AlixM

Équipe madmoiZelle
Ce sujet est dédié aux réactions concernant ce post : On a demandé à un champion comment se (re)mettre à l’équitation
karime-laghouag-interview-640x400.jpg

Lire la suite ...


 

Mijou

Pouet Pouet
C'est sympa d'avoir plusieurs articles sur l'équitation, mais en tant qu'ex-enseignante formée à l'école de la démocratisation de l'équitation, certaines choses me font un peu tiquer. Il faut garder à l'esprit que c'est un cavalier professionnel de niveau olympique, de concours complet, qui parle...
Certes, une condition sportive, des abdos gainés, et une grande tonicité est un atout, mais non, ce n'est pas indispensable pour pratiquer la plupart des disciplines équestres en loisir.
Pas besoin d'être taillée comme Serena Williams pour partir en randonnée une semaine ou même enchaîner un parcours d'obstacles à 1m !
Même niveau protection des chutes. Avec un bon gilet de protection et un casque homologué (je suis d'ailleurs très étonnée qu'il ne soit pas plus rappelé dans l'article la nécessité des équipements de protections...) + une monture, des infrastructures et des exercices adapté.e.s à son niveau, le risque de blessures est quand même vraiment réduit. D'ailleurs on court plus de risques de se blesser à pieds en s'occupant des chevaux...

L'équitation est l'un des rares sports à cumuler autant de disciplines et à permettre de gommer les frontières physiques entre les personnes, puisque le corps est utilisé différemment de la plupart des autres sports, que l'effort physique n'est pas violent, et que le psychisme, et notamment la sensibilité/écoute, est ultra important.

Enfant, j'étais en sur-poids important. Bien évidemment, j'étais la risée de toute la classe à chaque séance de sport... au cheval, j'étais parmi les plus performantes, car mon corps n'était plus un handicap et que ma sensibilité me donnait des atouts énormes pour comprendre le cheval (on me refilait tous les chevaux un peu speed car j'étais très posée et j'arrivais à les gérer sans qu'ils stressent de trop).

Je trouve que le propos est quand même excluant (mais je ne jette pas la pierre à Karim Lagouhag, il parle de ce qu'il connait : le complet à haut niveau où effectivement une excellente condition physique est indispensable), et c'est dommage pour un sport qui permet de regrouper autant de physiques, d'âges et d'envies/objectifs différents. Je pense que j'aurais aimé un rappel indiquant qu'il est possible de pratique en loisir sans être un grand sportif, et bien évidemment, un rappel sur la nécessité d'avoir un bon équipement de protection...

[EDIT 1 : il est également possible (et même bénéfique !) de pratiquer l'équitation lorsqu'on est porteur de handicap(s), y compris moteur(s), y compris en compétitions Handisports, donc le coup de la condition physique affutée... c'est non seulement excluant mais en plus, c'est faux !]

[EDIT 2 : Peut-être aurait-il été plus judicieux d'interroger sur ce sujet une personne avec une formation d'enseignant.e tous publics, plutôt qu'un champion olympique et son coach, même si cela vend moins du rêve...]
 
Dernière édition :
Je suis contente de lire plus d'articles sur l'équitation ! Ça me fait plaisir qu'on mette l'accent un peu sur l'aspect sportif, c'est très frustrant d'entendre toujours qu'on n'en touche pas une alors que c'est clairement faux !
Il est vrai qu'on n'a pas besoin nécessairement d'être un athlète (vu le commentaire du dessus) mais ça c'est comme tout sport. On peut le faire avec l'intensité que l'on veut et il y a des disciplines qui peuvent être vraiment pépères. Cela dit en fonction du cheval qu'on monte, de ce qu'on en fait, parfois il vaut quand même mieux-être en bonne condition physique.
Maintenant être en léger surpoids n'empêche pas d'avoir des muscles et d'avoir une bonne capacité de gainage et pour avoir un bon maintient, une bonne position et pour donc avoir une bonne monte un minimum est quand même requis, et franchement après une semaine de rando perso je ne sens plus mes jambes ni mes abdos ahah
Je ne pense que c'était une injonction à être en forme physique parfaite, mais plutôt un conseil qui peut aider à la remise en forme avant de recommencer ou de commencer tout court, histoire de se sentir plus à l'aise et plus maître de soi.

J'ai arrêté pendant presque 6mois avec le Covid et j'ai été malade, je n'étais pas à l'aise du tout quand j'ai repris car je n'avais plus d'endurance, plus de souffles, et plus de gainage du tout. Et je ne fais rien de haut niveau mais pourtant j'ai vraiment ressenti le besoin de me refaire une forme physique pour retrouver mes capacités d'il y a à peine quelques mois. Je pense que c'est juste dans ce sens là. On peut se sentir plus à l'aise à l'idée de recommencer si on se sent déjà plutôt en forme dans son corps, ça peut déjà aider quoi.

En tous cas je le vois très bien depuis que je prends des médicaments pour mon cœur qui me rendent plus faible. Je vois que je n'ai plus la même force et vitalité, et je sens que ça impacte ma monte et que je dois l'adapter. Ça pourrait peut-être m'aider de faire un peu de cardio à côté pour que je puisse plus facilement suivre.

Je suis d'accord avec les conseils donnés, c'est bien de voir qu'il y a plus de bienveillance qu'avant, qu'on pousse moins à la performance et à la monte à la brute !

J'ajouterais comme conseil être bienveillant envers soi-même, et patient. Ne pas se comparer aux autres ou à soi-même d'avant. Parfois on a honte de ne pas être assez bien ou pas assez au top, on veut performer et le regard des autres peut influencer notre monte. On peut-être super dur envers soi-même et se forcer à faire plus que ce qu'on ne veut faire juste parce qu'on veut être aussi bien que les autres. Le pire quand on recommence c'est la douleur de voir qu'on n'a pas le niveau d'antan et ça peut bloquer ou au contraire forcer à tout faire trop fort, trop vite, à notre détriment et au détriment du cheval.
Donc accepter d'être débutant, de ne pas savoir et qu'on doit tout apprendre ou réapprendre, ça permet de ne pas se faire tout un foin de (re)commencer :)
(Je dis ça car moi-même ça m'a beaucoup bloquée, et mon copain qui a 35ans aimerait commencer mais il a super honte de débuter et a peur d'être jugé. Il ne vient au manège que quand il n y a personne et qu'il est sûr qu'on ne va pas le voir.. )
 

Mijou

Pouet Pouet
@Monanged Là où ça me gène, c'est qu'on a la point de vue d'un athlète olympique dont le leitmotiv dans l'article, c'est : soyez en forme physiquement : gainé.e.s, toniques, etc. pour ne pas vous faire mal en tombant... C'est pratiquement le seul propos de l'article.
Alors que l'équitation est le seul sport où l'on voit des pratiquants qui fument à haut niveau et qui picolent et bouffent comme 4 les veilles d'épreuve !

C'est un sport, ça c'est clair, mais finalement, si l'on exclue les chutes, il fait partie des sports "doux" au même titre que le yoga. Si pratiqué intelligemment en loisir, il permet de muscler en profondeur et en douceur.
Mon osthéo valide totalement la pratique de l'équitation, en m'interdisant de chuter :cretin:

Et la plupart des chutes peuvent être évitée, comme je le disais, en adaptant la monture, l'exercice, les infrastructures et l'enseignement au niveau du cavalier (niveau technique, physique et psychique). Là dans l'article, on nous parle d'une cavalière qui a trouvé la mort sur un parcours de cross Grand National, pas d'une cavalière loisir. C'est comme si on parlait des risques des accidents de la route en évoquant les accidents qui surviennent en F1, ça n'est pas comparable...

Et si la chute est inévitable, il existe aujourd'hui quantités d'équipements de protection (certes qui ont un coût, mais pour le prix d'une paire d'étriers f***j**p tellement à la mode, on trouve des gilets autogonflés qui protège quasiment aussi bien que les Air Bag) qui protègent très très bien. J'ai chuté les côtes sur une barre avec un de ces gilets, je n'ai même pas eu de bleu ni de courbatures.

Bref, en tant qu'ex-enseignante, je trouve que la parole sur une reprise de l'équitation d'un point de vue psychologique (parce que c'était à la base la question de l'article) ne devrait pas parler exclusivement de la condition physique. Parce que tou.te.s les cavalièr.e.s qui n'ont pas cette excellente condition physique vont conserver leur peur.
Karim Lagouhag n'étant pas enseignant, il n'apporte aucune réponse adaptée au cavalier lambda qui veut juste se faire plaisir à cheval le week-end... C'est un.e enseignant.e qu'il aurait fallu interroger, tout simplement parce que la pédagogie, la gestion émotionnelle, physique et technique des cavalier.e.s "tout public", c'est un métier.
Je n'irais pas faire un cross olympique, et Karim Lagouhag n'ira pas animer un cours de parents de cavalier.e.s qui décident de s'y mettre parce que c'est rigolo, que ça permet de s'aérer la tête, de souffler un moment et de partager le café loin des contraintes de la vie quotidienne... Chacun son boulot.
 
@Mijou je suis assez d'accord avec tes propos en soi. Je pense juste qu'on a peut-être une approche un peu différente de la monte, il est vrai que je recherche aussi des résultats plus ou moins précis (outre la complicité et le plaisir) donc pour moi l'aspect athlétique est un facteur à prendre en compte. Cela dit j'ai aussi été monitrice et ma mère est toujours monitrice également, elle se spécialise en priorité dans le coaching pour les personnes plutôt dans une tranche d'âge âgée. Des personnes qui veulent commencer à 50ans, et clairement c'est pas une équitation qui va demander beaucoup de tonus, ça va être plus axé sur le plaisir et la découverte et donc les propos du champion vont moins résonner et effectivement des conseils plus axés sur la psychologie seraient plus utiles pour ces gens (mtn que j'y pense. D'ailleurs la plupart de ses cours font aussi thérapie, elle en plaisante mais c'est vraiment une tendance forte qu'ont ses clients à parler parler parler et décortiquer, analyser le ressenti, et maman se transforme en psy le temps d'une heure, avec comme outil pour se révéler à soi-même le cheval). Moi je donnais plus cours à des adolescents et des jeunes adultes, et là ses propos font quand même sens, par rapport à leurs attentes et les pratiques exigées. La majorité veulent quand même une pratique un minimum sportive.
Et qu'importe l'équipement, la pratique et le cheval, on tombera un jour. Ça aide quand même de bien maitriser son corps et d'être à l'aise en cas de mouvement plus "hard". Enfin, on peut l'éviter un maximum, je ne suis tombée qu'une fois ces dix dernières années, mais n'empêche ça peut arriver, c'est inhérent à ce sport. Mais oui un peu texte sur les protections possibles aurait pu être un plus !
(Exemple con mais même le cheval le plus gentil du monde peut faire un écart. Si le cavalier n'a aucun tonus et se laisse porter tranquillou il va-tout bonnement rester sur le place alors que le cheval sera déjà 10m plus loin . Moi je le voyais plus ainsi son conseil).

Je dois avouer que j'étais contente de lire aussi plus de bienveillance quant au fait qu'il ne faut pas avoir honte de demander un cheval pépère, d'expliquer qu'on veut juste être tranquille, faire un peu de balade, qu'on ne doit pas nécessairement remonter après une chute qu'il faut savoir s'écouter.
Il y a 15ans on ne disait pas ça du tout, donc j'avoue ne pas avoir pensé à ce que l'article aurait pu ajouter, j'étais déjà contente ahah. Mais tes points sont valides, je suis plutôt d'accord
 
Je pense que c'est quand même important de préciser que c'est bien de reprendre un peu de gainage, même si l'objectif est "juste" la découverte des joies du poney avec Caramel au cours adultes du jeudi soir. J'ai vu des gens qui, voyant tout le fun qu'avaient leurs gamins au poney-club, ont voulu essayer. Iels ont fait une, deux séance, et ont dit "Oh ça fait trop mal aux muscles j'arrête", pour parler ensuite de leur frustration d'avoir arrêté... Alors que quelques exercices réguliers auraient complètement réglé le problème !
De la même façon, cellui qui reprend après un long arrêt aura la reprise (lol) vachement plus facile s'iel a pris un peu de temps avant pour refaire travailler les muscles du poney.
Je suis entièrement d'accord que tout le monde n'a pas les mêmes envies et objectifs, mais je pense que l'équitation étant un sport, une amélioration de la forme physique ne peut qu'augmenter le plaisir obtenu par sa pratique. On profite mieux d'une rando quand on est capable de marcher à côté de son cheval sans souffrir et on se fait plus plaisir au cours des adultes avec Caramel quand on sait qu'on ne mourra pas de douleur le surlendemain à cause des courbatures et qu'on a suffisamment de tonicité pour pouvoir à la fois tenir et agir sur son poney. Quant à la chute, elle arrive forcément un jour, alors si on a pu en limiter les conséquences avec un peu de gainage et d'assouplissement, c'est mieux. Sans parler de se blesser, marce que la majorité des chutes sont bénignes, un airbag n'empêche pas de tomber dans une mauvaise position et de se froisser un muscle parce qu'on manque de souplesse.
Et psychologiquement, c'est peut-être aussi plus facile d'arriver au poney club en septembre en se disant "Je me suis préparée cet été, je me sens en forme, je vais m'éclater avec mon poney".
 
Article très interessant pareil je suis contente qu'enfin on explique que oui le cavalier est aussi un sportif et que monter ce n'est pas juste " rester assis" remarque que j'ai entendue 1000 fois durant mes six ans d'équitation. Mais il n'est abordé que la question de la condition physique. Personellement je n'ai pas arrêté pour ça et même si l'équitation me manque je n'ai pas trouvé de solutions. Le seul club d'équitation accessible de chez moi faisait tourner ses poney beaucoup trop à mon gout et ne mettait l'accent que sur le côté sportif passer les galops etc... tandis que j'étais beaucoup plus intéressée par le rapport à l'animal chose qui au final n'est que très rarement mise en avant. Là où j'en faisais on récupérait le poney qui sortait de son cours et on le desselait après le notre. J'ai fini par croire que la seule manière d'approfondir sur la relation au cheval le dressage etc c'était de posseder son propre cheval et malheureusement je ne peux pas me le permettre...
 
Je n’ai pas fait d’équitation depuis 13 ans (oh mon dieu...). J’aimerais bien m’y remettre mais le prix est assez élevé (ce n’est pas forcément une critique car je ne suis pas sûre que la plupart des clubs roulent sur l’or). Je crois qu’on avait parlé sur un autre article mais c’est difficile de trouver un ou une enseignante bienveillante. C’est déjà pas évident de monter sur un animal d’une demi-tonne, quand les autres personnes du cours ne sont pas très sympas, on est encore plus stressé, le cheval le sent et c’est le serpent qui se mord la queue.
Moi aussi j’aurais préféré travailler sur la relation avec le cheval et sur le dressage (je n’aime pas trop ce mot mais bon ça s’appelle comme ça) mais dans les clubs près de chez moi l’accent était surtout mis sur les galops et les concours d’obstacles (alors que j’ai pas du tout l’esprit de compétition lol).
Enfin ceux qui disent qu’on ne bosse pas assis sur notre cheval, je vous assure que ça vous fait travailler surtout le bas du corps. J’avais un de ces derrières :cucul:
 

Mijou

Pouet Pouet
@Noiz` J'ai régulièrement animé des reprises adultes, y compris débutants, et si l'enseignement est adapté et progressif, certes y'a des courbatures le lendemain qui peuvent même durer plusieurs jours, mais jamais au point de faire arrêter les gens... Enfin à chaque fois que j'ai monté ce genre de cours, clairement, je n'ai jamais eu ce genre de soucis, j'ai toujours fidélisé le groupe...
J'ai aussi emmené des adultes débutants en balade en montagne, toutes conditions physiques et j'avais régulièrement mes habitués.
Alors oui, c'est sur il faut y aller tout doux, faire de longues pauses, des étirements etc... mais c'est comme tout l'enseignement doit être adapté au public !
Il y a peut-être aussi un problème de communication sur la façon dont le cours est vendu, mais généralement, les adultes veulent y aller doucement : tout simplement parce que quand on est adulte, une blessure peut avoir des conséquences très problématiques, voires dramatique, impacter la vie des personnes dont on a la charge : on a un boulot où on peut pas se permettre de se faire arrêter, des responsabilités de vie de famille etc... En formation BP on avait eu un cours spécialement sur ce public-là, qui est peut-être le plus délicat à encadrer et faire progresser.

Mais clairement, pour moi en tout cas, la condition physique n'est jamais entrée en jeu dans la difficulté des adultes débutants ou se remettant à l'équitation...

PS : je suis en sur-poids et d'un abord très facile dans la discussion, donc les personnes par contre n'ont jamais été intimidée pour venir vers moi pour me parler de leur crainte d'être trop lourd.e pour le cheval par exemple. Je suis sûre que si ça avait été un problème de condition physique, ils.elles me l'aurait confié également.

Pour en revenir à l'article, moi ce qui m'a gênée c'est qu'on ne parle quasiment QUE de la condition physique, en la mettant en avant comme LA solution pour éviter les chutes...
Tu vois, moi finalement je vois plus ce genre de réactions :" mais j'ai pas d'abdos et je suis essouflé.e très vite, alors le cheval c'est pas pour moi." Plutôt que de motiver et rassurer, je pense que l'article sous cette forme va surtout bloquer pas mal de gens... Alors oui, toute activité est plus facile et agréable quand on a une bonne condition physique... mais ce n'est pas pour autant qu'on ne peut pas prendre de plaisir à pratiquer un sport (et justement pour retrouver de la condition physique !) quand on n'est pas très sportif.ve ou musclé.e/en souffle etc... J'ai envie de dire, la VIE quotidienne est plus agréable quand on n'est pas essouflé.e après avoir monté des escaliers, qu'on peut porter son panier de linge sans galérer, etc...
Mais c'est pas pour autant qu'il faut s'interdire des choses parce qu'on est pas sportif.ve...

Bref, je le trouve excluant, et spécialement, comme je l'ai dit, pour les personnes porteuses de handicap, alors que l'équitation peut se pratiquer, y compris en compétition, des handicaps physiques même importants.
 
Dernière édition :

Faol

Help, it's again
Pour rebondir sur les commentaires précédents concernant les raisons d'arrêter, je monte à cheval depuis 18 ans maintenant, et j'ai la chance d'avoir trouvé, depuis 9 ans, un club bienveillant vraiment focalisé sur le bien-être de l'animal. Avant de le découvrir, j'avais d'ailleurs arrêté l'équitation pendant 6 mois, après avoir quitté le centre équestre où j'étais jusqu'alors parce que je ne supportais plus sa façon d'appréhender ce sport et de traiter les chevaux qui y étaient. Je n'y prenais plus aucun plaisir, j'avais peur, et surtout je me sentais infiniment mal de monter quand il était clair que les chevaux n'étaient pas bien dans leur tête et n'avaient pas envie d'être là. D'ailleurs, dans mon club actuel, beaucoup de personnes viennent du centre équestre que j'ai moi-même quitté, et pour les mêmes raisons ! Une fois le changement fait, j'ai commencé par du TREC, qui est une discipline d'extérieur que j'apprécie beaucoup, où la compétition peut se faire en équipe et où les règles sont beaucoup moins rigides que d'autres disciplines (on peut monter sans mors, les équidés autres que chevaux/poneys sont acceptés...). Et maintenant, depuis quelques années, je fais surtout de l'éthologie, et c'est le bonheur. Beaucoup de travail à pied, monte en licol ou en cordelette, travail en liberté... Travail sur soi-même aussi, je ne me suis jamais autant détendue que depuis que je fais de l'éthologie ! D'un naturel très stressé, je transmettais mon mal-être aux chevaux, donc ça se passait mal, donc je prenais peur, cercle vicieux. Maintenant, peu importe ce qui se passe dans ma vie personnelle, dès que je franchis la barrière du club, mes angoisses disparaissent, j'apprends à vivre le moment présent. Finalement, je monte "moins" au sens strict, mais je monte mieux, sur beaucoup d'aspects, et mes monitrices l'ont bien remarquée :happy: La consécration quand l'une d'elle me confie, pour un cours, une ponette qui a la réputation d'avoir la bouche dure et d'être difficile à arrêter, parce qu'elle me perçoit comme une personne zen (une personne zen ! Moi !) à la monte plus légère au niveau des aides, et qu'elle veut voir comment la ponette se comporte avec moi...
Bref. Ce genre de club est malheureusement rare, mais il existe, et de plus en plus ! Ne perdez pas espoir :jv:
 
En tous cas merci à @Mijou d'avoir soulevé ce point concernant le validisme car je n y avais pas pensé du tout. Ma petite sœur est handicapée, elle a fait de l'équitation adaptée pendant quelques semaines et c'est grâce à elle que j'ai commencé quand j'ai vu que ma petite sœur n'avait peur alors que j'étais moi-même terrifiée, j'ai voulu essayer aussi. Ma mère a fait des formations handisport, et a une grosse préférence pour ces cours là.
Elle a fait aussi beaucoup d'équi-motricité et je l'ai aidée pendant un moment, et il est clair quand là ce n'est plus une question de physique mais de mental et d'infrastructures adaptées.
Moi-même je dois adapter ma monte à mon coeur les jours où je suis trop faible.

Et malgré ça je n'y avais pas pensé une seule seconde. C'est fou, même en étant concernée et de près, ça m'était sorti de la tête.

En tous cas les autres commentaires rejoignent aussi une envie d'une équitation plus éthique, plus en accord avec une envie de communion et partage avec l'animal et le rejet de la pratique typique un peu usine des manèges et ça fait grand plaisir ! Ça bouge dans le bon sens.

Ma meilleure amie a repris il y a deux semaines après qq années d'arrêt car elle n'a pas de cheval et le manège où elle était n'était pas éthiquement correct. Elle a trouvé une écurie super, pas du tout usine à leçons, dans le respect des besoins du cheval et du cavalier et elle en est ravie. Elle doit rouler une heure de plus pour y aller mais c'est un calcul qui pour elle en vaut la peine. Elle se l'est fait recommandé par ma mère qui était en contact avec la propriétaire.
Je crois que pour elle la réussite de la reprise s'est joué sur la confiance, elle a beaucoup parlé avec la proprio pour parler de ce dont elle avait envie, de ce qu'elle ne voulait pas et ce qui l'avait fait s'arrêter. Elle y allée sans pression, sans craindre d'être jugée et avait déjà visité l'écurie avant de prendre une leçon et ça l'avait déjà bien rassurée
 
  • Big up !
Reactions : Mijou
J'ai commencé l'équitation à l'âge adulte. S'il y a bien un truc que je ne regrette pas, c'est d'avoir débuté par des cours particuliers. C'est plus cher mais pas tant que ça (dans mon club c'était de l'ordre de +25%), et vraiment, on progresse beaucoup plus vite, et je n'avais pas peur d'être jugée "nulle" par les autres. J'ai trouvé que ça laissait aussi beaucoup plus de place au prof pour expliquer la relation avec le cheval.
Au bout de 6 mois quand j'ai rejoint le cours collectif adulte, tout le monde pensait que j'en faisais depuis des années.
En plus c'était très flexible, ce qui m'arrangeait bien avec mes horaires pro aléatoires.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes