[tout passe] Vraiment tout ?

Sujet dans 'Forum Ecriture' lancé par Fiiz, le 19 mars 2010.

  1. Fiiz

    Fiiz
    Expand Collapse
    Pop !

    Elles étaient toutes les deux côté à côté dans cette voiture depuis au moins 4 heures. 4 heures de route, et pas un mot. La fille regardait par la fenêtre, à s'en faire mal aux yeux.
    Et puis d'un coup, la mère l'a entourée du regard, comme on dépose une couverture sur les épaules de quelqu'un qui a froid.
    "Tout passe, tu sais", a-t-elle lancé en cherchant la main de sa fille. Un geste amical qu?Elisa repoussa, en grognant « Reste concentrée sur la route s?il te plait ». Elle sentit sa mère la regarder d?un air dépitée, mais voyant que sa fille n?était toujours pas ouverte au dialogue, se remis à conduire attentivement. Elle put se ré adosser à sa fenêtre, en se plongeant à nouveau dans ses pensées.
    Pourquoi était-elle venue la chercher ? Elle ne lui avait rien demandée. Cela faisait quelques mois déjà qu?elle avait atteint la majorité, l?âge de l?indépendance et elle avait choisit, de partir, de s?exiler, de le retrouver. Alors pourquoi était elle venue, avec l?idée saugrenue que « ça allait passer » ? Pourquoi est ce cela passerait ? Elle n?en avait aucune envie ! Elle l?avait enfin retrouvé, son grand amour, le seul, l?unique, et après seulement quelques heures passées avec lui, voila que sa mère était venue tout gâcher. Qu?est-ce qu?elle allait faire maintenant ? Se remettre à pleurer ? Mais à quoi ça lui servait ? Tout ce qu?elle voulait, c?était le retrouver.
    Elisa continuait de fixer le paysage qui était en perpétuel mouvement. Elle pensait à ce chemin, qu?elle avait eu tant de mal à parcourir, et à tous ces efforts, qui finalement, n?auront servis à rien. Lorsqu?elle avait vu sa mère, elle ne voulait pas y croire : comment était-ce possible qu?elle ait su qu?elle s?était enfuie ici ? Elle ne l?avait dit à personne. C?était un secret qu?elle avait décidée de garder pour elle-même, persuadée que personne ne comprendrait. Après tout, est-ce que l?amour qu?elle lui portait était une excuse suffisante pour s?éloigner de tout du jour au lendemain, juste parce qu?elle avait envie de lui parler ? Pour elle, la réponse avait été évidente, mais pour les autres?
    La voiture se mit à ralentir, Elisa repris ses esprits et poussa un long soupir quand elle s?aperçut que sa mère ne roulait plus sur l?autoroute mais désormais en centre ville. Le retour à la maison était de plus en plus proche, et les explications aussi. Elle n?aimait pas les effusions de sentiments et elle ne voulait pas dire pourquoi elle était partie, elle l?avait fait, c?est tout.
    Cependant, un sourire se fit apercevoir au creux de ses lèvres. Elle repensait à son voyage, à son arrivée, à lui. Rien n?avait été programmé, elle s?était levée un matin en se disant « Aujourd?hui, j?y vais ». Elle avait pris une petite valise, y avait mis le strict nécessaire en pensant que de toute façon, elle n?avait pas besoin de beaucoup d?affaires, puis elle monta dans un taxi qui l?avait amené jusqu?à la gare routière. Tout ne fut qu?une succession de chances : Un train qui partait dans la direction souhaitée était en retard, elle allait pouvoir le prendre, et, une fois dedans elle eu le soulagement de constater que personne n?était à coté d?elle, elle pourrait donc voyager tranquillement. Ce sont ces petites choses qui l?avaient encore plus convaincue qu?elle avait bien fait d?aller le voir : le destin était avec elle.
    Arrivée à destination, elle fut tout de même un peu perdue. Elle n?avait pu appeler personne, et elle ne savait pas comment se rendre jusqu?à l?endroit où il résidait. Ca ne faisait pas bien longtemps qu?il était parti, elle n?était encore jamais allez le voir, et comme sa mère s?était fâché avec lui il y a bien longtemps, elle n?avait pas pu demander toutes les précisions sur le lieu. Mais encore une fois, la chance l?avait guidé ce jour là, puisque la première personne a qui elle avait demandé sa route pu lui répondre avec une précision sans faille sur la direction à prendre. Au bout d?une dizaine de minutes, elle y serait déjà.
    Et c?était vrai. Sa montre avait affiché 10h23. Elle pouvait prendre son temps.
    Ce fut des retrouvailles silencieuses. Elle appréciait ce moment où elle le revoyait enfin. Elle versa quelques larmes sous l?émotion, et se mis à parler. A parler de ses études, de sa mère, de ce qu?elle ressentait depuis qu?il était parti, de son trajet pour arrivé jusqu?à lui. Elle sentait qu?il l?écoutait, et qu?il se souciait d?elle. Elle se sentait observée et admirée. Elle sentait qu?il était présent. Alors elle continuait de parler, pour briser ce silence qui pesait.
    Elle ne saurait pas dire combien de temps elle était restée assise par terre, à parler. Il faisait déjà nuit quand sa mère était arrivée. Elle n?avait pas eu à lui demander quoique ce soit, Elisa était rentrée dans la voiture d?elle-même, ne voulant pas provoquer un scandale dans ce lieu si sacré pour elle. Elle savait qu?il la regardait, elle ne voulait pas le décevoir.
    Et s?en suivirent ces 4 heures de route, 4 heures plongés dans un silence mélancolique, où aucune des deux ne trouvait les mots qui aurait pu rétablir un dialogue.
    Mais qu?est-ce qu?elle y pouvait, si son père lui manquait ? Elle voulait y retourner, même si cette pierre était froide, au fond, c?était le seul contact qui avait le pouvoir de la réchauffer. De toute façon, elle allait y retourner, ce n?était qu?une question de temps?
     
  2. Marie Obrigada

    Marie Obrigada
    Expand Collapse
    en construction...

    Tiens c'est "marrant", j'essayais de répondre à ce sujet (sans succès pour l'instant) et j'avais aussi imaginer le décès du père. ;-)
     
Chargement...
Sujets similaires
  1. Bonnie
    Réponses :
    0
    Affichages:
    742
  2. Bleuenn
    Réponses :
    1
    Affichages:
    694
  3. Octopus
    Réponses :
    0
    Affichages:
    872