"Comme un roman" - Daniel Pennac

Sujet dans 'Forum Littérature / BD / Manga / Comics' lancé par Búho, le 10 décembre 2008.

  1. Búho

    Búho
    Expand Collapse
    Bioaddict & Hyperactive.

    [​IMG]

    « Comme un roman »
    Daniel Pennac


    Essai paru en 1992 aux éditions Gallimard, « comme un roman » fait partie des nombreux succès à lire et à re-lire du célèbre Daniel Pennac.

    Une enfance bercée par la lecture
    « Le verbe lire ne supporte pas l?impératif. Aversion qu?il partage avec quelques autres : le verbe « aimer »? le verbe « rêver »?
    On peut toujours essayer, bien sûr. Allez-y : « Aime-moi ! » « Rêve ! » « Lis ! Mais lis donc, bon sang, je t?ordonne de lire ! »
    - Monte dans ta chambre et lis !
    Résultat ?
    Néant.
    Il s?est endormi sur son livre. »
    Dès le début nous sommes titillés par le sujet qu?aborde Pennac durant tout son ouvrage : la lecture. Les rapports entre un enfant et son livre, l?auteur veut comprendre, est-ce si difficile pour un enfant ou un adolescent de lire ? Ou peut être est-ce les adultes qui utilisent ce moyen de détente comme « torture pédagogique » ?
    Pennac nous raconte, son rapport avec ses livres lorsqu?il était enfant, sa façon de voir tous ces mots plus ou moins compréhensibles écrits sur du papier blanc ou jaune selon le nombre d?années d?ancienneté du livre. Qu?est-ce qu?un livre ? Pennac nous le dit mieux que quiconque, d?une façon aussi bien humoristique qu?ironique. Il nous décrit, avec émotion, la joie qu?un enfant peut ressentir lorsqu?il commence à savoir lire, à décomposer seul des syllabes et à les écrire :
    « Il l?avait déjà vu, au tableau, bien sûr, reconnu plusieurs fois, mais là, sous ses yeux, écrit de ses propres doigts?
    D?une voix d?abord incertaine, il ânonne les deux syllabes, séparément : « Ma-man »
    Et, tout à coup :
    - m a m a n !
    Ce cri de joie célèbre l?aboutissement du plus gigantesque voyage intellectuel qui se puisse concevoir, une sorte de premier pas sur la lune [?] avec une signification la plus chargée d?émotion ! »


    Les droits imprescriptibles du lecteur
    Il y a bien évidemment les critères de lecture et les règles du livre en lui-même mais Pennac nous fait très justement remarquer que le lecteur à lui aussi certains droits que personne ne peut bafouer : les 10 droits imprescriptibles du lecteur.
    Le droit de ne pas lire
    Le droit de sauter des pages
    Le droit de ne pas finir un livre
    Le droit de relire « Nous relisons surtout gratuitement, pour le plaisir de la répétition, la joie des retrouvailles, la mise à l?épreuve de l?intimité. »
    Le droit de lire n?importe quoi
    Le droit au bovarysme (maladie textuellement transmissible)
    Le droit de lire n?importe où
    Le droit de grappiller
    Le droit de lire à haute voix
    Le droit de nous taire « L?homme construit des maisons parce qu?il est vivant, mais il écrit des livres parce qu?il se sait mortel. »
    L?auteur développe au fils des pages, ces droits imprescriptibles du lecteur, avec finesse et toujours autant d?humour.

    ~~~~~~~~

    Un essai tout simplement délicieux, tendre et réaliste, Pennac donne l?envie de lire à ceux qui ne l?ont pas et la ravive chez ceux qui l?ont déjà. « Chef d?oeuvre » moderne du 20ème siècle à ne manquer sous aucun prétexte. Et je finirais en rajoutant la très juste phrase de Thomas Chandler Haliburton: « Certains livres se lisent à la cuisine, d'autres au salon. Un vrai bon livre se lit n'importe où. »

    Manzana.
     
  2. Cookie Love

    Cookie Love
    Expand Collapse
    Blasée

    Je l'ai lu en econde et j'avais bien aimé :)
    Je vais le relire je pense :)
     
Chargement...