Alors déjà le "ouin ouin je n'ai pas à m'excuser d'être blanc" ça en dit long sur le niveau du message hein XD.
Qui t'a demandé de t'excuser ?
Et en embraye avec le "Ouin ouin dans mon entreprise on embauche des noirs parce qu'ils sont noirs" (très crédible hein...). Bizarrement, une personne blanche, on ne lui demande jamais comment elle a obtenu son poste, on ne va pas la soupçonner d'être incompétente (enfin sauf si c'est une femme dans un milieu masculin mais c'est un autre sujet).

BREF ton message est un ramassis de chouinade de ceux qui se sentent menacés par l'anti-racisme, comme si le fait de traiter les autres avec égalité allait les menacer eux.
 
@brunettexxl : je suis blanche, donc je ne suis peut-être pas la personne la plus habilitée à parler des difficultés rencontrées par les personnes non-blanches, mais je vais tout de même essayer de te répondre et de te donner mon point de vue.

Il y a quelque chose qui me frappe dans ta grille de lecture : elle omet complètement les dynamiques discriminatoires et colonialistes auxquelles sont confrontées les personnes non-blanches. Par exemple, tu dis :
Tout ça pour dire que raisonner ainsi est à mon sens extrêmement dangereux et va fracturer durablement notre société.

Bonjour le ressentiment, bonjour la montée de l'extrême droite et des suprémacistes blancs, bonjour les conflits inter ethniques raciaux en france...Comme si on avait besoin de ça

Mais la société est déjà fracturée, en fait :dunno: Les personnes non-blanches sont déjà victimes de discriminations, notamment à l'embauche, et ça génère déjà des conflits et du ressentiment. Tu cites par exemple Black Lives Matter, et je pense que c'est un bon exemple de ça : la communauté afro-américaine se révolte depuis quelques années, notamment contre les violences policières, parce qu'elles en sont beaucoup plus victimes, et qu'elles en ont assez.

Autre exemple, tu dis :
J'ai été prise dans mon entreprise parce que j'ai travaillée comme une acharnée et pas parce que j'étais blanche. ET on nous annonce tranquillement que les "racisés" seront de facto privilégiés quand bien même ils seraient incompétents?? C'est ça la réalité actuelle!
Et c'est exactement ce que vivent les racisés depuis des décennies. Ils ne sont pas pris à des postes importants parce qu'on a tendance à faire plus confiance à une personne blanche, et ce quand bien même ils travailleraient très dur ou seraient très compétents. Une personne blanche moins compétente qu'eux aura toujours plus de chance d'obtenir le poste. Attention, je ne doute pas une seule seconde que tu as travaillé dur pour en arriver où tu es, mais il n'empêche que dans le système où nous vivons, être blanc est un avantage.
Le but des quotas, ce n'est pas de faire disparaître les blancs, comme tu sembles le penser, c'est de corriger cet état de fait, ce faire en sorte que les opportunités soient les mêmes pour tout le monde, et qu'être racisé ne soit plus un obstacle à l'obtention d'un poste.

D'ailleurs, au sujet de BLM, tu dis ceci :
On en vient à des extrémités dangereuses avec notamment BLM: commerce tenus par des noirs, des noirs qui veulent se faire soigner par des noirs exclusivement etc, on promeut des noirs au postes de ceo parce que noirs etc

Sauf que ce qu'il faut avoir, c'est que si la communauté afro-américaine est si pauvre aujourd'hui, ce n'est pas un hasard, et ce n'est pas dû à la "culture noire" comme certains aiment à le dire, mais c'est le résultat de longues années de politiques qui ont subtilement ciblé les noirs américains pour les déposséder de leurs droits et de leurs biens. Le "redlining", par exemple, était une pratique qui consistait à découper les quartiers d'une ville pour déterminer lesquels auraient droit à des aides pour rénover leurs maisons ou non. Je te le donne en mille : seuls les quartiers blancs ont obtenu ces aides, et le résultat dans une ville comme Baltimore, par exemple, c'est que de nombreux afro-américains ont grandi dans des maisons dont la peinture contenait encore du plomb, et faute de pouvoir s'offrir les réparations nécessaires, cela les a empoisonnés à vie. Et c'est pareil avec la guerre contre la drogue, les statistiques ont bien montré que les afro-américains étaient bien plus contrôlés que les blancs pour possession de drogue (je rappelle qu'aus US, il y a peu, vous pouviez aller en prison pour possession de majijuana), ce qui a envoyé plein d'hommes noirs en prison, brisé des familles, cassé des commerces, et privés de nombreux noirs de revenus importants. Cela a ravagé des quartiers noirs florissants, et si BLM encourage aujourd'hui les noirs à utiliser des commerces ouverts par des noirs, c'est encore une fois pour rétablir la balance, pour corriger ces inégalités et faire en sorte que les noirs puissent à nouveau se sortir de la pauvreté.

Je te conseille par exemple de regarder cette vidéo, qui explique bien ce à quoi les noirs sont confrontés aux États-Unis.

Tout ça pour dire que personne ne veut faire disparaître les blancs, ou les désavantager. Le but est de rétablir un équilibre pour faire en sorte que tout le monde aie ses chances, peu importe sa couleur de peau.

Il y aurait beaucoup à dire aussi sur les pays où les non-blancs sont majoritaires, parce que je pense que la situation est plus complexe que ce que tu décris, mais je n'ai pas vraiment le temps de développer d'avantage.

J'espère que mon post est clair et qu'il t'aura aidé à comprendre un peu mieux le but et le pourquoi de ces politiques de quotas.
 
Il y a beaucoup de fainéantise intellectuelle aussi.
Pleurnicher que certains noirs préfèrent être soignés par des noirs (bouh les méchants)... bah quand on se renseigne sur le racisme du monde hospitalier (y'a plein de témoignage, il y a même un scandale autour du "syndrome méditerranéen") ça permet de comprendre un peu mieux cette méfiance.
Pareil pour les quotas, qui viennent palier les discriminations à l'embauche. Le vrai problème, c'est pas plutôt le fait qu'une personne noire ayant le profil pour un type de poste ne soit jamais prise, au point qu'on soit obligé de mettre des quotas ?

etc; etc. et j'en passe. Avant de se plaindre des conséquences, il vaut mieux se renseigner sur les causes ?
Mais quand on ne vit pas ça, c'est plus facile de se victimiser en parlant de "racisme inversé" ou de "manque de compétences" par exemple. Ce qui est faux, être embauché pour quota ne veut pas dire que tu n'as pas les diplômes et l'expérience nécessaire.
 
Dernière édition :
@brunettexxl

Je vais juste répondre sur la discrimination positive :
C’est toujours le revers de la médaille de la discrimination positive : le risque de prendre des gens moins compétents.

Je pense que ça peut être utile mais il faut l’utiliser à bonne escient. Par exemple, dernièrement on a reproché à un ami qui est dans le domaine de l’informatique de n’avoir embauché aucune femme sur les 5 personnes sous lui. Sauf que c’est un domaine avec très peu de candidatures féminines et donc oui dans ce cas ça aurait clairement été de négliger la compétence au profit du genre. Ce qui aurait été ridicule.

Les quotas ça peut être pas mal pour les grosses structures ou forcément sur beaucoup d’employés (plus d’une centaine) si il y a une forte disparité homme femme par exemple, ça peut être bien de la corriger.
 
  • Big up !
Reactions : Piperade and Jeroboam
Je pense que c'est un peu comme pour les quotas homme /femme dans l'absolu ce n'est pas très juste imaginons que véritablement en terme de compétence, il y ait 60% d'hommes plus compétents pour être sur une liste électorale. Oui c'est dommage pour les dix pourcents qui ne passeront pas sous la justification du 50% homme et 50% femmes. Mais cette réalité ne doit pas masquer la réalité beaucoup plus large des femmes qui se font discriminer à l'emploi systématiquement. Et bien malheureusement on est obligé d'imposer une certaine injustice pour parvenir à en résorber une plus grosse. Mais il ne faut pas oublier que c'est un outil temporaire pour aider à l'égalité et non une finalité. Pareil pour la représentation si on se rend compte que parfois les populations non blanches sont un peu surreprésentées ou un peu sous représentées il n'y aura plus besoin de quotas. C'est la sous représentation systématique qui pose problème.

C'est pareil dans le public certains postes sont réservés aux handicapés, est ce que ça viendrait à l'idée de quiconque de contester la justice et la pertinence de ces postes ? Non, et même si la personne qui l'obtient est un peu moins qualifiée qu'une personne valide est ce qu'elle ne mérite pas ce poste ? C'est ne pas prendre en compte je pense le frein global que la société impose à toutes ces personnes mais qui est moins "clairement" visible qu'un quota.
 
Je trouve que c'est souvent un faux problème la question de la "discrimination positive" dans le monde du travail, on peut très bien l'appliquer "à compétences égales", pourquoi toujours dériver le débat sur "ça force à prendre des gens moins compétents"?
Il y a tout un tas de boulots où il y a bien plus de personnes compétentes (qui ont les mêmes compétences) qui postulent que de postes.
Du coup, imaginons que tu as un poste à pourvoir, 4 bonnes candidatures à compétences égales + 10 autres candidatures moins bonnes. L'idée est pas de prendre quelqu'un parmi les candidatures moins bonnes pour des motifs de diversité mais si parmi les 4 bonnes, qui sont à compétences égales, il y a une ou des femmes, et/ou une ou des personnes racisées, si l'entreprise est de base très masculine et/ou très blanche, pourquoi alors ne pas faire du genre ou de l'origine un critère positif "en plus", qui aidera à départager qui prendre entre ces 4 candidatures?

Après tout le fait d'être blanc et/ou d'être un homme est dans énormément de milieux déjà un critère positif "en plus", discriminant (même si pas avoué) (quoique, quand on entend certains RH / chefs parler, c'est assez clair...), pourquoi dans un cas ça choque et on postule direct qu'il y aura un manque de compétences et dans l'autre ce sujet choque moins et la question du manque de compétences n'est pas abordée?
On part souvent beaucoup moins directement du principe qu'écarter quasi-systématiquement les femmes dans certains "hauts" postes par exemple, c'est pas forcément alors choisir "le plus compétent"... C'est assez ironique : combien de mecs blancs en poste alors qu'il y avait une meilleure candidature en face d'eux, écartée au motif du genre / de l'origine?
 
C'est ne pas prendre en compte je pense le frein global que la société impose à toutes ces personnes mais qui est moins "clairement" visible qu'un quota.
Pour ceux qui ne la connaissent pas, je trouvais que cette BD expliquait très bien le phénomène de frein qui fait que peut-être que parfois on embauche des gens un poil moins qualifiés pour des quotas, mais il faut aussi voir que ces personnes ont probablement bossé trois fois plus dur pour en arriver là et surmonter les obstacles supplémentaires qui ont été semés sur leur chemin. Du coup, on peut se dire que si on leur donne le même rôle que quelqu'un qui vient d'un milieu plus privilégié même si leurs compétences sont un tout petit peu moins bonnes de base, il est possible qu'à terme, le "retard" finisse par être rattrapé puisqu'ils sont déjà arrivés là malgré le reste.
(Comme le dit @Lady Stardust, en général c'est un choix qu'on fait "à compétences égales" de toute façon, mais il y a certain programme qui s'adressent spécifiquement aux candidats victimes de certaines discriminations en ayant des critères et attentes un peu différentes, parfois plus souples, que pour les autres candidats, et c'est surtout à ça que je fais référence)
(Je mets la BD "Sur un plateau" en spoiler pour pas que ça prenne trop de place mais sinon, on peut trouver la VF ici - elle est en anglais à la base :
)

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
Les personnes non blanches pas assez représentées? Mais on ne sait pas vraiment leur pourcentage à l'échelle de la société? C'est fallacieux et grotesque. La seule solution ce sont des statistiques ethniques claires, objectives et visibles par tous et après? Est ce que cela ne va pas être une abomination?
Comme tu as big-uppé mon précédent post et que je voulais un peu dire l'inverse de ce passage concernant la représentation correspondant aux pourcentages, je me dis que peut-être que je me suis mal exprimée donc je vais repréciser.
Pour moi, les statistiques sont d'un certain côté inutiles pour décider comment on doit représenter la société à la télé parce que si on met 15% de noirs, 2% de polynésiens, 7% d'asiatiques, etc., on aura une vision tout aussi fausse de la société car ça n'arrive quasiment jamais qu'on se trouve dans une situation aussi parfaitement proportionnée. Mais pour autant, ça ne veut pas dire que je pense qu'on doive renoncer à une représentation plus juste et qu'on ne devrait pas réduire la présence de certaines populations actuellement sur-représentées à l'écran, bien au contraire.
Je parlais d'un de mes cours de danse tout à l'heure. Je vais un peu inventer, mais les proportions restent les mêmes. Dans ce cours, disons que sur 12 élèves, il y a 5 femmes qui s'identifient comme blanches dont 2 qui ne sont pas Françaises, 1 homme comme arabe, 2 femmes comme arabes, 2 comme noires, 1 comme asiatique et 1 comme indienne. Les personnes blanches sont en minorité et elles ne sont même pas toutes françaises, les hommes aussi sont en minorité et il n'y a AUCUN homme blanc. C'est une REALITE et ça n'a rien d'une situation extraordinaire car je pense que beaucoup de Français se retrouvent dans des situations comme ça. Mais à quel moment on voit ce genre de groupe à la télé? Absolument jamais! Et si par hasard ça arrive, ça fait polémique, on parle de communautarisme alors que dans mon cours de danse, ça s'est juste fait comme ça, il n'y a rien de "communautariste" ou quoi que ce soit!
Alors bien sûr, je pense que la plupart des vieux hommes en cravates qu'on voit parler en tant qu'experts à la télé ne se retrouvent jamais dans un tel environnement, entourés exclusivement de femmes dont la majorité ne sont pas blanches, donc ils doivent imaginer que c'est un fantasme, que ça n'existe pas sauf dans ces environnements si différents qu'ils aiment décrire dans des documentaires chocs. Mais c'est une situation normale et banale en fait et c'est assez facile de voir comme ça, même sans données, que cette situation n'est jamais représentée à l'écran, que tout ce qu'on représente c'est, plus que les personnes blanches en elle-même, le VECU d'une petite proportion de la population. Avec des données, ça parait encore plus évident, même si on ignore exactement combien on a de non-blancs en France.
Je ne trouverais pas problématique qu'on se retrouve avec une horde de vieux hommes blancs parfois, notamment pour je sais pas parler des clubs d'échecs en maison de retraite, du cancer de la prostate ou du boulot de sénateur. Pourquoi pas avoir des émissions entre bonhommes si à côté on a aussi d'autres vécus fidèlement représentés dans des émissions d'une portée équivalente, y compris des vécus où on ne voit pas d'hommes blancs du tout? Franchement, ce ne serait pas un problème à mon avis. Mais en réalité, on ne voit jamais de situation où les non-blancs/autres minorités sont en majorité ou tout simplement nombreux et on persuade une grande partie de la France que ça n'existe que dans un "ailleurs exotique" comme les Antilles, les "quartiers gays", les "centre pour handicapés", ou dans des zones dangereuses, alors que ce n'est pas vrai!
C'est pour ça que je pense que calculer la population noire en France par exemple et représenter scrupuleusement le bon pourcentage à la télé serait contre-productif et ne permettrait pas une représentation vraiment fidèle de la réalité sociale de la France.
 
Je trouve cette discussion sur les quotas très intéressante ! et en effet il faut rappeler comme le fait @Jeroboam que la discrimination positive doit toujours être un levier temporaire pour compenser une situation d'inégalité.

Mais j'avoue que je ne peux pas m'empêcher d'être un peu dubitative vis-à-vis du côté schématique que ça implique, quand on dit par exemple qu'une femme et/ou une personne racisée aura franchi plus d'obstacles dans sa vie pour en arriver au même point qu'un homme blanc.

On parle ici de caractéristiques de personnes a priori très visibles (genre, ethnie), alors qu'un autre déterminisme extrêmement frappant au niveau statistique est le déterminisme social.

Je sais qu'on parle de tendances systémiques mais pour illustrer ce que j'essaye de dire, je vais prendre mon exemple. Je suis une femme racisée, mais je viens d'un milieu social aisé. Je n'ai jamais été boursière, et mes parents ont tout payé pour moi le temps de mes études. J'ai déjà eu des profs particuliers, je ne me suis jamais posé la question du coût des études supérieures (logements, frais d'inscription, loisirs etc.)

Selon ma perception, même si ça m'est arrivé plusieurs fois de subir du sexisme ou du racisme moral, je suis une privilégiée. Dans mes recherches de logement, j'ai tristement constaté que les proprios étaient un peu gênés au téléphone quand je leur donnais mon nom, mais changeaient très rapidement de ton en voyant la fiche de paie de mes parents. Tout ça pour dire que je pense sincèrement qu'un homme blanc qui a eu des parents ouvriers et qui a grandi dans des quartiers défavorisés ou dans des coins de campagne avec peu d'accès à la ville, s'il est au même point que moi, aura connu plus d'obstacles. (En revanche, s'il connaîtra une forme de violence symbolique à cause de son milieu social, il ne connaîtra évidemment pas : la peur de se faire violer, la peur de se faire battre par son conjoint, la réification sexuelle, les insultes racistes, etc.)

Bref, il ne faudrait pas oublier, selon moi, quand on veut discriminer positivement, qu'on peut exposer les discriminations faites aux femmes ou aux racisé·es, mais seulement quand on les compare à des personnes issues de la même classe sociale.

Qu'on ne se méprenne pas, je suis loin de faire une hiérarchisation des discriminations ou de nier le racisme/le sexisme/l'homophobie/le validisme dans l'accès à l'emploi ou au logement, même s'il est vrai qu'en France j'ai l'impression qu'il y a par exemple plus de députées femmes et député·e racisé·es que de député·e ouvrier·e.

Je finis enfin ce pavé ! ce débat m'a interrogée, ça m'intéresserait beaucoup d'avoir vos avis.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes