Commentaires sur Les femmes sont-elles victimes de maltraitance de la part de l’industrie pharmaceutique ?

24 Août 2011
193
1 179
4 804
Dijon
"Par ailleurs, l’industrie pharmaceutique cible la ménopause pour la rendre pathologique, en proposant des traitements hormonaux substitutifs, ou vend du viagra féminin contenant des effets secondaires importants pour pallier une baisse de libido."

J'ai du mal avec cet argument. S'il n'y avait pas de traitements proposés, on se plaindrait qu'on est pas prises en compte. Ce sont des situations qui peuvent réellement être très pénibles pour les femmes donc c'est bien qu'il y ait des options thérapeutiques. Pour moi le problème n'est pas que ça serait de faux problèmes inventés par l'industrie pharmaceutique pour vendre, mais plutôt que la recherche n'ait pas été assez loin, pour trouver des alternatives ou vérifier les effets secondaires.

Edit : globalement je trouve l'article un peu simpliste et manichéen.
 
10 Avril 2016
54
476
2 214
37
@Rosie14
Ça ne justifie en rien cette discrimination.
C'est exactement le même problème avec les enfants en plus.
Dans la plupart des protocoles, il est demandé aux femmes d‘utiliser une méthode de contraception efficace (hormonale ou double barrière) ce qui peut limiter leur inclusion. En dehors de ça, je me demande quand même quelles sont vraiment les raisons pour une telle différence car sauf maladie particulière, les protocoles sont ouverts aux femmes autant qu‘aux hommes. Est-ce que les femmes sont moins enclines à participer que les hommes? Est-ce que les médecins leurs proposent moins de participer? Ou est-ce que les femmes sont simplement moins malades? Beaucoup de maladies, notamment liées à l‘hygiène de vie touchent plus les hommes que les femmes.
Plutôt que de juste dire les méchantes industries pharmaceutiques maltraitent les femmes, il serait intéressant de se pencher sur les raisons d‘une telle différence de participation entre homme et femme car en théorie, les protocoles sont ouverts à tout le monde.

Pour les enfants, la FDA demande maintenant à ce que des études pédiatriques soient réalisées car effectivement beaucoup de médicaments sont utilisés chez les enfants sans avoir été testés sur cette population mais juste en réduisant la dose.
Par ailleurs la FDA demande maintenant plus de diversité dans les essais cliniques et donc les industries pharmaceutiques doivent faire en sorte que leurs essais incluent des personnes de toutes ethnicités (noires, latinos etc. car ces populations sont aussi sous-représentées dans les études).
 
30 Septembre 2021
1 481
9 431
644
34
@Ann-ly donc 19 décès, aucun de confirmé comme ayant un lien... Déjà, nombreux, bof, compte tenu du fait que c'est un médicament prescrit à plus de deux millions de personnes. Et en plus, il n'y a même pas de précautions écrites dans l'article. Un petit "soupçonné de" n'aurait pas été de trop.
En bref, un article qui commence comme ça, j'ai tout de suite un petit voyant qui s'allume dans ma tête. Alors qu'il parle de problématiques très importantes.
 
25 Novembre 2022
58
851
144
J’avais lu il y a quelques années le livre Sex Matters, How Male-centric medecine endangers women’s health and what we can do about it, du Dr. Alyson J. McGregor. Pour les mauvais(e)s en anglais, je suis nuuuuuulle en langue mais il reste quand meme très facile à lire, surtout avec une liseuse qui permet de traduire les quelques mots complexes. C’est un livre écrit par une médecin - urgentiste je crois - américaine, alors les chiffres donnés ne porte pas sur la France. Cela dit, le raisonnement de la médecine occidentale reste le même.

Elle expliquait notamment que les femmes étaient largement sous-représentées dans les essais cliniques parce que (notamment) historiquement, notre corps étant plus soumis aux variations hormonales que celui des hommes, il était plus difficile à étudier. Et comme notre médecine ne date pas du XXIème siècle, ils n’allaient pas se donner le mal de faire semblant de s’en préoccuper. Il y aussi le cas des femmes enceintes, ou plus simplement prendre le risque de tester un traitement sans connaître les effets sur la fertilité. Mais elle met également en avant que ces sujets peuvent être également pensés dans les essais si cela était une réelle préoccupation. D’ailleurs, contrairement au message de santé publique, elle recommande aux femmes ne pas prendre les génériques parce qu’ils ne seront presque jamais testés sur des femmes, la raison étant qu’en ne changeant que les excipients, les tests n’ont pas à être aussi rigoureux. Or, les excipients jouent un rôle (sur l’assimilation par exemple). Et elle donne des exemples concrets de médicaments (notamment de leurs effets sur l’intervalle QT, truc cardiaque hyper important :lol:).

Elle aborde vraiment la médecine globalement, des essais thérapeutiques aux examens cliniques crées pour et par les hommes, des tableaux cliniques qui sont en réalité construits d’après les symptômes des hommes (tout le monde ou presque maintenant sait qu’une femme faisant une crise cardiaque aura plus de risque d’avoir des brûlures d’estomac qu’une douleur au bras gauche, mais ce n’est malheureusement qu’un seul exemple). Elle montre aussi combien (tout cela chiffré) les médecins sont davantage enclins à attribuer la déclaration d’un symptôme à un trouble psy à une femme (de la simple somatisation à la véritable psychose), les laissant ainsi mourir de maladies pouvant être diagnostiquées rapidement si on nous écoutait. Qui sait que l’un des symptômes de l’infarctus chez la femme est le sentiment que quelque chose ne va pas ? Les personnels soignants éduqués sur la question, donc très très peu, le savent. Vous vous voyez, vous, aller chez votre généraliste en disant « hum, je crois que je fais une crise cardiaque » sans avoir peur d’être prise pour une folle et perdre toute crédibilité à jamais ?

Le livre aborde d’autre sujet et à la fin de chaque chapitre, elle donne des conseils sur comment nous, nous pouvons nous comporter pour avoir les examens médicaux et les traitements adéquats. Et ça flingue le moral parce que, quand même, la plupart du temps il s’agit de prendre sur nous, de mettre en avant le fait que nous sommes aussi des êtres raisonnés et non des boules émotionnelles à infantiliser, etc.

Elle aborde aussi très en surface, n’étant pas le sujet du livre, combien il est difficile d’être une personne non-blanches dans le système médical. Saviez-vous que les normes de tension sont celles des ethnies caucasiennes, et que chez d’autres, ils peuvent présenter une tension physiologique de 16/12 et être en parfaite santé ? Eh bien, ils seront d’office mis sous hypotenseurs. Allez, hop ! Et quand on est une femme noire par exemple, il ne faut surtout, surtout, pas crier après avoir attendu 23h en salle d’attente des urgences parce que c’est bien connu, les noirs ne sont pas civilisés, et les femmes noires s’emportent pour rien, et exagèrent toujours tout. Et aussi, elles sont hypersexualisées, et très à risque à cause de ça vis-à-vis des IST. Ca me vrille la tête.

Bref, il s’agit d’un bon livre quand on veut commencer à se pencher sur la question (bien que quelques points m’avaient fait tilter et que l’autrice ne m’a pas parue très sympathique).

Édit : j’ai tellement d’autres choses à ajouter. Mais une seule remarque : est-ce qu’une seule fois, UNE SEULE FOIS, un personnel médical vous à demandé où vous en étiez dans votre cycle quand la consultation n’était pas gynécologique ? Alors que les variations des hormones sexuelles ont un impact sur l’ensemble du corps. Qu’il a été montré que des médicaments n’avaient pas le même effet ou la même puissance selon notre période. Que nos douleurs étaient plus vives quand nous avions nos règles. Celles qui ont des douleurs chroniques le savent bien. Et pourtant, jamais la dose d’un antidouleur pour autre chose ne sera ajustée en tenant compte de ce facteur.
 
Dernière édition :
30 Août 2014
105
915
3 754
Le passage sur le Levothyrox qui provoque de nombreux décès me choque énormément. Je ne peux qu’encourager les éditeurs à modifier cette phrase…
C’est juste modifier La réalité pour prouver son propos et complètement malhonnête. Sans parler d’être anxiogène pour les millions de personnes qui le prenne.
Il y’a eu un scandale sanitaire avec ce médicament. Un sujet qu’il peut être intéressant de traiter. Des centaines de patients (une majorité de femmes) se sont plaints d’effets secondaires avec un changement de formule et ont mis très longtemps à se faire entendre des autorités qui leur rétorquait en gros que c’était dans leur tête.
Mais parler d’un médicament qui provoque de nombreux décès… ça me questionne sur la véracité de l’ensemble des informations publiées sur le site…
 
25 Mars 2021
243
3 860
304
43
J'ai l'impression que l'article mélange tout …

Déjà j'ai beaucoup de mal avec la comparaison avec les violences gynécologiques, et avec la notion de maltraitance (délibérée?) pharmaceutique. Négligence, ou retard de la recherche, oui, mais maltraitance??

Pour les questions des médicaments prescrits pour femme qui sont mis en cause : j'ai quand même l'impression que beaucoup de traitements hormonaux sont à destination majeure des femmes, mais pour des raisons tout à fait logiques (déjà, tous les traitements pour les règles, ménopause, grossesse, … qui assez logiquement concernent moins les hommes).

"Par ailleurs, l’industrie pharmaceutique cible la ménopause pour la rendre pathologique, en proposant des traitements hormonaux substitutifs, ou vend du viagra féminin contenant des effets secondaires importants pour pallier une baisse de libido. Ce marketing centré autour d’une libido pathologique contribue à donner une idée codifiée de la sexualité, où un nombre de rapports serait « convenable » pour satisfaire le partenaire masculin."
Ce passage est quand même assez fort oO surtout pour illustrer un article où on explique que les femmes sont plus victimes que les hommes de l'industrie pharmaceutique. Parce que les hommes ont moins d'injonctions que les femmes concernant la libido pathologique, ils ont moins d'injonctions à la performance? (J'ai quand même l'impression que c'est laaargement le contraire). Je ne nie pas qu'il y ait un marketing ciblé ménopause et viagra féminin, mais pour illustrer le propos de l'article (i.e. c'est pire chez les femmes que chez les hommes), ça me paraît bancal.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes