Pour celles qui ne savent pas quoi faire de leur vie...

Sujet dans 'Etudes, stage, emplois - Le Monde de l'entreprise' lancé par Chouette-Culotte, le 14 juillet 2011.

  1. Chouette-Culotte

    Chouette-Culotte
    Expand Collapse
    J'aime la Liberté je la veux

    Bonsoir ! Tu es étudiante mais tu te demandes toujours ce que tu vas faire plus tard ? Tu as 50 000 idées de métiers ou alors 0 ? Tu angoisses lorsque le programme du semestre annonce un Td de "projet personnel et professionnel" ? Tu envies tes potes qui ont trouvé une filière qui leur plait ou qui ont déjà commencé à bosser alors que tu te réorientes pour la 3 ème fois ?

    Ce sujet est pour toi !

    J'ai 22 ans et je ne sais toujours pas ce que je pourrais faire "plus tard". En terminale L j'envisageais de faire llce anglais pour faire prof d'anglais ou prof des écoles. J'ai eu pas mal de problèmes après le bac qui m'ont empêché de partir étudier, j'ai fait une année sabbatique et j'ai ensuite intégré un bts assistant de manager. Je voulais un diplôme "sûr" parce que bon une licence d'anglais ça ne suffit pas (et puis avec le recul je pense que je n'aurais pas aimé, c'est trop littéraire). J'ai fait un bts pour assurer mes arrières mais je ne souhaite pas faire assitante. En septembre je vais donc intégrer une L2 métiers du livre parce que le programme m'attire, sans réel objectif que d'avoir une licence.

    Je crois que j'ai peur d'être déçue par la réalité d'un métier et que c'est pour ça que je n'ai pas de projet fixe. Je me lasse facilement ce qui complique encore les choses. Ce qui me plaît n'est pas à ma portée et j'aime tout et rien à la fois.

    A vous !
     
  2. endza

    endza
    Expand Collapse
    Force du Mal

    Je fais partie de ceux-là aussi -_-
    Bon je ne suis pas étudiante mais je m'invite quand même sur le sujet.
    Le truc c'est que je me décourage trop vite. J'ai cherché du boulot pendant 1 an dans ma branche, sans succès, je me suis fais envoyer chier de partout, malgré diplômes et expérience.
    Je me suis donc rabattue sur des petits job d'appoint, mais même pour être plongeuse ou femme de ménage, il faut être expérimenté... donc pareil, on m'a envoyé voir ailleurs.
    J'ai fais vendanges, cueillettes, mais même là faut se battre pour une place, les employeurs privilégient les hommes ou les femmes avec un physique costaud.
    Je suis très découragée, je suis en mi-dépression, enfin en dépression que je refuse d'admettre mais le quotidien est dur :sad:
     
    owadora et Nuage Rose ont BigUpé.
  3. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Je crois que ce n'est pas grave de ne pas savoir où on va. Je crois vraiment qu'avancer année après année, en faisant toujours quelque chose qui nous plaît même si on n'a pas d'objectif précis au bout, ça suffit à nous mener vers quelque chose qui, au final, nous correspondra.
    J'ai fait un bac S, puis j'ai étudié deux ans en hypokhâgne et khâgne puis je suis entrée dans un IEP, et maintenant je vais faire un M2 de droit économique. Là où je suis maintenant n'a rien à voir avec là où j'étais il y a trois, quatre ans, et je le vis bien. Si on m'avait dit au sortir du bac qu'un jour je serai spécialisée en droit économique ça m'aurait bien fait marrer, mais je le vis bien aussi.
    J'ai passé comme vous beaucoup de temps à me poser des questions, à faire des tests, à lire des brochures. Et puis j'ai discuté avec une ancienne de mon école qui m'a dit qu'elle n'a jamais su ce qu'elle voulait faire -et pourtant elle a maintenant un poste plutôt "haut placé". Quand je lui ai dit que les gens de mon entourage s'inquiètent pour moi quand ils me demandent ce que je veux faire et que je réponds que je n'en sais rien, elle m'a dit d'inventer. De faire semblant de savoir.
    Alors finalement je me dis que même si je ne sais pas où je vais, tout ce que j'ai fait garde une certaine logique et je suis en paix avec mes choix.
     
  4. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Quel est ton diplôme ? Tu ne pourrais pas envisager une reconversion, du genre recommencer une formation d'un ou deux ans dans un domaine plus ouvert ? (genre secrétariat ou quelque chose comme ça). (mais je suis bien consciente que l'argument financier pèse beaucoup dans le choix)
     
  5. Béré

    Béré
    Expand Collapse
    A craqué son slip

    Waouh, ce topic est ca-rré-ment pour moi !
    Après le bac, j'avais plus ou moins envie d'être prof de français à l'étranger. Fanatique de l'Asie depuis quelques années, et ayant passé japonais au bac, j'ai décidé de partir faire ma licence de jap' à Toulouse. Seulement voila, les grèves de 2008, la fac qui ferme 6 mois, les examens qui sont repoussés, ça m'a bien découragé donc je suis rentrée chez moi bredouille. J'ai bossé un peu l'été, puis à la rentrée, j'ai tenté ma deuxième passion, la cuisine. Je voulais être pâtissière. J'ai même pas tenu 4 mois. Je suis tombée dans un restaurant de malades, d?où je suis sortir dépressive, et cette expérience à beaucoup influencé sur mon état mental actuel.
    En 2010, je me suis inscrite en licence de chinois à Paul Valéry, à Montpellier. Je n'aime pas particulièrement la Chine, mais j'adore apprendre de nouvelles langues. Je me rends compte que les choix que j'ai fait ont toujours été influencés par ce que je voulais sur l'instant présent, je n'ai jamais pris de décision en réfléchissant au futur. Je n'ai pas pris conscience des difficultés que mes choix impliquaient.
    Je ne sais absolument pas quoi faire avec ces études, je ne sais pas ou ça va me mener, ou plutôt je sais que ça ne me mènera nulle part.
    Je préfère ne pas penser à ce que je vais faire aprés ma licence, car je ne sais même pas si j'irai jusqu'au bout.

    Comme je l'ai dit sur un autre topic, si je n'avais pas ce sentiment de culpabilité exacerbé, ça fait longtemps que j'aurais pris mon sac à dos, et que je serais en train de faire le tour du monde. Car argent, métier, maison, et voiture sont pour moi des choses totalement futiles, pas nécessaires, même si tout le monde voit dans ces affirmations de l'irresponsabilité :vex:
     
  6. endza

    endza
    Expand Collapse
    Force du Mal

    J'ai un bac pro TU (tourneur-fraiseur), c'est un profil assez recherché mais personne ne veut prendre le risque d'embaucher une fille :gonk:
    Pour l'instant je fais des stages grâce à un dispositif de pôle emploi, dans le but d'une reconversion professionnelle justement. J'espère que cela portera ses fruits !!
    J'aime ta manière "zen" de prendre les choses, moi j'ai tendance à paniquer beaucoup trop !
     
  7. Endless

    Endless
    Expand Collapse
    Hot like Mexico

  8. Mademoizelle.Nebel

    Mademoizelle.Nebel
    Expand Collapse
    Guest

    j'ai commencé à vous raconter mon parcours et mes galères, mai en étant à une page word, jme dis ça fait ptet un peu trop pour un forum, mais en gros, moi aussi c'est la cata et je suis perdue...
     
  9. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Mais si, raconte!

    Je viens juste poster pour dire que je ne sais pas quoi faire de ma vie, mais même si on ne sait pas, il faut faire quelque chose. Travailler, partir à l'étranger, apprendre une nouvelle langue, étudier un truc même si on est pas sûre... Faire quelque chose, c'est le plus important. Je me dis ça tout le temps et je vais mieux, j'angoisse moins de ne pas savoir quoi faire de ma vie. La vie, c'est tellement long: on a le droit de changer d'avis. On a le droit de ne pas savoir. On a le droit de faire quelque chose, pour essayer, puis de changer et de faire autre chose. Il y a toujours un moyen. Ou de faire une pause, de travailler et de reprendre les études un peu plus tard, plus sereine (et plus riche!). Ce qui est mal, c'est de ne rien faire (et par là, j'entends vraiment rester sur son canapé sans travailler/étudier/s'enrichir personnellement, intérieurement, d'une façon ou d'une autre). Le reste, tout est permis, même les erreurs et les incertitudes, elles font partie de la vie. C'est ce que j'ai appris des miennes: elles sont là et elles ont le droit d'être là. Petit à petit, elles partent et des nouvelles les remplaçent. C'est normal et c'est sain, je crois, parce que ça pousse à la réflexion ("qu'est-ce qui est bon pour moi? Qu'est-ce que je veux? Qui est-ce que je veux être?") et ça pousse à se remettre en question, ce qui n'est jamais une mauvaise chose. Bon courage! <3
     
    Muwglyk et Coahoma. ont BigUpé.
  10. Luudbhgbfyju

    Luudbhgbfyju
    Expand Collapse
    Brrrr. &#9729;

    Mindfulista : <3 Ton message me remonte le moral.

    Je suis une grosse paumée de l'orientation également. J'ai jamais su quoi faire de ma vie, et c'est un sujet horriblement angoissant pour moi. Je me suis réorientée en vitesse suite à une année d'étude loin de chez moi qui s'est très mal passée (éloignement, profs horribles, formation qui ne me plaisait pas), dans un domaine qui n'a absolument rien à voir (en gros mon 2e choix après le bac), de l'artistique au scientifique.
    Je n'ai aucune idée de ce que je veux faire, j'aime étudier, apprendre, mais pas les métiers qui suivent. Ça fait déjà 3 an que j'ai mon bac et j'aimerais éviter d'en être au même point dans 10 ans, voir pire, à faire un boulot horrible que je détesterais.
    Rien que d'y penser j'ai envie de mourir (:rotate:).
     
    funkyguane a BigUpé ce message
  11. Louillle

    Louillle
    Expand Collapse
    .

    Hypokhâgne puis licence LEA anglais-espagnol-droit pour finir par faire un master en tourisme.

    Mes notes sont à l'image de mon bien-être : pas terribles en prépa, moyennes en licence... et excellentes aujourd'hui.
    Tout ça pour dire que tant que tu trouves un intérêt dans ce que tu fais, c'est le principal. Essayez aussi d'être un minimum réalistes, de jauger vous même de l'employabilité des chemins que vous prenez.

    Enfin tout dépend de votre philosophie bien sur. Moi aussi j'étais comme vous, à me dire que je cherchais avant tout un job qui me passionnerait. Mais il faut se rendre à l'évidence, il faut de la passion et de l'argent. Alors le plus grand défi au final c'est d'être soi même en ayant un job qui nous ressemble mais qui nous permet de vivre correctement (la vie c'est cher, trop cher... et l'argent est source de bien des désillusions ...).

    Alors message à toutes les rêveuses de mon genre : si vous prenez un départ qui ne vous satisfait pas, il y aura toujours moyen de vous rattraper plus tard !
     
  12. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Ce topic me parle beaucoup aussi. Je ne sais toujours pas quoi faire de ma petite vie, je n'ai pas de metier en vue mais j'ai l'envie d'apprendre et je pense que c'est le plus important pour avancer un minimum dans la vie. C'est l'occassion ideale pour faire le point sur toi, tes envies, ce qui t'interesse etc. Tu as deja un bts en poche et un projet d'aller jusqu'en licence dans un domaine qui te plais, c'est deja bien ! Apres, pour ce qui est des doutes, tout le monde en a, a moins d'avoir une vocation particuliere dans un domaine il est difficile de s'imaginer toutes sa vie sur un meme poste.

    De mon cote, j'ai choisi d'arreter temporairement les etudes (ca parait un peu paradoxal a dire mais ca me semble la meilleure solution dans
    mon cas). J'adore apprendre mais j'ai l'impression de tourner en rond.
    J'ai decide de mettre a l'ecart cette foutue pression de la reussite pour
    un temps. Je vais entrer dans la vie professionnelle pendant quelques
    mois dans un domaine qui me plait pour mettre un peu de sous de
    cote, passer les diplomes qui me font de l'oeil depuis un moment
    (permis bateau, bnssa etc.), me gaver de culture, reprendre les
    langues, puis partir travailler a l'etranger. Qui sait, d'ici la j'aurai
    surement une idee plus precise de ce que je veux et surtout reprendre
    des etudes plus tard si elles correspondent vraiment a ce que je veux,
    ca ne me fais pas peur.

    (desolee pour le manque d'accent, il n'y en a pas sur mon clavier)
     
Chargement...