Suicide assisté, euthanasie : et vous, qu’en pensez-vous ?

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Clemence Bodoc, le 17 janvier 2014.

  1. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

  2. katnissvsw

    katnissvsw
    Expand Collapse
    Guest

    Alors je suis pour la légalisation de l'euthanasie même si je pense que ce n'est pas le choix que je ferais pour le moment (en même temps,je ne suis pas dans le situation) et que personne de ma famille ne fera sauf si ils changent d'avis d'ici là (étant qu'ils sont tous contre la légalisation)
     
  3. Romuald

    Romuald
    Expand Collapse
    Religiously unkind

    @mariecharlotte-2, toujours au top :paillettes:

    Pas très originale, je viens poster exactement la même chose que sur le forum actu. :fleur:
    Il existe deux démarches simples et assez rapides qui permettent de s'assurer de qui sera consulté et écouté en priorité en cas de situation similaire vous concernant. Elles sont révocables à tout moment, et souvent proposées avant une hospitalisation ou une opération "à risques".


    Tout d'abord, vous pouvez désigner une personne de confiance dans votre entourage (votre parent, conjoint, médecin traitant) que vous aurez informé de vos souhaits ou à qui vous faites confiance pour décider à votre place si vous n'en êtes plus capables. 

    Vous pouvez également rédiger des directives anticipées, valables 3 ans, qui seront prises en compte en cas d'accident. 

    NB : ces déclarations ne sont pas valable si vous êtes encore mineure.


    Concernant l'euthanasie d'une manière générale, je n'ai pas trop le temps de développer, mais j'y suis très favorable. Je pense crois à l'importance de la dignité humaine et au respect de la volonté de mourir.
    Je pense en revanche que c'est un système compliqué et long à mettre en place, puisqu'il doit prendre en compte les volontés du patient, la responsabilité des médecins, les risques de manipulation ("facile" de se "débarrasser" d'une personne âgée..) et surtout qu'il doit être correctement encadré. A ce titre, je pense que la généralisation des démarches citées plus haut, notamment dans le cadre des consultations chez le médecin traitant, peut être utile. C'est certes un peu morbide de rappeler au patient qu'il peut se retrouver ans une telle situation, mais ça éviterait le "flou" auquel on peut faire face dans ce genre d'affaires, et qui aboutit à une non-décision prudente.
     
  4. Arrrum

    Arrrum
    Expand Collapse
    always hungry

    Le droit de disposer de son corps comme on l'entend, y compris en fin de vie, me semble être un droit fondamental et évident.

    Je suis donc tout à fait favorable pour les 2 dispositions le suicide médicalement assisté et l'euthanasie.

    Cependant, il me semble primordial que ces pratiques soient rigoureusement encadrées pour éviter les dérives. Je pense qu'il devrait y avoir un suivis et une enquête autour du patient avant de prendre une décision forcément définitive.
    A mon sens il devrait y avoir une sorte de comité composé de différentes professions qui serait habilité à décider: une expertise médicale, une expertise psychologique et éventuellement une sorte d'expertise judiciaire (qui enquêterait sur de potentiels conflits d'intérêts parmi les proches etc.).

    Il me semble évident que cette option devrait exister pour les cas de maladies ou traumatismes incurables et irréversibles. Car au fond quand on a perdu toutes ses facultés mentales ou/et physiques, qu'on ne peut plus rien entreprendre, faire ou ressentir, que l'on est alités en permanence, il me semble qu'il s'agit plus de survivre que de vivre.
     
  5. cailhin

    cailhin
    Expand Collapse
    Ailleurs dans ma tête

  6. Mad_Summers

    Mad_Summers
    Expand Collapse

    Je suis d'accord avec Romuald et Arrum, il faut permettre de mourir dignement et encadrer rigoureusement cette pratique.
    La France est vraiment très frileuse à ce sujet alors qu'ailleurs des mesures sont envisagées. Je n'arrive pas à comprendre pourquoi ce sujet est si délicat.

    Comme je fais des études dans le social, on a mené un débat là dessus en cours de droit. Il y avait un consensus autour d'un avis favorable et d'un comité.
    Pourtant, un peu comme la situation de Vincent Lambert on est tombé sur """le problème""" de la religion.
    Pour certaines personnes c'est inenvisageable de débrancher quelqu'un à causes de leur croyance.
    Alors si la famille croit mais que le patient non, comment faire? Le désir d'une partie de la famille peut-il vraiment être tempéré par un comité "étique"? Je ne sais pas.

    La loi Leonetti sur la fin de vie permet à l'équipe médicale de mettre en place un système qui conviendra au patient en soins paliatifs. J'ai l'impression que la plupart des professionnels du médico-social on a cœur de respecter les volontés de leurs usagers, si "l'option euthanasie" était ajouté je pense que les professionnels n'iraient pas contre la volonté de la personne.
     
  7. Charuru

    Charuru
    Expand Collapse
    A une dinde rôtie

    Etant belge et notre pays autorisant l'euthanasie et vient même de l'étendre aux enfants J'ai du mal à comprendre le fait que l'avais de sa famille compte plus que le sien et celui de sa femme...
    Nous avons eu aussi le "cas" d'un transsexuel dont l'opération ratée l'avait laissé dans une profonde détresse psychologique mais sans être malade.
    Et s'il est vrai que nous avons une augmentation des demandes, on est quand même loin de "cliniques de la mort"
     
  8. ColonelDandelion

    ColonelDandelion
    Expand Collapse
    Des Poils, des Poils, oui mais des Poilzamis !

    Même précision que Charuru:
    la Belgique autorise l'Euthanasie, y compris lorsque la personne n'a plus l'occasion d'énoncer son consentement, dès lors qu'elle a pu au préalable l'établir clairement devant 2 témoins majeur, dans les 5 ans précédant l'euthanasie et selon le modèle de formulaire établie par la loi. (loi du 28 mai 2002) .

    A noter que la Belgique est plus avancée que la France en ce qui concerne les matières de la bioéthique, et a majoritairement fait passer ses lois dans le plus grand calme depuis des années, quand la France se déchire encore sur des sujets qui ne font plus guère parler d'eux ici.
     
  9. sixteen

    sixteen
    Expand Collapse

    La situation est très complexe, et je n'ai pas tous les détails... mais pour moi, l'euthanasie, ce n'est pas LA solution, ou en tout cas, elle ne doit pas être du ressors de la médecine, dans le sens où un des grands principes de la médecine, c'est quand même de ne pas tuer quelqu'un, même s'il le demande.
    Personnellement, l'euthanasie me fait peur, car elle peut très vite dériver, et être utilisée à toutes les sauces.


    Ensuite, dans le cadre de cette situation, comment on peut savoir si il est conscient ? Peut-on en être sûr ? (j'avais lu le témoignage d'une femme qui après avoir subi un coma médicalisé, ne réagissait plus, et était jugée inconsciente, elle ne répondait plus à rien, les médecins la jugeaient perdue, et pourtant, elle était consciente). Je veux dire par là que dans le doute, mieux vaut s'abstenir, non ? Et, du coup, peut-on parler d'acharnement thérapeutique ?


     
  10. Mad_Summers

    Mad_Summers
    Expand Collapse

    Oui je sais qu'on pense souvent à "tuons mémé pour toucher l'héritage" et je trouve cet aspect comment dire... totalement répugnant. Comme si la fin de vie d'une personne âgée pouvait réellement ne se résumait qu'à ça.

    Je pense aussi que la Mort en général est un sujet tabou et qu'il vaut mieux la cacher que d'en parler. Alors qu'on aurait peut être moins de difficultés à l'accepter si on en parlait plus, si on la désacralisé un peu.
     
  11. Arrrum

    Arrrum
    Expand Collapse
    always hungry


    Je crois aussi qu'une des raisons est l'incertitude face au progrès de la médecine. Une maladie ou un traumatisme incurable aujourd'hui pourrait ne plus l'être dans 10 ans (je donne un chiffre au hasard je n'ai pas d'idée précise de la vitesse à laquelle progresse la médecine) par exemple. Ainsi une personne victime d'un accident ou d'une maladie à 30 ans pourrait retrouver une vie "normale" à 40...Donc dans le doute et avec de l'espoir certaines personnes préfèrent attendre en espérant le progrès. Enfin avec des si on referait un monde comme on dit, mais je crois que c'est l'argument que je comprends le mieux.
     
  12. Mad_Summers

    Mad_Summers
    Expand Collapse

    Euh quand tu es en phase terminale d'un cancer ou trucs du genre, si tu es réellement condamner à mourir que c'est la seule issue, tu vas en soins palliatifs où l'équipe médicale pour t'accompagner dans la fin de vie et t'aide à mourir dignement. Faut pas dire que ça n'existe pas ça.

    A moins qu'on ne parle pas de la même chose?
     
Chargement...