Je ne suis pas sûre que les tracas du quotidien affectent autant la libido. Bien sûr que oui, je ne le nie pas mais avec mon ex au début de la relation j'étais dans une très mauvaise passe avec un niveau d'angoisse très élevé et je ne mangeais presque plus. Mais comme c'était le début de la relation aucun de nous ne disait non au sexe et on le faisait plusieurs fois par jours certains weekends.
Je pense que ce qui tue le sexe c'est le temps malheureusement. On désire moins son partenaire et vice-versa. On est plus dans un amour confortable et on fait des activités confortables je vais dire.

Mais allez demander à un jeune qui ramène une conquête chez lui si il préfère regarder Netflix ou avoir du sexe et s'il n'est pas asexuel probablement qu'il dira sexe.

Ou bien on nous a menti tout ce temps et les gens ne couchent pas tant que ça depuis la nuit des temps? Comme dit @grenouilleau peut-être qu'ils sont plus honnêtes ?

Ou peut-être que le sexe était plus présent avant qu'il y avait moins de distractions. Mais de nous jours beaucoup de distractions peuvent égaler le niveau du sexe. J'avais lu une espèce d'étude comme quoi le cerveau de certaines femmes activait les mêmes zones que l'orgasme lorsqu'elles faisaient du shopping. (<--- phrase très mal construite mais je n'arrive pas à refaire le puzzle lol). Donc aujourd'hui peut-être que plein d'activités émulent le plaisir sexuel, ne serait-ce que manger.

Ça peut venir aussi du fait que le sexe est un moyen de se sentir désirée et valorisée physiquement. Or avec Instagram et Snapchat et tout les autres médias on a déjà la validation que l'on cherche. Je ne dis pas que c'est égal à 100% mais ça peut être un facteur supplémentaire.
Je ne suis pas sur Instagram mais une fois je me suis fait peur en pensant de manière fugace que je ne voudrais pas forcément être en couple mais juste savoir que je plais. Une sorte de "tu sortirais avec moi?" "Oui" "cool super merci je me sens vraiment bien aujourd'hui maintenant... ah non non désolée je ne veux pas sortir avec toi, je voulais juste savoir que je te plaisais, ça me suffit"
Ou "tu coucherais avec moi?" "Oui grave" "ouah ça m'excite beaucoup mais j'ai la flemme de le faire en vrai, ton complément me suffit" (mais j'étais dans une phase cheloue).

Tous les facteurs additionnés ont sûrement une incidence sur les pratiques des jeunes je pense.
 

TennanTen

Ne pas citer mes messages, svp merci :)
@HellaSlytherin @Witch'Daughter @Mademoizelle-Mow' Ah ouais quand même…. non mais hé, c'est quoi ce jugement de valeur ? Je suis asexuelle et je me sent un chouia insultée par tes propos. Oui je préfère Netflix au sexe, et alors ? ça pose réellement un problème ?
Je ne sais pas ce que t'as voulu exprimer, mais franchement….
Ah et pour venir sur le sujet du débardeur, ces phrases à base de "Bah avant, on en faisait pas tout un plat".... met ça sur les violences conjugales ou les violences éducatives ordinaire. Tu trouverais qu'il ne faut pas en faire tout un plat ?
 
@Nastja perso je pense que c'est plus le quotidien et le stress du boulot qui m'affecte (de même que mon compagnon) que le temps. Au contraire, ma libido est plus en flèche avec le temps car l'amour s'est renforcé. Oui certes il est différent rt moins passionnelle mais plus fort. Et pour mon compagnon c'est pareil, il fait une thèse et il est beaucoup plus préoccupé par ça et c'est normal.

Après perso je pense que les études sur la sexualité des femmes est assez biaisé car il y a toujours un versant sexiste. Je ne pense pas qu'on soit différents des hommes. Mais comme une femme sur 5 a déjà vécu des agressions sexuelles et que les hommes s'intéressent moins à nos plaisirs. Forcément si une femme a moins de plaisirs, elle a moins envie. C'est surtout ça qui joue sur les différences.
 
Peut être que parce que maintenant , y faut trimer plusieurs jobs pour arriver a vivre confortablement (j’imagine pas comment ça doit être pour vous pauvres Parisiens, franchement gg) et sont trop fatigués pour quoique ce soit de physique ?
Parce que maintenant, on sait ce qu’est l’asexualité et moins d’aces se forcent à coucher alors qu’ils ont pas envie parce que la norme ?
Peut être qu’avec le féminisme, on a mieux intregre qu’aucun membre d’un couple ne se doit du sexe ?
 
Ce genre d'étude sur un échantillon d'âge assez large est à prendre avec des pincettes, à mon humble avis. J'aurais préféré une distinction entre par exemple les 15-20 ans et les 20-25 ans: ces deux groupes ont de façon générale des préoccupations assez différentes (beaucoup de commentaires parlent de stress lié au travail, on peut penser que le deuxième groupe en sera plus affecté; on n'a probablement pas la même vision de la sexualité à 16 ans et 24 ans mettons). Ne serait-ce que la question de l'information sexuelle est biaisée lorsqu'on prend en compte les 20-25 ans (j'ai l'impression que les infos sur le sujet sont plutôt dispensées jusqu'au lycée, et beaucoup moins en études supérieures, ce qui est peut-être un peu dommage quand on y pense). Voilà ! Mais ça reste intéressant à consulter :).
 
Peut-être aussi que toutes ces informations rendent le sexe moins mystérieux et augmentent les attentes? Un jeune aujourd'hui n'a plus vraiment besoin de le faire pour savoir en gros ce que ça fait ou comment ça se passe, 2 clics et c'est joué. Avec en plus les trouze milles posts sur des orgasmes de l'espace, les pemières fois balbutiantes peuvent paraître bien fades et ne pas autant les inciter à recommencer vite. Peut-être aussi qu'en enlevant ce mystère, on enlève un peu de la pression sociale: il n'y a plus besoin de faire du sexe pour avoir tout vu, et le peu d'expérience est très facile à cacher quand on est bien renseigné. Je suis vierge et j'ai pourtant été la source d'infos principale de mes potes actifs au lycée ^^
 
@HellaSlytherin
Mais le stress c'est une donnée qu'on retrouve à toutes les époques et des époques plus stressantes que la nôtre il y en a eues. Est-ce ce que les gens avaient moins de rapports pendant la guerre ? ( pour les hommes qui n'étaient pas au front bien sûr). Ou pendant l'après-guerre immédiat ? Ou tout le long du 19e siècle qui a été assez mouvementé ?
Je ne dis pas que ça n'affecte pas la quantité, toute émotion négative ou voire même la fatigue peuvent affecter le sexe. Mais j'ai l'impression qu'il y a plus que ça pour expliquer une tendance qui change.

Après j'ai toujours entendu que la passion change et qu'on couche moins ensemble après un certain temps passé ensemble globalement.

Je parlais de tous sexes confondus, hommes et femmes. On a tous plein de distractions sur demande qui peuvent assouvir l'envie de plaisir instantanément (Netflix, livraison de nourriture, livraison d'achats en 48h, voire 24h, jeux vidéos etc.). Et certaines activités en termes de récompense peuvent égaler le sexe (d'où l'étude sur le shopping qui active les mêmes zones du cerveau que l'orgasme).
La gratification instantanée chez les hommes au niveau du physique et de la notion de plaire passe par Tinder. Beaucoup d'hommes ne s'inscrivent justement que pour se remonter l'ego (comme plein de femmes). Pour voir qu'ils plaisent mais sans donner suite.

Ça peut aussi s'expliquer par le fait tout simplement qu'il y ait de plus en plus de gens célibataires et longtemps.

Enfin pour moi c'est plus que le stress de la vie surtout qu'on est dans l'époque la plus confortable de tous les temps. Chacun a son stress au niveau individuel mais ça n'en fait pas une tendance. Et puis avant avant c'était soit on éteint les lumières et on essaye de dormir même si on n'a pas sommeil... soit on baise pour passer le temps.
Aujourd'hui tu peux trainer sur ton téléphone jusqu'à tomber de sommeil pendant que la personne avec toi fait de même.
 
Cette idée selon laquelle les jeunes (et par jeunes, il faut le comprendre au sens large : ça monte jusqu'à 30-35 ans) font moins l'amour qu'avant a été attestée par plusieurs autres études.

C'est dommage parce qu'il n'est pas disponible en ligne, et j'en avais déjà parlé ici, mais Society avait consacré un dossier au sujet, avec les avis de plusieurs psychologues/sociologues, et c'était vraiment passionnant.

D'après eux, il y avait deux causes principales : la première étant les réseaux sociaux, qui sont devenus de plus en plus un lieu de pression sociale où les gens sont en compétitivité permanente, et qui ont permis au mercantilisme d'envahir nos vies personnelles. Les gens sont constamment soumis à des images de gens qui "réussissent" mieux qu'eux, du coup ça les frustre, mais ça leur fout aussi constamment un coup à l'ego.

La deuxième cause, étant, comme le dit @HellaSlytherin, le stress. On est certes dans une époque matériellement confortable, comme le dit @Nastja, mais il n'empêche que par rapport aux générations précédentes, on vit dans une plus grande précarité économique, et une moins grande stabilité professionnelle. Aujourd'hui, on change de taff tous les 2-3 ans, parce qu'on en a envie, mais aussi souvent parce qu'on doit. Alors que la génération de nos parents a encore connu cette époque où on restait 20-30 ans dans la même boîte. Mine de rien, être toujours dans l'inconnu pour ce qui est de "l'après", ben c'est stressant. Surtout qu'on réclame aussi de nous une plus grande mobilité, donc en plus de la question "Est-ce que je vais trouver un autre job après" s'ajoute la question du "Est-ce que je vais devoir déménager pour mon travail", ce qui ajoute un stress émotionnel supplémentaire. Bouger constamment de région, c'est sympa quand on le fait par choix, ça l'est moins quand on y est contraint.
Et être constamment angoissé par l'avenir, ben ça laisse pas beaucoup de place pour apprécier le moment présent.

Sinon, @Nastja, puisque tu te posais la question de savoir comment c'était à d'autres époques, le New-York Times avait fait un dossier sur les femmes qui avaient connu les dernières années du communisme, et beaucoup d'entre elles rapportaient avoir eu une vie sentimentale plus riche que celles de leur filles. Une des explications étaient que les Soviets avaient mis en place une politique à cet égard pour éduquer les gens à avoir une sexualité épanouie. L'autre, c'est que comme les gens ne craignaient pas trop de perdre leur taff, ben ils étaient moins stressés, et avaient plus de temps et d'énergie à faire des rencontres. (C'est notamment ce qui était à l'origine du phénomène de l'"Ostalgie" en Allemagne de l'Est, même si l'Allemagne de l'Est est un cas particulier parce que son entrée dans le modèle capitaliste s'est fait plus brutalement que dans les autres ex-pays soviétiques) Après, à côté de ça, il y avait quand même le stress de vivre sous un régime autoritaire, donc je me demande comment ça se contre-balançait dans la tête des gens :hesite:
 
@MissMachine
Je ne suis pas d'accord concernant la stabilité économique. Encore moins pendant la période communiste.
Je ne suis pas du tout calée en économie ni histoire de l'économie mais il me semble que la période communiste n'a pas été particulièrement florissante. Les gens n'avaient peut-être pas peur de perdre leur travail (s'ils en avaient vraiment un, mais vu ce qu'ils étaient payés, ça ou rien...).

On nous compare toujours aux baby-boomers qui ont connu la prospérité mais je parle des autres générations. Avoir le stress de devoir changer de boulot tous les 2 ans et ne pas savoir si on va être au chômage 1 an ou 2 c'est quand même pas comparable au stress que tu pouvais avoir quand il n'y avait aucune sécurité sociale et que les gens travaillaient jusqu'à leur mort parce qu'il n'y avait pas de retraite et pas d'arrêts maladie possibles. Pas de vacances non plus et un seul jour de repos par semaine.
Enfin je sais pas mais le stress de notre époque est quand même moins intense de mon point de vue. Vous avez vraiment l'impression qu'on vit dans une époque plus stressante?

Plus "speed" au quotidien peut-être mais moins dans la survie.
 
@MissMachine @Nastja : je peux apporter un témoignage sur la question du communisme, mes parents ayant grandi en Union Soviétique et m'ayant rapporté beaucoup de choses sur le sujet :) D'après ma mère, il n'y avait pas de réelles peurs au quotidien (dans son entourage immédiat en tout cas). Certes, les libertés étaient moindres mais en même temps le cadre était tellement fixe et paraissait tellement stable qu'une fois dans le système les gens ne se posaient pas trop de questions.

Par exemple, elle me disait qu'elle ne s'était jamais posé la question de savoir si oui ou non elle trouverait un travail parce que les études supérieures étaient quasi gratuites, qu'elle savait qu'à l'issue de ses études l'Etat lui fournirait le job, et que ce travail serait suffisant pour couvrir ses besoins primaires (elle me dit notamment qu'elle n'avait que peu de frustrations parce que dans son entourage tout le monde était relativement pauvre, et que sans cette course à l'argent et à la consommation elle se contentait de très très peu de choses). Elle ne s'inquiétait pas de mal travailler parce que de toute façon elle ne pouvait pas vraiment être renvoyée et elle était sortie du bureau à 16h tous les jours. Elle n'a pas trop connu le harcèlement de rue non plus. Alors c'est peut-être une question de chance mais elle m'a raconté qu'elle ne s'était jamais posé la question de savoir si elle pouvait rentrer seule à pied le soir dans certains quartiers car l'ambiance ultra-securitaire faisait que de toute façon elle ne pensait pas risquer quoi que ce soit.

Alors mes parents sont âgés maintenant donc la nostalgie de leur jeunesse doit jouer mais ma mère me dit souvent qu'elle trouve que ma génération est plus triste que la leur. Et effectivement de ce qu'ils me racontent sur leur jeunesse, j'ai paradoxalement l'impression que mes parents étaient beaucoup plus insouciants alors que matériellement ils avaient très peu.
 

Oceane

Équipe madmoiZelle
Il faut tout de même noter que c'est un sondage qui n'est pas forcément fait sur un échantillon représentatif, puisqu'il faut être un utilisateur de Facebook (même si ça doit effectivement être le cas de la plupart des jeunes) et connaître ce magazine.
Donc les chiffres ne concernent pas "les jeunes", mais "les jeunes de 15 à 25 ans de la communauté JAM".

-_-_-_-_-_-
@Oceane pourquoi il est question des 15-25 par moment et de 12-25 à d'autres moments ?:dunno:
C'est une erreur, je modifie de suite, merci de l'avoir remarqué :)
 
  • Big up !
Reactions : Cococinulle

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes