Peut-on être féministe et croyante ? Chrétiennes, juives, musulmanes, elles racontent leurs paradoxes

22 Mai 2015
404
3 791
2 304
Donc en gros, pour concilier religion abrahamique et féminisme, les femmes interviewées ont choisi de réécrire leur religion. Je pense effectivement que c’est la seule manière de faire mais on peut toujours se demander si à partir d’un certain seuil de transformation, on n’a pas plutôt crée une nouvelle religion sans oser aller au bout du truc en la qualifiant de nouvelle religion justement.
 
Dernière édition :
17 Décembre 2021
278
4 002
154
@LadyOscar D'un côté, je comprends ce que tu veux dire, de l'autre je pense que c'est oublier que la religion, d'autant plus pour les personnes pratiquantes, c'est en grande partie culturel, pas simplement spirituel. Donc oui, c'est sûr que sur les textes, sur ce qui est "vrai" ou "bon" religieusement, sur les croyances en tant que telles, elles réinterprètent, voire réinventent, mais, hormis pour les personnes converties adultes (cela dit, je connais une féministe radicale convertie au judaïsme, par exemple, et manifestement, dans "son" courant, ça n'a pas l'air d'entrer en contradiction avec ses convictions féministes), la religion c'est aussi beaucoup de souvenirs d'enfance (j'ai beau être athée apostate, j'aurais toujours mes saintes préférées :lunette: ) , de traditions familiales, etc. Voire d'héritage historique ! j'imagine que quand on est née dans une minorité religieuse, quand on a des ancêtres parfois encore vivant qui ont connu la persécution pour leur religion, quand ça fait partie de ta fierté familiale mais aussi d'une forme de traumatisme intergénérationnel, parfois, c'est juste impensable de se dire, et encore plus de dire aux siens : je ne veux plus être de cette religion. Ou rien que quand t'as été élevé là dedans depuis toute petite, que ta pensée s'est construite autour d'une divinité, d'un culte, ben, c'est compliqué de réorganiser sa pensée autrement.
D'ailleurs, ça me fait penser qu'autant je connais des convertis "sur le tard" (qui passent d'athée ou agnostique à croyant-pratiquant d'une religion, ou qui passent d'une religion à une autre), autant je ne connais pas d'athées "sur le tard" (des croyants-pratiquants qui arrêtent de l'être à un âge adulte), tous les athées que je connais ont été soit élevés par des familles athées, soit, comme moi, n'ont juste jamais "réussi" à croire malgré une famille religieuse et ce dès l'adolescence, voire l'enfance.

Je comprends qu'on puisse ne pas vouloir quitter sa communauté, voire améliorer ce qu'on peut dedans pour les autres femmes présentes.
Sans compter que les espaces religieux sont souvent ceux où on trouve le plus facilement des espaces en non-mixité, voire les premiers espaces non-mixtes que l'on rencontre enfant. J'étais absolument fascinée par les couvents quand j'étais petite ! Je pense franchement que si j'avais été croyante, ça aurait été un environnement qui m'aurait tout à fait plu.
Mine de rien, je connais énormément de gens qui se sont politisés par le biais de la religion. Forcément, quand on dit ça, on peut de suite penser à des extrémismes religieux (du genre il faudrait que la vie du pays soit organisé en fonction de la religion), ou à la Manif pour Tous, ou aux royalistes français (et j'avoue que oui, il y a une bonne part des personnes à qui je pense en disant ça qui collent à ce profil) MAIS c'est oublier les assos religieuses qui une action sociale, les gens qui sont venus au militantisme politique parce qu'ils ont fait l'expérience d'antisémitisme ou d'islamophobie, ceux qui sont venus à la gauche par le Secours Catholique et des œuvres sociales de leur communauté religieuse, les prêtres et sœurs ouvrier.es... Bref, ça peut être une porte d'entrée, sans doute que ça a été une porte d'entrée dans le féminisme pour certaines aussi, quitte à se détacher finalement un jour de la religion ou pas.

(Clairement, pour moi, j'ai détesté mes années de catéchisme, mais j'ai adoré visiter des communautés monastiques, voir qu'on pouvait vivre en communauté de femmes, voir tout ce qu'elles savaient faire, et surtout voir comme ça me plaisait m'a clairement amené vers le féminisme : je voulais la même chose, mais sans religion ! :yawn: )
(Et les documentaires sur les monastères seront toujours mon ASMR préféré avant de dormir ! :cretin: y'a rien de tel que de regarder des vieilles et des jeunes faire du jardinage, et chanter, et aimer, ensemble !)
 
Dernière édition :
22 Mai 2015
404
3 791
2 304
@Budgies je suis d'accord avec toi. Tu peux avoir envie de garder ta religion comme un genre de "doudou" tout en développant des idées féministes. Et oui, se définir comme athée pour une personne ayant grandi dans une religion peut résonner comme laisser de côté, voir renier une partie de soi. Pour le coup, je connais des gens qui sont devenus non croyants une fois adultes et se désignent maintenant comme "culturellement de telle religion mais non croyants" car ils veulent signifier le fait que ça fait toujours partie d'eux d'une certaine façon. Et ils continuent de pratiquer certains aspects de leur religion (sans évoquer l'aspect non croyant quand ils le font avec des croyants). Et je comprends tout à fait ce choix. Certains diront que c'est hypocrite mais je pense juste que c'est une manière de concilier les différents aspects de leur identité. Moi même j'ai été élevée dans la religion catholique. D'ailleurs j'ai aimé faire du catéchisme et j'apprécie beaucoup l'ambiance des églises, la préparation des fêtes, les chants et les rares fois où j'assiste à des messes, il m'arrive d'apprécier ce qui s'y dit (quand le prêtre ne colle pas aux textes et parle de choses très actuelles avec bcp de bienveillance et d'empathie pour les autres). Je peux même trouver ça très inspirant. Donc oui, je comprends complètement qu'on soit attaché à sa communauté, au côté action sociale et au folklore (dans le bon sens du terme) tout en n'adhérant pas du tout au dogme et aux textes religieux. Et pour moi, c'est ok.
MAIS dans le même temps je pense qu'il faut être honnête et ne pas occulter les choses. La Bible ce n'est pas du tout bienveillant. C'est sexiste et pro-esclavagiste (entre autres choses). Ce qu'on sait de Jésus et son message, c'est ce qui en est retranscrit dans les évangiles. Si on considère que ces textes sont faux, bah il ne reste pas grand chose. Il n'y a pas d'autres sources pour nous transmettre ce message (sauf si on considère des trucs très généralistes non propres aux religions abrahamiques style écouter sa conscience/son coeur). Et même allez disons qu'on considère que 50% des textes racontant la vie et le discours de Jésus sont faux, qui choisit ceux qu'on garde? La Bible en elle-même est déjà un tri. Donc quoi, on peut, chacun dans son coin ou avec un petit groupe, choisir de reconsidérer certains livres qui ont été écartés et de virer ceux qu'on n'aime pas ? Pourquoi pas et encore une fois chacun est libre de sa foi et de pratiquer sa religion comme il le souhaite. Mais à un moment il faut peut-être accepter que c'est ça qu'on a créé : sa religion. Et du coup, oui on a évacué le côté sexiste de sa religion mais pas de la religion à laquelle on se rattache officiellement.
 
Dernière édition :
23 Septembre 2021
14
269
49
25
Les personnes qui témoignent on un regard critique sur les institutions c'est super interessant de voir comment on peut construire des alternatives.

Mais elles évoquent très peu les fondements de la religion, qui sont tout aussi sexiste que les institutions. Je vais rester sur le christianisme car c'est ce que je connais le mieux, mais dans la Bible on trouve par exemple (TW: ça peut être violent et difficile a lire, sexisme, homophobie):

" Lorsqu’une femme conçoit et met au monde un garçon, elle sera rituellement impure durant sept jours (...) Si c’est une fille à laquelle elle donne naissance, elle sera rituellement impure deux semaines comme lors de ses règles"

"Si deux hommes ont des relations homosexuelles, ils ont commis un acte abominable ; ils seront mis à mort et porteront seuls la responsabilité de leur mort."

"Si un homme rencontre une jeune fille non fiancée, qu'il s'empare d'elle et couche avec elle et qu'on les prenne sur le fait, l'homme qui a couché avec elle versera au père de la jeune fille cinquante pièces d'argent et devra l'épouser puisqu'il l'a violée.De plus, il ne pourra jamais la renvoyer tant qu'il vivra."

"N'arrête tes yeux sur la beauté de personne, et ne demeure pas au milieu des femmes ; car des vêtements sort la teigne, et de la femme l'iniquité de l'homme." (Ecclésiastique 42:9-14)

"Que la femme reçoive l'instruction dans un esprit de paix et de parfaite soumission. Je ne permets pas à une femme d'enseigner en prenant autorité sur l'homme."

"Femmes, soyez soumises à vos maris, comme vous l'êtes au Seigneur. Car le mari est le chef de sa femme, comme le Christ est le chef de l'Église" (éphésiens 5:22-33)

Et il y en a beaucoup d'autres, j'ai pas tout source par pure flemme mais je peux retrouver si besoin.
Du coup j'aimerais beaucoup demander aux croyantes, comment vous justifiez/surmontez ça? J'ai deja entendu que c'était une histoire de traduction, mais j'ai du mal a voir comment une autre traduction pourrais en changer le sens si radicalement. Ou alors que ces textes ne font pas vraiment partie de la Bible, mais c'est possible, de choisir a ce point ce qu'on prend et ce qu'on laisse? c'est pas contraire aux enseignements du christianismes? (ce n'est pas une question réthorique pour provoquer, je me pose sincèrement la question)
 
22 Mars 2021
75
1 085
194
27
Donc en gros, pour concilier religion abrahamique et féminisme, les femmes interviewées ont choisi de réécrire leur religion. Je pense effectivement que c’est la seule manière de faire mais on peut toujours se demander si à partir d’un certain seuil de transformation, on n’a pas plutôt crée une nouvelle religion sans oser aller au bout du truc en la qualifiant de nouvelle religion justement.
Alors je vais parler de mon cas : féministe et chrétienne (protestante réformée), parce que c'est ma religion que je connais le mieux, mais ça m'intéresse beaucoup d'avoir les avis de féministes juives et musulmanes.
Je ne suis pas vraiment d'accord avec ce que tu écris. Je trouve ça assez méprisant (et j'ai vu plus bas que tu comparais le fait d'être croyante au fait d'avoir un doudou, bonjour l'infantilisation !) de décider à la place des croyantes qu'on crée une nouvelle religion, c'est comme si tu disais qu'on n'est pas des vraies chrétiennes parce qu'on choisit de s'intéresser plus au message global d'Amour de l'autre qu'aux (beaucoup moins nombreux !) passages sexistes de la Bible. Je suis chrétienne parce que je crois en Dieu, je crois en la Trinité, je crois que tout être humain à une âme, je crois en l'Esprit Saint qui est partout, je crois que le Christ est mort pour nos péchés et je trouve du soutien dans ma pratique de la prière face aux épreuves de la vie. Le fait que je sois une militante féministe, que j'ai fait des études dd genre, que je ne sois pas soumise à mon conjoint, etc... ne devrait pas m'exclure de la religion à laquelle j'appartiens. Je trouve ça assez injuste, parce que, lorsque ce sont des réactionnaires type Manif pour Tous ou Printemps Français qui décident de se centrer sur les cinq ou six versets (sur plus de 31 000 !) qui s'opposent à l'homosexualité masculine, et qui à côté font mine d'oublier les centaines et centaines de passages qui parlent de l'accueil des populations migrantes, là personne ne leur dit qu'ils ne sont pas vraiment chrétiens, qu'ils font du cherry-picking et qu'ils devraient créer leur propre religion. :mur:
Pour répondre à la question de @petitponeygris sur comment je "surmonte" le fait qu'il y ait des versets sexistes ou homophobes, et ben honnêtement avant de discuter avec des athées anti-religion je ne me posais pas la question. J'avais toujours vu des femmes être pasteures ou prédicatrices laïques, enseigner la Bible, animer des cultes, le premier mariage religieux auquel j'ai assisté de ma vie était un mariage lesbien (et c'était des années avant la loi du mariage pour tous en France), donc vraiment je ne trouvais pas le féminisme et le christianisme incompatibles. Concernant les versets que tu cites, je considérais simplement ces passages comme des témoignages historiques sur la façon dont vivaient les premières tribues des descendants de Jacob, il y a très très longtemps, sachant que la plupart des lois qui sont présentes dans l'Ancien Testament sont complètement obsolètes de nos jours. Aujourd'hui, on ne considère pas une femme comme impure deux semaines après avoir accoucher d'une fille, tout comme on ne tue pas le premier-né mâle de chaque portée d'animaux (mouton, bœuf, poulet etc.), on ne fait pas des sacrifices d'animaux dès qu'on a une prière à adresser à Dieu (et ça, ça occupe une beaucoup plus grande place dans l'Ancien Testament que l'idée de soumission de la femme), on ne considère pas que si une femme devient veuve avant d'avoir eu des enfants, le frère de son mari est obligé de l'épouser et que si il refuse de l'épouser elle doit lui cracher au visage et lui enlever sa chaussure et il sera déshonoré, les parents ne demandent pas aux anciens de la ville de lapider leur fils adolescent si il se bourre la gueule, on ne considère pas les chiens comme des abominations aux yeux de l'Éternel, ... et je pourrais continuer comme ça pendant des heures avec tout un tas de lois qui existent dans la Bible mais que personne ne penserait sérieusement à appliquer en France en 2022. Il s'agit de textes qui ont été écrits non seulement il y a très longtemps, mais aussi à plein de périodes différentes et par des gens très différents. Par exemple, sur le viol, on trouve, rien que dans l'Ancien Testament, d'abord l'idée que si un homme viole une jeune fille, tous les mâles (hommes, enfants, nourrissons) de sa ville doivent être tués par les frères de la victime, puis le passage que tu as cité où, là, le violeur peut épouser sa victime (mais quelle horreur ! :goth: ), puis, le fait que si le viol a lieu dans les champs le violeur doit être lapidé mais que si le viol a lieu en ville le violeur peut épouser sa victime (re :goth:). Les textes se contredisent, en fonction sans doute des lois en place au moment de leur écriture.
Je ne suis pas en train de dire qu'il n'y a pas de sexisme dans la Bible, et c'est d'ailleurs peu surprenant pour un texte écrit (majoritairement ?) par des hommes, il y a des milliers d'années, dans un monde patriarcal, mais je trouve que ceux, aux sein des institutions religieuses, qui cherchent à mettre en avant ce sexisme comme l'un des messages principaux du christianisme font à mon avis preuve de beaucoup de malhonnêteté et cherchent avant tout à trouver une justification religieuse à leur misogynie.
Bref désolée de ce long message un peu brouillon. En me relisant, je me trouve un peu "sèche" dans ma réponse à @LadyOscar , donc je précise que je ne suis pas en colère ou quoi que ce soit contre toi :fleur:, c'est juste que ton propos sur le fait de créer une autre religion fait écho à des discours que j'ai beaucoup entendus précédemment (en particulier quand des personnes que j'ai connu par les milieux militants "découvrent" que je suis croyante et me demandent de me justifier) et sur lesquels je voulais réagir.
 
23 Mars 2016
1 986
20 718
2 574
37
Belgique
@petitponeygris Je vais te répondre pour ma part. Je me considère comme catholique, pas très pratiquante (notamment à cause de certains sermons rétrograde d'un des curés de ma paroisse quand j'étais jeune et qui me mettaient très en colère). Mais je reste croyante à ma façon.
Je n'ai pas étudié les textes bibliques en profondeur, mais je considère en gros que l'ancien testament comporte beaucoup beaucoup de choses à jeter, ou à contextualised. Beaucoup de textes de l'ancien testament ne sont pas les enseignements de Dieu, mais des interprétations humaines et patriarcales de "la loi de Dieu" et donc pas la Parole de Dieu.
Je garde donc en gros juste les 10Commandements qui sont l'esprit de base de la Religion et c'est à peu près tout.
La religion judaïque s'est ensuite fourvoyée et c'est pour cela que Dieu a envoyé Jésus pour diffuser la bonne parole. Jésus qui diffuse une Parole d'amour, d'acceptation, de paix, d'égalité, de pardon, qui respecte les femmes.

Ensuite, je suis de nouveau bien plus critique sur les épîtres et autres psaumes qui ne sont pas la Parole de Dieu pour moi, mais de nouveau des interprétations d'hommes et en tant que telles, elles sont à contextualised et ne pas prendre pour argent comptant.
 

KittyKiller

Vieux chat.
21 Juin 2008
4 931
21 554
5 734
Paris
Si les textes sont effectivement centraux dans les religions révélées, la question de leur interprétation est aussi ancienne que les traces historiques des textes eux-mêmes ! En particulier, l'opposition entre lecture ésotérique / exotérique est systématique, quel que soit le livre sacré. La seconde ayant clairement une dimension politique - qu'on considère que ça ait été pour donner du poids aux lois, régler les moeurs de la communauté, ou établir / maintenir une domination ; pas étonnant donc que l'interprétation plus ou moins au pied de la lettre varie avec les contextes historiques, et heureusement. Mais la lecture non-littérale n'est pas un éloignement de la religion, au contraire ! Elle peut même être l'acmé de la pratique religieuse, la seule manière de s'approcher de la connaissance de Dieu (bon, évidemment, les courants fondamentalistes ne seront pas d'accord). D'où l'importance des exégèses.

Mais ce que je mentionnais juste avant témoigne bien de la complexité de la question de l'orthodoxie : la multiplicité des sectes rend impossible l'identification extérieure d'une religion vraie s'appuyant sur un texte sacré - il y a les différentes pratiques concourantes, mais aussi l'évolution du dogme au cours du temps : est-ce que Vatican II est à considérer comme fondateur d'une 'nouvelle religion" ? Non si on considère que l'Eglise catholique représentée par le Pape est dépositaire de la règle. Et à part pour des courants radicaux, l'argument de la remontée aux sources ou à la littéralité primaire du texte n'en est pas un (littéralité souvent perdue d'ailleurs pour cause de traductions et d'évolution naturelle de la langue ! d'où un redoublement de la question de l'herméneutique - il y a perte dans la transmission de la parole de Dieu car elle doit se faire par le truchement d'une langue humaine, à part bien sûr l'hébreu biblique, considérée comme langue naturelle de Dieu, mais même là, c'est comme le latin, va traduire des concepts contemporains sans circonvolutions, et puis il y a le problème des voyelles non écrites, d'où l'importance de la transmission orale / de personne à personne).

Donc ça ne me choque absolument pas de voir des pratiquantes concilier leurs valeurs avec des textes qui s'y opposent par endroits - les religions vivent, ont toujours vécu, et quant à décider si une évolution ou une secte est une hérésie, ce n'est certainement pas une prérogative de l'extérieur ; sans compter que l'idée que l'interprétation littérale est juste un moyen de tenir le "petit peuple" tranquille, et que la vérité est ailleurs, est vieille comme les traces historiques de l'herméneutique.
 
2 Août 2016
502
4 109
1 264
@poulaga je pense qu’aujourd’hui il y a des femmes « clergé » dans toutes les branches plus progressistes des religions monothéistes. Je sais qu’il y a beaucoup de femmes rabbins notamment, ça me surprendrait qu’il n’y ait pas de femmes imam ou prêtre ! Et pareil pour les « chapelles » LGBT+, on entend beaucoup parler des protestantes parce qu’on baigne dans la pop culture des États Unis, mais je t’assure qu’avec un petit peu de recherche tu peux trouver des synagogues queer-friendly (je parle de ce que je connais, mais je suis prête à parier que pour les mosquées et les églises c’est pareil !).
Et je voulais juste revenir rappeler qu’il n’y a pas de « clergé » dans le judaisme, le ou la rabbin n’est pas plus proche de dieu qu’un.e autre, c’est simplement la personne qui est censé.e avoir le plus étudié les textes sacrés (et les avoir interprétés aussi ! À l’école talmudique on n’étudie pas que le vieux testament, mais surtout ses innombrables interprétations !) et qui par conséquent est la plus à même à transmettre son apprentissage et de guider la communauté vers des actions qui correspondent aux valeurs dudit texte :) Donc c’est une figure d’autorité oui, et traditionnellement respectée dans la communauté à cause de ses connaissances, mais le rôle est plus analogue à un.e prof ou guide, iels n’ont aucun pouvoir « divin » sur les autres membres de la congrégation !
 
22 Mai 2015
404
3 791
2 304
@Myrtille Desbois alors je vais commencer par m'excuser pour le terme "doudou" parce que je ne voulais pas être insultante et qu'effectivement tu as raison de le prendre mal. Dans mon esprit il s'adressait plutôt aux personnes croyantes qui ne pratiquent pas une fois ado/adulte et n'ont pas de connaissances (même approximatives) des fondements, qui dise que la religion est amour et le justifie uniquement sur la base des souvenirs heureux d'enfance de certaines célébrations. Et ensuite ma connaissance du christianisme c'est la religion catholique. Du coup seuls les hommes accédent à la prêtrise et donc symboliquement prennent la place de Jésus. Donc en matière de sexisme ça commence bien. Tu as raison de rappeler que ce n'est pas le cas pour l'ensemble des mouvements chrétiens.
Maintenant là où je ne suis pas d'accord c'est sur ta lecture de ma Bible. Pour moi, on est plutôt sur 10% max de message d'amour avec une grande partie de ces 10% liée à des textes certes magnifiques (1ere lettre de St Paul aux corinthiens) mais qui sont des choses type psaume/cantique/passage poétique et ne sont pas des règles/principes de vie qui eux pour le coup ont souvent des côtés pas terribles quand on creuse un peu. Genre oui ok tu ne tueras point mais quand on lit le détail des lois cela s'applique aux membres de la communauté (ce qui certes inclue les étrangers qui vivent au milieu d'eux selon leurs lois je suis entièrement d'accord) mais ça exclue les peuples voisins et les esclaves. Si tu tues un esclave qui ne t'appartient pas, tu le rembourses à son maître et basta. Et dans le genre textes affreux dans leur ensemble, il y a largement ce qu'il faut (par ex, Job). Globalement les morales des textes qui font un peu contes sont très discutables du point de vue bienveillance et prône plutôt l'obéissance et la crainte de Dieu.
Pour la madz qui fait la distinction ancien testament (les truc qui craignent) et le nouveau (le beau message d'amour), je ne suis pas du tout d'accord. Déjà parce que st Paul (ou en tout cas les textes qui lui sont attribués) c'est le nouveau testament et, mis à part le texte précédemment cité, c'est globalement ultra misogyne avec des passages pro-esclavagisme par ci par là. D'après les évangiles, Jésus ne vient pas modifier la loi mais la renforcer. Il est aussi particulièrement vague et pas très clair dans ses explications en général et ne précise pas qui est désigné par "son prochain" qd cela lui est demandé. Les passages connus comme "que celui qui n'a jamais pêché lui jette la première pierre" sont vraiment les meilleurs passages. Le reste est assez confus et pas toujours très bienveillant. Donc même en considérant uniquement le nouveau testament, le message d'amour ne transparaît pas des masses.
 
Dernière édition :
2 Juin 2021
321
1 742
204
36
J'ai été élevée dans un environnement chrétien/protestant, je m'en suis détachée en fin d'adolescence mais depuis je m'intéresse à toutes sortes de religions et spiritualités.
Comme l'une des filles de l'article, je pense que les textes sacrés sont des textes avant tout écrits par des hommes qui pensaient traduire une "parole divine" et, vu l'évolution de notre humanité, le patriarcat a complètement teinté les religions tandis qu'elles se développaient.

Je pense que c'est une très belle évolution que les femmes croyantes et féministes se réapproprient leurs religions, qu'elles réinterprètent les textes avec la dimension sociale et politique de notre époque.

Ça permet d'évoluer. Si on reste campé sur la position "la religion est patriarcale, donc je la rejette", ça n'améliore en rien le fait qu'effectivement la religion est patriarcale.

Un point que je trouve important, c'est que la croyance religieuse ou spirituelle semble avoir toujours fait partie de l'humanité. Du coup ça me semble logique que plein de gens croient à des trucs. Et si ces "trucs" sont potentiellement oppressifs, je trouve ça assez sain finalement que des croyants décident d'exprimer une vision plus progressiste (ça va avec l'époque aussi, l'aspect social du moment) tout en continuant à se rattacher à ladite religion. Encore une fois pour moi c'est l'évolution qui veut ça.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes