Merci, cet article me parle beaucoup ! Je trouve super important de pointer du doigt cette compétition entre femmes pour en prendre conscience et réussir à dépasser son propre sexisme intégré.
Ça fait longtemps que j'ai entamé ce travail sur moi, de prendre conscience des jugements que je pouvais avoir "par réflexe" contre les femmes. Le fait de lire sur le sujet, sur le fait que chaque femme essaie de "survivre" comme elle le peut et à sa façon même si ça implique de faire ce que le patriarcat attend d'elle...
J'avais pas du tout compris aussi ce qui se joue avec l'idée qu'il n'y a de la place que pour une femme mais c'est très vrai (et flippant et désolant et rageant).
 
L'article est très positif sur les intentions.

Mais les solutions préconisées me paraissent insuffisantes. En fait je n'ai pas vu de proposition révolutionnaire, mais peut-être ai-je mal compris ? L'article commence pourtant par une accroche prometteuse : "Comment défoncer le patriarcat, ce système qui maintient une inégalité entre les femmes et les hommes dans la société ?"

Mais les solutions proposées semblent bien limitées : si j'ai bien compris, il faut commencer :
- par avoir un a priori positif vis-à-vis des autres femmes : c'est déjà le cas pour ma part (et le pire c'est que c'est dur, malgré la meilleure volonté du monde les préjugés modèlent tellement l'individu que ça demande un vrai effort de passer outre)
- par obtenir des postes importants ("La première étape pour construire un véritable esprit de sororité, et rétablir l’union naturelle dont le patriarcat nous a privées, c’est de défoncer le plafond de verre qui nous maintient dans une compétition limitée : entre nous, pour quelques places")

Parce que si c'est bien ça, c'est déjà ce qu'essayent de faire toutes les femmes, individuellement. Et ça ne fonctionne pas.

J'ai vraiment l'impression qu'une lutte menée sur le plan individuel ne sert à rien (à pas grand-chose au mieux). Pour lutter efficacement contre un système, je ne vois pas d'autre solution qu'une réponse collective. Ce qui est chiant, certes, difficile de s'entendre à plusieurs, mais ça me paraît nécessaire.

Et comme c'est une lutte, ben ça fait mal, et c'est dur à penser. Par exemple une solution à laquelle je pense, c'est que les femmes à des postes importants ne s'engageraient qu'à recruter des femmes. Ou alors des manageures ne s'engageraient à augmenter que les femmes jusqu'à ce que l'égalité salariale soit atteinte dans leur entreprise.
Mais j'ai du mal à formuler ces propositions. Elles me paraissent injustes, et très violentes. Pourtant c'est bien ce que nous on se prend dans la figure quotidiennement, cette violence. C'est accepté socialement pour les hommes.

J'ai une autre proposition, peut-être moins "violente" en apparence, et plus applicable, car elle respecte mieux les convenances. J'avais lu que des femmes de je-ne-sais-plus-quelle-grande-boîte (type google) l'avaient mise en œuvre, avec succès : quand une femme prenait la parole en réunion, et donnait une idée, elle était (patriarcat oblige) réduite au silence par les hommes de la réunion. On lui coupait la parole, on dénigrait son idée... bref rien que du très classique.
Et bien les femmes s'étaient entendues pour répéter les idées formulées en réunion par leur collègue, en boucle. Dès que leur tour de parole venait, elles soutenaient l'idée émise par leur collègue femme. Elles appuyaient collectivement la parole.
Limite de cette solution : les femmes en sont réduites à ne pouvoir proposer qu'une seule idée par réunion (il faut plusieurs femmes pour faire passer une idée). Alors que les hommes peuvent en proposer plusieurs, au moins chacun une, puisque leur voix compte davantage socialement.

En résumé, j'apprécie le parti pris de l'article, mais il me paraît rester au stade des intentions, et ne pas proposer de solutions concrètes et efficaces.

Et je suis désolée pour @Clemence Bodoc , ça n'a pas dû être facile à vivre, de voir une alliée potentielle qui cherchait à l'écraser. Merci le néo-libéralisme, qui pousse les genTes à adopter ce type de comportement inhumain.
 
L'article est très positif sur les intentions.

Mais les solutions préconisées me paraissent insuffisantes. En fait je n'ai pas vu de proposition révolutionnaire, mais peut-être ai-je mal compris ? L'article commence pourtant par une accroche prometteuse : "Comment défoncer le patriarcat, ce système qui maintient une inégalité entre les femmes et les hommes dans la société ?"

Mais les solutions proposées semblent bien limitées .
Mais tu as lu la phrase suivante, du coup ? :yawn: Parce que littéralement dès la deuxième phrase, j'explique que je n'ai pas l'ambition d'apporter THE solution à cette question, c'est plutôt pour poser le contexte de la réflexion que j'amène :

Comment défoncer le patriarcat, ce système qui maintient une inégalité entre les femmes et les hommes dans la société ?

Il va être difficile d’y répondre en un seul article, mais il est possible de s’y prendre étape par étape.
En réalité, si tu as déjà désamorcé chez toi le préjugé négatif de méfiance vis-à-vis des autres femmes, cet article ne t'apporte pas grand chose. (Et ce n'est pas grave !) C'est le premier de ce que j'espère une longue série sur comment réussir à bâtir une vraie sororité solide et efficace.

Première étape : sortir de la compétition toxique. Défoncer le patriarcat ça va prendre 2-3 étapes supplémentaires hein :cretin: (et si la solution tenait dans un article on y aurait déjà pensé :cretin: )

Je réagis surtout parce que je voudrais vraiment avoir les retours de toutes celles qui liront l'article sur les questions qu'il pose à la fin ! Notamment sur vos propres expériences de cette compétition, sur le concept même de sororité, etc ? <3
 
Tout d'abord, merci Clémence pour cette article, qui pointe du doigt un très gros problème.

Personnellement, en général, j'ai du mal à bosser avec des femmes, parce que justement je trouve qu'il y en a toujours qui sont là pour pourrir les autres. J'étais en L au lycée, donc des classes avec beaucoup de filles, et je trouvais que les filles cherchaient à se bouffer mutuellement. Maintenant, je suis en formation, avec des femmes de mon âge (18-25 ans), et je trouve que certaines sont vraiment détestables et cherchent à se pourrir, mais pas toutes! Personnellement, je préfère me tenir à l'écart, car c'est quelque chose qui m'agace. Après, je n'ai pas retrouvé cela dans mon travail et pas avec toutes les femmes de ma formation. Je travaille dans les sports nautiques, et c'est quand même un milieu ouvert je trouve sur pas mal de sujets, dont celui-là, et même si il y a quelques années encore il y avait peu de femmes, on est très bien accepté dans le milieu, et donc je pense que c'est pour ça qu'il n'y a pas trop cette compétition entre femmes. Mais je n'ai pas encore assez d'expérience, pour réellement avoir un opinion objectif.

Par contre, je n'avais jamais entendu parler de sororité. Du coup, je vais aller me renseigner pour en savoir plus !

 
@Clemence Bodoc Oui :), mais comme cette phrase contredisait frontalement ton accroche et que tu donnais des débuts de pistes (que j'ai aussi cité) dans ton article, je ne savais pas comment comprendre la contradiction interne. Donc dans le doute j'ai embrayé sur les solutions possibles.

Et je suis impatiente de lire les autres articles sur le sujet, c'est une vraie problématique.
 
Très bon article, on en veut d'autres comme ça ! :cretin:
Je n'avais jamais réfléchi en ces termes (le fait qu'il n'y ait de la place que pour UNE seule femme, ce qui pousse à la compétition), mais l'analyse est très intéressante.

Personnellement, je n'ai jamais eu de problèmes par rapport à ça, je ne me suis jamais retrouvée dans des environnements toxiques où l'on se tire dans les pattes, mais j'ai bien remarqué qu'il y a un vrai souci de compétition féminine dans la vie de tous les jours (que ce soit en soirée, au travail, dans la rue…). Moi-même, avant, je jugeais beaucoup les autres femmes. Je le fais beaucoup moins, mais parfois j'ai de vieux réflexes qui me viennent. C'est une très lente déconstruction. (je me rappelle qu'avant, je répétais à tout le monde que je ne voulais surtout pas bosser avec des femmes car "elles se crêpent le chignon entre elles", [paie ton cliché] et au final… maintenant c'est l'inverse, je préfère bosser avec des femmes !)
Mais tout ceci est "normal", puisqu'on nous apprend dès le début à voir les autres femmes comme des rivales potentielles, notamment sur le plan amoureux. C'est difficile d'échapper à ce conditionnement. Une fois qu'on en a conscience, ça va déjà beaucoup mieux…

En tout cas, pour moi, aujourd'hui, la sororité est très importante. Et ça passe par plein de choses différentes : lire en priorité des auteurEs, m'intéresser à des artistes/politiques/activistes femmes, soutenir les autres femmes, ne pas les regarder d'office sous un angle négatif bien stéréotypé (emmerdeuses, mauvaises, pipelettes…) ni comme des rivales, mais comme mes alliées. Je suis persuadée que la solidarité féminine peut beaucoup pour les avancées féministes : si on ne s'entraide pas, on n'ira jamais bien loin.
 
J'aime beaucoup ton article et je le trouve très juste.

Je trouve que ça aurait été bien aussi d'aborder ce sujet dès l'angle de l'adolescence/jeunesse, car comme il a été dit, la période où on est beaucoup confrontée à la compétition féminine, c'est cette période (en plus ça colle avec le lectorat) et cela n'est pas un hasard.

Franchement il y aurait des tas de choses à dire là-dessus, quand on qualifie de façon banale les filles de "jalouses", d'"hypocrites", "commères", mauvaises entre elles,... oui c'est sexiste, mais cela ne vient clairement pas de nulle part.
J'ai été témoin de cette compétition féminine du collège à mon école en études supérieures, là où les garçons, de leur côté, était plutôt naturellement potes sans se prendre la tête.
J'ai l'impression que les critiques entre filles reposent sur une espèce d'insécurité dans lesquelles les femmes grandissent (=devoir d'être la plus belle, la plus désirée par les mecs, être approuvée par les garçons est valorisant, d'où le fait qu'être "la" seule fille semble rassurant puisque cela comble toutes ces insécurités en éliminant toute concurrence). Cette pression sociale, à l'apogée à l'adolescence, peut même interférer dans des relations de filles très proches comme des meilleures amies.
Et cela peut continuer après, le cas que tu décris où une cheffe prend en grippe une jeune nouvelle employée, sans qu'on ne comprenne vraiment pourquoi est assez typique (ça m'est arrivé et à pas mal de copines), et je pense qu'il y a des tas d'explications et de pressions sociales sexistes sous-jacentes à cela.

Bref, bien que, comme tu le dis, ce sujet soit visible partout dans la culture (les sketchs des humoristes qui se moquent des femmes, les films qui perpétuent ces clichés, les vidéos YouTube), on ne s'étend malheureusement pas trop sur les origines du souci (les femmes seraient juste naturellement bavardes et chiantes).

Le cautionnement masculin de son physique, ou de ses compétences est encore trop perçu comme le top de la reconnaissance pour une femme, et c'est cela qu'il faut combattre. Apprendre aux filles à être et agir selon ce qu'elles pensent et veulent ELLES, et pas selon l'avis des garçons.

Tout ça pour dire que je pense que pour déconstruire cette compétition féminine au travail, on peut commencer par essayer par voir les relations féminines d'une autre manière, plus sainement, à partir de l'adolescence et avoir un esprit critique de notre image dans la culture. (Comme tu en parlais, LA femme dans un Avengers est la caution féminine, elle est émotionnelle et sexy, on risque de s'y identifier ainsi. Par contre dans Gotham City Sirens, ou truc à la con comme les Winx, plus de chances qu'on s'attarde sur les différentes personnalités des personnages puisque plusieurs femmes sont présentées, on a un choix de modèles différents)
Voilà, voilà ce n'est qu'une suggestion mais parler de compétition féminine dans la vie de tous les jours au lycée, de l'image dans les podcasts ou quoi, me semblerait une bonne idée.

Je ne suis pas trop partisane de la "sororité" ne serait-ce que parce que c'est impossible si cela n'est pas dans les 2 sens (combien de fois des filles se sont mises en compétition avec moi alors que moi je n'avais rien demandé ?). Et pas partisane non plus d'une ligue ou d'actions discriminantes positives. L'idée est plus, pour les filles, de s'affranchir du regard masculin. Après concrètement, je comprends la conclusion de l'article et je ne peux être contre.
 
Dernière édition :
@Valentina- Tout à fait d'accord, il faut que ça vienne des deux sens et que les femmes se libèrent du regard masculin !! Il me semble que Simone de Beauvoir en parle dans le 2ème Sexe, et elle fait également référence à la "neutralité masculine" (je sais pas comment appeler ça autrement) en disant qu'une femme ne s'émancipe pas en se comportant selon les stéréotypes masculins car elle entretient le mythe du modèle masculin dominant et valable.Elle explique qu'il faudrait se détacher des modèles imposés aux femmes et aux hommes pour pouvoir agir vraiment librement (je paraphrase énormément)
 
@MissWeird
Oui il y a aussi un travail côté hommes à faire, car l'ensemble de notre culture leur accorde encore une espèce de légitimité naturelle dans la plupart des domaines, donc une impression d'illégitimité aux femmes, ce qui joue sur leur confiance en elles (syndrome de l'imposteur, jalousie, etc.)
A vrai dire, c'est même plus à eux qu'on devrait écrire un article, pour nous laisser une plus grande place et nous prendre au sérieux, qu'aux filles. XD
 
Femmes de tous les pays unissez vous !:supermad:

Franchement il n‘y a que moi qui ai l’impression de relire dans l’article “Le manifeste un parti communiste” en remplaçant “prolétaire” par “femme” ?

Il ne manque que les prospectives et stratégies par pays pour coller à l’articulation du manifeste de Marx.

Je me permes de continuer l’analogie car on y retrouve le même thème : nous sommes la majorité mais nous n’avons pas les mêmes droits (sociétaux, économiques,...) que le groupe minoritaire : les hommes. Il ne faut pas nous battre entre nous mais contre les vrai ennemis(“les rois nous saoulaient de fumée, paix entre nous morts aux tyrans”) pour un avenir meilleur (“Si les corbeaux les vautours [...] disparaissent, le soleil brillera toujours”)

Si on regarde le combat des travailleurs 150 ans plus tard : dans quelques pays occidentaux, leur niveau de vie global s’est amélioré ainsi que leur conditions de travail.
Pourtant la différence entre les haut et les bas revenus est devenue plus grandes qu’à l’époque. Et via différents outils comme les paradis fiscaux, les plus hauts revenus se protègent des risques qu’ils pouvaient encourir dans les anciens pays d’Europe.
Et on se rend compte cela tient via l'exploitation du reste des peuples et de la planète (énergies fossiles,...)

Les questions que je me pose après avoir lu cet article :

Quelle serait la technique pour réussir à 51% contre 49% alors qu’on a pas réussi à 95% contre 5% en 150 ans ?

Pourquoi vouloir gagner des places en première division et ne pas dire qu’il n’existe plus qu’une seule division ? (oui car en plus de marxiste je peux être bakouniniste)

J’aimerais comprendre en quoi la ligue du LOL presse le calendrier ? J’ai toujours l’impression que le combat féministe à l’instar du social rêve d’un “grand soir” qui jetterait le patriarcat à bas du jour au lendemain, et que nos idées triompheraient parce qu’elles sont justes.
Je n’ai jamais été une militante très pugnace mais j’ai une approche à la Toukhatchevski : le patriarcat est un système aux rouages complexe qui s’appuie sur de nombreuses ressources (et parmi elle le capitalisme et la religion) et qu’on ne pourra pas le faire tomber en un jour. Il est nécessaire d’agir pour le désorganiser et le paralyser où il est le plus faible. D'isoler chaque centre névralgique pour les rendre inopérant, les neutraliser puis les détruire un par un.
Je ne pense pas voir l'aboutissement de ce combat de mon vivant, mais ça ne me gène plus pas. La stratégie dans la profondeur n’a pas besoin de héroïnes flamboyantes mais que chacune y prenne sa part régulièrement avec ses moyens.

Peut on réaliser cette lutte uniquement sur la vision égalité homme/femme ? Personnellement j’ai du mal à le démêler du combat social et pour la laïcité. Ce qui fait que moi je ne me félicite pas forcément du parcours d’Anne Lauvergeon ni de celui Patricia Russo qui avait été directrice d’Alcatel-Lucent. J’ai tendance à les voire peut être à tort comme des représentant de l'oligarchie capitaliste avant de les voire comme femmes. (Peut être ai-je une approche trop marxiste ? :hesite:)


Sinon à titre personnel je ne me suis jamais trop sentie en compétition avec des autres femmes. J’ai fais un BTS donc nous n’étions pas en compétitions pour avoir le diplôme. Mon métier est très féminisé mais le risque c’est surtout de ne pas être recrutée, le poste présente peu de risque d’entrer en compétition avec une autre personne. Ne connaissant pas les autres éventuelles candidates, ce n’est pas évident pour moi de m’imaginer en compétition avec elles.
Par contre j’ai eu des tentatives de mise en compétition en tant que maman par d’autres femmes mais via leur rôle de maman. Vu que toutes les femmes ne sont et ne deviendront pas mère, je ne sais pas si je suis dans le sujet.:hesite:
 
En fait j'ai peur qu'une manière de faire fondée sur la seule sororité, ou la bonne volonté individuelle, soit vouée à l'échec, parce que (pour reprendre la manière de penser en "classes sociales"), les femmes ne forment pas une seule classe, avec des intérêts communs. Il y a trop d'intérêts divergents qui viennent s'immiscer dans la situation, en plus des cas de femmes non féministes (par choix ou par méconnaissance) : je ne vois pas comment ça peut fonctionner avec autant d'obstacles.

Concernant la discrimination positive (ici pro-femmes), je suis partagée, plutôt pour, mais mollement. Aux États-unis la solution est mise en œuvre en matière de lutte contre le racisme, et ça a l'air de fonctionner, au moins en partie. Ils ont quand même élu Obama, ce qui à mon avis tend à montrer que leur politique de lutte contre le racisme est moins inefficace que la nôtre. Je ne suis pas en train de dire que les États-unis ne sont pas racistes, loin de là. Mais qu'en matière politique, j'ai l'impression que l'action de la France est pire : notre police aussi tue des personnes racisées sans autre forme de procès, lors des interpellations, mais par ailleurs on n'a pas eu de président racisé.

D'où mon doute sur la discrimination positive, que l'on pourrait appliquer pour les femmes : je ne suis pas certaine que ce soit vraiment une mauvaise solution.

Edit : orthographe
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes