C'est marrant, j'ai vécu à peu près le même processus lors de mon arrivée en fac. Jusqu'à cette période, j'étais une fille sérieuse, timide, je ne disais trop rien quand on m'embêtait à l'école (j'étais une petite boulotte sans trop de répondant). J'avais malgré tout une tendance à la rébellion qui couvait mais que je réprimais fermement de façon à passer inaperçue. Et j'en ai eu ras le bol. Ras le bol de me laisser emmerder, ras le bol de tout accepter de peur de ne pas "savoir gérer la colère des adultes" (comme cette madmoizelle l'a si bien exprimé) et j'ai tout envoyé valser. Je suis partie du postulat que personne ne me connaissant à la fac, je pouvais tout à fait me réinventer sans avoir un rappel perpétuel de mon ancien moi. C'est aussi à cette période que j'ai commencé à vivre seule. J'ai commencé à faire beaucoup plus confiance en mes idées et mes sentiments et je me suis sentie beaucoup plus en adéquation avec mon idéal de vie. J'ai envie de dire : libérééééée, délivrééééééée ! Tout ça ne s'est pas fait en quelques mois, mais ça a évolué au fur et à mesure où je prenais confiance en moi.
 
Je suis dans le meme cas que cette Mad!
J'etais obeissante et docile comme ma mere aime le dire! Petite et adolescente, j'obeissais car mon beau pere me faisait peur et je n'avais pas envie de decevoir qui que ce soit! Et par la suite, j'obeissais pour ne pas me faire emmerder et être tranquille : mes parents etaient stricts et donc pour eviter de me faire punir, par exemple priver de sortir parce que avoir le droit de sortir etait deja un miracle en soi, j'obeissais, j'avais de bonnes notes (seul moyen pour que mes parents et profs me laissent tranquille), je me tenais a carreau au lycée car mon lycée etait strict et je ne voulais pas etre privé du peu de privileges que j'avais (privileges qui m'aidaient a supporter l'école, je detestais l'école)! J'étais "docile" pour etre tranquille!
Etre docile ne m'a pas empêcher de vivre!
 
Cet article résonne bien bien fort en moi aussi ! Je te rejoins Aska sur le fait de prendre la confiance et se prendre une porte dans la figure. J'ai l'impression que lorsque j'essaye de m'émanciper, comme ça sort de mes habitudes, les gens le tolèrent moins facilement. Ou avec mes amis, lorsque je sors des blagues ou j'essaye juste de rigoler en me moquant (toujours gentiment) d'eux c'est mal reçu car j'ai toujours été la jeune fille bienveillante (lisse)!
 
Cet article résonne bien bien fort en moi aussi ! Je te rejoins Aska sur le fait de prendre la confiance et se prendre une porte dans la figure. J'ai l'impression que lorsque j'essaye de m'émanciper, comme ça sort de mes habitudes, les gens le tolèrent moins facilement. Ou avec mes amis, lorsque je sors des blagues ou j'essaye juste de rigoler en me moquant (toujours gentiment) d'eux c'est mal reçu car j'ai toujours été la jeune fille bienveillante (lisse)!
Je confirme : le jour où tu commences à dire "non" ça passe très très mal... ! Enfin j'ai eu deux types de réactions : les gens ouverts d'esprit qui m'ont encouragée dans cette voie (heureux de me voir enfin penser un peu à moi...) et m'ont permis de continuer à m'affirmer tout en évacuant la colère (petit à petit hein, j'ai encore une bonne réserve malheureusement) VS les autres, qui l'ont très mal pris (genre ma mère qui me sort "t'es odieuse !" et me raccroche au nez dès que je refuse qqch poliment). J'ai fait du tri dans mon entourage et ça va de mieux en mieux. J'ai toujours bcp de colère, mais je travaille dessus. Je ne me souviens plus dans quel article de Madmoizelle ou dans quel commentaire j'avais lu cette phrase (je le cite de mémoire, j'ai pas les mots exacts) mais je la trouvais extrêmement juste : "quand t'as fermé ta gueule toute ta vie et que tu commences à t'affirmer, t'en viens à espérer que quelqu'un te manque de respect pour pouvoir lui sauter à la gorge"...

J'ai été aussi cette "petite fille modèle" (bonnes notes, jamais un mot plus haut que l'autre, voir aucun mot du tout, qui s'excusait de vivre sans arrêt...) et j'ai complètement craqué à 25 ans, quand je me suis débarassée de mon mec (manipulateur qui me tuait à petit feu). C'est ça qui a été le déclencheur, le "coup de pied dans la fourmilière" de toute cette vie étouffante. J'en ai bien bavé pour arriver à me reconstruire et à ne plus me laisser marcher dessus (et c'est pas fini) mais je n'ai jamais regretté ;)
 
Je me retrouve dans beaucoup de point dans cet article. A un petit détail près. Effectivement, étant petite j'avais peur. Peur de la réaction de mes parents, peur qu'ils me grondent, qu'ils me punissent ou pire qu'ils ne m'aiment plus si je faisais une bétise. Mais avec l'âge, tout comme l'autrice, j'ai commencé à faire des c....ries et je ne les racontais pas non plus à mes parents. Cependant en y réfléchissant, je me suis rendue compte que ce n'était pas parce que j'avais peur d'eux, mais plus pour les protéger en fait. Je sais qu'ils ont une très belle vision de leur fille, et pour un parent ça n'a pas de prix. C'est leur bonheur d'avoir une fille "parfaite" que je voulais préserver en leur épargnant certains détails.
Et je retrouve ça sur la question d'enlever la casquette à l'intérieur. C'est une question de respect. Comment codifier le respect? Faut-il le faire à la japonaise où tout est sourires, courbettes et faux-semblants? Sur ces questions de respect, il faut parfois accepter d'obéir non pas par contrainte face à des règles autoritaires, mais par amour envers les gens qui nous entourent. C'est très fleur bleue je sais, j'assume^^
 
C'est drôle que je tombe sur cet article ce soir, je viens - encore - de froisser quelqu'un de mon entourage.
Avant août 2017 j'étais l'archétype de la fille "" parfaite "", avec une toute petite voix et qui souriait tout le temps. Et qui se faisait marcher sur les pieds. Depuis août, gros ras le bol, je me fais violence pour défendre mes intérêts, j'ai accumulé, et j'accumule encore beaucoup de colère.

J'ai l'impression que la tendance s'inverse aujourd'hui. Peut-être parce que je n'ai pas l'habitude. Mais du coup comme je n'arrive plus à prendre sur moi quand je ne suis pas contente, j'en deviens très désagréable avec la personne qui m'a ch*é dans les bottes. Enfin, du moins, je froisse beaucoup plus de monde.

Du coup je ne sais pas si c'est moi qui vais trop loin ou si ce sont les gens qui n'ont pas l'habitude de se faire bousculer.

Mais quelque part, si les gens disent de moi " oh Nedjma elle est pas sympa en fait/c'est une peste ", je crois que ça me plaira plus que " Oh Nedjma elle est tellement gentille "
 
Je suis actuellement dans cette phase !
J'ai toujours fais en sorte de respecter les règles , ne pas froisser certaines personne.
Mon ras le bol commence à ce faire sentir et mes fréquentations diminue de jours en jours.
Le " NON " dois sûrement être dans le top 10 des mots que je prononce le plus depuis le début de l'année..
Jouer la gentille , juste pour ne pas blesser les gens .. N'est plus envisageable .
 

TennanTen

Ne pas citer mes messages, svp merci :)
J'ai 26 ans et je commence à m'affirmer de plus en plus. C'est long parce que mes parents étaient des parents toxiques. Mon père se fichait de moi, mon beau père voulais exercer son autorité mais il s'y prenait comme un pied et en plus je l'aimais pas. Et ma mère ne savait s'exprimer qu'en hurlant, humiliant et frappant. Et les profs que des abrutis qui se croyaient tout permis. Du coup j'essayais à la fois d'être discrète tout en dérogeant aux règles.

La fameuse phrase "Ne répond pas" m'est complètement absurde, on ne peut pas empêcher un enfant ou un ado à s'exprimer quand ça ne va pas.

Maintenant j'ose dire "non" et répondre. J'ai déjà répond à mon beaup alors que j'avais 20 piges alors qu'il me disait "Ne me répond pas" à tort et à travers. Je lui ai ris au nez.

J'ai déjà viré ma mère de chez moi alors qu'elle était arrivée comme une furie à l'improviste et avait exigé un café pour genre réparé une faute que j'avais fait qui m'était complètement stupide.

J'ai déjà envoyer chier une prof qui me parlait comme une merde et affirmait qu'elle avait le droit de me parler en me manquant de respect et un prof qui m'avait bousculé dans les escaliers pour passer.

Je m'impose de plus en plus et ça fait sacrément du bien et je reste sourde aux chantages affectifs.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes