Commentaires sur Selon Erika Lust, il faut parler de porno à ses enfants dans une démarche d’éducation sexuelle

5 Août 2021
679
5 671
554
31
Je suis d'accord sur le fait qu'il faut en parler, vu que les enfants y sont confrontés.

Mais le vrai problème reste qu'ils y soient confrontés.

Perso c'est un des trucs qui me donnerait envie de les enfermer dans une école "tradi" où aucun parent ne file un portable jusque l'âge de 16 ans.
 

Aesma

Poutou Partout, Le Pen Nulle Part
23 Janvier 2014
8 189
37 411
4 904
@Bloem Jusqu'à 16 ans ?! Comme si la sexualité ne pouvait pas commencer avant ? :hesite:

Autant il est clairement problématique que des enfants/ados se retrouvent confronté·es à des images pornographiques à leur insu (sachant qu'imposer des images pornographiques est une forme d'agression, et c'est souvent le fait de camarades de classe/ami·es/adelphie) autant y en a un paquet qui cherchent délibérément à y avoir accès du fait du manque d'éducation à la santé sexuelle. C'est encore trop souvent l'un des premiers supports pour comprendre le corps/la sexualité (et ça a de quoi complexer et désinformer - comment ça les personnes dans ces films ont toutes ce type de corps, comment ça tous les rapports sexuels montrés ressemblent à ça ?)

Y a plein de choses à aborder sur le fait de regarder de la pornographie, perso lorsque je l'aborde en animation avec des collégien·nes j'essaye de tourner le sujet autour de "c'est du cinéma", du coup ce n'est pas forcément réaliste, il y a l'angle de vue, le montage, les effets spéciaux, le casting, les doublures etc, que c'est ok d'en regarder si ça nous fait plaisir mais ça reste de la fiction comme peut l'être le dernier Marvel. J'aborde également le fait que les supports pornographiques ne se limitent pas aux vidéos Pornh*b&co, y a toute une littérature, dessin, BD, podcasts etc (littéralement la moitié des fanfictions c'est juste du cul). Ce qui revient souvent sur le tapis également (initié par les élèves) c'est les conditions de tournage, le sexisme donc c'est des choses qui les interpellent aussi et iels ont besoin qu'on rappelle que oui, leur ressenti est le bon, le porno c'est encore très sexiste et y a plein de trucs pas acceptables qui y sont banalisés.
 
20 Juillet 2011
699
5 586
5 094
@Aesma Je suis d'accord avec toi jusqu'à un point : le porno ce n'est pas du cinéma. :erf: Les rapports sexuels sont réels. La violence est réelle. Elle est exercée pour de vrai sur les femmes. C'est un peu déresponsabilisant de se dire que c'est que du faux. Ils veulent regarder du porno ? Ok mais pas la peine de se voiler la face non ?
 

Aesma

Poutou Partout, Le Pen Nulle Part
23 Janvier 2014
8 189
37 411
4 904
@Mawrcan Je commence toutes mes séances sur la pornographie par cette vidéo. L'idée c'est de faire la différence entre ce qu'on voit à l'écran et comment ça se passe dans la vraie vie, mais oui à aucun moment il est question de nier le traitement que subissent les acteurs et surtout les actrices X (et on peut même relier ça à l'entièreté du cinéma, les abus c'est pas que pour Jacquie et Michel hein).

Et je vois pas trop l'intérêt de culpabiliser des gosses à base de "le porno c'est de l'exploitation, si vous en regardez vous êtes des pourritures".
 
5 Août 2021
679
5 671
554
31
@Aesma Je pense justement que la découverte de la sexualité ne devrait pas être polluée par la pornographie.

Je comprend ton point de vue: tu discutes avec des collégiens qui regardent du porno, tu remets en perspective.
D'un autre côté ça banalise le porno chez les mineurs. Est-ce le risque n'est pas le risque d'avoir des ados qui se disent "on vient de parler porno, de l’esthétique, des différents "formats"* etc... Du coup c'est normal que je regarde du porno"
*bien que des fanfictions et des bd ça a pas du tout le même impact

J'ai une perspective différente. Je ne suis pas en train de me dire "comment parler de pornographie avec mes enfants?" mais "comment faire pour ne pas qu'ils y soient exposés?"

J'estime que le porno est hautement préjudiciable au développement des enfants. Pour moi c'est juste une forme de violence sexuelle.
 
30 Septembre 2019
670
2 399
544
28
je suis un peu d'accord avec @Bloem et j'ajouterai aussi que du sexe y en a dans les 3/4 des série sur netflix alors pourquoi regarder du porno? après je suis d'accord sur le fait qu'il ne faut pas culpabiliser les ados qui regardent juste les mettre au courant des dessous de l'industrie qui sont connue.Tant que ce sera facile d'accès pour les ados mieux vaut faire un max de prévention autours
 

Aesma

Poutou Partout, Le Pen Nulle Part
23 Janvier 2014
8 189
37 411
4 904
@Bloem Et en même temps le porno c'est relativement banal, en parler ça évite les tabous, ça permet aussi de parler des addictions. Dire que les films pornos c'est comme du cinéma ça permet de l'aborder comme on aborderait des films :
"Wouah j'ai trop aimé Mad Max Fury Road mais il parait que le tournage a été une vraie catastrophe écologique..." "Haaaaan encore un film romantique avec une personne qui court dans un aéroport, c'est mimi hein mais si moi je le faisais je me ferais plaquer au sol par la sécu en 2 secondes" "Tu savais que tel acteur avait X années d'écart d'âge avec son homologue féminine ? Trop dégeu" "J'aime bien les films de Chabat, l'ambiance, c'est rigolo et coloré" "Beurk jamais de la vie je regarde un film d'horreur, j'ai regardé les 5 premières minutes de Saw et j'ai arrêté direct, par contre j'aime bien les livres de Stephen King"

Et le porno c'est une forme de violence sexuelle, ça me paraît un peu fort, faut pas tout mettre dans le même panier, oui abordons le revenge porn qui est hautement problématique, oui abordons qu'imposer des images pornographiques à autrui est une violence, mais en regarder pour soi-même pas nécessairement, y a quand même énooooormément de contenus on est loin d'une masse homogène.

Bon d'autant que tu parles d'enfants, perso je parle d'ados. Oui clairement avoir vu du porno à 8 ans c'est chaud, par contre à 13-14 ans ça me choque beaucoup moins mais en fait osef, peu importe à quel âge tu as vu ton premier porno, le fait d'en avoir parlé avant ou à défaut de pouvoir en parler après ça change tout. Et c'est bien le message que veut passer Erika Lust.

Et perso je trouve qu'on a quand-même fait énormément de progrès, perso la première fois que j'ai intentionnellement été sur un site porno pour en regarder j'étais largement au lycée, par contre j'étais au collège à la grande époque des pop-up où le moindre clic faisait s'ouvrir 14 fenêtres de publicités X et où télécharger sur e-mule était une reverse roulette russe, t'avais 5 chances sur 6 de tomber sur du porno quand tu téléchargeais un film.

Après si tu veux que tes gosses aient moins de chances de trainer sur ce type de contenu (ou juste limiter leurs addictions au téléphone) déjà tu leurs prends un forfait téléphone avec des données très limitées voire pas de données du tout ou mieux, pas de smartphone du tout, un téléphone à clapet ou un simili Nokia 3310 ça fait très bien l'affaire jusqu'à la fin du collège. Pas de snapchat, pas de tiktok (où il peut aussi y avoir du contenu pornographique mais également des prédateurs sexuels, du harcèlement scolaire etc), moins de chances de se le faire voler dans la cour de récré ou dans les transports. Il reste le risque d'être exposé par l'entourage ou de chercher directement sur PC mais c'est toujours ça d'éviter.

Et il vaut mille fois mieux que le premier contenu pornographique auquel on ait été exposé on l'ait cherché soi-même. D'jà on peut arrêter si au final ça ne nous plait pas, et il faut pouvoir en parler.

L'interdiction n'a jamais rien eu de bon, surtout dans le cadre de la sexualité. Poser un tabou sur le porno ça empêche de se questionner dessus, ça culpabilise (d'autant qu'il y a les doubles standards, les potes et les "grand·es" qui ricanent parce que tu en as jamais vu et les parents et les profs qui te disent que c'est le mal incarné)

Perso au lieu de parler de banalisation, je parlerais de rationalisation. Oui on peut en regarder, si tu n'aimes pas c'est ok, si tu aimes c'est ok aussi, tu as le droit de poser des questions, de creuser pour voir si certains contenus pourraient te plaire + que d'autres ou si il y en a certains que tu préfèrerais éviter pour certaines raisons (la violence en terme de tournage ou celle montrée dans le film - je suis toujours surprise de voir le nombre de films où l'on voit des étranglements :oo:)

Ah tiens d'ailleurs tu parlais du fait que les fanfictions ça n'ait pas du tout le même impact. J'ai passé tout mon lycée à en lire et j'ai repris y a pas longtemps, et osecour les scènes de sexe, j'en ai lu des teeeeeeellement problématiques, déjà c'est souvent écrit par des personnes n'ayant jamais eu de rapports sexuels et aujourd'hui ça me saute aux yeux tellement certains détails sont à côté de la plaque (juste le fait que dans certaines y ait Malefoy qui lance un sort de lubrification on sent le vécu :yawn:) et puis les scènes de viols qui sont tournées de manière sexy parce que c'est ce qu'on voit partout (Han Solo qui agresse sexuellement Leïa parce que c'est un vrai mec viril et en vrai c'est ça que veulent les fââââmes, beurk non arrêtez :annoyed::non::sick::goth:) Mais bon là encore faut pouvoir en parler pour se dire que en fait bof.

Si on veut que la pornographie soit moins violente de manière générale, ben il faut des cours d'éducation à la santé sexuelle, que le consentement soit intégré dès la maternelle pour pas avoir besoin de revenir dessus avec des personnes adultes, il faut déconstruire la culture du viol auprès des gosses pour que quand iels tombent sur du contenu pornographique dépeignant nettement une agression sexuelle iels soient à même de s'en rendre et donc de mettre un stop pour privilégier des contenus moins problématiques (et à la longue si ce type de contenus ne trouvent plus de public il va disparaître donc influencera moins les nouveaux contenus etc. Mais ça va pas se faire en un jour et encore moins en enfouissant le porno sous une chape de tabou.)
 
20 Juillet 2011
699
5 586
5 094
@Aesma Je fais une différence entre leur dire la vérité et les culpabiliser. "Le porno c'est pour de faux, c'est du cinéma", c'est faux.
Le mot clé vi0l est toujours un des plus recherchés sur les sites porno et il y a eu suffisamment d'enquêtes sérieuses dernièrement pour qu'on sache qu'il y a des tonnes et des tonnes de vidéos de vrais vi0ls sur les sites porno. Et également des vidéos pas présentées comme des vi0ls mais qui en sont.

La fanfiction ça peut être hyper problématique, en fait c'est presque toujours problématique et ça me fait flipper de me dire que c'est ça qui fait fantasmer les ados. Mais pour le coup, c'est un pur produit de l'imagination. Aucun être humain n'a été exploité pour ça.

Et je ne parle pas de mettre un tabou ou de leur interdire de visionner du porno ! Mais la moindre des choses c'est de leur dire la vérité : ce sont des rapports sexuels qui ont eu lieu pour de vrai, et il y a un tas de vidéos sur ces plateformes avec des femmes non consentantes, donc forcément c'est difficile de faire le tri.
 

Aesma

Poutou Partout, Le Pen Nulle Part
23 Janvier 2014
8 189
37 411
4 904
Je fais une différence entre leur dire la vérité et les culpabiliser. "Le porno c'est pour de faux, c'est du cinéma", c'est faux.
Est-ce que c'est ce que je dis ?! Non. Mon point c'est de mettre de la distance entre ce qu'il se passe dans les films pornographiques et la sexualité en général.

Les gosses sont pas cons, on m'a déjà demandé si les acteurices avaient vraiment des rapports sexuels dans les films pornos, et on voyait nettement la différence entre celleux qui en avaient déjà vu et celleux pour qui n'en avaient jamais vu pour qui c'était effectivement une question pertinente. Vu les gros plans y a aucun doute que oui y a des pénétrations etc. Et encore une fois le sujet de la violence revient systématiquement (même si je note qu'il vient bien + rapidement lorsqu'il y a + de filles dans l'assemblée), oui ça les interroge. Les conditions de tournage aussi.

La première fois que j'avais préparé un atelier sur ce sujet j'avais enregistré une vidéo de témoignages d'actrices dans le procès Jacquie et Michel. Et au final je ne l'ai jamais montrée, parce que... c'est pas tellement le sujet, ou en tous cas qu'on a pas assez de temps pour l'aborder et qu'il y a déjà milles choses à déconstruire avant.
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

Sur Mâtin_queljournal y a eu une série Pop Porn pour aborder le porno avec des conseils et des ressources. Y a une dizaine d'épisodes toutes basées sur des témoignages, c'est hyper bien construit :
La découverte
Les violences sexistes et comment elles se répercutent dans notre sexualité
L'addiction
Prendre le porno en exemple
Le corps des hommes
Le corps des femmes
Le revenge porn
Les problèmes d'érection
Le consentement
Parler porno aux enfants
 
Dernière édition :
5 Août 2021
679
5 671
554
31
@Aesma
Et en même temps le porno c'est relativement banal, en parler ça évite les tabous, ça permet aussi de parler des addictions
Conduire une voiture c'est banal, voter c'est banal, dépenser ses sous comme on le souhaite c'est banal, fumer c'est banal, boire c'est banal, la drogue c'est relativement banal.

Pourtant on ne laisse pas un enfant/ado conduire une voiture en pleine circulation, fumer un joint, boire une bière en rentrant des cours, s'acheter un paquet de cigarette, dépenser tout son livret A dans une paire de basket et coucher avec un adulte, même si il/elle en a envie.

Il n'y a rien de banal dans le fait qu'une personne de 13 ans regarde du porno. C'est justement la preuve que ça a été banalisé à outrance.

Que pour les adultes ça soit "banal" ok. Je considère ça pas banal mais les adultes font leurs propres choix. Un ado n'a pas les même capacités à prendre des décisions et à veiller à son bien-être.

Le porno ne devrait pas être à un clic près. C'est du contenu d'adulte, qui ne devrait être accessible que par les adultes.
Perso au lieu de parler de banalisation, je parlerais de rationalisation. Oui on peut en regarder, si tu n'aimes pas c'est ok, si tu aimes c'est ok aussi, tu as le droit de poser des questions, de creuser pour voir si certains contenus pourraient te plaire + que d'autres ou si il y en a certains que tu préfèrerais éviter pour certaines raisons
Pour un adulte ok, pour un enfant/ado non. Surtout que ton premier message parlait de collégiens. Perso à 14 ans j'étais au lycée.

Dans quelle classe tu parles porno avec les élèves?

Je trouve dangereux de dire à un ado "si tu n'aimes pas c'est ok, si tu aimes c'est ok aussi, tu as le droit de poser des questions, de creuser pour voir si certains contenus pourraient te plaire + que d'autres ou si il y en a certains que tu préfèrerais éviter pour certaines raisons".

1) C'est pas tes enfants. Si c'est le message que tu souhaites faire passer à tes enfants, c'est ton choix. Il faut aussi respecter les choix éducatifs des autres parents. D'autres parents n'ont pas envie qu'on dise à leurs enfants "c'est ok de regarder du porno" et ils ont des arguments défendables.

2) Le porno a des conséquences, qui peuvent être grave chez les mineures:
L’exposition au porno peut avoir des conséquences sur leur développement et sur leur santé : crises d’angoisse, trouble du sommeil, sentiment de culpabilité, représentation faussée de la sexualité et des rapports amoureux.
Les conséquences, observées par de nombreux experts auditionnés par la délégation, sont nombreuses et inquiétantes : traumatismes, troubles du sommeil, de l’attention et de l’alimentation, vision déformée et violente de la sexualité, difficultés à nouer des relations avec des personnes du sexe opposé, hypersexualisation précoce, développement de conduites à risques ou violentes, etc.

La consommation excessive de pornographie a un impact sur le « câblage neuronal » de notre cerveau. Des scientifiques ont constaté sur le long terme des répercussions désastreuses pour le psychisme et la vie sexuelle : dépression, anxiété, incapacité à atteindre l’érection ou l’orgasme avec un partenaire réel...

« Dans la majorité des cas, les enfants ne sont pas demandeurs au départ. Ces images entraînent un tel effet de sidération, de traumatisme, que leurs cerveaux essaient de trouver des solutions, des réponses à ces incompréhensions, et les conduit à aller revoir ces images » commente Marie-Claude Bossière, pédopsychiatre et psychiatre à la Maison des Femmes de Saint-Denis (93), interrogée par Marianne.

Et le porno c'est une forme de violence sexuelle, ça me paraît un peu fort, faut pas tout mettre dans le même panier,
Lorsqu'on parle de traumatisme il n'y a pas de grosse différence sur le cerveau selon qu'on est vécu quelque chose ou qu'on l'ait vu.
Le cerveau active les même zones, peu importe que nous voyons quelqu'un se faire battre ou que soyons nous-même battu.

C'est pareil pour le sexe. Le cerveau d'un enfant de 12 ans va réagir à ce qu'il voit comme s'il le vivait. Et on ne parle même pas de rapports sexuels normaux, on parle de porno.

Donc si: c'est une forme de violence pour un mineur. D'ailleurs c'est puni par la loi:
En vertu de l’article 227-24 du code pénal français, le fait de laisser un contenu pornographique librement accessible à un mineur est puni de 3 ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende. Depuis la loi n°2020-936 du 30 juillet 2020 visant à protéger les victimes de violences conjugales, cet article précise que cette infraction est constituée y compris si l'accès d'un mineur à un tel contenu résulte d'une simple déclaration de celui-ci indiquant qu'il est majeur.

Après si tu veux que tes gosses aient moins de chances de trainer sur ce type de contenu (ou juste limiter leurs addictions au téléphone) déjà tu leurs prends un forfait téléphone avec des données très limitées voire pas de données du tout ou mieux, pas de smartphone du tout, un téléphone à clapet ou un simili Nokia 3310 ça fait très bien l'affaire jusqu'à la fin du collège. Pas de snapchat, pas de tiktok (où il peut aussi y avoir du contenu pornographique mais également des prédateurs sexuels, du harcèlement scolaire etc), moins de chances de se le faire voler dans la cour de récré ou dans les transports. Il reste le risque d'être exposé par l'entourage ou de chercher directement sur PC mais c'est toujours ça d'éviter.
Le fait d'acheter à un ado un Nokia 3310 ne le protégera pas de la diffusion de porno sur l'iphone 14 de son camarade de classe.

Et comment faire s'il est invité chez un copain? On prive l'enfant de sorti jusqu'à ses 18 ans?

La meilleure façon de protéger un enfant contre quelque chose est encore de le faire grandir dans un environnement où ce n'est ni accessible, ni banalisé.

D'où la boutade au départ sur le fait d'envoyer mes enfants dans une école "tradi". Ce n'était pas à prendre au pied de la lettre.
Déjà parce-que ces écoles n'existent pas vraiment: les enfants qui vont dans le privé ont aussi des téléphones portables et accès au porno (ça me parait évident mais je préfère le préciser). Ensuite parce-que les milieux vraiment fermés posent d'autres soucis non négligeables.

Ce que je voudrais c'est qu'on arrête de banalisé le porno avec des discours "faut vivre avec son temps" et qu'on se rende compte qu'il faut protéger les mineures de ce qui n'est pas adapté à leur âge.

On parle de porno mais c'est pareil pour les réseaux sociaux et l'exposition sur internet.
Les "discussions" avec eux sur ces sujets ne suffisent pas. Ça n’empêche pas l'exposition et ne les protège pas des effets négatifs.
 
30 Septembre 2021
1 267
8 537
644
34
J'ai fait il y a peu une formation sur l'éducation à la sexualité. Globalement, il ne s'agit pas forcément de banaliser le porno, mais d'être conscient que le gamin de 11 ans à qui on parle, il y a une chance sur deux qu'il ait été exposé à du porno. Donc d'une certaine manière, ça devient banal, mais ça ne veut pas dire que c'est bien.
Quand j'étais au collège (il y a 20 ans), c'était la honte de regarder du porno. Les garçons de ma classe qui le faisaient le faisaient en cachette. Mais pour autant, un pote m'avait dit une fois que c'était également certain que tous les garçons de ma classe avaient déjà regardé du porno.

Quand je parle de porno avec l'infirmière aux élèves, c'est surtout pour parler de stéréotypes et pour rappeler que les morphologies, les dynamiques relationnelles que l'on y voit ne correspondent pas nécessairement à la réalité, voire sont néfastes.
Pour autant, l'idée aussi, c'est de ne pas faire l'autruche en prétendant que si on n'en parle pas, ça n'existe pas. Pour moi, c'est bien plus dévastateur si on veut absolument cacher la réalité que l'inverse.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes