The Girl Code Movement lutte contre les viols sur les campus

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Lady Dylan, le 13 février 2014.

  1. Lady Dylan

    Lady Dylan
    Expand Collapse
    Hazel Tellington

  2. gunter

    gunter
    Expand Collapse

    Je trouve l'analogie avec le braquage de banque, bien que marrante au premier abord, un peu crainteuse.
    Parce que moi, franchement, je blâme la banque qui se fait braquer. En instaurant un système inégalitaire et capitaliste, elle l'a bien cherchée.
     
  3. Karbankoojay

    Karbankoojay
    Expand Collapse
    Bam pam thank you ma'am...

    Est-ce que c'est de l'humour ou bien c'est un argument sérieux? :eh:
     
  4. Matou-shi

    Matou-shi
    Expand Collapse
    Miaou

    J'ai réagi comme toi en lisant l'article. Au-delà de l'argument de la société capitaliste, je trouve que ça craint un peu de comparer le viol d'une personne humaine, la blessure de la violation de son identité et de son intimité, avec le vol d'objets froids et dénués de pensées.
    Ce n'est quand même pas pareil, même si je suis d'accord avec le fond de la démonstration, elle est maladroite.
    Parce qu'en plus, les banques ne se gênent pas pour nous voler ouvertement (coucou les subprimes) tandis qu'une femme, même bourrée et court vêtue, ne devrait jamais être perçue comme provocante.
     
  5. eloso12

    eloso12
    Expand Collapse
    Si tu savais...

    C'est un très bon début... mais ce n'est pas suffisant.
    Après je ne connais pas trop les statistiques aux Etats-Unis.
    J'ai vécu ça dans un temps pas si lointain... Et ce n'est pas forcément lorsque l'on est totalement ivre, droguée ou je ne sais quoi qu'on se fait violer. Le viol peut très bien être fait par des personnes que l'on connait!
    Et je pense qu'il faut aussi faire de la prévention là-dessus (bon j'n'ai pas d'idée sur le comment).

    Après je pense qu'il faut aussi agir sur l'encadrement... Il n'y a rien de pire que d'être prise pour une menteuse par les autorités. Faut pas s'étonner que très peu de personne porte plainte après....


    Sinon, très bon début et ça serait cool d'avoir ce relais d'infos en France!
     
  6. Irideae

    Irideae
    Expand Collapse

    Je réagis (un peu tard :P) par rapport au propos en gras parce que dans le contexte étudiant américain, ce n'est pas du tout contradictoire, bien au contraire. Les étudiantes, la plupart du temps, connaissent leur agresseur puisqu'ici, on parle d'agressions qui ont lieu dans les campus universitaires, donc les lieux de vie des étudiants et notamment lors de fêtes organisées par les fraternités. On parle donc d'endroits où les victimes sont amenées à croiser et recroiser leurs agresseurs, rien à voir donc avec le mythe sur le viol qui veut que la victime soit agressée dans une ruelle sombre par un parfait inconnu.

    Pour plus d'infos, je t'invite à lire cet article d'Antisexisme intitulé Alcool, fêtes & viol – les fraternités étudiantes aux États-Unis qui est le troisième d'un ensemble enquêtant sur les sociétés sans viol et les sociétés enclines au viol. Elle y montre notamment quel rôle stratégique tient l'alcool dans le contexte de fraternités machistes.
     
    #6 Irideae, 18 février 2014
    Dernière édition: 18 février 2014
  7. eloso12

    eloso12
    Expand Collapse
    Si tu savais...

    Oui oui je sais :) C'est ce que j'ai essayé de dire en faite ^^ Mais j'me rends compte que j'ai très mal exprimé ma pensée
     
Chargement...