« Stop harcèlement de rue » inaugure une « zone sans relou » à Paris

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Clemence Bodoc, le 28 avril 2014.

  1. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

  2. melaaya

    melaaya
    Expand Collapse
    Guest

    De toutes manières, c'est encore et toujours les mêmes clichés qui reviennent...

    Pour le coup, dans toute cette histoire, ce qui me chagrine le plus (en plus du fait que les "relou" sont une fois de plus assimilés aux immigrés), c'est qu'on ait besoin de créer des "zones". Il ne devrait pas y avoir de zones spécifiques, c'est partout pareil, chacun doit se respectes, homme comme femme...

    Parce que vu comme ça, c'est comme si hors de ces zones ou espaces, les femmes avaient le droit d'être abordées de manière peu décente... Après je sais que leur but c'est d'élargir cette idée et de "débanaliser" le harcèlement de rue mais c'est vrai que vu comme ça, ça sonne un peu bizarre :/ (enfin pour moi en tout cas)
     
  3. Aalia

    Aalia
    Expand Collapse
    la vieille

    Dans mon quartier c'est presque 1 remarque par jour que je me tape.
    Ce sont des gestes qui relèvent la plupart du temps d'un grand courage. Les mecs sont souvent en groupe ou en scooter, tandis que je suis seule et à pied. On me traite de salope, ou on me balance un truc au moment ou on se croise et où je perds le mec du champs de vision.
    Je ne recule devant aucune tenue vestimentaire à cause d'eux, ils ne me font pas peur. Et je réplique à tous, un petit truc, parce qu'il est pas question que je ralentisse pour eux.
    Par exemple la dernière fois un mec m'a crié "eh toi je te baise !" il était en terrasse avec ses potes. J'ai juste bien gueulé "bah non" en échange et ses potes ont rigolé.
    En fait je suis tellement habituée que c'est limite si je les attends pas, je les scrute en attendant que ça sorte, car je les vois venir de loin.
    Cette technique les décourage parfois, car ils sentent la force, et ils n'attaquent qu'en cas de faiblesse.
    Ce sont des merdes, de toute façon.
     
  4. Dimy

    Dimy
    Expand Collapse
    Mélange instable

    Je pense que @Euki a tout à fait raison, et que le principal but de ce genre d'actions est d’interpeller les personnes qui viendraient à croiser ces panneaux "zones anti-relou", et spécifiquement celles qui ne savent pas ce qu'est le harcèlement de rue ou qui ne se sentent pas concernées.

     Parfois, les termes peuvent un peu faire peur, parce que lorsqu'on parle d' "harcèlement" on imagine tout un tas de choses avec des retombés légales et tout ça. Certaines personnes trouvent qu'on exagère en qualifiant ces commentaires misogynes et humiliants d'agressions. Donc je me dis que cette campagne pourrait être une bonne occasion d'ouvrir le débat avec ces personnes, et leur faire comprendre qu'il s'agit bien de harcèlement et que parfois cela peut même se transformer en quelque chose de beaucoup plus grave.

    Et sinon, pourquoi ne pas créer une zone réservée aux relous, dans laquelle ils seraient tous regroupés et pourraient librement s'insulter et se taper dessus. On leur balancerait même de temps en temps des trucs à manger :) Un petit zoo perso en fait!
     
  5. melaaya

    melaaya
    Expand Collapse
    Guest

    Ah d'accord je comprends mieux, c'est vrai que vu comme ça, vous avez raison ! :)

    Haha oui Dimy c'est une bonne idée ça ! ^^
     
  6. Caroline-lu

    Caroline-lu
    Expand Collapse


    Il m'est arriver la même chose dans le train vers 00h00. On rentrait avec une amie et un mec nous demande de pousser nos sacs pour s'assoir à côté de nous alors que le wagon était vide. On a refusé, il a commencé à s'énerver et au bout d'un moment un vieux monsieur qui ressemblait fort au père Noël se retourne et commence à lui parler avec philosophie! Il était génial, je m'en souviendrais toujours! :vieux:


    Par contre, dans mon cas -et loin de moi l'idée d'être raciste- mais dans la très grande majorité des cas je me suis effectivement  plus fais emmerdée par des étrangers que par le français...
     
  7. clarybulle

    clarybulle
    Expand Collapse
    Manger. Maintenant.

    Je rejoins l'avis de Melaaya, même si la réponse d'Euki me fait y voir plus clair ^^

    Après il y a un autre problème mais là pour le coup ce n'est pas la campagne qui est mauvaise ou quoi: les Relous ne savent jamais qu'ils le sont ("c'est pas être relou que de dire à une fille qu'elle est bonne ou de la draguer dans la rue" --> si si mec, parce qu'en fait les filles elles s'en balancent de se faire valider sexuellement par un inconnu) ... donc pas sûre que les relous en question comprennent le message. :hesite: Mais si ça peut amener d'autres personnes à réfléchir là-dessus, c'est bien :)
     
  8. Po31

    Po31
    Expand Collapse
    Trop de boulot

    C'est vrai que j'ai pensé la même chose en voyait le concept de la "zone anti-relou". Mais en réalité, je pense qu'il faut bien commencer quelque part, et le fait de créer une zone spécifique va sans doute faire réagir les gens sur la problématique du harcèlement de rue.

    Si d'autres villes se mobilisent pour faire de même, je pense qu'on pourrait réussir, à terme, à sensibiliser les gens là-dessus et à ce qu'aucune personne ne soit plus harcelé que ce soit dans la rue, le métro ou ailleurs.

    La vidéo qui a été réalisé par l'étudiante en cinéma à Bruxelles a fait bouger les choses, et c'est vraiment bien. Mais je trouve ça dommage qu'il ai fallu en arriver là pour qu'enfin les gens ouvrent les yeux malgré les nombreux témoignages qui avaient déjà été donnés.

    Il reste encore beaucoup de personne qui pensent que le harcèlement de rue "n'arrivent qu'aux autres" ou "n'arrive qu'ailleurs". Et surtout les hommes d'ailleurs, puisqu'ils le vivent très rarement et n'ont donc pas conscience que ça arrive tous les jours à beaucoup de femmes.

    J'espère que les mentalités vont pouvoir avancer grâce à des actions comme celles-ci !
     
  9. m_moony

    m_moony
    Expand Collapse

    Je rêverais d'une zone anti-relou dans mon quartier... Je respecte totalement le fait de refuser d'être récupérer par des réac' racistes, et c'est même super important de dire que le relou est partout...
    Mais de ma propre expérience, je ne me suis jamais autant fait emmerder que depuis que je vis à Belsunce depuis plus d'un an et demi, un des quartiers maghrébins du centre de Marseille. Mais dans ce cas précis, c'est pas l'origine qui est en jeu je pense, juste le fait que dans ce quartier, une bonne partie de la population masculine jeune passe toutes ses journées dans la rue, devant les kebab, à reluquer chaque fille qui passe et à lancer leurs petits commentaires, rarement agressifs, mais définitivement relou... C'est simple, je ne supporte plus de traverser mon quartier sans avoir un casque sur les oreilles, j'ai l'impression de devenir parano à me sentir mater par chaque mec que je croise, j'apprécie plus la compagnie des rats à 2h du mat' que cette faune à toutes heures de la journée. Je pense être quelqu'un de très ouverte d'esprit, et j'ai peur d'être raciste en faisant ce genre de commentaire... J'aimerais sincèrement m'arrêter un jour et leur expliquer que ce qu'ils font, c'est peut-être pas "méchant", mais ça reste du harcèlement... Mais je ne le ferais pas seule, il ne me reste plus que le casque avec la musique à fond...
     
    #9 m_moony, 29 avril 2014
    Dernière édition: 29 avril 2014
  10. MissNyxe

    MissNyxe
    Expand Collapse
    "My friends call me Meg, at least they would if I had any friends." 

    Je suis partagée, d'un côté je trouve que c'est mieux que rien, que ça fait du concret, un espace pour s'exprimer et sensibiliser les gens qui ne le seraient pas déjà.

    Mais comme le disait une Madmoizelle je suis pas sure que les relous se reconnaissent, et même si c'est le cas faire une zone anti relou, ben c'est un peu comme la journée de la femme non ? Je les vois bien sortir des trucs style "On est pas dans une zone anti relou là !" à une fille qui protesterait.

    Enfin, je trouve que c'est dommage parce que ça leur laisse le pouvoir sur le reste de la ville, et ça isole les victimes plutot que les agresseurs. Un peu comme quand les gamins jouent au loup, les victimes ont le "camps" et les re-loups (je finis de parler et ensuite je vais me cacher), on le reste de la cour de récré.

    J'adhère aussi a la vidéo, sauf à la nana qui dit "On fait une zone ou non c'est non". Ouais, et ailleurs ? Je sais que c'est pas ça qu'elle veut dire. Mais les relous, sont, par définition, des gros cons. Donc ne jouons pas la subtilité avec eux.

    En fait la "zone anti relou", se retrouve a etre un lieu isolé "ou on peut demandé de l'aide" et ou "on est pas harcelée", alors que ça devrait etre partout comme ça. Et j'ai l'impression que la zone valide sans le vouloir le fait de faire une concession, de ceder, sur le reste de l'espace. Ce n'est peut etre pas l'intention et comme je l'ai dit je trouve le projet tout a fait honorable. Mais bon, beware of the relou.
     
  11. Caroline-lu

    Caroline-lu
    Expand Collapse

    Non quand je dis étranger c'est d'origine étrangère! Ça restait des gens de nationalité francaise! ;)
     
  12. PinkChamallow

    PinkChamallow
    Expand Collapse

    Je ne suis pas d'accord, les dragueurs lourds ne se rendent pas forcément compte, je veux bien l'admettre pour certains, mais le mec qui te chantonne Salope n'a à mon sens pas vraiment l'intention de te draguer, tout comme le type qui fait des commentaires sans s'arrêter.
    Ceux-là sont juste des harceleurs avec zéro excuse "nan mais je draguais".


    Je rejoignais un peu vos impressions sur les zones anti-relous qui pourraient banaliser le harcèlement en dehors mais si ce sont des zones symboliques le temps d'une action, alors l'idée me plaît mieux.

    Je trouve un peu dommage que l'article n'ait pas mentionnée de critiques de l'action par contre, comme l'article de AC Husson.

    Quant au terme de "relou", je suis d'accord avec @Dimy, le terme harceleur peut "faire peur" et les gens ne s'y reconnaissent pas, le terme est trop chargé et ils se dédouanent tout de suite. J'ai pas d'avis tranché en fait, d'un côté je comprends bien le problème de minimisation que peut engendrer le terme "relou", de l'autre je me dis que ça peut être plus stigmatisant que le terme "harceleur" que les mecs vont tout de suite écarter en disant que ce qu'ils ont fait c'est pas si grave.

    À ce sujet, une nana du collectif a répondu sur l'article de Genre!
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
Chargement...