Elementary, le Sherlock version Yankee

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par mlle_lee, le 11 mars 2014.

  1. mlle_lee

    mlle_lee
    Expand Collapse
    Cinéfille en puissance

  2. PepperH

    PepperH
    Expand Collapse

    Je trouve ça dommage qu'on s'évertue encore à comparer Elementary et BBC Sherlock.
    Mais s'il faut se prêter à l'exercice, concrètement, si BBC Sherlock est une série esthétiquement bluffante, avec un excellent casting, je préfère Elementary pour ses personnages plus humains, mieux écrits, attachants, les nombreux épisodes disponibles et le grand plaisir que je prends à regarder cette seconde série, alors que BBC Sherlock, qui avait pourtant bien démarré, est devenue pour moi une vraie corvée à regarder, malgré tout mon amour pour les héros de Conan Doyle. Sur MadmoiZelle, j'aurais cru qu'on aurait pu prendre deux secondes pour parler du féminisme (dans le sens "égalitarisme") qu'Elementary se donne la peine d'instaurer (et réussir) dans la série, quand on connaît la misogynie notoire et les relents racistes qu'il y a dans BBC Sherlock.

    Je pense qu'il faut simplement prendre du recul pour apprécier chacune des deux séries : pour apprécier BBC Sherlock, il faut faire avec la représentation des femmes et des (rares) personnages qui ne sont pas blancs, et pour apprécier Elementary, il faut considérer que c'est une série à peu près aussi fidèle au feuilleton original que Dr House. Parce que c'est le cas. C'est juste un peu débile d'avoir repris les noms de personnages, mais je les trouve tellement mieux exploités, plus profonds, riches et intéressants dans la version américaine, qu'à mon sens ça vaut le coup, par exemple pour Mycroft et Moriarty.
    J'ai été surprise d'apprécier davantage Elementary parce que les innombrables daubes pseudo-policières américaines, j'en ai jamais regardé et quand je tombe dessus ça me sort par les yeux, mais au final, quand j'y réfléchis, il y a énormément d'excellentes raisons d'apprécier cette série, alors j'ai décidé de ne pas me la jouer "membre de SensCritique" et d'apprécier librement la série que je préfère.
     
  3. Denderah

    Denderah
    Expand Collapse
    Dragon à plumes

    Coïncidence amusante, j'ai fini la saison 1 (en VO par contre) hier, et j'ai laissé un roman dans la section séries à son sujet peu avant... Je songeais sérieusement à faire un article tellement j'avais de choses à dire.

    Donc j'étais plutôt contente de voir apparaitre un article sur le sujet.  :d

    Sauf que... Je suis en complet désaccord avec l'article.
    Et je suis même assez effarée que certaines choses, qui sont des déformations récentes dues aux dernières adaptations - et notamment la britannique - soient pour l'auteur devenus des références du duo original.

    Mais avant de développer (quoique, je ne suis même pas sure de vouloir tellement nos visions divergent, ça risque d'être long), j'aimerais éclaircir un point, en quelle langue as-tu regardé la série, @mlle_lee ?

    Parce qu'il est indispensable à mon sens, pour apprécier la série à sa juste valeur, de la regarder en VO. La VF détruit complètement tout le jeu d'acteur que J.Lee Miller fait passer par sa seule diction et intonation, son accent anglais très particulier, haché, incisif. Sa voix est un personnage à elle toute seule.

    L'interprète français a bien essayé, à ce que j'ai constaté, d'imiter certaines tonalités et mimiques vocales, mais c'est une très pale et fade copie.
    (d'un autre côté à sa décharge, l'accent français "parisien lisse"  de rigueur dans les doublages ne permet pas vraiment autant de gouaille et d'aspérités qu'un accent anglais)

    Pour Watson, les dommages sont moins catastrophiques, même si son interprète française donne l'impression d'avoir à faire à une midinette...

    Edit :  Merci @PepperH de voir que je ne suis pas la seule, et pour les points que tu mentionnes  ;)

    Le plus gros défaut actuel de la série de la BBC est que beaucoup trop de fans s'y réfèrent désormais quand il s'agit de parler du personnage originel de Conan Doyle. Alors que c'est bel et bien une interprétation, et ce n'est pas parce que certaines choses ont été respectées que d'autres n'ont pas été singulièrement déformées ou caricaturées. Ce n'est pas LA référence. C'est juste une vision du personnage, parmi d'autres.

    (Je dois avouer d'ailleurs qu'en matière d'interprétation sherlockienne, mon préféré reste pour l'instant celui des films avec Robert D.Jr. ;) )
     
    #3 Denderah, 11 mars 2014
    Dernière édition: 11 mars 2014
  4. Azeleen

    Azeleen
    Expand Collapse
    Avaleuse de livres

    Premier commentaire, et BAM !
    Pas d'accord. Alors ok, j'entends déjà les madmoizelles râler sur cette série (et je comprends). Mais finalement je ne suis pas sûre que ce soit les bons arguments qui ont été soulevés:

    - Sexual Healing:
    D'accord, on assiste effectivement à cette scène, mais qui (en plus de ne pas me paraitre surprenante venant de Sherlock, vu qu'il parle de "forme" en terme d'endorphine sécrétée et pas juste de forme physique), est UNIQUE. Jusqu'aux passages avec Irène, le sexe est une question totalement absente de l'existence de Sherlock. Ce dialogue apparait dans le premier épisode mais l'utiliser pour la critique, vu que rien de ce genre ne se reproduit dans les 22 épisodes suivants, ça ne me parait pas très justifié...

    - Une fille au masculin [...]:
    Je dirais que l'absence de romantisme entre Joan et Sherlock est vraiment l'écueil que la série a bien évité (pour celles qui n'auraient pas vu la série, il n'y a pas une once de love story entre ces deux-là. Mais genre, rien de rien de rien du tout), sans perdre l'attachement de ces personnages. Ils doivent faire face à toutes les remarques chelou qu'on peut imaginer (non mais oui on vit ensemble mais on est pas ensemble mais... oui mais on passe nos journées ensemble mais puisque je vous dis que NON on est pas ensemble !).
    Mais dire qu'on perd toute l’ambiguïté, c'est totalement faux aussi; on a la même ambiguïté que dans le version BBC (personne ne pourrait imaginer d'histoire d'amour entre ces deux-là, je suis désolée, mais si vous avez vu une quelconque ambiguïté de ce côté-là, stop aux fantasmes les filles, c'est 0 attirance aussi entre Martin et Benedict). Dans les deux cas, l’ambiguïté est présente sur l'importance de Watson aux yeux de Sherlock alors qu'il n'a pas forcément l'air de toujours tenir à lui/elle, qu'on pourrait le croire insensible et qu'on ne sait jamais quelle importance il attache réellement aux sentiments de l'autre... Enfin il me semble que si de ce côté-là la BBC vous satisfait, on n'y perd pas plus dans cette version-là.

    Après, on est d'accord: tout se passe aux States, c'est dommage, mais bon, c'est un parti pris assumé (enfin on ne change pas tout non plus: Sherlock est bien britannique, au début de la série il débarque juste à NY après la fin de sa collaboration avec Scotland Yard suite à ses problèmes de drogue; qui plus est il y retourne dans la saison 2 pour aider Lestrade). Bon, c'est un choix, comme celui de faire se dérouler la série à notre époque et d'avoir une Watson femme.
    Partant de là, il faut vous attendre à ce que la série pioche dans le livre et réadapte tout autour. Si vous ne supportez rien qui ne soit pas une adaptation parfaite, laissez tomber. Si vous avez pu passer au-delà du fait de voir Sherlock utiliser un smartphone dans la version BBC, alors vous pouvez tenter le coup.

    Ou alors regardez ça comme une série policière quelconque, de ce côté-là cette série est tout bonnement un petit bijou !
     
  5. mad'nifiik

    mad'nifiik
    Expand Collapse

    Je trouve que le tableau dressé, même si c'est au départ et à priori l'idée trop caricatural; heureusement qu'il y a un bémol de fin.
    Je trouve, mais cela ne tient qu'à moi, que Elementary est non seulement une bonne série mais sous certains aspects une bonne et novatrice représentation de Sherlock Holmes.
    Bah oui, une Watson féminine c'est quand même super, et en plus qui pousse Sherlock dans ses retranchements, qui est instruite car chirurgienne etc, je trouve que c'est en fait plutôt quelque chose à valoriser.
    Je ne crois pas non plus que l'ambiguïté dans la relation entre les deux personnages disparaisse complètement, elle est renforcée par le fait qu'ils ne soient pas du même sexe, et donc évidemment oui, ils ont besoin de moins en faire.
    De même que de dire que Sherlock s'excuse à tout va, c'est très vite dit, il évolue et devient plus humain avec la série, et franchement c'est pas plus mal, que se soit avec Cumberbatch (je suis aussi fan de Sherlock) ou avec Downley Junior, on crève toujours d'envie que le personnage de Sherlock revienne plus sur son passé et découvre légèrement comment il est devenu le fameux Sherlock Holmes mythique. Elle l'accepte avec ses défauts même si elle les lui fait remarquer, son principal (et seul?) souhait est juste qu'il s'exprime plus.
    D'autre part, les personnages de son adresse à Londres sont plus ou moins réintroduits à la seconde saison, donc dans les grandes lignes Elementary respecte quand même cela.
    Quand à la remarque sur la sexualité-l'asexualité- de Sherlock, sans vouloir aller trop loin je la trouve légèrement inutile, en l'occurrence Sherlock a une sexualité, par pudeur, il la met sur le compte du fait que ça lui donne de l'énergie ou quelque chose de bancal en raisonnement... c'est en réalité en rapport à Irène etc. (du moins je l'ai perçu comme ça). Dans Elementary comme dans les autres Sherlock Holmes d'ailleurs, Sherlock se veut insensible, dans un premier temps, aux sentiments humains, à leur sensibilité trop grande, et leur superficialité; il se réclame donc à l'opposé jusqu'à ce qu'il comprenne qu'il y a de la force dans la sensibilité.

    J'aime autant Elementary que Sherlock.
    Ce sont deux séries extrêmement différentes d'où la question du plagiat rapidement évincée, avec d'ex Sherlock différents mais tout aussi crédibles. Si tu as réussi à presque finir la saison 1, qui fait je crois 26 épisodes, alors que selon toi il existe tant de défauts flagrants, il faut quand même reconnaître que tout le reste a du largement balancer. Parce qu'une série avec tant de défauts, perso, je ne la regarde pas.

    Le seul bémol que je mettrais à Elementary serait le fait que l'intrigue se déroule à NY et qu'en effet, Londres est presque un personnage dans l'intrigue originale; cependant, on peut comprendre ce choix, justement en rapport avec le plagiat..

    Enfin, ce qui pour moi, mérite d'être remarqué dans Elementary est que l'on arrive à cerner le génie de l'homme sans avoir à recourir à tous les effets de "mots volants" Durant le film\ série; ce qui au bout d'un certain moment peut s'avérer usant.

    Elementary est juste une autre vision de Sherlock Holmes, peut être, c'est vrai plus éloignée du mythique "Sherlock Holmes" mais c'est joliment réinterprèté et ça mérite LARGEMENT  d'être vu.
    Pour les plus terres à terres, et les puristes, il reste Sherlock, et c'est déjà suffisant.
     
  6. douliette

    douliette
    Expand Collapse
    Non.

    c'est marrant, je me suis mise à regarder Elementary à cause de Tumblr pour essayer de survivre en attendant ma coloc pour qu'on regarde Sherlock complètement par hasard et... J'ai vraiment, vraiment apprécié.
    Mais je ne l'ai surtout pas comparée aux livres d'origine. Ne serait-ce que parce que c'est une série américaine (et au final j'ai eu raison, ils ont repris, disons, le fil conducteur? et on tissé un reseau différent autour.)
    Et, si on doit le comparer à la version de la BBC (que j'aime d'amour fort fort fort) je dois dire que le traitement de Watson (iiiiih une fille) (asiat) (intelligente et qui se laisse pas faire) (QUI S'AMELIORE, ET QUI RESTE PAS JUSTE A L'ETAT DE SIDEKICK) (ET QUI SE FAIT PAS KIDNAPPER OU MENACer TOUS LES DEUX EPISODES OU IIIIIIH:non:)
    Bein déja.
    Voila.
    JE.
    Et puis les personnages évoluent les uns en regard des autres, et je trouve le rapport de Sherlock à ses addictions vraiment bien traité et interessant, enfin bref.

    C'est pas ma série préférée (lolz le jour ou je suis capable de dire "cELLE LA C'EST MA PREFERéE" je fais une boom) mais je la trouve vraiment très très cool, et en grande fan d'Agatha Christie, avoir mon fix quotidien d'enquetes bien foutues (hihi coucou les experts coucou) ca fait un bien fou <3
     
  7. Lady Dylan

    Lady Dylan
    Expand Collapse
    Hazel Tellington

    Je venais dire grosso modo la même chose. Même si j'aime beaucoup Sherlock que je trouve beaucoup plus "grand spectacle", je suis très attachée à Elementary parce que je trouve l'aspect psychologique et interpersonnel très bien développés, les personnages profonds. Elle est aussi géniale niveau représentation et traitement des minorités (et notamment, à ma connaissance, une vision des problèmes de drogue qui n'est pas fantasmée ou caricaturée). Bref je l'adore pour tous ses aspects "humains" et je trouve ça très dommage qu'on la condamne en permanence parce qu'elle n'est pas fidèle à l’œuvre originale - elle n'a de toutes façons pas la prétention de l'être.

    (Et j'adore la relation entre Holmes et Watson, elle n'est pas du tout ambiguë au sens amoureux mais elle me fait vraiment chaud au cœur.)
     
  8. mlle_lee

    mlle_lee
    Expand Collapse
    Cinéfille en puissance

    Je voudrais juste répondre à deux ou trois petites choses que j'ai pas réussi a priori à faire passer :

    @PepperH : pardon si j'ai donné l'impression de comparer Sherlock et Elementary, mais ça n'est pas du tout le cas. J'étais une fan de Sherlock bien avant que la série de la BBC ne sorte ;)

    @Denderah : j'ai regardé la série en VO, comme toujours. Je ne reproche rien à Johnny Lee Miller, ni à aucun acteur d'ailleurs.

    @Azeleen : la sexualité de Sherlock est un sujet bien épineux, j'en ai conscience. Après, je n'ai pas fini la saison (peut-être aurais-je dû ?)

    Du coup, je tiens à dire que cet article n'est pas un bashage en règle d'Elementary, série que j'apprécie de regarder comme je l'ai dit. Je m'attendais à ce genre de commentaires qui plus est (étant critique moi-même envers des dizaines d'articles, qui suis-je pour critiquer ?) J'ai donc essayé d'être la plus objective possible, mais ça reste mon point de vue personnel sur la question, et les déceptions que j'ai eu en la visionnant.

    En tout cas merci pour vos réactions, ça fait plaisir de soulever le débat sur cette série intéressante (sinon, je n'en aurais pas parlé ^^)
     
  9. Flügelhorn

    Flügelhorn
    Expand Collapse

    Franchement, non l'article quoi. Vraiment. Je suis rarement autant en désaccord, mais là non.

    Elementary est une série tellement importante pour la télévision. Elle met en scène des minorités sans les oppresser et les personnages sont traités de façon exemplaire.

    A mon sens, le seul bémol de la série, ce sont les enquêtes. On tourne vite vite en rond.
     
  10. PepperH

    PepperH
    Expand Collapse

    @mlle_lee  Je suis tout à fait prête à croire que tu n'as pas voulu faire du simple bashing d'Elementary, mais au niveau du résultat final, j'ai l'impression (mais bien sûr, c'est moi, perso, qui vois ça comme ça) que ça en est. Il y a une petite note à la fin pour que c'est pas parce qu'on aime la série qu'on est forcément un blaireau, mais bon, voilà quoi.
    En fait, si tu n'es pas allée jusqu'à la fin de la première saison, ça peut s'expliquer, comme avis : la série peut sembler un peu plan-plan au départ, et pour peu qu'on ne la regarde que d'un œil, elle ne happe pas forcément, surtout si on est déjà fan de BBC Sherlock (on a vu combien Tumblr était déchaîné avant que la série ne sorte, et maintenant, on est bien forcées d'admettre qu'Elementary est vachement plus progressiste et que c'est une série de qualité.) Mais la force d'Elementary s'inscrit dans la durée, dans la finesse des personnages, dans l'implication de Holmes, dans la tentative d'indépendance de Watson, dans le rôle de personnages qui ne sont pas blancs mais qui n'ont pas non plus "quota" écrit sur le front, dans les ficelles de l'intrigue de fin de saison qui est largement plus bluffante (enfin, à mon sens seulement) que dans, mettons, Sherlock 2.01.

    Si c'est vraiment épidermique, et que tu n'aimes absolument pas, c'est pas grave, bien entendu. Mais comme tu t'en doutes peut-être vu les premiers commentaires qui vont tous un peu dans le même sens, si jamais un jour l'envie te prend de t'y remettre, tu pourrais peut-être vraiment apprécier ce que tu n'as pas encore vu.

    Edit : Et puis il faut quand même que je mentionne l'extrême richesse et sensibilité du personnage de Holmes, que je trouve incroyablement bien traité dans cette version. Je trouve presque tous les personnages d'Elementary bien traités, mais Holmes est vraiment excellent, parce que ce n'est pas juste le personnage original copié-collé à notre époque, il a été transposé pour le XXIe siècle. Il est peut-être éloigné du canon (écrit, je le rappelle, par un auteur qui ne pouvait tellement pas le saquer qu'il le rendait le plus détestable possible) mais qu'est-ce qu'il a gagné au change ! Je le trouve humainement très émouvant et attachant, son évolution est difficile, douloureuse, et juste à la fois, c'est un régal à suivre, à mon sens.
     
    #10 PepperH, 11 mars 2014
    Dernière édition: 11 mars 2014
  11. Sixapril

    Sixapril
    Expand Collapse

    Je suis une énorme fan de Sherlock et je ne regarde pas Elementary. Je ne suis donc pas là pour juger cette dernière, vu que ça ne serait absolument pas objectif.

    Mais je trouve que c'est un peu pousser le féminisme que d'utiliser la parité comme un argument en faveur d'Elementary.

    Sherlock est une adaptation moderne certes, mais elle reste fidèle à l'oeuvre originale, on ne peut pas leur reprocher de ne pas avoir instaurer plus de personnages féminins, sous prétexte que les femmes aussi peuvent être des héroïnes badass/intelligentes/cools/tops/flexs.
     
  12. PepperH

    PepperH
    Expand Collapse

    @Sixapril  Je n'invoque absolument pas la parité hommes/femmes en faveur d'Elementary. Je parle de féminisme, c'est vraiment très différent. Si on n'est pas d'accord sur ce point je ne pense pas que ça vaille le coup d'en discuter ici, c'est pas le lieu, mais BBC Sherlock est une série dont l'écriture est misogyne et rétrograde, et exclut la plupart des minorités. Si jamais tu te demandes de quelle planète je descends, tu peux aller voir les vidéos de Claudia Boleyn sur YT qui sont très claires et synthétiques.
     
    #12 PepperH, 11 mars 2014
    Dernière édition: 11 mars 2014
Chargement...
Sujets similaires
  1. Caradoc
    Réponses :
    14
    Affichages:
    4552
  2. Sophie Riche
    Réponses :
    12
    Affichages:
    466
  3. Mymy
    Réponses :
    3
    Affichages:
    326
  4. Moh
    Réponses :
    5410
    Affichages:
    590636
  5. Jad.
    Réponses :
    1
    Affichages:
    1720