Quatre comportements à éviter si vous voulez faire durer votre couple

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Justine_, le 10 octobre 2017.

  1. Justine_

    Justine_
    Expand Collapse
    En hibernation
    Membre de l'équipe

  2. skippy01

    skippy01
    Expand Collapse
    #BalanceTonPortUSB

    Ça me fait me poser une question: pourquoi vouloir à tout prix faire durer son couple ? Cette obsession est juste un diktat du catholiquement correct dont on peut très bien se passer. Une rupture amoureuse, ce n'est pas grave, il n'y a vraiment pas de quoi en faire une tragédie.

    Et ces études qui on fait grand bruit affirmant que l'amour durait 3 ans maximum, elles valent quoi, finalement ?
     
    #2 skippy01, 10 octobre 2017
    Dernière édition: 10 octobre 2017
    Cilece, Elyon_64, Kaalyn et 9 autres ont BigUpé ce message.
  3. Melydo

    Melydo
    Expand Collapse
    J'utilise le pronom il (ou iel) + masculin

    J'avoue que ce genre d'article me laisse un peu pantois :hesite: Déjà le titre a fait que j'ai hésité à cliquer car j'avais l'impression que j'allais lire un énième article de "magazine féminin" sur "comment faire durer son couple". Ensuite, chaque couple est tellement différent que je trouve qu'un tel contenu a juste tendance à faire culpabiliser ceux qui se reconnaissent, ou à faire stresser les autres ("est-ce que ce qu'il vient de faire est un comportement qui veut dire qu'on va être dans les 91% à rompre"). Enfin, comme le dit le.a madz d'au dessus, au pire si l'un méprise l'autre, lui coupe la parole, s'énerve, est-ce vraiment un mal de rompre ? :dunno:
     
    Zirbu, Daily Mail, loxlady et 22 autres ont BigUpé ce message.
  4. Clarissse

    Clarissse
    Expand Collapse

    Alors personnellement je ne vois aucun diktat quelconque à vouloir vieillir avec celui que j'aime. Et je ne considère pas ma/mon partenaire comme un mouchoir qu'on jette dès qu'iel ne fonctionne plus. S'iel décide de rompre toutes les fois où j'ai fais ma mauvaise tête, je vivrais éternellement seule. Et je sais que maintenant j'en suis capable, mais à 60 ans je n'ai pas envie de me retrouver seule dans ma maison sans petits-enfants à qui tricoter des écharpes juste parce que quand j'avais 25 ans je n'ai pas supporté que mon chéri.e laisse trainer une chaussette. Une relation ça se travaille et abandonner au moindre conflit, c'est lâche. Je n'ai pas d'autre mots je suis désolée.

    Quand à cette étude qui dit que l'amour durait 3 ans. Je la mets à la poubelle.
    Bisou
     
    madmoiselleV, Sugar&Sarcasm, sophiebrld et 35 autres ont BigUpé ce message.
  5. skippy01

    skippy01
    Expand Collapse
    #BalanceTonPortUSB

    Si c'est le seul argument que tu lui opposes, c'est pas très convainquant.
     
    The Trve Freyja a BigUpé ce message
  6. Aky_x

    Aky_x
    Expand Collapse

    Personnellement ça me va de faire des efforts sur moi et pour moi pour aller dans le bon sens de notre relation, avec mon chéri, quand je vois qu'on a une relation bienveillante l'un envers l'autre. Ça permet d'éviter ce qui, aujourd'hui, me fait dire "c'est rien ca" mais qui plus tard pourrait avoir plus d'importance. Après c'est très personnel. Si ça permet de nous faire évoluer dans le bon sens et évoluer pour soi...

    L'étude des 3 ans... ça fluctue trop d'une personne à l'autre mais je pense que ce qu'il faut en retenir c'est qu'au delà de l'amour c'est une complicité et une bienveillance que l'on a pour/avec son/sa partenaire. Ça ne me fait pas peur de me dire que je n'aurais plus l'amour passionné du début (même si ça se cultive) mais que j'aurais un lien différent et peut être plus profond.
    C'est le "est ce que quand tu es longtemps avec une même personne tu as de l'amour ou une amitié et un lien très profond ?" Mais du coup c'est de l'amour aussi (?) :rire:
     
    Polaire, Narcissa, Zirbu et 6 autres ont BigUpé ce message.
  7. Eros Thanatos

    Eros Thanatos
    Expand Collapse
    Beau comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d'une machine à coudre et d'un parapluie

    De même, je suis un peu circonspecte. Une simple observation de 15 minutes ne permet pas vraiment de faire la différence entre causes et conséquences. Par exemple, pour le mépris, est-ce que le problème était le mépris d'un-e partenaire ou bien l'autre partenaire qui espérait des signes d'admiration pour le moindre petit truc, même banal ? Pour les critiques, comment savoir si la personne qui dit "tu es obsédé-e par les jeux vidéos, t'as un problème" n'a pas déjà dit les choses de manière douce des dizaines de fois en vain avant de passer à un ton plus sec pour faire réagir ? Pour l'obstruction, si la personne change de sujet sans raison, ça peut effectivement nuire au couple, mais qu'en est-il si le/la partenaire a eu une attitude blessante et problématique à chaque fois que le sujet a été abordé et que l'autre veut simplement se protéger ? Et l'attitude sur la défensive, est-ce une agression ou bien la réponse de quelqu'un qui se fait critiquer à longueur de journée et n'en peut plus ? Du coup, on ne sait pas si les comportements qui ont été observés sont la source de la rupture, ou bien des réponses à des comportements qui sont en réalité les véritables causes de la rupture. Parce que bon, je pense que si ton/ta partenaire n'en a strictement rien à foutre de tes "je me sens délaissé-e quand tu passes ta journée à jouer", ne pas essayer de hausser le ton pour essayer de provoquer un changement et signifier qu'il y a un réel problème, ça ne risque pas d'arranger les choses non plus. Au pire, la personne saoulée finira par partir, se rendant compte qu'elle n'est pas écoutée.

    En tout cas, de mon côté, si je fais toujours l'effort d'être conciliante au début, je préfère hausser la voix pour me faire entendre si la manière douce ne fonctionne pas plutôt que de nourrir frustration et ressentiment en continuant à parler dans le vent. Du coup qui cause la rupture : cellui qui attend que son/sa partenaire se mette en colère pour l'écouter, ou cellui qui essaie de se faire entendre par tous les moyens possibles avant de renoncer ?
     
    madmoiselleV, Valentina-, Llaurelin et 18 autres ont BigUpé ce message.
  8. Gressinni

    Gressinni
    Expand Collapse

    No shit Sherlock, faut se comporter de manière décente pour que ça se passe bien dans une relation interpersonnelle :cretin: même sur un échantillon aussi restreint on arrive à une déduction qui ne défie pas la logique
     
    leaking_b, Madame escargot, sophiebrld et 36 autres ont BigUpé ce message.
  9. Scamandre

    Scamandre
    Expand Collapse

    @Ewen
    Est-ce que la question de la longévité n'est pas implicitement contenue dans celle de la monogamie ? (Un.e seul.e partenaire à la fois et pour la vie).
    Ça me paraît intéressant de se demander si c'est vraiment quelqu'un qu'on retrouve partout, et sous quelle forme, la longévité d'une relation. J'irais pas nécessairement jusqu'à parler de diktat, mais dans quelle mesure ce "choix" de vouloir se projeter sur le très long terme avec une personne est façonné par les valeurs de notre société...? Ca ne me paraît pas forcément "automatique", naturel.
    Peut-être que si, hein, mais je serais pas si catégorique d'entrée de jeu....
     
    #9 Scamandre, 10 octobre 2017
    Dernière édition: 10 octobre 2017
    Narcissa, Daily Mail, Biousse et 4 autres ont BigUpé ce message.
  10. ultrabambi

    ultrabambi
    Expand Collapse

    Je me reconnais dans quasiment tous les points, pour autant je ne pense pas être une enfoirée ou quelque chose d'approchant.... Ce sont des comportements qui ne se contrôlent pas forcément, et qui, pour ma part, sont accompagnés d'autres moments plus positifs, bienveillants et attentionnés.
     
    Narcissa, Shadowsofthenight et Najia-* ont BigUpé ce message.
  11. Scamandre

    Scamandre
    Expand Collapse

    @Ewen Désolée pour la citation, je n'ai pas fait attention.
    Oui j'observe aussi que les gens essaient de rester en contact et d'entretenir les relations.... Mais je sais pas, concernant l'amour, il y a tellement d'injonctions à s'aimer comme ci ou comme ça que balayer l'enjeu de longévité directement comme n'étant pas construit, ça me paraissait un peu rapide.
    Après, c'est qu'une pensée en passant, j'ai vraiment rien pour vraiment nourrir un débat dessus haha
     
    Shadowsofthenight, Lumiciole et Sinistre Lombric ont BigUpé ce message.
  12. Niachan

    Niachan
    Expand Collapse

    En même temps quand dans ton couple tu est arrivé à un stade ou tu est dans la critique de l'autre en refusant le dialogue en étant sur la défensive au point de même mépriser l'autre il n'y a peut être pas besoin d'une étude pour comprendre que ça ne va pas.

    Après ces "comportements" pris isolés ne peuvent rien démontrer à mon sens. Il m'arrive parfois de couper cours à une conversation parce qu'on la déjà eu 3 fois et que le moment où il l'a relance ben c'est pas adéquat. J'ai aussi tendance à être sur la défensive du fait de mon histoire personnelle mais il est au courant et une fois la tension passé on en discute. Même si il nous arrive d'avoir ce genre de réaction on en rediscute toujours à froid après.

    On est des êtres humains avec des réactions pas des robots. Et ces réactions ben oui des fois sont pas bonnes.

    Ce genre d'études je les trouve nuisibles, quelqu'un qui n'a pas encore beaucoup de recule dans la vie sur une relation amoureuse peut vraiment prendre peur et prendre sur soi pour se changer dans sa relation. Et pas être soi même c'est quand même vachement moins bon (voir dangereux) que de parfois perdre patience.
     
    #12 Niachan, 10 octobre 2017
    Dernière édition: 10 octobre 2017
    madmoiselleV, Maia Chawwah, TennanTen et 9 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...