@agathek : Nan mais moi de toutes façons, j'ai vraiment un truc avec les profs! :lol: Je dois être sapiosexuelle. :cretin:
Ce que tu dis sur les fanfics est très intéressant; ça montre bien que l'érotisation de la violence envers les femmes est un constante dans notre société. Cela dit, je pense que la lecture de textes érotiques et/ou pornographique n'a pas le même effet que le visionnage d'images, notamment animées. Ça n'a pas le même effet parce qu'on peut s'en détacher. Je vais faire une comparaison avec Harry Potter (pour changer :yawn: ): j'aime bien les films mais je ne les ai pas vus aussi souvent que j'ai lu les livres. Et je suis bien contente que certains éléments (comme le plafond peint par Luna) n'aient pas été adaptés à l'écran. Parce que je n'avais pas envie de voir les images du film se substituer à ce que j'avais créé dans n'a tête et qu'à chaque relecture, c'est un nouvel effort d'imagination qui se met en place pour reconstituer les descriptions mentalement.
Pour en revenir au porn, je pense également que la nature du média à son importance. Il y a une marge entre un texte, une photo et une vidéo.

Maintenant, racontage de laïfe. :lol:
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

C'est pour ça que j'ai appuyé sur l'éthique dans mon message, et non pas sur la morale. Le porno c'est bien si ça reste un support occasionnel qui n'a pas vocation à se substituer à l'imagination en parasitant une découverte personnelle de ses fantasmes. Et j'ajouterai que ce n'est pas pour rien que c'est interdit aux moins de 18 ans. Si tu découvres ça a 12, 13, 14 ans et que tu ne te bases que sur ça, déjà ton développement cognitif n'est pas terminé et ensuite, où est la touche personnelle dans tout ça? Où est le prof trop mignon qui enseigne le français dans tes fantasmes? Le personnage de fiction de tes rêves? La copine de ta soeur de 20 ans que tu trouves trop cool et super jolie? Ah mais non! Suis-je bête! Il y a les filles respectables et les autres! J'avais oublié! Restons sur ce schéma, les moutons seront bien gardés. :facepalm: C'est là-dessus que j'appuie. Bien sûr que la nouvelle génération n'est pas aussi dégénérée qu'on veut bien nous le faire croire. Bien sûr que le porno n'a aucune incidence sur le taux de viols (dans un sens ou dans un autre). Bien sûr que l'âge du premier rapport est de 17 ans et qu'il n'a pas bougé depuis 30 ans. Mais là, on parle de chiffres, de quantitatif. Où est le qualitatif là-dedans? Il y a quelque chose de très mécanique dans le sexe et j'ai l'impression que c'est encore plus le cas avec la pornographie, surtout celle d'aujourd'hui qu'on ne consomme plus comme avant et où les scénarios sont absents ce qui fait qu'elle est de plus en plus genitalisée. Ce que je me demande, c'est: lorsque deux ados se retrouvent nus pour la première fois et qu'ils ont associé le plaisir et l'excitation au burinage et aux images en gros plans, que se passe t il? Le souvenir des images vient il parasiter cette rencontre? Si c'est le cas, n'est-ce pas un peu triste, quand on y pense? Elle est là ma question, et pas ailleurs.
 
Dernière édition :
S'il y a une chose qui me dérange dans cet article, c'est la généralisation et la diabolisation des jeunes.

J'ai 13 ans (et je lis assidûment Madmoizelle, oui, oui), je suis donc en quatrième, et je n'ai pas du tout cette idée du sexe.
Peut-être que ça se rapporte plus ou moins à ma lecture de Madz, ceci dit, mais je ne pense pas.

Le collège que je fréquente est plutôt " chaud ", et croyez-moi, ça ne m'est arrivé qu'une seule fois qu'un gars me dise "toi j'te baise". Ok, peut-être une fois de trop. Mais une fois sur presque 2 000 élèves.

Et je trouve les heures d'éducation sexuelle totalement inutiles, personne n'ose poser de question, il y a des rires gênés, bref pas le top.
 
Bonjour à toutes !

Je ne sais pas si ça a déjà été fait ici, mais je vais parler de l'autre côté de l'éducation à la sexualité : celui qui la fait.

Dans le cadre de mes études de Sage-femme, j'ai été amenée en Décembre à faire des "cours d'éducation à la sexualité et à la contraception" dans des collèges de Marseille (et pas ceux des beaux quartiers).

Je ne vais pas faire de généralisation, parce que je suis intimement convaincue qu'il ne faut pas généraliser. Donc je ne vais parler que de mon expérience.

J'ai fait ces cours à 3 classes de 4ème. Ils se faisaient en deux partie : la première semaine, 2h en classe entière, mixte, et la semaine suivante, 1h en classe non mixte, avec des intervenants filles pour répondre aux filles, et des intervenants garçons pour parler aux garçons.

Sur ces 3 classes, j'ai eu trois expériences totalement différentes. Dans la première, les jeunes riaient allègrement, on ne pouvait pas en placer une, et quand on a voulu faire la démonstration de l'enfilage de préservatif, ça a été impossible de les récupérer. La majorité de l'intervention était basée sur des questions anonymes qu'ils rédigeaient en amont, et auxquelles on répondait toutes, sans exception (en essayant de ne pas paraître gênées, choquées, affectées, moqueuse, etc...) (oui, parce que quand on vous demande très sérieusement, si se prendre une bite dans le cul, ça défonce (sic), et qu'il faut répondre à ça, on a du mal à garder son sérieux). Dans le lot, on avait quand même deux-trois "modérateurs" qui posaient des questions pertinentes, et à qui, je pense, on a vraiment appris des choses.

Dans la secondes, on avait une assistance très attentive, qui avaient déjà des notions de ce qu'était la sexualité, qui nous posaient des questions sur la sexualité et la contraception, qui se régulaient eux mêmes, qui sont même restés après le cours pour nous poser des questions sur leurs problèmes individuels, bref, on est sorties de là, on avait vraiment l'impression d'avoir apporté des choses positives, et d'avoir amené des réponses.

Dans la troisième (collège différent, des quartiers "craignos" de Marseille, avec des classes de 16 gamins, dont 5 étaient arrivés en France dans l'année), on a eu droit à l'exact opposé de la première classe : un silence de mort. Même lorsqu'ils ont été dé-mixés, pas un mot. Pour vous dire, les filles pour qui j'ai fait l’intervention non mixte s'étaient mises toutes à une table différente, et n'ont pas ouvert la bouche de toute l'heure. Notre objectif étant vraiment de créer un échange pour pouvoir répondre aux questionnement particuliers de cette classe-ci, ça a été notre classe la plus difficile. Sur la contraception, la sexualité, seulement deux questions anonymes : "Combien de fois avez vous fait l'amour, et êtes vous une prostituée ?" et "Est ce que ça vous excite de nous parler de sexe ?".
Par la suite, on a quand même réussi à les intéresser en leur parlant du métier de Sage-Femme, de la grossesse et de l'accouchement, mai dès qu'on essayait de revenir un peu sur la contraception, la sexualité, ou même la puberté, ils se refermaient comme des huîtres.

En arrivant dans ces classes, on s'était fixé deux messages primordiaux à faire passer :
1- Le préservatif est le seul moyen de contraception qui protège des IST, donc capote OBLIGATOIRE, même sur des relations longues durées si l'on a pas fait de test, même en cas de rapport anal (surtout en cas de rapport anal) (et d'embrayer sur les institutions/associations/personnes à qui ils pouvaient s'adresser en cas de pépin)

2-La chose la plus importante dans une relation, sexuelle ou affective, est le respect que l'on porte à l'autre. Toute personne a le droit de dire non, dans n'importe quelle circonstance, et ce n'est pas une honte.

On aurait voulu leur dire plein d'autres choses, et pour certains, je pense qu'on a réussi, mais c'est ces deux choses là sur lesquelles on a le plus mis l'accent.

Tout ça pour dire que ce n'est vraiment pas facile d'enseigner à des jeunes, parce qu'ils ne partent pas tous du même point (certains l'avaient déjà fait, quand d'autres ne savaient pas ce qu'impliquait la puberté, ou ne connaissaient pas l'anatomie), et qu'ils ont tous une attitude différente par rapport à ça (c'est allé de "Si ma copine a mal ? Je continue quand même" à "Comment faire du bien à une fille ? " en passant par "Une fille vierge, c'est une fille qui se respecte !" dans la même classe).
Pour certains, on sentait que c'était trop tôt, que ça ne passait pas. Pour d'autres, trop tard, leurs représentations étaient tellement ancrées qu'il aurait fallu tout recommencer depuis le début.
 
marygrey;4611639 a dit :
@miss-scarlatine Je trouve ta réaction assez cliché à vrai dire. J'en connais des jeunes de beaux quartiers qui eux aussi méconnaissent le B.A-BA de la sexualité
Relis mes post, parce que:

1/ Je n'ai jamais dit que les gens de classes aisée ai un meilleur accès a cette connaissance, mais un DIFFERENT de ceux des autres classes (qui elles même sont disparates sur le sujet).
Je pense pour ma part que le tabou du corps dans ces classes reste grand et que ceux en ayant une meilleur éducations ont les enfant des classes intellectuelle moyenne à haute (mais n'ayant aucune preuve de cette théorie je suis toute prête a la remettre en cause)

2/ j'appelais à des articles citant plusieurs sources, rappelais que la vision d'une seule personne n’est pas suffisante et qui évitais le sensationnalisme.
 
marygrey;4613523 a dit :
miss-scarlatine;4610914 a dit :
Donc on reprend: l'éducation sexuelle que les parents passent aux enfant et différente selon le milieux a Neuillis sur seine et a Clichy sous bois on auras pas le même bagages en arrivant a ces cour. L'article fait clairement référence a des jeunes de classe basse à moyenne.
Euh je n'ai rien inventé je crois bien (j'ai mis la phrase en gras). (Parce que oui, j'ai relu tes posts et l'article) et il n'est jamais dit que ça se passe dans tel ou tel milieu. Tu le déduis, mais il n'est pas indiqué. D'où mon "ta réaction est un peu cliché". Je ne vois pas pourquoi ça ne pourrait pas se passer dans un collège "de classe aisée". (Entre Neuilly et les établissements où vont les classes aisées de par chez-moi autant te dire qu'il y a un sacré fossé).
Comme quand on dit "collège de ZEP craignos" et qu'on pense forcément banlieues . Là aussi je crierais au cliché, parce qu'il en existe aussi en campagne....

Je le déduis par rapport au niveau de langage tenue devants les intervenants:

« Le plaisir ? Rien à foutre. Ma meuf je la prends, je la retourne, je la reprends, et basta »

Je pense, et peut être a tord, que dans les milieux plus aisées le propos serais tenue de manière moins directe. je le déduis également a Zahia comme image de la réussite. Cette déniere étant issue d'un milieux modeste et c'etant hissée vers un milieux "plus aisée", je vois moins des jeunes gens déjà issue de ces milieux la voire comme un modelè (sachant qu'il sont déjà issue de ces milieux)

Ensuite concernant le tabou des corps. Il est d'autant plus présent dans les classes aisées (divers sociologues travaillent /ont longuement travaillés dessus : contrainte du corps par le vêtement, le positionnement du corps dans l'espace, nudité, le fait de parler de certaines parties de son corps ou non, tatouage et piercing, etc.) Tout comme la sexualité est beaucoup plus tabou dans ces mêmes classes. (Mais je ne suis pas en train de dire que les classes dites populaires / moyennes transmettent forcément les bonnes valeurs/informations mais le sexe est clairement moins tabou et le corps prends plus de place).

Nous somme d'accord sur ces points:

"
Je pense pour ma part que le tabou du corps dans ces classes reste grand et que ceux en ayant une meilleur éducations ont les enfant des classes intellectuelle moyenne à haute (mais n'ayant aucune preuve de cette théorie je suis toute prête a la remettre en cause)"
______


Et à mon tour d'utiliser cette phrase qui semble être la devise du nouveau forum : Relis mon post ! Car je n'ai jamais dit que tu avais dis "que les gens de classes aisée ai un meilleur accès a cette connaissance" ou tout autre chose. Je dis juste que je ne vois pas ce qui te permets de déduire cette phrase en gras 

Dans ce cas il y a  eu quiproquos sur ce coup j'ai interprété ta phrase :J'en connais des jeunes de beaux quartiers qui eux aussi méconnaissent le B.A-BA de la sexualité . Comme un argument sur la méconnaissance également des enfants de classes aisée sur le sujet du corps et non comme la possibilitée que l'article ai en faite pris place dans ces derniers, je te pris de m'en excusée.

Hors si nous somme toutes deux d'accord sur le faite d'un fort tabous sexuel dans ces milieux nous pouvons en déduire que l'exemple du garçon dans l'article dont le père lui avait montrer des vidéo pornographique pour l'éduquer ne venais donc de ce dernier. Tu pourrais me rétorquer que les enfants qu'a rencontrer l'auteur viennent de groupes sociaux hétérogènes (elle parle de tout les milieux) Hors si nous sommes egalemetn daccord sur la disparités de la relation a cette dernière celons la classe sociale l'auteur devrais avoir notée cette derniére et nous en faire part. Tu pourras également me rétorquée que si l'auteur n'en parle pas c'est que malgré l’environnement de base ce rapport au corps au l'image de la sexualité est commun a ce groupe d'age et ceux peut importe le milieux socioculturel.
J'imagine (peut être à tord) que là est notre distension d’où ma demande d'article plus détaillée sur les disparités (ou non) selon l’environnement social.


Et pour finir, je trouve ça clairement dommage de devenir venir justifier chacun de mes mots (surtout pour rebondir sur des trucs que je n'ai même pas abordé) plutôt que d'approfondir le débat. 

Tu m'as pour ma part demandée de justifiée mon propos. Nous avions clairement un point de distension et je me suis permise de reprendre tes propos pour que nous puissions comprendre ces derniers et justement en débattre. Je te prie de m’excusée si j'ai été rude, si tel en fut le résultat, celas n'étais pas mon intention première.:fleur:
 
"Le porno c'est bien si ça reste un support occasionnel qui n'a pas vocation à se substituer à l'imagination en parasitant une découverte personnelle de ses fantasmes. Et j'ajouterai que ce n'est pas pour rien que c'est interdit aux moins de 18 ans. Si tu découvres ça a 12, 13, 14 ans et que tu ne te bases que sur ça, déjà ton développement cognitif n'est pas terminé et ensuite, où est la touche personnelle dans tout ça ? [...] Il y a quelque chose de très mécanique dans le sexe et j'ai l'impression que c'est encore plus le cas avec la pornographie, surtout celle d'aujourd'hui qu'on ne consomme plus comme avant et où les scénarios sont absents ce qui fait qu'elle est de plus en plus genitalisée. Ce que je me demande, c'est: lorsque deux ados se retrouvent nus pour la première fois et qu'ils ont associé le plaisir et l'excitation au burinage et aux images en gros plans, que se passe t il? Le souvenir des images vient il parasiter cette rencontre? Si c'est le cas, n'est-ce pas un peu triste, quand on y pense? Elle est là ma question, et pas ailleurs."
Je pense qu'il faut bien distinguer le fait que les jeunes (disons au dessus de 14 ans) savent faire la différence entre la vie réelle et le virtuel. Et les films (pornographiques ou non d'ailleurs), c'est du virtuel, du scénarisé.
Je parle en connaissance de cause, je consomme du porno depuis très longtemps et ma sexualité n'a rien à voir avec ça, n'a jamais pris exemple sur le porno (alors même que j'ai eu des relations avec de grands consommateurs de porno).
Il ne faut pas oublier que les films pornographiques ne stimulent que deux sens : la vue et l'ouïe (et encore). Ce qui n'a RIEN à voir avec une pleine expérience sexuelle (qui mobilise elle tous les sens).
:)

Edit : la citation ne fonctionne pas, j'ai du foirer un truc.
 
@meynna : Justement, tu m'as mal comprise. Je ne dis pas que des ados (ou même simplement des adultes) qui consomment du porn vont essayer de reproduire les actes et les attitudes qu'ils ont vu dans ces scènes dans la vraie vie, c'était pas du tout l'idée. Je ne dis pas non plus qu'ils sont incapables de voir la différence entre les deux (ce serait stupide de ma part).
Non, justement ma question ne portait pas au niveau des actes mais se situait plutôt au niveau des représentations mentales. Parce que le sexe, c'est aussi ça: du mental.
Ça rejoint le témoignage du mec de reddit dans mon 1er message: lors de ses relations (quasi inexistantes du coup) avec sa première petite amie, puis avec la suivante, il était obligé de mobiliser ces images, sinon il n'y arrivait pas.
Donc ma question, c'était: à force d'avoir associé plaisir et excitation à des images pornographiques (qui plus est, de plus en plus "chirurgicales" car de plus en plus concentrées sur l'aspect génital), mobilisent-ils ces images pour s'aider à s'exciter, voire, à jouir, lors de leur première fois? Pour les autres fois? (et je ne fais pas de discrimination, ça marche autant pour le plaisir clitoridien que le plaisir pénien ;)(je pense qu'on est d'accord si je dit que le plaisir que l'on ressent lors d'une pénétration n'est pas le même que celui qu'on ressent par stimulation du clitoris)). Oui d'un point de vue physique tu es là, mais à part ça, es tu réellement avec moi? C'est pour ça que j'ai dit que c'était un peu triste, si c'est le cas. Enfin, je trouve. Et ça, je pense qu'effectivement, c'est une vraie question qu'on pose rarement. Parce que de l'extérieur, du point du vue des chiffres que j'ai cités, etc, ok, c'est très simple de savoir des choses. Mais quand on parle d'un point de vue qualitatif, subjectif, intérieur, vécu, c'est beaucoup moins simple pour le coup.
J'espère que ma réponse t'as éclairée.
 
Dernière édition :
@iridae
Oui, je pense qu'on s'est mieux compris :)
Je pense que le fait de devoir mobiliser des images ou vidéos reste assez marginal ou du moins je l'espère ^^.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes