J'ai lu : "Je crois qu’un article de presse peut influencer une érection".
Je sais ça n'a absolument aucun intérêt mais j'aime les anecdotes inutiles. J'en place souvent plein quand j'écris alors si je tente le concours le jury devra s'y faire XD
BREF, ça me plaît beaucoup comme idée mais je suis pas non plus hypeeer "jeune", c'est quoi la limite d'âge pour être "jeune auteur" ?
Et puis 200 000 / 250 000 si j'ai bien calculé c'est 80 / 100 pages... ?
 
Je suis québécoise. Est-il quand même possible de participer?
D'après le règlement du concours : il faut être domicilié en France métropolitaine (Corse comprise)

J'ai lu : "Je crois qu’un article de presse peut influencer une érection".
Je sais ça n'a absolument aucun intérêt mais j'aime les anecdotes inutiles. J'en place souvent plein quand j'écris alors si je tente le concours le jury devra s'y faire XD
BREF, ça me plaît beaucoup comme idée mais je suis pas non plus hypeeer "jeune", c'est quoi la limite d'âge pour être "jeune auteur" ?
Et puis 200 000 / 250 000 si j'ai bien calculé c'est 80 / 100 pages... ?
Il n'y a rien d'indiqué pour l'âge.

Perso ce que je me pose comme question c'est plus (au delà de la reconnaissance)
Le 1er prix gagne : "Publication du manuscrit gagnant selon les modalités décrites ci-dessous, après signature d’un contrat d’édition comportant une avance sur droits d’auteur au profit du lauréat d’un montant brut de 150€ et signature d’un contrat de cession des droits d’adaptation audiovisuelle" [...] "La publication du manuscrit gagnant sera faite selon les termes et conditions du contrat d’édition conclu entre l’Organisateur et le lauréat. Par ailleurs, le manuscrit pourra faire l’objet de corrections et/ou d’un 3retravail du texte demandés par l’Organisateur avant publication en collaboration avec l’équipe éditoriale de Pocket Jeunesse, ce que le lauréat accepte d’ores et déjà sans préjudice de son droit moral."
Est-ce que je suis la seule à comprendre que si tu gagnes et tu n'auras pas le choix que d'accepter le contrat d'édition qui sera proposé?
 
Perso ce que je me pose comme question c'est plus (au delà de la reconnaissance)
Le 1er prix gagne : "Publication du manuscrit gagnant selon les modalités décrites ci-dessous, après signature d’un contrat d’édition comportant une avance sur droits d’auteur au profit du lauréat d’un montant brut de 150€ et signature d’un contrat de cession des droits d’adaptation audiovisuelle" [...] "La publication du manuscrit gagnant sera faite selon les termes et conditions du contrat d’édition conclu entre l’Organisateur et le lauréat. Par ailleurs, le manuscrit pourra faire l’objet de corrections et/ou d’un 3retravail du texte demandés par l’Organisateur avant publication en collaboration avec l’équipe éditoriale de Pocket Jeunesse, ce que le lauréat accepte d’ores et déjà sans préjudice de son droit moral."
Est-ce que je suis la seule à comprendre que si tu gagnes et tu n'auras pas le choix que d'accepter le contrat d'édition qui sera proposé?
Ce concours est une aubaine pour la maison d'édition et non les participants. D'après les clauses, le gagnant remportera une avance de 150 Euros (BRUT lolilol), soit des cacahouètes très clairement, devra céder les droits de son histoire (normal pour ce type de contrat), mais également les droits audiovisuels (bah oui, histoire de rentabiliser tout ça si jamais le livre marche bien). Ce qui signifie que pour un travail de longue haleine, d'écriture et de réécriture, soit 7 mois, le gagnant repartira avec la coquette somme de 121 Euros, et sans les droits de son livre qui apparemment ne pourront être négociés. C'est honteux, tout simplement, ce genre de concours devrait être pointé du doigt, car il met en lumière tous les problèmes rencontrés par beaucoup d'auteurs jeunesse français, que ce soit sur les cessions de droit ou les avances au montant ridicule pour le travail fourni.

Et d'ailleurs : " Le manuscrit sera publié par l’Organisateur sous sa marque 12-21 sous sa forme numérique." On ne parle pas d'une publication papier, l'éditeur prend zéro risque financièrement parlant.

Comme dit Mathilde : écrire, c'est important pour beaucoup de personnes, mais c'est pas une raison pour faire passer passion avant raison et d'être pris pour des pigeons !
 
Dernière édition :

Mathilde Trg

Je rends la podcast money aux podcasteur·ices
Équipe madmoiZelle
Hello tout le monde !

Je comprends vos réticences et craintes concernant ce concours, et l'aspect « aubaine » qu'il pourrait avoir pour les maisons d'édition. Effectivement, elles ne prennent pas beaucoup de « risques », mais j'ai du mal à comprendre l'intérêt pour elles de prendre des « risques », de promettre des impressions à des milliers d'exemplaires, alors que l'idée est plutôt d'encourager des jeunes à se lancer.

C'est honteux, tout simplement, ce genre de concours devrait être pointé du doigt, car il met en lumière tous les problèmes rencontrés par beaucoup d'auteurs jeunesse français, que ce soit sur les cessions de droit ou les avances au montant ridicule pour le travail fourni.
Certes, et je ne nie pas tous les problèmes que les auteurs peuvent rencontrer. Toutefois, ce concours ne s'adresse absolument pas à des auteurs/autrices, mais à tous ceux et celles à qui il manque une occasion pour se lancer. Dans la communication autour du concours, il n'y a pas de mensonge : possibilité d'être publié au format numérique, il suffit de lire le règlement pour le voir, je l'ai aussi indiqué dans mon article, bref, pas de fausses promesses de voir ton pavé en librairie.

Je pense qu'on ne peut pas mettre sur le même plan un système d'édition dans un univers professionnel et un concours qui encourage les jeunes à se lancer, qui ne sont pas non plus professionnels et qui utiliseront peut-être cette occasion comme un prétexte pour aller jusqu'au bout d'un de leurs projets. Et c'est tout ce que je leur souhaite !
 
@Mathilde Trg merci pour ta réponse !

Prendre des risques (pourquoi des guillemets ?), c'est de croire en un auteur et son travail, et faire le choix de travailler avec lui son roman pour permettre la meilleure vie possible au livre. C'est s'investir, et assumer ses choix de publications. Et tout ceci dans le respect de la figure de l'auteur, avec l'idée d'une collaboration plutôt qu'une exploitation, car pour 121 Euros le manuscrit avec une durée de plus de 7 mois de travail (manuscrit sera sans doute retravaillé comme précisé dans les clauses), je ne trouve pas d'autre mot.

Quelque chose m'avait d'ailleurs échappé :
"Les auteurs des manuscrits retenus à l’issue de la 1ère phase devront, pour pouvoir participer à la 2ème phase avoir signé le contrat d’édition et le contrat de cession des droits d’adaptation audiovisuelle proposés par l’Organisateur." Cela veut dire que les 10 finalistes vont tous sans exception céder leurs droits pour être éligibles au Saint-Graal ? Pour un concours, l'éditeur obtient les droits de publications et audiovisuels de 10 manuscrits, dont les heureux gagnants (pigeons ?) obtiendront au mieux 121 Euros et leur nom sur un livre numérique, au pire le livre #JeuneAuteur. J'espère d'ailleurs qu'il contient un chapitre sur le droit d'auteur et ses cessions, parce que là c'est grave !

Néanmoins, je trouve qu'il y a un problème dans ton raisonnement : la personne qui sera publiée deviendra auteur, car elle sera rémunérée, et je pense qu'elle ne s'arrêtera pas en si bon chemin si c'est sa passion. On parle d'un concours où le roman gagnant engendrera des bénéfices pour la maison d'édition. Comment seront négociés les droits ? Quel pourcentage touchera le lauréat ? A partir de combien de ventes/téléchargements ? L'écriture est certes une passion, et les concours permettent à de jeunes écrivains de se lancer, mais il y a cette notion professionnelle qui est bien souvent mise de côté au profit de la PASSION.

Et concernant le format numérique, pas de mensonge en effet, je ne pense pas avoir affirmé cela dans mon commentaire...

Il existe plein de manière d'aller au bout d'un projet d'écriture (le Nanowrimo ou le Camp Nano pour ne citer qu'eux), et bien d'autres solutions pour faire de ton projet une réalité sans le vendre à moins de 150 Euros. Je pense que si on demande aux Madmoizelles qui ont publié dans votre rédaction ou votre communauté, aucune n'aurait accepté d'écrire un roman durant une petite année pour céder leurs livres à ce prix, et ce même pour se lancer. Pourquoi ne pas véritablement considérer les participants comme de futurs auteurs plutôt que des amateurs ?
 
Dernière édition :
C'est clair que je trouve les conditions abusées, d'ailleurs de toute façon pleins d'auteurs et d'autrices sont de moins en moins satisfaits de leur condition de travail: https://www.actualitte.com/article/...autres-non-coup-de-gueule-d-une-auteure/93118
Ce n'est pas parce qu'on est débutant.e qu'on doit se faire exploiter de cette façon.
Vu les conditions drastiques de ce concours, ls devraient se contenter de demander une nouvelle de 5000 mots maxi, c'est tout ce que ça vaut.
 
M

Membre supprimé 138976

Guest
Auteur-autrice c'est un métier, qui ne fait pas vivre à moins d'être bien bien connu-e (et encore). Gagner 150€ et le droit de céder ses droits, c'est juste perdre, et ne pas être payé à la mesure de ses efforts. Ce n'est pas parce que c'est un métier artistique que c'est normal de précariser les personnes qui en r^vent ou tentent d'en vivre. C'est complètement cynique, en fait, de la part d'un magazine destiné à de jeunes femmes, de promouvoir ce genre de concours.

- Écrire, selon un cahier des charges précis, qui plus est, est un travail. Les participant-e-s vont y passer du temps, de l'énergie et von t produire quelque chose. Le principe d'un travail, c'est d'en recevoir un salaire. La visibilité ne paye ni le loyer ni un paquet de pâtes. 150€, si on a la chance de gagner, pour 250 000 signes, c'est, je pense, du foutage de gueule.
- Concours, ici, c'est Travail spéculatif on demande une production, on paye si le résultat non plait. Ce n'est pas légal.
- En relayant, encourageant, soutenant ce genre d'initiatives, vous participer à la précarisation de métier d'écrivain-e, et à l'idée selon laquelle la passion est une excuse pour que les personnes exerçant un métier dit artistique ne touche pas un salaire décent.
- Dans cette démarche, vous faites croire à de jeunes femmes que c'est normal qu'elle travaille sans être sure d'être payées. Quand on se dit féministe, on peut ne pas être à la pointe concernant le problème des métiers dits créatifs, mais quand on est journaliste, on peut tenter de se renseigner sur la moralité et la légalité de ce qu'on relaie.

Pour celleux que ça intéresse, la page facebook pigeon gratuit explique bien mieux que moi le problème de ces concours. Fuyez les, ce qu'ils présentent comme une opportunités, c'est de l'exploitation pure et dure. (c'est plus axé au niveau travail graphique qu'édition, mais le principe est le même)

Pour les personnes qui veulent écrire, faite le pour vous, et démarchez de votre côté, regardez l'auto-édition, mais ne donnez pas de votre temps et énergie à une maison d'édition qui se fout de votre gueule, s'il vous plait :)
 
@Adwi J'allais dire la même chose, mais tu l'exprimes tellement mieux que moi ! Ca va bientôt faire cinq ans que je publie, et je garde une expérience amère de ce genre de concours (en particulier dans le monde de la littérature jeunesse où j'ai l'impression qu'on prend les auteur.e.s débutants pour des vaches à lait). Je suis allée jeter un oeil à la page où les conditions de participation sont énoncées... Et je suis atterrée par le nombre de ces conditions, et leur spécificité. "Il faut que, il faut que, il faut que..." et au final, ça m'a tout l'air de laisser peu de place à l'imagination et la créativité des participant.e.s :erf:. Déjà que le thème n'est pas hyper inspirant, mais en plus on laisse entendre que la littérature YA doit absolument avoir pour héros un.e jeune, "pas encore dans la vie active", auquel le lecteur doit s'identifier... Il n'y a pas description plus clichée du genre.

Et pour ce qui est des "récompenses", mais mon Dieu... C'est pas pour rien que les écrivain.e.s gueulent de plus en plus sur le taux de droits d'auteurs, mais là ça va loin. Dans une maison d'édition correcte, l'auteur.e du texte est censé.e recevoir une avance, ou à-valoir (une certaine somme d'argent qui constitue une avance sur les droits et accompagne la signature du contrat, mais apparemment c'est de plus en plus rare avec le nombre de petites maisons d'éditions qui fleurissent). C'est une sorte de pari de la maison d'édition sur les ventes qui seront réalisées, et même si c'est assez peu courant d'en recevoir dès le premier contrat, c'est bien souvent supérieur à 121€... Et ensuite, l'auteur reçoit environ 10% du prix de vente. Ca ne permet pas d'en vivre, mais c'est souvent une somme bien reçue pour arrondir les fins de mois ! Mais 121€, puis une publi numérique, même avec une communication autour du concours, c'est presque la garantie d'un flop pour le/la gagnant.e. Je vais sûrement paraître pessimiste, mais les livres numériques ont encore beaucoup de mal à trouver leur succès auprès des lecteurs.

En fait, ce genre de concours constitue une espèce de tremplin, et ça peut parfois conduire à un succès (je pense à Christelle Dabos notamment, qui a gagné le concours du premier roman jeunesse de Gallimard avec la Passe-Miroir), mais le plus souvent on n'entend plus trop parler des lauréats et le reste des participants ont l'impression d'avoir bossé à fond pour que dalle (surtout, encore une fois, quand il y a autant de contraintes). Du coup, quand de jeunes auteur.e.s viennent me demander comment iels peuvent faire publier leur premier bouquin, je leur conseille surtout d'être patient.e.s et de démarcher en priorité de petits éditeurs (envoyer à aux mastodontes Galligrasset ne fait de mal à personne, mais il faut se souvenir que les manuscrits retenus sont rares). On en entend certes moins parler, mais une fois qu'on a trouvé quelqu'un de sérieux, on est vraiment accompagnés dans le parcours éditorial.

D'ailleurs, une idée en passant, ça pourrait être sympa que MadmoiZelle se penche sur ces petites boîtes (si c'est possible !), ça pourrait donner des pistes aux jeunes autrices qui passent par ici ! ;)
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes