c?est un homme poilu (mon mec:coeur2:) c?est vraiment superbe et excitant,mes pour moi ça dépend : au moment ou je suis avec mon mec (intimité:coeur2:) alors pas question (bay bay:rockon:) les poiles ça fait pas femme on autre si je suis seule ça me dérange pas,(mon opinion avant sept mois) mes maintenant je suis mariée et je suis quotidiennement avec minouchti donc je dois m?épiler et surtout les jambes le dessous des bras ? donc je dit adieu les poiles
    Quoique mon mec n'est pas du tout déranger par leur présence mes un peut de glamours c?est nécessaire

    On peut pas faire tous ce quand veux lorsque on est marier:silenced:
     
  7. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest


    Ouai mais en ce qui concerne les poils, c'est pas non plus un cas de divorce ...fin c'est un autre débat qui ne traitera pas ici
     
  8. myadda

    myadda
    Expand Collapse
    Plus amoureuse

    c'est drole mes c'est mon avis :v:
     
Chargement...
Sujets similaires
  1. Sophie Riche
    Réponses :
    4
    Affichages:
    467
  2. froudou
    Réponses :
    3
    Affichages:
    1354
  3. Justine_
    Réponses :
    74
    Affichages:
    4355
  4. Fab
    Réponses :
    5
    Affichages:
    355
  5. Siro-Miel
    Réponses :
    1
    Affichages:
    1156