Alors là je reste sur le cul ! Je n'étais pas au courant de ces propos, vivant bien au fond de ma caverne. A mon avis (et je ne dois pas être la seule) cette chère madame n'a pas dut avoir une enfance et une adolescence difficile. La violence à l'école est extrêmement présente, vu le nombre de réaction suscité par cet article. Et j'en ai moi-même été victime. Aujourd'hui nous sommes des grandes, mais portons encore les séquelles de ce passé. Mais ce n'est pas grave hein, laissons ces enfants dans leur solitude, qu'il se défendent tout seul, ça fera des adultes plus fort ! A 21 ans je ne me laisse plus marcher sur les pieds mais pour en arriver là je suis passé par la case bonne grosse dépression, j'aurai préféré un parcours un peu plus joyeux et pour cela rien de plus compliqué que le soutien et surtout une réaction des profs ! Tout se passerai différemment.
Certes ils sont là pour enseigner mais de nos jours, s'ils étaient remplacés par des dictaphones récitant des cours, on ne verrai pas une grande différence. C'est quand même triste d'en arriver là. Les profs qui se battent pour cette profession, pour leurs élèves se font trop rare. En plus des maîtres, on demande des êtres humains. Bref, tout ceci m'a un peu chamboulé ayant aussi vécus des années sombres. Je m'ajoute aux Mads en colère, significatif de l'ampleur du sujet, non ?
 
Cette prof devrait être renvoyée, et se reconvertir en agent du fisc, vu comment elle est aigrie, insensible, et tellement pas adaptée à son boulot.

Les commentaires que j'ai lu ici sont intelligents, j'approuve la plupart d'entre eux. Comme Jack Parker, je ne suis pas objective, donc quand je lis des propos pareils, je suis tellement outrée que j'ai envie de jeter des poubelles pleines d'il y a un mois à la tête de cette chère madame, puis de lui griffer sauvagement le visage. Pas nécessairement dans cet ordre, c'est plus drôle quand ça s'infecte.

"ça forge le caractère" laissez-moi rire. J'ai subi des harcèlements toute mon enfance. J'ai dû changer d'école en CP parce que la maîtresse de mon école publique me frappait, j'en suis tombée gravement malade, je ne mangeais plus. Je suis entrée à l'école privée, les maîtresses m'aimaient bien mais les élèves me prenaient pour leur souffre-douleur, je vomissais devant l'école, j'étais maigre comme un clou et j'étais souvent absente à cause du stress qui me paralysait et me rendait malade. Les institutrices ont essayé de faire quelque chose, quand ça devenait vraiment horrible, sans grand effet. Il faut dire qu'elles ne pouvaient pas faire grand-chose, l'école étant soumise aux décisions du directeur qui prenait en compte la taille du portefeuille des parents des élèves, et malheureusement les miens en avaient un ridiculement petit. De plus, le harcèlement n'était pas vraiment reconnu. Je crois même que le mot n'était jamais utilisé pour désigner les brimades à l'école.
Au collège, rebelote parce que les tortionnaires de primaire étaient dans la même école, avec encore plus de liberté pour agir.
Tout cela se rajoutait à ma situation familiale difficile et compliquée, et une situation financière précaire.
Bref, j'ai subi un calvaire permanent pendant des années, et j'ai eu l'impression que personne n'agissait réellement, et que tout cela était inéluctable, je ne pouvais pas l'arrêter.
Heureusement ça c'est arrêté quand je suis entrée en seconde en internat dans un lycée technique, où j'ai découvert pour la première fois depuis le temps béni de la maternelle, ce que ça faisait d'aller en cours sans avoir le ventre tordu par la peur.
Aujourd'hui, j'ai 23 ans, et ça va bien mieux grâce à l'internat du lycée. Je me remet progressivement de tout ce que j'ai subi à l'école, et chez moi. Mais je garde quand même des traces et je ne me considère pas encore comme "normale".
J'encourage les gens qui souffrent encore des brimades, de faire des expériences de groupe. Moi j'ai fait le Service Civique, j'espère faire un SVE l'année prochaine, changer d'environnement et de mode de vie, ça aide à changer son mental.

En conclusion, la campagne de l'Etat est totalement légitime, et j'espère de tout coeur qu'elle contribuera à faire changer la façon dont le personnel enseignant gère les problèmes de souffrances à l'école, que l'on ne doit ni sous-estimer, ni sur-estimer non plus.
Les profs doivent insister également sur la notion de respect et d'acceptation de l'autre, pas comme un thème général et abstrait, mais appliquée au quotidien.
 
Il est clair que je ne laisserai jamais mes futurs enfants se faire brutaliser sans que personne ne daigne sourciller.
Je leur apprendrai à se défendre, que rendre à quelqu'un ce que l'on recoit, c'est normal, et surtout, je me "farcirai" volontier les profs qui ne jugent pas utile de s'interesser aux problemes des enfants brutaliser.
Je ne me suis jamais réellement brutaliser, mais les rares fois où il y a eu soucis, je m'en suis occupée, même si ca m a vallut des "punitions"...
 
Je suis choquée! Comment cette dame peut-elle minimiser la souffrance des enfants de cette manière?? N'a-t-elle donc aucune empathie?! Je n'ai pas été harcelée pendant ma scolarité, cela ne m'empêche pas d'être sensible à la souffrance. Je suis professeur et je considère aussi qu'enseigner est ma principale mission, cependant je suis face à des êtres humains toute la journée, cela implique un minimum d'attention, d’interaction, d'implication ! Il est vrai que certains élèves se déchirent pour des raisons qui peuvent paraître insignifiantes: un regard de travers, un sourire au mauvais moment, "quelqu'un m'a dit que"... L'adolescence est un monde exacerbé! Mais quelque soit le motif, si atteinte à la personne il y a, réaction il doit y avoir! Il ne coûte rien au professeur de poser quelques questions, de rappeler certaines valeurs, de prévenir le CPE, l'infirmière, l'assistante sociale... Je pense que nous avons une position privilégiée pour "voir" certaines choses. Certes il est souvent plus facile d'ignorer, de minimiser, d'oublier l'attitude déplacée de tel ou tel élève, mais quel modèle de société nous transmettons alors par cette inertie ?
 
En tant que -possible- future prof, ce genre de choses me touche beaucoup.
Je ne comprends pas la prof qui dit que ce n'est pas notre boulot de faire ça...
Mais bien sûr que si! notre devoir c'est d'enseigner oui, mais autant le faire dans les meilleures conditions possibles. S'assurer du bien être des élèves c'est quand même le minimum! Alors c'est sûr qu'on ne peut pas tout voir/ contrôler, m'enfin quand même, si on se rend compte qu'un élève est victime de harcèlement on se doit de faire quelque chose!!

dans le même registre, j'ai discuté avec un gars de ma promo à propos du harcèlement, il avait pas l'air de comprendre le problème et disait qu'au collège, c'était souvent lui qui se moquait des autres. Il ne semblait même pas avoir de regret ni quoi que ce soit... pour lui c'était normal, juste "pour rire" ...
ça fait mal au ventre d'entendre des trucs pareils...
 
Je découvre seulement ce topic grâce à la nouvelle rubrique sur le harcèlement, et ça me fait mal dans mon petit cœur d'ex-gamine harcelée de lire cela.

Je garde une vraie, grosse rancœur contre les institutrices qui ont toujours laissé faire, pire, qui m'ont pointée du doigt en me disant que c'était de ma faute, que je n'avais qu'à "me défendre". Je dis les institutrices, parce que pour moi, le mal a été fait à l'école primaire: une fois entrée au collège, j'avais assimilé l'idée d'être anormale, asociale, inintéressante, et tout ce qui s'ensuit, et les épisodes de harcèlement qui ont suivi, je les ai subi sans trop broncher. Ce n'est qu'une fois en études supérieures que j'ai commencé à reprendre un peu de confiance et à me faire des relations d'amitié "normales".

Mais s'il y a bien un truc qui me fait dresser les poils quand je l'entends, c'est le fameux "il faut qu'il/elle apprenne à se défendre". NON, NON et NON. Un enfant n'a pas à "apprendre à se défendre". On est pas dans la jungle. A l'école, un enfant doit apprendre à lire, à écrire, etc., il doit apprendre à se faire des amis et à évoluer en société. Mais ce n'est pas à LUI d'apprendre à se défendre, c'est à l'agresseur d'apprendre à ne pas agresser. Là est toute la différence, et rien que de l'écrire ça me met en furie. Jamais, dans toutes mes années d'école primaire, une institutrice n'a indiqué aux petites terreurs de la classe que ce n'était pas normal de foutre des coups aux autres, de maltraiter une gamine qui fait la moitié de votre taille et de votre poids, de se moquer de quelqu'un et de le traiter de mongol parce qu'il a peur de quelque chose. JAMAIS.

Y'a vraiment quelque chose qui ne tourne pas rond dans ce monde, et je le mets exactement au même plan que ce que j'aime appeler le "syndrome de la minijupe", qu'on connait toutes bien. Il est plus facile de dire aux femmes de ne pas s'habiller provocant et de ne pas boire que de dire aux mecs de ne pas violer... Ben c'est exactement pareil dans les cours de récré.
 
J'arrive un peu tard... Mais en lisant ça ... je me dis juste WTF!! Je suis jeune prof et je ne peux juste pas imaginer ces situations avoir lieu dans mes salles de classe.

Je sais qu'on ne voit pas tout mais là c'est juste trop énorme....Et on a pas le droit de laisser passer ça....

Par contre, c'est vrai que pour nous ce n'est pas forcément facile de gérer le harcèlement mais on a un devoir de signalement et on doit en parler aux personnes compétentes. Parce que malheureusement on est pas des super héros...et on ne sait pas tout faire. Mais on reste des êtres humains et on a pas le droit de fermer les yeux.
 
maopowaplouf;4371728 a dit :
Pour les madz que ça intéresserait, je compte faire de la prévention auprès des professeurs et responsables des écoles / collèges / lycées, étant donné qu'on le fait souvent uniquement aux élèves. Contactez-moi par MP !

C'était il y a presque 2 ans, mais c'est toujours d'actu?
 
Je suis future profe.
Chaque fois que je relis cet article, il me donne des frissons. Incompréhension, colère, sentiment d'injustice et ce "pourquoi" qui hurle en moi. Un/e prof/e doit enseigner, oui, MAIS aussi aider les élèves à se sentir bien dans l'établissement car c'est la base de l'éducation. Moi-même je n'ai pas été vraiment harcelée, j'ai surtout été très seule, parfois moquée, mais je ne pense pas que le vilain petit canard que j'étais était vraiment harcelé. C'est pourquoi je ne peux pas dire que je comprend parfaitement, je ne peux qu'essayer d'imaginer. Et promettre à toutes celles et ceux qui pourrons tomber sur mon message que je ferais tout mon possible contre le (cyber)harcèlement, pour que mes futurs élèves en subissent le moins possible. A commencer par mon mémoire.
Et pour ce que ça vaux... Le théâtre peut vous aider.

Christhall
 
Merci pour l'article. Je trouve le sujet du harcelement scolaire pas facile parce que la primaire, le college, ca n'a ete facile pour personne.
Du coup je me suis toujours demandee comment fait-on la part du harcelement scolaire avec celles de moqueries et des relations difficiles qui existeront tjs, ai-je ete harcelee? ai-je ete harceleuse?

Et puis j'ai lu tout vos temoignages et je crois qu'en fait la nuance est facile a comprendre: il y a les moqueries et brimades ponctuelles qui arriveront toujours et il y a celles qui sont monnaie courante et meme hyper violentes. A partir du moment ou qq'un devient une tete de turque alors il faut intervenir. Moi aussi je me suis faite moquee de facon plus ou moins sympa, moi aussi je me suis fait insulter ou on m'a fait des petits canulars telephoniques mais je ne suis jamais devenue la cible de toutes les moqueries il est donc normal que les profs n'est rien fait, ce n'etait meme pas leur role.

Mais quand je lis vos temoignages je suis vraiment desolee pour vous et en colere contre vos profs. Voir une fille se faire deshabiller dans son cours, rigoler parce que tout le monde se moque d'elle quand elle va au tableau, recuperer la meme gamine plusieurs fois dans des poubelles ou avec des traces de coups, ce n'est pas normal. Je n'appelle pas ca des moqueries annodines de gamins turbulants. C'est quand meme le probleme des profs au moins d'aller verifier que le gamin va bien et de prevenir les parents. Serieux. Franchement ca fait peur de confier ses enfants a des gens comme ca
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes