À quand une véritable éducation sexuelle pour les jeunes en France ?

30 Mars 2015
85
321
724
Ouais c'est plutôt cool surtout que notre prof nous a expliqué qu'en fait il y a beaucoup de pays ou l'éducation sexuelle se centre que sur les DANGERS de la sexualité (MST, grosesses précoces,...) mais que du coup ça peut avoir des effets pervers notamment: voir la sexualité comme quelque chose de dangereux. Et que du coup il faut vraiment avoir une approche ou on explique qu'en fait la sexualité c'est cool et on peut s'épanouir grâce à ça et qu'il existe différentes manières de vivre sa sexualité contrairement à ce que les médias nous montrent. si ça intéresse des gens mes notes de cours sont plutôt chouettes :)
 
6 Février 2015
74
320
224
35
Annecy
www.unefilleetlemonde.com
Je trouve que cette question est super méga giga importante : personnellement, j'ai découvert ce qu'était le consentement très très tard ! Élevée au "devoir conjugal" etc. (je vous passe les détails de ma vie sexuelle d'avant:annoyed: mais aujourd'hui tout va bien dans le meilleur des mondes :culotte:)

Et j'ai fait partie des enfants pour qui parler de fesse était complètement tabou.
Aujourd'hui, j'essaye de communiquer un max sur le sujet et j'ai déjà ouvert le débat avec des amis/connaissances profs ! Merci pour cet article qui résume totalement le fond de ma pensée <3
 
  • Big up !
Réactions : Vendémiaire
20 Février 2014
1 523
9 525
2 694
J'ai posté un commentaire similaire sur un autre article, mais je trouve que l'expérience de @Taria fait écho à la mienne :)
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

Il ne s'agit pas seulement de changer les programmes, mais aussi le rapport au corps des élèves. Sinon on risque de se retrouver avec zéro réception de leur côté, comme je l'ai vécu (du côté des boycotteurs cependant :cretin:). Ils parlent de séances annuelles, ce serait surement une bonne idée de commencer enfant (genre en CE2). Pas nécessairement pour parler désir sexuel, mais au moins pour désacraliser un peu le corps. Parce que parler de désir/de sltushaming (etc) à une classe d'ado dont la moitié associe la virginité à la pureté, c'est très ambitieux comme projet :rire:

Quand mes professeurs (qui se battaient contre l'apparent "conservatisme" des parents du coin) ont essayé pour la première fois de nous dire qu'avoir une vie sexuelle était "normal", c'était déjà biiiiien trop tard. Finalement, ceux qui ont profité de ces cours (quand ils étaient audibles puisque le respect avait déjà disparu) sont principalement ceux qui y trouvaient une convergence avec le discours familial...
 
23 Janvier 2016
30
123
689
27
Personnellement, j'ai eu des cours de sexualité mené par mes profs d'SVT et des intervenants du planning familial. Malgré toutes ces interventions (3 du planning familial et des heures de cours sur la contraception et la reproduction), on ne m'a jamais montré comment mettre un préservatif, pas même sur une main ou sur une banane, on ne m'a jamais parlé de masturbation féminine ( alors que l'on nous a parlé de masturbation masculine) et personne ne m'a rien dit sur l'existence du clitoris. Quant-à l'étude des appareils génitaux, elle a été entièrement mené sur des schéma sauf pour le tout premier cours de sur la reproduction des mammifères en CM2 où mon professeur à préférer nous l'expliquer sur des images réelles. Personne dans la classe n'en a été choqué, par contre il a eu pas mal d'ennuis à cause des parents ce qui l'a obligé pour les années suivantes de recourir aux traditionnels schémas...
Au final, quand la puberté est arrivé, assez tôt dans mon cas, je savais grâce à mon professeur de CM2 que les modifications d'apparences de mon sexe était normale alors que beaucoup de filles de ma classe en été plus ou moins honteuses car elles ne savaient pas à quel point c'est modifications étaient normales.
Quant-à l'existence du clitoris il aura fallu attendre mes 17 et le livre : Les monologues du vagin pour que j'en entende pour la première fois parler. Grâce à ce livre, j'ai trouvé mon clitoris et j'ai appris que la masturbation féminine était possible, et que ce n'était pas sale. Je remercie grandement les auteurs pour cela.
J'aurais néanmoins préféré que l'on me dise tout ça à l'école. Surtout que manifestement, il y a quelques années on en parlait un peu plus. Mon père comme ma mère, on eu des informations sur le plaisir, le clitoris, la masturbation et la contraception au collège. Comme quoi c'est possible !
 
9 Janvier 2016
343
1 583
314
60
Je suis effondrée en lisant cet article mais aussi (et surtout) en lisant tous vos commentaires.
J'ai trois enfants (fille de 24 ans, garçon de 20 ans et fille de 12 ans). Tous ont eu les réponses qu'ils souhaitaient, à chaque fois qu'ils ont voulu en parler. Mes antennes étaient déployées au maximum pour détecter les moments où un enfant a besoin de parler, mais tous les trois ont toujours posé leurs questions avant que je m'inquiète. Bref, ils n'ont jamais eu aucune gène à poser leurs questions, à demander préservatifs ou pilule. Tous les trois savent ce qu'est, où est et à quoi sert un clitoris. Ils savent que le sida est une saloperie sans nom mais qu'on peut claquer la bise à son meilleur pote séropositif sans aucun risque. Ils savent que les hommes ont des désirs, que les femmes ont des désirs, et que quand les deux se rencontrent ça fait YAHOUZAAA.
Mais j'ai le sentiment qu'aucune d'entre vous n'a eu la possibilité d'un dialogue en toute confiance avec sa maman (ou son papa, les deux hommes de ma vie ont été très bien aussi dans ce domaine). Je sais bien que le gouvernement ne peut (ne doit) pas gérer la façon dont on éduque nos enfants, mais j'aimerais tellement aider les parents à avoir confiance en leurs enfants pour qu'ils aient confiance en eux...
 

Coco.lalie

But what is puzzling you is the nature of my game
1 Mars 2016
183
989
2 964
32
Paris
Bah c'est nul de séparer garçons et filles, même si leur séance respective est très riche en informations. Ils n'obtiennent que des infos sur leur propre sexe !
Je trouve que ça peut être important aussi ! Sur les deux années où j'ai eu des séances d'éducation sexuelle, j'ai eu les deux cas de figures, et clairement les filles étaient plus à l'aise pour poser des questions sur leur corps (anatomie du vagin, règles, poils, douleurs, désir, etc.) qu'en présence des garçons !
Du coup, je pense qu'il peut être intéressant de combiner les deux : d'abord une séance plénière avec les informations sur les deux sexes, leur fonctionnement + les questions liées au désir, au sexisme, au consentement, etc. puis une séance en demi-groupes genrés où les participants peuvent poser peut-être plus librement leurs questions, leurs doutes, leurs hésitations etc. Je sais bien que ça ne résout pas la question des intersexes mais c'est déjà un premier pas à mon humble avis.
 
12 Octobre 2014
2 570
13 675
4 664
Ouais c'est plutôt cool surtout que notre prof nous a expliqué qu'en fait il y a beaucoup de pays ou l'éducation sexuelle se centre que sur les DANGERS de la sexualité (MST, grosesses précoces,...) mais que du coup ça peut avoir des effets pervers notamment: voir la sexualité comme quelque chose de dangereux.

Le truc c'est que c'est vrai : oui, la sexualité peut entrainer des conséquences dangereuses (d'ailleurs les chiffres du sida remontent, et le nombre de grossesses non-désirées a été de 320.000 l'an dernier, selon l'INED, il me semble). Donc par exemple, le coup du "sexe sans prise de tête" est à mon avis, je le répèterai jamais assez de mon côté, un gros mythe, car un rapport est toujours susceptible d'entraîner des conséquences, ce n'est jamais un acte anodin et par conséquent, il faut que les personnes concernées puissent agir en toute connaissance de cause afin d'affronter d'éventuels problèmes.
Oui, la sexualité peut avoir des conséquences, et donc il ne faut pas foncer sans réfléchir. Il faut par exemple discuter avec la personne avant de faire certaines choses, histoire de voir si on est sur la même longueur d'ondes et afin de savoir un peu mieux qui on a en face de nous afin de ne pas avoir de mauvaises surprises.
Après, je pense qu'il faut créer un juste milieu en expliquant bien quels sont les dangers mais aussi comment s'en protéger (contraception, notion de consentement, dialogue entre partenaires - car l'instauration d'une confiance mutuelle est aussi un moyen de se protéger car la contraception c'est cool mais malheureusement ça protège pas toujours, etc...), ceci afin de pouvoir profiter de sa sexualité au mieux. Et évidemment ensuite, aborder le côté "plaisir", oui.
Après, il faut aussi aborder des sujets comme le droit des patientes par rapport aux gynécos. Voire même expliquer que les garçons peuvent aller voir un urologue (j'ai entendu dire que beaucoup d'hommes pouvaient avoir des problèmes mais s'en aperçevaient parfois assez tard; par exemple, des phymosis - prépuce qui découvre difficilement le gland, voire pas du tout, et qui peut mener à une posthectomie - circoncision médicale).

Alors, enseigner QUE les dangers et rien d'autre (genre comme aux USA) peut être très pervers, je suis tout à fait d'accord, mais pour autant il ne faudrait surtout pas entrer dans la logique inverse. Il faut un équilibre. L'enseignement des dangers de la sexualité et de comment s'en protéger me semble toujours incontournable, mais pour autant ça n'empêche absolument pas de montrer les choses positives de la sexualité, et en profiter pour désacraliser et dédramatiser la sexualité, notamment en lui donnant un côté adaptatif et aussi de démystifier certaines idées reçues (par exemple : non le sexe n'est pas forcément QUE la pénétration, et qu'il y a d'autres pratiques qui peuvent présenter tout autant d'intérêt également, voire même mieux convenir à certaines personnes).
 
27 Octobre 2012
375
2 286
1 714
@Clemence Bodoc merci pour cet article que je trouve admirable (et nécessaire) et je t'en remercie ! Néanmoins, un petit bémol quant à une information manquante et que je trouve cruciale (si elle est présente dans l'article et que je l'ai loupée, toutes mes excuses) : il est absolument obligatoire pour les établissement scolaires de programmer pour chaque classe d'âge et chaque année des cours d'éducation à la sexualité (soit par un.e prof, soit par une asso qui possède l'agrément pour le faire comme le Planning Familial, SOS homophobie et plein d'autres), mais dans les faits, en moyenne les élèves n'ont accès à cela qu'une fois dans toute leur scolarité (les établissements dérogent donc à la loi, ce qui ne semble pas vraiment déranger le ministère...). Certes le rapport dit à un moment que établissement ne programment pas ces séances et qu'un manque de moyen est une des raisons, mais, (pour connaître bien le Planning Familial), les associations voudraient faire plus, sont très très très sollicitées par les établissements, mais sont en sous-effectif et ne peuvent assurer toutes les séances : pour manque de subventions (si les planning avaient les moyens, c'est évident qu'iels embaucheraient plus de personnes et pourraient assurer plus de séances) !!!! (Imaginez si Marion Maréchal Le Pen était passée en PACA et avait supprimé les subs du planning... ! En outre de leur travail d'accueil dans leurs locaux, beaucoup d'établissements scolaires de cette région n'auraient plus eu accès à l'éducation à la sexualité ! ). Par ailleurs, que fait le ministère concernant la suppression du Pass Contraception en Ile de France depuis la nouvelle majorité élue fin 2015 dans cette région ? Que fait le Ministère face aux baisses de subvention imposées aux associations (notamment féministes et LGBTIA+ ) depuis les nouvelles majorité de droite dans les régions ? Pourquoi les associations possédant l'agrément pour faire ces séances sont tellement sous-subventionnées, les empêchant d'assurer, comme elles le voudraient, ces séances ? De nombreux problèmes pourraient être réglés si l'argent ne manquait pas à ces organisations et si elles pouvaient répondre aux demandes de tous les établissements scolaires.
Un autre problème que tu soulèves est la formation des profs, je suis complètement d'accord mais je me dis qu'il ne faut pas laisser ça uniquement aux profs, on voit bien dans les témoignages que certain.es profs émettent des résistances et continuent de divulguer de fausses informations (si en plus c'est un.e prof manif pour tous c'est le pompon) et perso je préfère que ces séances soient assurées par le Planning ou SOS Homophobie, au moins pour avoir une perspective féministe. Je pense qu'il est nécessaire de former les profs à ces questions, qu'iels le dispensent à leurs élèves ensuite ou non, comme il faut réformer les manuels scolaires ultra sexistes et invisibilisant les femmes (notamment en histoire), leur apprendre des techniques de discours inclusifs etc etc pour que ça se diffuse dans le langage, les manières de parler et d'enseigner. Donc perso je proposerai une formation aux questions de genre et aux études post-coloniale pour les profs pour transformer leur enseignement et leur permettre d'être vraiment inclusifs et que les associations agrémentées pour ces cours reçoivent des subventions à la hauteur des missions qu'elles doivent accomplir.
 
30 Mars 2015
85
321
724
@jorda Je me suis peut être mal exprimée mais c'est clairement ce que tu explique que je voulais dire. Que oui bien sur il y a des dangers et je pense que c'est vraiment essentiel d'en parler. Mais ne parler QUE de ça peut aussi poser des problèmes. Je suis totalement d'accord avec toi et c'est clairement ce qu'on a vu en cours :)
 
23 Mars 2016
2 568
20 717
3 174
Ailleurs
@Blue Banshee dans mon cas les séances étaient séparées filles/garçons, mais pas spécialement différentes dans leur contenu (tu penses bien que ça a été le centre de nos conversation pendant plusieurs jours après et on a été plutôt déçus de voir qu'il n'y avait pas vraiment de différences entre les deux groupes, chacun s'attendaient à un "super grand mystère indévoilable" dans l'autre groupe, mais non :rire: ).
Et c'est vrai qu'on ne réagit pas forcément pareil dans un groupe mixte. Je l'ai constaté après en encadrant des ados, la parole est plus facile, moins complexée quand on est entre soi et qu'on n'a pas de jugement à craindre de la part de l'autre sexe.
 
14 Mai 2016
26
90
84
Voiron
Tout ceci fait écho à mon quotidien.
Oui, je suis professeur en college, de Sciences de la vie et de la terre.
Donc oui naturellement, ce type d'enseignement "me" revient car ne nous leurrons pas, combien de professeurs d'autres matières se tournent d'instinct vers cette thématique en se disant c'est à moi de m'en occuper ? Ben pas des masses. C'est plutot la patate chaude qu'on se renvoie.

Je n'ai aucun soucis comme je le répète inlassablement à mes gamins, à appeler un chat un chat. Et donc aborder les notions d'adolescence, de corps qui changent, les organes génitaux d'un point de vue anatomique comme mécanique, une grossesse, un accouchement, un avortement ou tout le panel de contraception qu'il existe, je le fais sans aucun pb de gêne. Et surtout avec une grande bienveillance car c'est il me semble le plus important.
Mais je me sens freinée. Par le temps mis à la disposition de ces transmissions (3/4 séances c'est bien trop peu pour aller en profondeur des choses et pouvoir tout aborder sereinement et en étant à l'écoute des élèves, collectivement et individuellement). Il y a tellement à faire.
Par le jugement des parents, qui n'aident pas à donner toutes les cartes en main à leurs enfants et qui arrivent parfois à vous faire culpabiliser d'avoir abordé tel ou tel notions. Il m'est arrivé de me dire "je ne devrais pas" ... Oh et puis si c'est mon rôle, pour eux, je dois le faire.
Par les collègues qui délèguent mais veulent orienter ma démarche : les infirmières scolaires ont cette difficulté je trouve. Enfin celles que j'ai rencontrées, qui ne me pensaient pas compétente sur ce plan..

Pour faire bref, un constat : la frustration. De ne pas aller bien au dela de ce que je voudrais.
 
Dernière édition :

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes