Je trouve ça amusant de voir que tout le monde commente en disant "Moi j'aurais réagis" (ici ou sur facebook). C'est comme tous ces gens qui disent "Moi, j'aurais été résistant pendant la seconde guerre mondiale".

Oui, je comprends qu'on ait envie de penser ça de soi-même... Mais dans les faits, la réalité est que la majorité des gens ne réagissent pas. Et que donc, potentiellement, il y a de fortes chances pour qu'on ne réagisse pas non plus.

J'ai été témoin de deux agressions.
La première, je devais avoir 16 ans, j'étais encore au lycée. En attendant mon bus, j'ai vu un mec se faire piquer son portable et recevoir un coup de poing dans le visage. Il était tout seul contre trois mecs. On était une bonne dizaine à l'arrêt de bus, personne n'a réagi. J'avais peur, et j'ai baissé la tête comme une bonne lâche. Pour ma défense, j'avais 16 ans, j'étais toute petite et toute maigre, j'aurais pas pu faire grand chose. Sauf que j'ai rien fait du tout. Et je m'en suis beaucoup voulue par la suite.

La deuxième, c'était il y a 2-3 ans, j'avais donc vingt ans. J'ai vu un mec commençait à se faire tabasser par deux autres mecs, tous les trois étaient, cette fois encore, bien plus grands et costauds que moi. Le danger était le même. Pourtant ce coup là, je me suis interposée. J'ai croisé le regard de la victime, je me suis sentie impliquée personnellement, et du coup j'ai réagis. Je m'en suis pris une, j'ai interpellé un homme qui étais à côté de moi, il s'est interposé à son tour et plusieurs autres passants ont suivi.

Pourquoi je me suis impliquée une fois et pas l'autre ? Qu'est ce que je ferais la prochaine fois ?
J'en sais rien, et ça me fait bien flippé.
 
  • Big up !
Reactions : Neyane
J

julienne

Guest
Cette article est totalement vrai, mais parfois il suffit d'une seule personne pour inverser la non prise de position des gens autour!
j'ai déjà constater ce phénomène dans la vrai vie, et pas dans un journal ou sur un article! et pourtant mon père à réussi a inversé la tendance! Un jour avec ma famille, on bronzait près d'une rivière pendant les vacances, et là on a entendu un gamin d'à peine 8 ans appeler à l'aide parce qu'il se noyait (enfin il était surtout entrain de se faire entrainer par le courant), et personne n'a bouger! mon père est aller le repêcher, et seulement à ce moment les gens autours de nous ont commencé à faire quelques choses!
 
  • Big up !
Reactions : Neyane
Le film 38 témoins remue bien à ce sujet.

J'essaie moi-même de travailler ma capacité d'intervention et mon attention mais dans les cas où j'aurais pu intervenir dans des trucs tout bête, je me suis trouvée médusée. Comme quelqu'un qui tombe de vélo sur les rails du tram à un mètre de moi par exemple. A chaque fois, je m'immobilise et je fais "baeh" et quelqu'un réagit à ma place. Je ne sais pas pourquoi j'hésite à me sentir concernée. Je ne suis pas quelqu'un de très téméraire. Cependant lorsque je vois des gens se faire un peu trop emmerder près de moi, je tente de plus en plus d'aider. Je n'ai jamais eu à faire à des cas très graves d'agressions mais parfois, sous l'arrêt de bus, j'ai vu des filles qui se faisaient clairement harceler par des hommes qui venaient leur toucher le visage pour leur demander une cigarette... Pour le moment mon "intervention" s'est limité à un regard assassin ce qui est assez inutile j'en conviens... Mais je garde un oeil sur ce qui se passe et si jamais je constate que la fille est vraiment gênée, je pense que je lui viendrai en aide verbalement.
J'espère que si un jour je me trouve témoin d'une situation très délicate, j'aurais plus de réflexe et de courage. J'ignore pourquoi je me sens bloquée. C'est sans doute la peur d'être ridicule ou un peu victime à mon tour. Mais ne serait-ce que pour mon estime de moi je veux vaincre cette paralysie. Et pour que les victimes ne se tapent pas en plus de l'agression, le traumatisme de l'abandon général comme certaines en témoignent ici. C'est vraiment un sujet terrifiant.
 
Vu que je suis du genre à me mettre dans des situations pas possibles, je serais fichue d'intervenir, quoi qu'il arrive... L'autre jour ( je ne sais pas si à force je suis sensible aux harceleurs de rue potentiels pour moi et pour lles autres), alors que je marchais dans la rue, j'ai entendu deux mecs derrière moi parler d'une fille marchant devant moi en parlant très bas de "salope". Je l'ai donc suivie du coin de l'œil et, même si j'étais pressée, me suis arrêtée quand ils l'ont alpaguée ( elle était au téléphone, je n'ai pas pu la prévenir, ou plutôt n'ai pas pensé à une "excuse"), et je suis restée pour intervenir. Elle les a iignorés et ils n'ont pas insisté, mais je le referai et j'interviendrai si il le faut.
 
T

terrific-fluffy-bunny

Guest
Je suis intervenue un coup, avec le recul je me demande si j'avais bien fait...

On était environ 4 éméchées à sortir après la fac (il devait être grand max minuit, voire moins), en gros manteaux donc pas trop reconnaissables niveau visage; et on passe dans une rue et là y'a un type qui parle avec une meuf sur un ton poli et tout mais la nana était complètement braquée et ça se voyait qu'elle voulait pas lui parler et qu'elle essayait de rentrer dans l'immeuble sur le pas duquel elle était.
Quand on est arrivées, le type s'est mis à parler moins fort encore et la nana s'est mis à parler plus fort et à regarder dans notre direction.
On a marché quelques mètres, puis j'ai dit: "les filles, je crois qu'elle a un problème en fait"
alors on est restée comme ça à trois mètres, et le mec regarde dans notre direction, se fige, et continue de parler très poliment.
Mais la fille se contient de moins en moins bien, elle finit même par l'insulter; on reste encore et encore, parce qu'intervenir ça aurait été disproportionné à ce stade-là.
La fille finit par lui claquer la porte au nez et le mec au bout d'un moment se casse type furax.
Et là on pige qu'en fait c'était une prostituée et c'était son mac.
On change de rue, quelques mètres plus loin, on traverse et là le mec revient avec sa caisse et on était à ça de se faire écraser par ce connard. Je sais même pas si c'était volontaire ou s'il nous avait reconnues.

Avec le recul, j'ai eu des remords dans le cas où ça a peut-être pu avoir des répercussions sur la fille en question. Pas sur nous, parce qu'avec les capuches, il ne peut sûrement pas nous reconnaitre aujourd'hui. Et peu importe, ça n'aura pas le même type de répercussion sur une femme qui dépend de lui que sur 4 étudiantes qui n'ont aucun lien avec.
Mais là c'est un cas extrême.

Normalement on ne devrait pas hésiter à agir, il y a 99% de chances que ce soit la meilleure chose à faire-et c'est tellement plus facile à dire...
 
Je crois que l'article et les différents commentaires précédents ont bien résumé le gros problème que pose la réflexion sur la non-assistance à personne en danger: c'est simple d'en parler mais qu'est-ce qu'on ferait vraiment si on se retrouvait témoin d'une agression?
J'ai bien l'impression que la plupart du temps, on se retrouve bloqué ou on ne pense pas à réagir parce qu'il est aussi compliqué de réellement cerner le danger. Quand une personne se fait insulter dans les transports en commun, elle est en danger ou pas? C'est compliqué de juger comme ça.
D'ailleurs, il y a quelques semaine, j'ai eu affaire à cette situation dans le métro de Lille (il va avoir une bonne réputation après): un homme handicapé mentalement s'est mis à insulter une femme pas loin de moi. J'aurais pu dire un truc, mais j'ai rien fait parce que je ne savais pas s'il fallait laisser couler à cause de l'handicap de cette personne, ou si c'était à la personne insultée de réagir.
 
Comme d'autres l'ont dit, c'est difficile de savoir si l'on interviendrait. Moi quand je vois quelqu'un se faire emmerder, j'ai toujours peur d'intervenir alors que ce n'est pas la peine, parce que la personne s'engueule simplement avec quelqu'un qu'elle connaît, ou parce que la situation n'en a pas besoin. Par exemple, quand je me fais aborder dans la rue à coups de "Eh mademoiselle, t'es mignonne.", je dis ta gueule au mec et je trace ma route, jamais je ne ressens le besoin qu'on m'aide, voire même je préfère qu'on ne m'aide pas parce que ça pourrait envenimer la situation. C'est difficile de savoir à partir de quel moment il faut réagir.

Sinon, un truc à retenir si un jour vous vous faites agresser (ce que je ne vous souhaite pas) : il faut interpeler directement les gens. C'est-à-dire qu'au lieu de crier "Aidez moi", il vaut mieux s'adresser directement à une personne bien précise. De cette façon, elle va se sentir concernée et obligée d'agir.
Et si, comme j'ai lu dans certains commentaires, vous avez peur d'intervenir parce que vous ne vous sentez pas de taille, pensez bien qu'une fois que vous aurez réagi, d'autres personnes se manifesteront sûrement.


Et pour terminer (mon pavé), je tiens à dire que c'est déjà une bonne chose de vouloir intervenir, de dire "Si ça avait été moi, j'aurais réagi.", c'est déjà un pas vers le mieux. :) Personnellement, j'essaie de me "désinhiber" en aidant simplement des gens autour de moi. Quelqu'un qui n'arrive pas à choper un paquet en haut d'une étagère au supermarché, aider quelqu'un à ramasser ce qu'il a fait tomber, etc. Comme ça je me dis que le jour où je serais face à un vraie situation d'urgence, peut-être que j'oserais réagir...
 
sill;4708870 a dit :
Et pour terminer (mon pavé), je tiens à dire que c'est déjà une bonne chose de vouloir intervenir, de dire "Si ça avait été moi, j'aurais réagi.", c'est déjà un pas vers le mieux. :) Personnellement, j'essaie de me "désinhiber" en aidant simplement des gens autour de moi. Quelqu'un qui n'arrive pas à choper un paquet en haut d'une étagère au supermarché, aider quelqu'un à ramasser ce qu'il a fait tomber, etc. Comme ça je me dis que le jour où je serais face à un vraie situation d'urgence, peut-être que j'oserais réagir...
C'est assez vrai ce que tu dis.

Je me souviens d'un jour, au supermarché, une petite vieille essayait de prendre une brique de lait dans le pack, et n'arrivait pas à l'ouvrir. Un homme est passé à côté, il a sorti un couteau de sa poche, l'a utilisé pour ouvrir le pack de lait d'une autre marque, et est reparti, sans aider la pauvre petite vieille qui galérait. Mettre un coup de canif dans le plastique du lait que convoitait cette dame, ça lui aurait pris quoi, cinq secondes ? Ca m'a agacée de le voir ignorer totalement cette dame, et je me suis dit "Merde, si elle avait un vrai problème, si elle faisait une crise cardiaque au milieu du magasin, il réagirait pas non plus !"
Du coup j'ai aidé la dame en question (qui m'a remerciée chaleureusement et m'a tenue la jambe cinq minutes pour me raconter sa petite vie). Et j'ai méprisé ce type tout mon saoul.

Mais c'est vrai que si on prend l'habitude d'aider les gens dans des situations banales de la vie de tous les jours, on mets plus de chances de son côté pour aider en cas de situation grave ou de danger.
 
Salut à toutes,

J'ai bien lu tous vos messages ; ayant assisté à une agression il y a pile une semaine, tous vos témoignages, ainsi que l'article, m'a beaucoup intéressé (et aidé).

Pour être rapide : en pleine journée en pleine rue, je vais prendre le bus avec mon amoureux lorsque je tourne la tête et voit à 30mètres de nous une nana en train de parler violemment avec un type. Il lui met soudain un gros coup de poing dans la gueule et là je me mets à crier quelque chose comme "OH STOP STOP STOP" mais je ne bouge pas encore.

Là mon amoureux a couru vers eux, du coup je me mets à courir aussi. Le timbré entre coup s'est reculé et a disparu à l'angle de la rue. Je parle à la fille pour savoir si ça va, elle me dit qu'elle connait pas le type, qu'il l'a emmerdé, qu'elle ne s'est pas laissé faire. Et là le type revient et lui saute dessus hyper violemment, à coups de poings et de pieds. Mon amoureux lui a sauté dessus dans le dos pour le tirer en arrière qu'il lâche la pauvre fille et moi j'étais paralysée. Tétanisée par la peur je ne pouvais même pas plier mes bras. Du coup je gueulais le plus fort possible.

Des gens sont enfin intervenus (le quartier était désert, c'était dimanche de pâques) mais ils étaient comme moi, sans mettre les mains (en même temps, y'avait la pauvre fille, le timbré et mon amoureux dans un espèce de méli mélo à terre...). Bref, le mec se relève, lâche la fille, chope mon mec par le col et là instinct de survie j'ai sauté sur le mec. J'arrivais pas à bouger en le voyant toucher à la fille (en y réfléchissant, inconsciemment j'avais peur pour moi je crois), j'arrivai pas à bouger en les voyant tous les trois, mais quand il a prit à parti mon amoureux j'ai eu la peur de ma vie et là tout mon corps a réagit.

Je l'ai juste attrapé très fort par le bras droit du peur qu'il frappe mon amoureux et je lui ai supplié de partir. Je me serai mise à genoux s'il le fallait, je ne devais pas faire peur, je ne lui disais pas que j'allais "le tuer" ou quoi je lui ai juste supplié de toute mon âme d'arrêter.

Dieu merci il a lâché mon copain et est parti en courant...

Moralité : peut-être que si je n'avais pas vécu ça, moi aussi j'aurais pensé être prête à intervenir en cas d'agression, mais en vrai, mon Dieu comme c'est dur. Pour ma part, voir quelque chose d'aussi violent m'a fait tellement peur, pour moi, pour les autres, que j'en étais tétanisée. Je me suis sentie très lâche après coup, car au début je n'arrivais que à crier, mais sur le moment, impossible de faire autre chose... Je pense que si ça m'arrive à nouveau (pitié que ça ne m'arrive plus jamais >< !!) j'essayerai de moins me faire bouffer par les sentiments "primaires" (moi avoir peur) mais j'espère réussir à plus réfléchir (appeler à l'aide --> faire intervenir les gens --> appeler les flics...)

Voilà, c'était mon petit témoignage - le genre de truc qu'on n'oublie pas facilement... et qui remet en doute nos capacités à agir, qu'on croyait connaitre :dunno:
 
moi aussi j'au vu des trucs comme ça, mais comme j'ai que 15 ans c'est un peu chaud ^^ il y avait un jour dans le bus bondé une renoi de mon age qui c'etait assise a coté d'un sdf baraqué , pas tres clair . le mec a decretee quelle etait trop proche de lui donc il l'a attrapée par les cheveux , l'a balancé au fonddu bus et l'a frappé avec ses points et avec ses rangers , au visage dans le dos et au ventre . elle criait , mais les autres rigolaient carrement , a la fin elle etait en pleur , en sang , et des gars on vite fais tenté de rattraper le gars , et toutes les filles etaient choquee et essuyaient la fille . Je pouvais vraiment rien faire , ça me rend folle que les gens soient tellement habitués a la violence qu'ils en rigolent et n'aident pas ....
 
gotmilk;4709300 a dit :
Salut à toutes,

J'ai bien lu tous vos messages ; ayant assisté à une agression il y a pile une semaine, tous vos témoignages, ainsi que l'article, m'a beaucoup intéressé (et aidé).

Pour être rapide : en pleine journée en pleine rue, je vais prendre le bus avec mon amoureux lorsque je tourne la tête et voit à 30mètres de nous une nana en train de parler violemment avec un type. Il lui met soudain un gros coup de poing dans la gueule et là je me mets à crier quelque chose comme "OH STOP STOP STOP" mais je ne bouge pas encore.

Là mon amoureux a couru vers eux, du coup je me mets à courir aussi. Le timbré entre coup s'est reculé et a disparu à l'angle de la rue. Je parle à la fille pour savoir si ça va, elle me dit qu'elle connait pas le type, qu'il l'a emmerdé, qu'elle ne s'est pas laissé faire. Et là le type revient et lui saute dessus hyper violemment, à coups de poings et de pieds. Mon amoureux lui a sauté dessus dans le dos pour le tirer en arrière qu'il lâche la pauvre fille et moi j'étais paralysée. Tétanisée par la peur je ne pouvais même pas plier mes bras. Du coup je gueulais le plus fort possible.

Des gens sont enfin intervenus (le quartier était désert, c'était dimanche de pâques) mais ils étaient comme moi, sans mettre les mains (en même temps, y'avait la pauvre fille, le timbré et mon amoureux dans un espèce de méli mélo à terre...). Bref, le mec se relève, lâche la fille, chope mon mec par le col et là instinct de survie j'ai sauté sur le mec. J'arrivais pas à bouger en le voyant toucher à la fille (en y réfléchissant, inconsciemment j'avais peur pour moi je crois), j'arrivai pas à bouger en les voyant tous les trois, mais quand il a prit à parti mon amoureux j'ai eu la peur de ma vie et là tout mon corps a réagit.

Je l'ai juste attrapé très fort par le bras droit du peur qu'il frappe mon amoureux et je lui ai supplié de partir. Je me serai mise à genoux s'il le fallait, je ne devais pas faire peur, je ne lui disais pas que j'allais "le tuer" ou quoi je lui ai juste supplié de toute mon âme d'arrêter.

Dieu merci il a lâché mon copain et est parti en courant...

Moralité : peut-être que si je n'avais pas vécu ça, moi aussi j'aurais pensé être prête à intervenir en cas d'agression, mais en vrai, mon Dieu comme c'est dur. Pour ma part, voir quelque chose d'aussi violent m'a fait tellement peur, pour moi, pour les autres, que j'en étais tétanisée. Je me suis sentie très lâche après coup, car au début je n'arrivais que à crier, mais sur le moment, impossible de faire autre chose... Je pense que si ça m'arrive à nouveau (pitié que ça ne m'arrive plus jamais >< !!) j'essayerai de moins me faire bouffer par les sentiments "primaires" (moi avoir peur) mais j'espère réussir à plus réfléchir (appeler à l'aide --> faire intervenir les gens --> appeler les flics...)

Voilà, c'était mon petit témoignage - le genre de truc qu'on n'oublie pas facilement... et qui remet en doute nos capacités à agir, qu'on croyait connaitre :dunno:
Tu sais, rien que le fait de crier, c'est quelque chose. Ça attire l'attention des gens et ça fait prendre conscience à l'agresseur que les gens n'en ont pas rien à foutre. Être tétanisée par la peur, c'est autre chose que de ne pas réagir parce qu'on hésite.
 

skippy01

Peau lisse partout, justice nulle-part.
Mais est-ce que ça existe, des formations pour se débarrasser de l'effet témoin ? Parce que c'est inconscient, ce qui fait que quand il nous atteint, on ne le sait même pas. J'ai vu quelques témoignages de gens qui n'ont compris que tardivement qu'ils ont été touchés par l'effet témoin et c'est super rageant de se faire troller par notre propre cerveau sans qu'on n'en sache rien.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes