je milite au parti de gauche et je crois que si j'y aurais pas été il y a plein de choses que je n'aurais jamais appris.. comme la nécessité de gérer l'eau publiquement, l'abération de Notre Dame des Landes, des réflexions sur la décroissance avec Paul Ariès.. bon ce n'est pas parfait c'est sûr, il y a des sujets qui restent un peu tabous comme l'euro mais on apprends!

et je rajoute que ça permet de sortir de chez soi et de rencontrer du monde!
 
steffie;4836760 a dit :
je milite au parti de gauche et je crois que si j'y aurais pas été il y a plein de choses que je n'aurais jamais appris.. comme la nécessité de gérer l'eau publiquement, l'abération de Notre Dame des Landes, des réflexions sur la décroissance avec Paul Ariès.. bon ce n'est pas parfait c'est sûr, il y a des sujets qui restent un peu tabous comme l'euro mais on apprends!

et je rajoute que ça permet de sortir de chez soi et de rencontrer du monde!
Hors sujet mais : Je suis contente de lire qu'au PG la sortie de l'euro est un sujet tabou. C'est la seule chose qui me fait hésiter à adhérer (c'est un des partis dont je me suis rapproché), même si j'ai l'impression que les débat évoluent doucement à ce sujet.

Sinon c'est sur qu'on y apprend plein de choses. Au PG dans ma ville, ils organisent des petits cours dans leur "section jeune". J'ai pu y découvrir des économistes comme Karl Polanyi et des points de vue/concepts qui m'étaient étrangers même si je m'intéresse beaucoup à ces questions !
 
myrtille_;4836778 a dit :
steffie;4836760 a dit :
je milite au parti de gauche et je crois que si j'y aurais pas été il y a plein de choses que je n'aurais jamais appris.. comme la nécessité de gérer l'eau publiquement, l'abération de Notre Dame des Landes, des réflexions sur la décroissance avec Paul Ariès.. bon ce n'est pas parfait c'est sûr, il y a des sujets qui restent un peu tabous comme l'euro mais on apprends!

et je rajoute que ça permet de sortir de chez soi et de rencontrer du monde!
Hors sujet mais : Je suis contente de lire qu'au PG la sortie de l'euro est un sujet tabou. C'est la seule chose qui me fait hésiter à adhérer (c'est un des partis dont je me suis rapproché), même si j'ai l'impression que les débat évoluent doucement à ce sujet.
oui j'espère qu'on va de plus en plus en discuter. surtout qu'en Espagne nos camarades de Podemos sont pour une sortie. et ils sont en accord avec nous sur plein d'autres choses
 
steffie;4836804 a dit :
myrtille_;4836778 a dit :
steffie;4836760 a dit :
je milite au parti de gauche et je crois que si j'y aurais pas été il y a plein de choses que je n'aurais jamais appris.. comme la nécessité de gérer l'eau publiquement, l'abération de Notre Dame des Landes, des réflexions sur la décroissance avec Paul Ariès.. bon ce n'est pas parfait c'est sûr, il y a des sujets qui restent un peu tabous comme l'euro mais on apprends!

et je rajoute que ça permet de sortir de chez soi et de rencontrer du monde!
Hors sujet mais : Je suis contente de lire qu'au PG la sortie de l'euro est un sujet tabou. C'est la seule chose qui me fait hésiter à adhérer (c'est un des partis dont je me suis rapproché), même si j'ai l'impression que les débat évoluent doucement à ce sujet.
oui j'espère qu'on va de plus en plus en discuter. surtout qu'en Espagne nos camarades de Podemos sont pour une sortie. et ils sont en accord avec nous sur plein d'autres choses
Je ne savais pas que Podemos était pour la sortie, c'est une très bonne nouvelle ! D'ailleurs c'est étonnant puisque Nouvelle Donne se réclame de Podemos et sont loin d'être pour la sortie de l'euro si je me souviens bien... Enfin, je me trompe peut être !
 
Personnellement, au quotidien,j'essaie de lutter contre toutes les formes de sexisme possible envers les femmes. Pour autant, je ne me sens pas militante, mais ton article me pousse un peu plus à me dépasser pour mes valeurs ^^
 
Là, à chaud, cet article me gêne aux entournures, et le truc c'est que je n'arrive pas à cerner pourquoi. Le ton est peut-être un poil trop optimiste vis-à-vis du militantisme. Ce qui heurterait ma nature pessimiste. Ou alors, ce n'est pas que ça ne m'intéresse pas, mais je ne me sens pas du tout concernée vu que militer au sein d'une association ne me correspond pas. Ou alors, j'aurais aimé en savoir plus sur ce qui peut clocher dans une asso/un parti, parce qu'en réalité c'est relativement abstrait pour moi. Drôle d'effet que me fait cet article...?    J
 
iseriaqueen27;4838512 a dit :
destynova;4837088 a dit :
iseriaqueen27;4836347 a dit :
myrtille_;4834810 a dit :
C'est un appel à celles qui ne voudraient absolument pas prendre part dans une organisation : Pourquoi ?

Comme dit dans l'article, le militantisme, c'est convaincre les autres, c'est être subjectif.

C'est les raisons pour laquelle je refuse de militer.
1/ j'ai autre chose à foutre que de "jouer aux échecs contre un pigeon", comme faire ma vie par exemple. Ce qui prend déjà pas mal de temps.
Big up à la Madz qui a capté l'expression ;)

2/ L'auteure de l'article a précisé que personne n'est réellement objectif et elle n'a pas tord. C'est difficile d'être objectif en """temps normal""", alors en étant une militante, c'est peine perdue.
Je préfère m'approcher le plus possible de l'objectivité. Donc pas de militantisme pour moi.

Et il faut ajouter à ça mon caractère individualiste (qui n'a rien à voir avec l'égoïsme, je le rappelle) et dilettante...
Donc non, pas de militantisme.



EDIT : Je souhaite être bénévole dans une association. Pourtant je ne me considère pas comme militante. Pourquoi ? Parce que son but est de faire rencontrer des personnes, pour leur faire échanger leurs connaissances, pas de changer le monde.
Hello :)

Sur le second point, je ne dis pas que tout les militants sont objectifs, ni que tous les non militants ne le sont pas. Mais se dire qu'en ne militant pas on sera forcément plus objectif c'est un peu chaud comme idée je trouve.

C'est pas parce qu'on prend une position qu'on est moins objectif. Par ailleurs militer, ça signifie dans beaucoup de domaines prendre énormément de renseignements et pas se contenter des ressources accessibles au grand public. Ça t'oblige aussi à voir la réalité du terrain, à réfléchir sur les chiffres qu'on te donne, à les confronter avec d'autres chiffres, croiser des infos, et essayer d'entreprendre des choses pratiques en rapport avec à la fois les infos que tu trouves et les besoin du terrain. Ok il y aura toujours "plusieurs réalités" mais je vois pas comment on peut être plus proche des faits que ça. Enfin surtout, je ne vois pas comment en "prenant de la distance" on peut soudain se proclamer plus objectif que les gens qui ont pour le coup souvent plusieurs échos de ce dont ils parlent.

Si être objectif ça signifie en fait ne pas se mêler des problèmes et se contenter d'un avis basé sur des infos qui ne viennent pas forcément du milieu concerné... ben non c'est pas être objectif.

C'est pas forcément les personnes les plus extérieures à un problème ou une situation qui sont les plus objectives. Au contraire, ces personnes n'ont pas tous les éléments ni une vison complète de la situation (donc qui comprend ses problématiques) pour pouvoir prendre des décisions adaptées.

Tu parles aussi comme si les militants choisissaient une position PUIS militeraient pour cette position, ce qui feraient qu'ils sont moins objectifs. C'est plutôt le contraire, c'est sur la base de tous les renseignements qu'ils ont pris qu'ils vont choisir une position, leur position est documentée et réfléchie.
La plupart du temps quand je parle à des gens qui ne sont pas militants de la cause que je défends, ils ont une opinion, mais basée sur beaucoup de préjugés. C'est moi qui leur apporte des chiffres. Ou bien parfois ils en ont mais ne savent pas les expliquer. Je ne dis pas que j'ai raison sur tout, mais en quoi une personne qui ne s'est pas renseignée est-elle plus "objective"?

D'ailleurs c'est une illusion de penser qu'en restant "neutre" on ne prend pas parti et donc qu'on est objectif. Dans le domaine des discriminations sociales par exemple, si tu restes neutre, que tu le veuilles ou non, tu es quand même impliqué, et plutôt en défaveur des personnes discriminées. C'est une image (reprise d'une personne que je n'affectionne pas forcément) mais si tu vois un éléphant et une souris se battre, et que tu ne fais rien, tu es du côté de l'éléphant. Être objectif c'est reconnaître qu'il y a des déséquilibres. En ne faisant rien tu n'es non seulement pas objective mais en plus de toute façon tu prends déjà position involontairement. Donc en plus, refuser la position que le système te donne par défaut, c'est reprendre un peu de libertés sur tes opinions, donc être plus objectif.

Après si tu penses vraiment que c'est subjectif malgré tout ben ok, mais je préfère être subjective parce qu'il y a des moments où ça me parait plus important.

Quant au fait de faire changer les choses, je pense que sans militantisme, on ne serait probablement pas là, à discuter sur internet, on n'aurait pas le droit de vote, ni le droit de travailler, peut-être même pas le droit d'aller à l'école. Enfin, encore une fois, si des gens n'avaient pas pris de position et milité, le pouvoir serait juste allé à ceux qui le prennent. En ne faisant rien tu donnes l'avantage à ces personnes, ce n'est pas une position neutre ou objective.

Et puis s'il est difficile pour les militants de faire changer tout le système, il y a beaucoup d'actions qui changent quand même beaucoup la vie des gens qu'ils aident. Et puis c'est sur que c'est décourageant d'essayer de faire les choses à un niveau individuel, et qu'on se dit que c'est impossible, mais il faut voir le tableau général : il y a beaucoup de gens qui se battent pour que les choses changent, et toutes ces petites actions additionnées contribuent à ce que nous ayons un niveau de vie plus ou moins correct, accès à des aides, accès à des services de santé, accès à plein de choses dont on bénéficie tous les jours. Donc non c'est pas une perte de temps.

Après tout ça, si tu ne veux pas militer et que ça te confortes dans ta position il n'y a pas de problèmes, mais je pense que les raisons que tu évoques pour ne pas militer ne correspondent pas vraiment à ce qu'est le militantisme.

Tu crois que je ne sais pas ce qu'est être objectif ? Tu crois que je suis ignorante des discriminations ? Eh bien, je suis au courant. Je me renseigne, partout, afin d'avoir une vision la plus proche de la réalité. C'est ça l'objectivité, à ne pas confondre avec "fermer les yeux".
Parce que je peux t'assurer que les militants ont une fâcheuse tendance à modifier la réalité (en plus de prendre les non-militants pour des cons), parce que je préfère demander directement aux principaux concernés. Et quand je dis militants, je vise aussi bien les fascistes que les humanistes.


J'ai vu bien trop de fois des gens prêt à se mettre en grève, à manifester pour "La Cause", à agiter des banderoles d'un air convaincu et disparaître (chier dans leur froc ?) dès lors qu'il fallait agir pour de vrai. Je me souviens encore de la fois où j'ai été la seule à intervenir lorsqu'une nana a été agressée dans la rue par son mec, alors que des gens passaient juste à côté. Ouais, il était baraqué, il aurait pu me foutre KO d'une seule droite, mais je suis quand même intervenue.
J'ai été la seule à appeler lorsque ma voisine du dessus s'est faite tabasser par son mec.
Tu veux me faire croire qu'il n'y avait aucuns militants dans les parages à ce moment-là ? J'ai un doute.

Bref, merci pour le pavé, mais tant que les militants se conteront d'agiter des banderoles et de se réunir entre eux, je me passerais des leçons de morale. (Heureusement, certains agissent en plus de leurs activités auprès d'associations)

(D'ailleurs, je dois bien admettre que seules les associations du type Croix-Rouge, Croissant-Rouge, Médecins Sans Frontières trouvent réellement grâce à mes yeux)
C'est très bien d'agir quand il se passe quelque chose de grave, et tout le monde devrait le faire, à chaque fois. Mais il faut faire en sorte que ces choses n'arrivent plus. Les femmes qui se font frapper/violer dans la rue/par leurs compagnons/etc (je prends cet exemple pour que tu le cites), c'est pas des phénomènes isolés qui touchent des individus dans leurs coins. C'est un phénomène global qui touche une globalité qui forment un collectif d'individus. Il faut lutter pour que ça n'arrive plus et c'est pour ça que les organisations se forment, pour que des personnes décortiquent les causes de ces phénomènes, et ensuite s'organisent pour les combattre (et les détruire). Ces rassemblements d'individus sont importants car face aux arguments/expériences/idées des autres que on peut avancer. Et c'est ça qui nous permet de réfléchir collectivement aux modes d'actions à mener (peut importe la cause). Et on ne parle pas ici de changer le monde, mais juste de lutter sur des choses qui peuvent sembler toutes petites (la question des retraites par exemple), mais qui changent quand même la qualité de la société dans laquelle on vit ! :)

C'est pour ces raisons que je vomis le "cybermilitantisme" où les gens passent juste leur temps à la ramener sur des sujets parce qu'ils ont lu des articles à ce sujet (non non, je ne pense pas du tout aux "féministes de twiter" #ironie). Moi aussi j'ai cru que me renseigner sur des sujets et agir individuellement en parlant au sdf en bas de chez moi était quelque chose d'important, je sais que le cheminement est compliqué. Mais c'est un autre sujet.

Pour finir par un point Godwin, je ne respecte pas vraiment la Croix Rouge depuis que j'ai appris comment ils avaient aidés des dizaines de milliers de nazis (dont Eichmann) à fuir l'Allemagne pour l'Amérique du Sud à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. :sad:
 
destynova;4837088 a dit :
iseriaqueen27;4836347 a dit :
myrtille_;4834810 a dit :
C'est un appel à celles qui ne voudraient absolument pas prendre part dans une organisation : Pourquoi ?

Comme dit dans l'article, le militantisme, c'est convaincre les autres, c'est être subjectif.

C'est les raisons pour laquelle je refuse de militer.
1/ j'ai autre chose à foutre que de "jouer aux échecs contre un pigeon", comme faire ma vie par exemple. Ce qui prend déjà pas mal de temps.
Big up à la Madz qui a capté l'expression ;)

2/ L'auteure de l'article a précisé que personne n'est réellement objectif et elle n'a pas tord. C'est difficile d'être objectif en """temps normal""", alors en étant une militante, c'est peine perdue.
Je préfère m'approcher le plus possible de l'objectivité. Donc pas de militantisme pour moi.

Et il faut ajouter à ça mon caractère individualiste (qui n'a rien à voir avec l'égoïsme, je le rappelle) et dilettante...
Donc non, pas de militantisme.



EDIT : Je souhaite être bénévole dans une association. Pourtant je ne me considère pas comme militante. Pourquoi ? Parce que son but est de faire rencontrer des personnes, pour leur faire échanger leurs connaissances, pas de changer le monde.
D'ailleurs c'est une illusion de penser qu'en restant "neutre" on ne prend pas parti et donc qu'on est objectif. Dans le domaine des discriminations sociales par exemple, si tu restes neutre, que tu le veuilles ou non, tu es quand même impliqué, et plutôt en défaveur des personnes discriminées. C'est une image (reprise d'une personne que je n'affectionne pas forcément) mais si tu vois un éléphant et une souris se battre, et que tu ne fais rien, tu es du côté de l'éléphant. Être objectif c'est reconnaître qu'il y a des déséquilibres. En ne faisant rien tu n'es non seulement pas objective mais en plus de toute façon tu prends déjà position involontairement. Donc en plus, refuser la position que le système te donne par défaut, c'est reprendre un peu de libertés sur tes opinions, donc être plus objectif.
Je m'incruste dans la discussion parce que ce passage me fait tiquer.

J'aimerais bien comprendre ce que certains appellent "être neutre", dans ton message tu parles d'"être neutre" puis de "ne rien faire". Cependant je trouve qu'il y a une légère différence.

Pour l'histoire, il y a quelques jours je me suis (gentiment) plaint d'avoir du marcher en pleine chaleur pour rentrer chez moi parce qu'il y avait une manif qui bloquait les trams.
Suite à ça une connaissance m'est "tombée dessus" en ces termes :
"Arrête de faire ta princesse et pense à ces enfants morts tous les jours et que notre gouvernement soutien!!
Sans rentrer dans un débat, car ça ne m'intéresse pas, j'ai juste une chose à dire: ceux qui restent neutre fasse à une oppression (dites plutôt un génocide dans ce cas), c'est se ranger du coté de l'oppresseur."

A savoir que je ne savais même pas pour quoi ces gens manifestaient (contre ce qu'il se passe en Palestine).

Tout ça pour dire, bien sur comme tout le monde je trouve ça atroce ce qu'il se passe là bas et pourtant je ne fais RIEN par rapport à ça. Est ce que ça implique forcément d'être neutre ?

Parce que si c'est le cas je trouve ça extrêmement dommage, déjà parce que c'est un argument qui peut facilement repousser les gens, là par exemple ça ne m'a pas donné envie d'en savoir plus sur son opinion...

Et puise je pense qu'on ne peut pas être engagé/agir pour toutes les causes. Alors reprocher à quelqu'un de ne pas être engagé pour telle ou telle cause/partie... ça fait un peu classement des souffrances.

Je ne sais pas si mon message est bien clair... Mais j'aimerais bien avoir un avis posé là dessus, donc vu que tu en parles :fleur:
 
On mélange un peu tout là... Militer dans un parti politique, s'engager dans une asso ou être végétarien, par exemple, ce n'est pas superposable.

Le militantisme est prosélyte par essence, il cherche à convaincre, à rallier à sa cause (je n'invente rien : la racine étymologique, miles, c'est "soldat, combattant"). Ne pas confondre le militant avec le partisan, qui, lui, adhère simplement à une doctrine. Je ne suis pas sûre qu'on puisse parler de militantisme ou d'esprit partisan pour un végétarien par exemple.

Évidemment, tout militant ou partisan n'est pas englué à 100% dans une idéologie homogène. C'est le principal argument de l'article, il est recevable. Toutefois, j'ai l'impression que l'article défend l'idée selon laquelle le militantisme (ou l'engagement associatif, à la même sauce) est surtout un outil pour s'informer et rencontrer du monde. Or j'ai l'impression que la plupart des gens militent pour ressentir les bienfaits de la sociabilité militante, entre-soi, en bref pour l'utilité sociale qu'ils en retirent, plutôt que par une motivation à toute épreuve envers la cause (critique devenue un poncif en sociologie des mouvements sociaux). Personnellement, je n'ai pas besoin d'une structure collective pour ce genre de choses. Il est possible d'être idéaliste et pragmatique sans béquille idéologique.

De manière générale, les structures militantes me semble exploiter l'énergie et le temps de quelques-uns, officiellement au nom d'idéaux plus ou moins nobles, hélas bien plus souvent pour capter du pouvoir, quel qu'il soit (en nombre de militants, en fonds récoltés, en social cred...). Que répondez-vous à ça ?

---

Rien à voir, un passage du début de l'article m'a particulièrement fait tiquer :

à Sciences Po [...] je fréquentais des jeunes gens brillants, s’étant illustrés à des épreuves de composition et de réflexions aux concours d’entrée, et donc capables de recul critique et d’analyse.
Le raisonnement me paraît fallacieux au possible : "je me méfiais du militantisme mais j'ai rencontré des militants intelligents donc je suis rassurée" ? Tout troll mis à part, je ne suis pas sûre que les élèves de Sciences Po soient des "jeunes gens brillants", ils ont simplement réussi un concours un peu sélectif. Et l'intelligence des militants intelligents ne leur vient généralement pas du militantisme !
 
destynova;4841069 a dit :
@Myrtille_ J'avoue que je n'ai jamais vraiment compris cette haine des "féministes twitter". Les gens qui sont sur twitter et les féministes les plus exposées font aussi souvent partie d'associations, d'ailleurs elles en ont créé plusieurs. Au-delà de ça, à travers les réseaux sociaux elles ont réussi à construire une génération de filles parfois très jeunes qui sont capables de comprendre des schémas d'oppression, de reconnaitre des situations de discrimination, de faire parler de situations. Sans twitter & tumblr et les féministes qui y sont, le harcèlement de rue n'aurait pas été si largement dénoncé, je crois qu'il ne faut pas minimiser l'impact de certains médias. De même sans ces outils et les personnes qui les utilisent pour dénoncer des discriminations sociales, on n'aurait probablement pas eu des tumblr tels que "je connais un violeur", qui 1) montre la fréquence des viols et le fait qu'ils ne sont pas perpétrés par de méchants étrangers dans la rue la nuit, 2) a reçu tellement de témoignages qu'on en parlé dans des médias plus importants, et a donc permis de faire émerger un peu le sujet. On n'aurait pas eu "je n'ai pas porté plainte" qui montre les dysfonctionnements de la justice et de l'entourage des victimes. On n'aurait pas tout ce qui a été fait sur le harcèlement de rue et la culture du viol (dénonciation, témoignages, conseils pour réagir), on n'aurait pas eu de longs articles sur le sexisme dans le jeu vidéo, qui contribuent lentement à faire changer l'industrie. Les féministes d'internet ont permis de montrer que beaucoup de situations que les gens vivaient n'étaient pas anecdotiques mais faisaient partie d'un schéma général d'oppression, ce qui contribue à aider les autres.  Etc etc. Où est le mal avec ça?
Certes, parler à une personne en situation de discrimination c'est bien, mais peut-être qu'il ne vit pas la même situation qu'un autre situé un peu plus loin. Le fait de partager des données, d'échanger, d'écrire et d'ouvrir la parole, mais aussi de mutualiser sur les différents moyens d'action ça me parait tout aussi important. Et si ce n'est pas suffisant pour toi, au pire, où est le mal puisque ça a déjà aidé beaucoup de gens et ça contribue à lutter contre des cultures d'oppression?
J'ai mis longtemps à répondre parce que je savais pas trop quoi te dire, que j'avais la flemme et qu'il fallait que je réfléchisse pour que mon propos soit le plus limpide possible (mais là du coup, je suis un peu fatiguée alors peut-être que ça ne sera pas le cas).

Je dis "féministes de twitter" (alors que je me considère volontiers comme étant féministe et que j'ai un compte twitter sur lequel je parle de temps en temps des problématiques de genre) parce que ce sont celles (et un peu "ceux" aussi) dont je vois les tweets le plus souvent qui m'embêtent. Je trouve par exemple le travail d'Anne-Charlotte Husson remarquable, comme d'autres mais je me souviens pas trop (la fatigue j'ai dit plus haut). Bref. En gros, faire une généralité était une bêtise (faire une généralité est toujours une bêtise), et je sais que ça desservira mon propos.

Je parlais donc de ces gens qui sont un peu "connus" sur twitter parce qu'ielles revendiquent un féminisme assez radical (selon leurs propos) et se qualifiant même parfois de "féminazi" (je trouve ça assez naze mais apparemment c'est pour reprendre de façon positive quelque chose de péjoratif, soit). Le grand problème de ces personnes (je ne veux pas citer de nom parce que ça ne fera pas avancer le débat), c'est qu'ielles n'ont aucune culture politique et importent bien souvent des concepts et des méthodes qui ont fait leurs preuves aux Etats-Unis mais qui ne sont pas vraiment transposables ici. Ce qui est d'ailleurs très paradoxal puisqu'ielles se revendiquent de l'anti-impérialisme.

Et c'est d'ailleurs en se revendiquant de l'anti-impérialisme que certaines ont récemment cité Kémi Séba. C'est comme si je citais Alain Soral parce que je suis triste que des civils se fassent bombarder à Gaza. Alors soit ielles n'ont pas une culture militante et je préférerais qu'ielles apprennent/se renseignent avant d'exposer leurs "connaissances" tirés de quelques tweets, soit ielles ont des opinions douteuses et je ne veux pas d'ielles dans mon féminisme. Pardon, j'ai un peu divergé mais je pense que ça permet de comprendre qui je vise et ce que j'en pense. (j'ai aussi beaucoup rigolé ces derniers jours en lisant des inter-sectionnelles qui disaient que Spinoza était noir) (s'il est vrai que la majorité des intellectuels/philosophe/gens-qui-pensent connus sont blancs et que ça pose problème, la bonne façon de le combattre serait de montrer que des intellectuels non-blancs ont existé et en faire la promotion plutôt que de dire n'importe quoi)

Je crois que je dois synthétiser mon propos : il y des tas de soit-disant activistes sur internet (réseaux sociaux-blogs-etc) et comme ielles ne se confrontent pas au monde extérieur, ielles font souvent des erreurs et se reprennent entre eux.elles. Après, il existe évidemment de très bonnes initiatives de gens qui ont souvent un pied dans le militantisme des organisations et un autre dans le cyber-militantisme.

J'espère que c'est clair ! :)
 
Pfouu... J'me sens vraiment reconnaissante pour cet article, que je ne découvre que maintenant car le lien était suggéré dans un article plus récent.

Et la coïncidence est pas mal du tout, car j'ai eu cette exacte discussion il y a trois jours, avec mon propre compagnon donc c'est dire si c'est une discussion qui compte. Et étant telle que je suis, je ne peux pas m'empêcher de revenir toute seule dans ma tête sur ces discussions par la suite, de me demander si j'ai brandi les bons arguments, si j'ai dit ce qu'il fallait pour bien me faire comprendre... Alors quand je lis cet article, que je vois mes mots (grosso modo) y apparaître, et n'étant plus dans la position de celle qui se juge elle-même mais de quelqu'un qui évalue le discours d'autrui, ben je les trouve justes, je les trouve posés et sincères, je me dis que oui, c'est bien résumé. :)

Donc merci pour cet article, qui m'a donné confiance en mes propres arguments à chaque fois que je dois me "défendre" d'être engagée ou en tout cas d'avoir un minimum réfléchi à un sujet donné. C'était pas du luxe.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes