@Tuna : oh, merci pour ton témoignage, c'est absolument passionnant ! :puppyeyes:

Moi j'ai grandi à côté de l'Allemagne, et en cours d'Allemand on nous a fait pas mal étudier la RDA, la réunification et ses suites. C'était assez étonnant parce que d'une part on nous a raconté plein d'histoires sur les différentes façons dont les gens essayaient de passer le mur (et le moins qu'on puisse dire c'est que certaines personnes se sont vraiment exposées à de gros risques et n'ont pas manqué d'imagination), mais de l'autre, on était à la fin des années 90 - au début des années 2000, quand le phénomène de l'Ostalgie était très répandu, et on a fait lire plein de témoignages d'ex-Allemands de l'Est qui disaient peu ou prou la même chose que tes parents. Mais je crois que c'est aussi lié au fait que, contrairement aux autres pays soviétiques, l'Allemagne de l'Est n'a pas fait son entrée dans le régime capitaliste sous ses propres termes, mais sous ceux dictés par l'Allemagne de l'Ouest, qui s'est contentée de vendre les industries est-allemandes ou de les laisser couler face à la concurrence des grosses multinationales. Peu a été fait pour que les ouvriers est-allemands puissent se faire une place dans cette nouvelle société de services, ce qui a provoqué une hausse importante du chômage. Du coup, ça explique pourquoi dans la tête de certains d'entre eux, la chute du régime est associée à une baisse de qualité de vie. Parce qu'à côté ça, j'ai pas mal d'amis originaires des pays de l'Est, et j'ai l'impression que leurs parents ont un souvenir plus vif du régime autoritaire et de la méfiance généralisée qui en découlait, et ils ont l'air un peu moins nostalgiques.

@MissMachine
Je ne suis pas d'accord concernant la stabilité économique. Encore moins pendant la période communiste.
Je ne suis pas du tout calée en économie ni histoire de l'économie mais il me semble que la période communiste n'a pas été particulièrement florissante. Les gens n'avaient peut-être pas peur de perdre leur travail (s'ils en avaient vraiment un, mais vu ce qu'ils étaient payés, ça ou rien...).
Pour ce qui est de l'économie sous la période communiste, ben, c'est un vaste sujet, ça dépend de quelle époque on parle et de quelle région, parce qu'on parle quand même d'un régime qui a duré 72 ans et s'est étalé sur deux continents (et qui a toujours cours en Chine). Il y a eu des périodes très brutales, comme l'Holodomor en Ukraine, et je pense qu'on a tous en tête les images des gens qui font la queue pour acheter du pain, peu avant la chute de l'URSS. Ce qui est certain, c'est que globalement, les gens n'avaient pas accès à la même abondance matérielle que ceux qui vivaient sous le régime capitaliste. Mais après, de la à dire qu'ils étaient tous soit au chômage, soit payés au lance-pierre, non, c'est quand même plus nuancé que ça, comme le dit @Tuna.

Après, tu a raison sur le fait qu'on compare beaucoup aux baby-boomers et que c'est pas forcément pertinent.
 
@Nastja
L'un n'empêche pas l'autre, c'était une dictature et un régime très violent mais cela ne veut pas forcément dire que tous les aspects de la vie étaient touchés. J'avais lu un article par exemple qui disait que d'un point de vue accès au travail et gestion de la maternité en parallèle du travail, les allemandes de l'est y avait perdu à la réunification, car elles étaient très indépendantes financièrement et il y a avait des systèmes de garde d'enfants généralisés. Or en Allemagne de l'Ouest la société était plus traditionnelle, et encore aujourd’hui il est très dur pour les allemandes de concilier travail et maternité, car d'une part il n'y a que peu d'aides et d'infrastructures accessibles; et d'autre part la société ne voit pas toujours très bien les femmes qui se remettent au travail avec un enfant en bas âge, surnommées "mères corbeaux" (mais d'un meilleur oeil celles qui restent au foyer).
Edit : J'ai retrouvé la source, c'est cet article du Monde diplomatique.
Dans toute l’Allemagne, comme ailleurs en Europe, le taux d’activité des femmes s’est considérablement accru depuis les années 1950, mais en RDA cette évolution a été sans commune mesure avec celle de l’Ouest. A la fin des années 1980, 92 % des Allemandes de l’Est occupaient un emploi, contre 60 % de leurs voisines occidentales. Sur ce point, l’égalité était en vue — un cas presque unique au monde. Alors qu’à l’Ouest les femmes orientaient leurs projets de vie selon des schémas encore très imprégnés par l’imagerie familiale et patriarcale traditionnelle, à l’Est, leur indépendance économique vis-à-vis du conjoint allait pour ainsi dire de soi.
Encore une fois ce n'est pas pour remettre en question les exactions de ce régime etc, mais pour dire que le monde est assez complexe et qu'en l'occurrence, les femmes de l'allemagne de l'est bénéficiaient de plus d'indépendance. Si c'était le cas pour le rapport au travail et à la parentalité, ça ne m’étonnerait pas que ce soit possible pour la sexualité.

Après ce HS, pour revenir au sujet de l'article, je pense que plein de facteurs peuvent jouer (la représentativité de l'étude déjà, retard de l'âge d'une sexualité active peut être aussi? le fait que les notions de consentement et de diversité sexuelle (y compris l'asexualité) soient plus connues? )
 
Dernière édition :
@Neverland90 Ça fait une semaine mais bon, je pense qu'il n'est pas trop tard. En réalité les problèmes qui touchent le Japon n'ont rien à voir avec ce qui se dit en Occident. Il y a énormément de conn*rie qui sortent à propos du Japon et étant donner la distance géographique ainsi que la barrière de la langue, les médias se lâchent comme il faut. En fait les Hikkomori, puisque c'est souvent eux qui reviennent, ils sont aussi par millions en France, aux USA et en Occident de manière général, c'est juste qu'ils ne sont pas clairement identifiés, ni étudiés, contrairement au Japon, d'où le termes Hikkomori. Termes qui, à l'origine, n'avait rien de péjoratif, il permettait surtout de décrire une tendance en pleine évolution depuis les multiples crises économique qu'à connu le Japon durant les années 90, il s'agissait surtout de mettre un nom sur un groupe constituant la population Japonaise et ainsi de pouvoir étudier le dit groupe. Les recherches ont, par exemple, permis de réduire le taux de suicide du pays, qui est désormais proche de celui de la France. Ils ont aussi permis de déboucher sur un nouveau système éducatif, qui est entrain d'être mis en place, avec pour élément centrale, le respect de l'enseignant évidemment mais moins rigide, des cours personnaliser pour permettre à tous de s'adapter, et plus axé sur l'esprit critique et la créativité. Ils ont aussi permis de relativiser la situation, puisqu'ils se sont aperçu que pour d'autres, cette situation n'était pas subie. Il y a plusieurs cause à tout ça mais la principale, ce sont les substituts qui peuvent désormais remplacer les interactions sociales, et par substitut, j'entends, jeux-vidéo, réseaux sociaux, ce genre de chose... on peut aussi penser à la pornographie ou aux sextoys pour ce qui est lié à la sexualité. Dans les faits, ils ont une approche assez rationnel, c'est nous qui avons une grille de lecture alarmiste alors que, paradoxalement, on a en strictement rien à foutre du ressenti de la jeunesse en Europe. C'est comme pour l'économie limite on se soucie plus de la dette japonaise que les japonais eux-mêmes (et même temps, elles leurs appartient et ils ont pas signé le traité de Maastricht).

Le problème concerne davantage la réalité du monde du travail que les mœurs des Japonais. Le travail continue d'occuper une place importante dans la société Japonaise a-t-elle point que les femmes, qui ont pourtant la possibilité d'intégrer le marché du travail, préfèrent rester femme au foyer... alors c'est entrain de changer hein, des solutions ont vont être mise en place et ils parlent de plus en plus d'un équilibré "Travail-Vie", de plus, il ne s'agit pas non plus de rentrer dans le cliché de l'asiatique qui passe sa vie au travail, loin de là, mais disons qu'il y a certains codes qui laissent peu de possibilité à une vie en dehors du travail et ils sont toujours appliqués par certains patrons voilà voilà... maintenant que le patronat refuse d'abandonner certains de ses privilèges, pas sûr que ce soit spécifique au Japon cette histoire :ninja:
 
Je suis assez touchée par l'axe de l'étude évoquant la pudeur vis à vis de l'expression des sentiments amoureux, à l'ère du tout-numérique et des appli de "rencontres", on est surtout très "seuls" derrière nos écrans, on se retrouve en face d'un inconnu qui, trop souvent, "ne veut pas s'attacher"/"veut juste profiter" et on se blinde, se convainc qu'on est pareil alors qu'on aimerait souvent (pas tout le monde) des relations + profondes, + sécurisantes et + saines.

Personnellement, j'ai remarqué que la qualité de mes relations sexuelles s'améliorait vraiment avec la qualité de la relation à l'autre, le temps partagé, les échanges intellectuels et culturels, la complicité et l'attention aux goûts et passions de chacun. C'est "logique" dit comme ça, mais c'est vraiment de plus en plus rare (pour moi en tout cas) depuis quelques années.

J'ai vraiment l'impression d'être dans une société de surconsommation où on prend et jette les gens sur les appli comme des mouchoirs, qu'il y a bcp moins de considération réelle de l'Autre mais plutôt du "ce que cette personne peut m'apporter comme plaisir immédiat ou pas, sinon je next, j'en ai de toute façon 36 en attente, dans mon panier."

Y a une vraie notion d'addiction à l'immédiateté qui entache le potentiel de profondeur d'une relation (au-delà du fait que les gens ont le droit de ne pas être compatibles avec tout le monde ou de pas avoir envie d'un truc "sérieux" bien sûr). Juste que y a quelques temps c'était plus "simple" d'être en "couple" ou en relation "qu'on laisse évoluer" disons, alors que maintenant, par défaut, c'est plutôt "plan Q". Y a pas si longtemps, quand je rencontrais et embrassais (++ si affinités) quelqu'un, pour moi, naïvement, on était ensemble et pour l'autre aussi, alors que depuis quelques temps, c'est pas du tout une norme, il/elle peut voir 10 personnes en même temps, on ne sait pas s'arrêter comme tout est "possible" avec "tout le monde". Enfin dites-moi si c'est que mon prisme déformant de réalité ?

Enfin, pour revenir sur la question des écrans, c'est assez intéressant de voir cette surconsommation de séries (histoires et relations DES AUTRES qu'on aime suivre à l'écran, passivement) V.S moins de sexe et de relations dans nos vies (moins actifs, plus passifs et spectateurs). Plus de virtuel, moins de réel, plus de sécurité/confort, moins de prise de risques d'être déçu.e/frustré.e/malheureux.se en amour ou autre.

C'est très lié je trouve. Voilà.
 
Dernière édition :
Je trouve ce sujet très intéressant ainsi que les interventions de @MissMachine avec lesquelles je suis assez d'accord.
J'ai moi aussi le sentiment que le rapport des jeunes à la sexualité est en train de changer. En soi cela ne me paraît pas problématique en soi que les jeunes fassent moins l'amour qu'avant, c'est une évidence, car la vie d'un jeune ne doit pas se résumer à la sexualité et puis il y a des gens qui ne ressentent pas le besoin d'avoir des rapports sexuels...En revanche j'ai l'impression que c'est au-delà de la sexualité, le rapport au plaisir qui est en train de changer (et je fais bien attention à ne pas réduire la sexualité au plaisir).

J'ai l'impression que les deux facteurs décrits par @MissMachine et donnés dans l'article jouent :
- prolifération du temps passé sur les écrans (ce n'est pas grave en soi de passer son temps sur Netflix et de préférer binge watcher Glee plutôt que faire l'amour, mais en revanche je suis préoccupée par l'addiction de plus en plus précoce aux écrans. Il est prouvé que passer trop de temps devant les écrans a énormément de conséquences chez les adultes et encore plus chez les enfants, les pré ado, les ados, au niveau moteur, cognitif...je ne serais pas surprise que cela engendre une baisse du plaisir et donc de la libido. Si l'on ajoute la précocité de la vision du porno, j'ai peur que chez certains jeunes, l'addiction au sexe soit un mélange d'addiction au porno et aux écrans...+ tout ce qui a été dit sur les réseaux sociaux.

- le stress: j'ai l'impression qu'il est loin le temps où on pouvait dire que la jeunesse était le temps de l'insouciance et où l'on pouvait associer la jeunesse aux plaisirs (dont ceux de la chair)...La caricature des jeunes ados qui "baisent comme des lapins" parce qu'ils ne savent plus quoi faire de leurs temps libre, c'est terminé...l'époque est tellement anxiogène entre les retraites, la peur de ne pas avoir un travail, les crises climatiques. De même nous faisons peser sur les jeunes une énorme vigilance et responsabilité qui est super positive en soi (contraceptif, apprendre le consentement, prévenir le sexisme) mais qui visiblement n'empêche pas les jeunes de continuer à regarder des films pornographiques où la femme est violentée...

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

En bref je suis parfois un peu inquiète sur la nouvelle génération. J'ai l'impression qu'il y a certains jeunes ultra renfermés sur eux même, moins incités au partage, à l'altérité, et donc, au plaisir (au plaisir qui se partage). Alors que paradoxalement ils sont plus présents qu'avant sur les réseaux sociaux, mais est-ce un vrai échange? Enfin je ne suis pas non plus si pessimiste que cela mais je me mets à la place de cette nouvelle génération et je me dis que cela doit être très difficile pour elle de grandir sereinement dans ce contexte de fous..
 
Je réagis à ce message car il y a quelques phrases que je lis très souvent et ça me perturbe (c'est limite HS par rapport au sujet j'avoue)


De quelles conséquences motrices et cognitives parles-tu ? J'ai l'impression de lire ce discours très souvent au détriment de la mise en avant des études sur le sujet qui (à mon avis) sont nettement plus nuancées.
:hesite:
Ah ben non malheureusement les sources scientifiques aussi sont ultra alarmistes et de moins en moins nuancées, du moins si l'on parle des bébés, enfants et pré ado. Je suis hyper renseignée mais j'avoue que c'est un peu une préoccupation de daronne :yawn:
Je peux te retrouver des articles dans la presse (le monde, telerama...) qui sourcent aussi des liens de revues scientifiques (en anglais)
Exemple : https://www.telerama.fr/enfants/eloignez-les-enfants-des-ecrans,n6407845.php

Je suis désolée c'est que pour les abonnés à telerama (je t'avais dit que c'était réservé aux darons comme préoccupation hahaha).
Tu as aussi un reportage d'envoyé spécial sur le sujet avec une médecin généraliste qui témoigne et des scientifiques.
Enfin il y a bcp de sources sur ce sujet il me semble.

Plus sérieusement je partage aussi la suite de ton message, le but n'est pas d'être caricatural et de voir les "jeunes" comme des abrutis ou des paresseux. En revanche la multiplication des écrans et du temps passé dessus à des effets sur nous tous, des bébés aux adultes c'est certain !
 
  • Big up !
Reactions : Patate dorée

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes