Pourquoi le regard masculin n'a t-il rien d'anodin ? — Une BD explicative signée Emma

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Clemence Bodoc, le 19 octobre 2017.

  1. Anouk Perry

    Anouk Perry
    Expand Collapse
    Membre de l'équipe

    #1 Anouk Perry, 19 octobre 2017
    Dernière édition par un modérateur: 19 octobre 2017
  2. Melle Sosostris

    Melle Sosostris
    Expand Collapse
    Vini vidi vici

    Les BD me font me poser une question fondamentale: pourquoi les femmes sont à ce point objectivées et scrutées? Franchement, je suis une femme et c'est vrai que non seulement, les autres se sentent obligés de donner leur opinion sur ce que je porte, mes cheveux, ma peau, mon poids et que je m'auto-inflige ce supplice!
     
    LisaouasiL, GeorgiaGeorginette, ChansonMuette et 4 autres ont BigUpé ce message.
  3. Artemistigri

    Artemistigri
    Expand Collapse

    Alors je ne vais pas prendre mon cas pour une généralité et s'il doit y en avoir une, dans quelle proportion cela existe, mais il m'arrive par exemple de faire des commentaires sur les beaux nageurs quand je regarde la natation à la TV par exemple. Et je prends à parti mon mari, qui, lui aussi me confirme ses abdos, ses épaules musclées etc.
    Admirer la plastique de quelqu'un peut se faire indépendamment de vouloir coucher avec.
    Ca peut arriver même dans la rue, ou dans le métro, où on peut se faire des commentaires sur les gens (il a de beaux yeux, lui il ressemble à Brad Pitt, etc). Mais on reste discret.
     
    yuyunaâ, Chouette-Culotte, Blumeen et 4 autres ont BigUpé ce message.
  4. Gabelote

    Gabelote
    Expand Collapse
    Ouverte du lundi au vendredi, de 8h à 18h :buzy:

    @Melle Sosostris : le système patriarcal. Les femmes y sont perçues comme des êtres inférieurs aux hommes (en capacités physiques, intellectuelles, émotionnelles...), donc incapables d'autonomie. De cela, deux conséquences :
    1.les femmes doivent appartenir à des hommes (le père puis le mari : l'autonomisation légale des femmes est récente), donc une femme sans homme appartient potentiellement à tous les hommes (d'où le fameux "j'ai un copain" pour repousser la drague, qui laisse entendre qu'une femme appartient déjà à un autre homme et que le dragueur empiète sur une propriété). Donc tous les hommes sont légitimes pour juger des femmes sans homme (comprendre : femme seule dans l'espace public).
    2. Toutes les autres capacités leur étant socialement déniées (intellect, physique...), les femmes sont perçues en premier lieu par leur physique. Les femmes n'ont donc pas de valeur intrinsèque, mais uniquement en termes de valorisateur social, notamment par leur beauté.
    L'autonomisation des femmes a eu pour effet pervers qu'une femme copiant ce biais admis chez les hommes (porter un jugement sur le corps des femmes.
    L'autonomisation des femmes et la libération sexuelle ont eu deux effets pervers :
    1. la tolérance envers une femme qui adopterait les comportements traditionnellement masculins (male gaze), en objectifiant d'autres femmes et des hommes
    2. l'accentuation du critère de la sexualité comme indicateur de la valeur des personnes (le fameux "c'est un bon coup"), qui a accentué la pression sur la sexualité féminine. En se libérant des critères de valorisation sociale traditionnels (femme = bonne épouse, bonne mère, délicate, la couture et la cuisine...), on reporte la valorisation sociale sur d'autres critères, qui ne sont pas encore en faveur des femmes (femme = beauté, sexy mais pas trop sinon c'est une pute, bon coup mais pas trop sinon c'est une pute, elle embrasse des filles en soirée mais pas trop sinon c'est une lesbienne et elle n'a pas besoin d'homme, et donc c'est pas normal...).

    @Artemistigri :
    tu soulignes les deux problèmes que dénonce la BD d'Emma :
    Tu parles des nageurs, tout en soulignant leur musculature. Quelque part, pour un-e sportif-ve, la musculature, c'est son travail, cela fait partie de la performance sportive. L'appréciation sur la musculature d'un-e sportif-ve est relativement raccord avec l'existence publique de cette personne : un-e sportif-ve est un personnage public via son activité de sportif-ve. En revanche, si on commente le volume de la poitrine d'une nageuse, ou si on fait une remarque lesbophobe quand des beach-volleyeuses se congratulent après un matche (c'est du vécu, c'est pour ça que j'utilise cet exemple), là on sort du cadre sportif.
    Par ailleurs, quelqu'un de lambda dont la seule vie publique est de circuler ou stationner sur l'espace public comme tout un chacun, on peut penser que cette personne n'est pas dans une dynamique d'exposition physique au public.
    Par ailleurs tu indiques que ton copain et toi êtes "discrets" dans les lieux publics. En es-tu sûre ? Sincèrement, je pense que pas mal de remarques que j'ai entendu dans la rue ou dans des lieux publics étaient faites par des personnes qui pensaient être discrètes, ou du moins qui ne les formulaient clairement pas pour que je les entende.
     
    maplepecan, Nebullulaby, ChansonMuette et 21 autres ont BigUpé ce message.
  5. Gytha-Ogg

    Gytha-Ogg
    Expand Collapse

    Pour le regard des hommes sur les autres hommes...FAUT ! Une fois au resto mon copain me lance un "houuuu le serveur" ce à quoi je lui répond "depuis quand tu regarde les mecs toi ?" réponse "depuis que tu regarde les meufs ?" hahaha touché !
    Mais mon copain est très décomplexé avec ça (il fais des bisous à ces potes quand il est bourré^^) au début de notre relation il était beaucoup plus fermé la dessus, depuis quelque année je crois qu'il s'en fous en faite je me demande si il y à pas aussi une histoire de maturité le dedans...

    Perso j'ai pas l'impression que c'est le regard le problème mais le jugement le regard ont en à tous un il est subjectif et il regarde tout: les trait du sourire, le regard, normalement tout est mis en œuvre par notre regard pour déterminer si la personne en face de nous, nous semble sympathique, et c'est d'abord par le regard que ça passe.
     
    #5 Gytha-Ogg, 20 octobre 2017
    Dernière édition: 20 octobre 2017
    yuyunaâ, Blumeen, Mariviere et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  6. Melle Sosostris

    Melle Sosostris
    Expand Collapse
    Vini vidi vici

    @ Gabelote déjà merci pour ta réponse ^^
    Personnellement si les femmes se scrutent, j'y vois aussi un peu un truc de "délation". Je m'explique, si on prend le système patriarcale comme une dictature (ce qu'il est) les femmes ont adopté des comportements "policiers", un rôle de garantes de qui est bien ou pas bien, donc toujours ce truc de coincée versus catin. Donc, la population féminine a appris à surveiller les comportements que le patriarcat ne préconise pas, et les dénoncer, ce qui explique que la solidarité féminine n'est pas toujours là.
     
    maplepecan, GeorgiaGeorginette, ChansonMuette et 11 autres ont BigUpé ce message.
  7. LoveSalander

    LoveSalander
    Expand Collapse
    Mélange instable

    Je pense qu'il faut faire une différence entre, regarder une personne de manière "positive" parce qu'elle nous plait, parce qu'on aime ses vêtements, coiffure, style etc... et le jugement permanent que subisse les femmes. Et par là je veux dire regarder de façon négative, et être dans le jugement. C'est très bien écrit dans l'article et je ne peux que confirmer, les femmes sont toujours ramenées à leur physique. Je le vois très bien sur mon lieu de travail. C'est le jugement sur le poids, les vêtements, défauts physiques et ce n'est jamais positif parce que quand une femme est négligée, évidement ça ne vas pas mais quand elle rentre par exemple dans les critères standards de beauté actuels bah en gros c'est une salope. C'est crû, c'est dégueulasse, mais c'est exactement ça. J'aimerais vraiment qu'un jour cela change parce que c'est clairement un automatisme, ça n'excuse absolument pas ce comportement mais on voit que c'est tellement ancré dans la société de juger les femmes que les gens ne se rendent pas compte à quel point c'est dégueulasse et le font le plus naturellement du monde. Big up à l'article et la BD et @Gabelote pour ton analyse tellement juste.
     
    Mellana, Nebullulaby, GeorgiaGeorginette et 12 autres ont BigUpé ce message.
  8. Sylphida

    Sylphida
    Expand Collapse

    Oooh lala en lisant la BD, je me suis rendue compte d'une chose atroce! Autant j'ai fait vraiment beaucoup d'efforts afin d'arrêter de juger les corps de femmes dans la rue (je n'ai jamais fait de remarque bien sûr, mais je jugeais dans ma tête! Plus trop maintenant du coup), ce qui a été sacrément libérateur, autant la partie où Emma explique l'étude scientifique m'a sciée. Moi aussi je regarde les femmes comme des objets, même si c'est fait de manière "positive". En gros au boulot, je serai incapable de citer un détail sur les gars. Par contre, les filles et femmes, je pense immédiatement au sourire chaleureux de celle-ci, aux seins conséquents de celle-là, ou encore à la couleur de cheveux de machine. Pas à l'ensemble. C'est très perturbant et ça m'ennuie. Allez, un défi de plus à relever maintenant que je le sais haha. Merci!
     
    ChansonMuette, Sinistre Lombric, Lord Griffith et 3 autres ont BigUpé ce message.
  9. LadyNightstalker

    LadyNightstalker
    Expand Collapse
    à l'ouest

    @Gytha-Ogg tu ne peux pas dire que c'est faux JUSTE PARCE QUE ton copain n'est pas comme ça ! On ne peut pas contredire une affirmation générale à partir d'un cas isolé. Donc ton copain n'est pas comme ça, très bien pour lui, mais ce qu'Emma affirme dans sa BD est vrai de manière générale.
     
    Mellana, Nebullulaby, Shadeluna et 12 autres ont BigUpé ce message.
  10. Lounala

    Lounala
    Expand Collapse
    S'évertuer à faire ce qui nous rend heureux

    Je me suis rendue compte que j'ai commencé à analyser les tenues/physique des autres femmes à partir du moment où j'ai commencé à sentir que les hommes analysaient le mien (faisaient attention à moi en tant que femme sexuellement attractive). Je sais pas trop ce que ça signifie.
     
    renharde, Pommedapigranny, yuyunaâ et 2 autres ont BigUpé ce message.
  11. Gytha-Ogg

    Gytha-Ogg
    Expand Collapse

    Mais je ne contredisais en rien le truc général, je suis tout à fais d'accord avec ce qu'elle dit dans cette BD a vraie dire c'était surtout un moyen de partagée une anecdote amusante et d'en rigoler un peu...;)
     
    Petite-fleur et Lounala ont BigUpé.
  12. Eliantha

    Eliantha
    Expand Collapse
    Books & Tea

    Cette BD me fait penser à une conversation que j'ai eue récemment avec mon copain, à propos d'une chaîne de restaurants américains, Hooters je crois, qui revendique le fait de n'avoir parmi son personnel que des femmes répondant à certains critères de beauté et portant des uniformes très sexy. Pour moi, il est évident que c'est encore une forme de commercialisation et d'objectification du corps des femmes et franchement, cela m'énerve au plus haut point et j'espère bien qu'aucune de ces enseignes n'ouvrira en France. Mais il m'oppose l'argument suivant: les hommes se servent souvent de leurs capacités physiques (de leur force, par ex) pour trouver un emploi (déménageur, ouvrier dans le bâtiment, etc.) du coup il n'est pas choquant que les femmes puissent faire de même, si ça les aide à trouver un job, tant mieux pour elles. J'ai beaucoup de mal à accepter cet argument, pour moi, exploiter la force physique de certains hommes et l'apparence de certaines femmes, ce n'est pas du tout la même chose... Mais j'ai du mal à le lui expliquer. -_-
     
    ChansonMuette, Astyana et Manea ont BigUpé ce message.
Chargement...