@Madz-Nana oui, ce genre de réponse et un risque malheureusement, et je concoic qu'on n'ait pas envie de se battre une fois qu'on c'est pris un premier refus/réponse désobligeantes.
Dans se cas la, une option serais de rappeller au praticien que peut être qu'elle a vue pire, peut être qu'on est entre fille, qu'elle est une professionnelle, bla bla bla, mais ce n'est pas la question. Toi, patiente, tu n'est pas à l'aise, et tu lui demande de respecter t'a pudeur et ton intimité.
 
Bonjour,

Je profite de l'article paru sur Madmoizelle au sujet de mon projet, pour rappeler à toutes les personnes qui s'interrogent sur la question de l'inspection vulvaire, que celle-ci ne peut pas se faire "malgré vous", et que c'est donc aux patientes de décider si elles souhaitent (ou pas) qu'on leur examine la vulve lors d'une pose de stérilet ou d'un frottis par exemple. La question ne se pose évidemment pas si le motif de consultation concerne un problème vulvaire.
Enfin, vous êtes nombreux à parler de la bienveillance du soignant, qui aide à se sentir mieux. Mais il ne faut pas oublier que ce point de vue se place encore une fois, et ce qui est problématique parfois en médecine, de la perspective du soignant. Tout bienveillant qu'il ou elle puisse être, de nombreuses femmes ressentent une gêne qui peut être extrême à montrer l'ensemble de leurs organes génitaux. Parfois, ça soulage juste un peu, mais pas toujours... Certaines s'en fichent complètement, et tant mieux pour elles!
Cette culotte pensée spécifiquement pour les actes gynécologiques endo-vaginaux, est là pour celles qui en ont besoin. Donc celles qui justement n'arrivent pas à se rassurer en se disant qu'il s'agit d'un soignant. Celles qui repoussent leurs consultations à cause de ça. Celles qui choisissent la pilule alors qu'elles voudraient un DIU ("stérilet"). Les jeunes femmes qui ressentent une véritable peur. Ou toute femme qui pour une raison qui lui appartient, souhaiterait ne pas avoir envie de montrer l'intégralité de sa vulve pour une échographie endo-vaginale par exemple.
Aux professionnels de santé qui me liront, n'oubliez pas que la non-prise en compte du caractère gênant d'une consultation gynécologique, et tous les actes qui vont avec, est une forme de violence (rapport du HCEFH), et qu'à ce titre, ce qui peut permettre de mettre plus à l'aise les patientes est toujours un bon pas vers le lien de confiance soignant/soigné, et posez-vous la question de la réelle pertinence, pour certains gestes et certaines situations, d'une femme mise en position gynécologique, montrant l'ensemble de sa vulve et son anus (je ne parle pas de l'examen gynécologique de "routine", mais des patientes engagées dans un parcours de PMA par exemple, souffrant d'endométriose et sujettes à un suivi lourd, des 1ères consultations pour contraception etc). On a appris aux femmes à se retrouver dans cette situation QUEL QUE SOIT le geste effectué. J'essaie simplement de proposer une alternative dans CERTAINS cas. J'ajoute pour terminer que si des gynécologues et des sages-femmes soutiennent à fond mon projet, c'est bien parce-qu'ils estiment qu'il est possible de faire autrement. Je ne les remercierai jamais assez de s'engager pour que les choses changent en gynécologie-obstétrique, et surtout, que les femmes se sentent mieux.

M.R.J
Imagyne
 
Je comprends tout à fait que pour un examen gynéco chacun·e sa gêne. Que cela peut être un moment très compliqué, aussi bienveillant que soit l'examinateur/trice.

Néanmoins, je ne peux pas m'empêcher de penser qu'un examen avec une culotte serait un double échec

Un échec du coté médical :au lieu de travailler, de former, d'éduquer encore et toujours pour que chaque médecin ou sage-femme prenne conscience qu'il faut que les façons d'examiner évoluent vers de bonnes pratiques (comme décrites dans le message de @Aziri ) généralisées et un climat de bienveillance qui devienne la norme pour que les patient·es soient en confiance . Au lieu de ça, ce serait à elleux de porter une culotte adaptée ?

Ce n'est pas aux potentielles victimes de violence de changer leur attitude, mais à celles et ceux qui ont des comportement délétères et néfastes. Ce n'est pas aux patient.es de porter des culottes spéciales. Mais aux soignants de remettre leurs pratiques en question si besoin. De ce fait, je trouve que des initiatives comme Gyn&Co sont plus cohérentes et productives.

Le deuxième échec que je vois est du coté des personnes qui ont une vulve. Le but c'est d'être à l'aise avec son corps. Que ce soit ton oreille gauche comme ta vulve. Oser la voir, oser en parler si elle t'embête, oser en prendre soin. Pas la dissimuler. Cette culotte pour un examen valide un peu "cache cette zone, c'est honteux".

Alors peut être que ce serait une solution à court terme pour remettre des patientes dans le soin. Mais en tant que soignante mon objectif serait de la faire se sentir suffisamment bien pour qu'elle envisage d'enlever cette culotte. Qui part ailleurs n'a aucun sens médicalement parlant. Un des temps de l'examen médical est l'inspection, et si on ne voit pas, on rate des infos.
 
@LadyNightstalker oui la pudeur me dit quelque chose, c'est pour ça que j'ai dit que ça pourrait être une solution initialement la culotte. C'est possible et compréhensible d'être mal à l'aise. Pour moi, c'est au soignant.e et à la patiente de travailler ensemble pour trouver des solutions afin que le malaise s'atténue et que l'examen puisse être fait correctement (et je ne dis pas que ca doit etre fait en une consultation).

(Exemple : la patiente était venue pour un frottis, sans autre demande ni plainte. Mais en voyant son anus le ou la praticien.ne se rend compte qu'au niveau de l'anus elle présente des condylomes. Eh bien on peut entamer la prise en charge)

C'est vrai que la vulve et l'oreille ne sont pas la même chose dans la société. De mon point de vue, à titre individuel, une personne avec son propre corps, devrait pouvoir être aussi à l'aise avec son oreille que sa vulve dans le cadre d'une consultation garante de sa santé. Mais je suis d'accord que cela n'est pas aussi simple pour tout le monde et que cela peut nécessiter du temps / du travail.

Ceci dit, nous pouvons tout à fait ne pas être d'accord ^^. Je ne fais qu'exposer ma vision des choses
 
Je pense qu'on devrait apprendre aux jeunes filles à s'aimer entièrement et à ne pas complexer sur leurs parties génitales.
Perso, la première fois, j'étais pas très à l'aise. Ma gynécologue n'était pas hyper compétente (infos un peu datées sur la contraception, frottis à 19 ans...) mais au niveau de l'auscultation, elle a été au top: possibilité de se changer derrière un paravent, examen du haut et du bas séparés, explications à propose de tout ce qu'elle faisait...
Bref, sans être un moment de plaisir, j'ai pas eu mal, ça s'est bien passé et je retournerai faire un examen quand j'en aurai besoin. Franchement, je peux comprendre qu'on soit gênée, je suis pudique à la base, mais je ne sais pas si une culotte changera beaucoup, le médecin voit de toute manière nos parties génitales, c'est un peu le principe de l'examen gynécologique...
 
J'avoue être vraiment très étonnée des personnes qui souhaiteraient que les femmes aient la même facilité à montrer leur vulve que leurs oreilles ou leurs amygdales. C'est exactement cette conception des choses qui peut amener tant de souffrance, et de culpabilisation.
Nous vivons dans une culture où nous apprenons à cacher notre sexe, c'est comme ça. On peut trouver ça mal ou bien, mais c'est ce qui créé ce sentiment de pudeur. Nous la ressentons tous à un niveau ou un autre.
J'ajoute qu'avoir envie de ne pas montrer son sexe à tout bout de champ, même dans un cadre médical, n'est pas une forme de faiblesse, bien au contraire. On est passé, en l'espace de deux siècles, d'une situation où les femmes ne montraient rien ou presque par pudeur, à une situation où on attend d'elles qu'elles exposent leur vulve comme elles le feraient de leur genou.
Revenir à quelque chose de plus équilibré, qui prend en considération les questions de pudeur, naturelles, mais dans une relation de confiance soignant/soigné, seraient idéal. Parce-que la réalité des consultations gynécologiques en France, c'est rarement le drap systématique, rarement la possibilité d'avoir recours à l'auto-prélèvement quand c'est possible. Bref, rarement on ne prend en compte le point de vue de la patiente, tellement on se cache justement derrière ce problème de bienveillance et de l'absence de jugement du côté du soignant. La bienveillance est nécessaire, mais elle ne peut à elle seule régler toutes les difficultés.
Pour mieux comprendre, imaginez qu'on vous demande, pour raisons médicales, de déféquer devant quelqu'un, avec la personne qui vous regarde, là juste devant vous. Soutiendrez-vous et continueriez-vous à défendre le fait qu'il faudrait juste un peu de temps/travail pour arriver à le faire et considérer qu'après tout, c'est naturel, qu'il s'agit de notre corps etc? Que c'est pareil que de demander à quelqu'un de tousser?

Mon engagement, ça va être aussi de parler de cette forme de conditionnement dans lequel nous les femmes évoluons dans le cadre de notre suivi gynécologique. Ca ne va pas être facile, mais ce n'est pas grave :)

Merci en tout cas pour toutes ces discussions très constructives !
 
@Imagyne
Pour le coup cet examen existe et ça s appelle une defecographie. Le patient doit defequer un produit introduit dans le rectum, assis sur une chaise percée pendant que les manipulateurs en radiologie acquièrent les images (et donc voient le patient).

Alors bien sûr que ce n est pas facile, que ce n est pas agréable. Que c est un moment qui peut être difficile. Mais aussi gênant que ce soit pour le patient. C est parfois médicalement nécessaire.

Comme le temps de l inspection au cours d un examen gynecologique.

J entends bien que cela est source de gêne. Comme peuvent l être d autres examens intimes : examen proctologique, fibroscopie sans anesthésie (eructer très bruyamment devant son médecin met aussi très mal à l aise....)

Tout cela est bien sûr à prendre en compte, le ou la patiente devrait être écoutée sur ses craintes et être invitée à les verbaliser.

Mais encore une fois, je suis d accord avec le fait que la culotte peut tout à fait permettre de remettre dans le soin gynecologique des femmes qui s en détournent. Mais pour moi son port ne serait qu'une étape de l' évolution vers un examen gynecologique habituel.

Parce que je crois qu'il ne serait pas juste de passer à côté des condylomes, des hémorroïdes post accouchement, de l éventualité de proposer une reconstruction sur une mutilation génitale... À des femmes qui se pensent suivies sur le plan gyneco. Mais qui mécaniquement ne le seraient pas absolument totalement

Mes messages ne reflètent que ma pensée. Et si la culotte convient et à la patiente et à l examinateur/trice, tant mieux, ça fait un outil de plus.
 
Dernière édition :
@noiram Bonjour. Peut-être que la première formulation, parler d'échec à l'idée de ne pas être à l'aise avec cette zone là de son corps, comparé à une autre, rend la chose plus 'violente' pour certain.es . Personnellement, je suis hyper à l'aise avec mon corps, de l'entre-orteil, au haut de mon crâne. Mais je suis pas à l'aise avec quelqu'un qui mate entre mes cuisses. Pas parce que c'est honteux, ou sale, ou quoi, que dalle, j'aime bien cette partie de moi. Je suis à l'aise avec. Je me sens pas en échec... mais oui, ca me fout mal à l'aise que quelqun que je connais pas du tout, et "sans avoir le choix" (dans le sens ou ce sont des examens assez conseillés pour que mon médecin me fasse le rappel du frottis à cause de mes 24 ans, sans que j'ai jamais pu me mettre devant une gyneco). C'est pas incompatible "être à l'aise avec son corps", et "pas à l'aise qu'on mettre le nez sur son corps".
 
Pour les Madz qui n'apprécient pas (j'en suis) les examens du haut ET du bas, je partage mon truc perso (pas spécialement brillant, mais pour l'instant efficace) : dites que vous avez froid :froid:, même l'été. Comme ça vous pouvez obtenir de conserver vos vêtements pour moitié (et vous rhabiller) sans entrer dans les détails du débat "je suis pudique, et rien n'oblige à faire l'examen entièrement nue...". Et le ou la praticien.ne aura mauvaise grâce de refuser.

J'ai vraiment l'impression qu'une partie des praticien.nes qui agissent comme ça le font dans un but de rapidité et de rentabilité : l'examen pour eux est plus vite fait, puisqu'il n'y a pas de "pause rhabillage" entre deux examens (et donc cela réduit le temps de rendez-vous, donc on peut prendre plus de patientes).
 
partie des praticien.nes qui agissent comme ça le font dans un but de rapidité et de rentabilité
Malheureusement, ca fait très probablement partie des raisons.
Pas parce que les médecin dont des rapace, mais parce que la pression de rentabilité est monstrueuse, parce que le correlaire d'un manque de médecin entraîne plus de patients par médecin et donc être obligé de se dépêcher pour voir tout ceux qui en on besoin...
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes