Je me demande...

Sujet dans 'Blabla Général' lancé par Lemon Juice, le 5 octobre 2014.

  1. Lemon Juice

    Lemon Juice
    Expand Collapse
    Petit poucet

    Bon... J'ai cru comprendre que d'autres personnes pouvaient être intéressées par mon idée, alors j'espère que ce topic ne fera pas un bide :ninja:


    En fait il s'agit tout bêtement de poser des questions, la différence avec le sujet "Je ne comprends pas" étant qu'il n'y a pas forcément d'incompréhension à la base de la question. Enfin il n'y a pas forcément de chose à comprendre, ce serait plutôt une base de réflexion.
    (J'espère que c'est assez clair, ce serait le comble :halp: )


    Du coup, ben je propose un exemple  :shifty:
    Je me demande si on doit (toujours) suivre les changements d'étymologie. C'est-à-dire, est-ce qu'à force d'utiliser un mot avec un sens différent de celui initial, on doit remplacer purement et simplement ce dernier ? Ou est-ce qu'on doit faire en sorte de toujours rappeler le sens initial ? Je me posais cette question hier parce que je cherchais dans un dictionnaire, et qu'il y a souvent des dates pour marquer l'évolution du sens d'un terme. Je me suis dis que cette évolution était acceptée parce que le changement de sens s'était généralisé. Mais je me suis demandé si certains mots n'allaient pas se vider, à force, surtout si on ne retrouve pas leur équivalent dans d'autres termes. En fait j'ai l'impression d'être hyper conservatrice en me posant ces questions :hesite:  il peut y avoir des créations, mais je ne sais pas, je n'ai pas l'impression qu'on y gagne toujours (là tout de suite je pense à "impacter" qui se généralise... mais à partir de quoi peut-on dire que c'est nul/incorrect si le terme est répandu à ce point ?). Bref, je me demande si certains mots "méritent" de conserver leur sens, ou si tous sont destinés à se modifier sur le long terme.

    (Ça fait un peu "sauvons les mots de leur terrible destin" :drama:  mais c'est une question que je me posais hier, or je n'ai pas vraiment de connaissances en linguistique et surtout je finis par tourner en rond. Ainsi voilà :lunette: )
     
    Hama et Lady Stardust ont BigUpé.
  2. Slaw

    Slaw
    Expand Collapse

    Ca me fait penser au sort du verbe "énerver" qui signifie étymologiquement "retirer les nerfs" et qui jusqu'au XIXè était utilisé pour dire "priver d'énergie" -le contraire de la définition qu'on lui donne aujourd'hui, donc. Je ne sais pas comment le basculement s'est fait (le CNRTL propose 1836 comme date de grand revirement : que s'est-il passé ? :cyclope:).
    Après, il me semble (?) que l'exemple que tu donnes (la manière dont on emploie "impacter") est un anglicisme et c'est encore un problème légèrement différent -ou alors un problème en plus qui se greffe dessus.


    -----
    La question qui me préoccupe : dans quelle mesure le covoiturage encourage-t-il la conduite à risque (au sens de : dépassement de la vitesse maximale autorisée) ?

    Sur les 4 covoiturages que j'ai pris récemment, seul l'un des conducteurs (ou plutôt l'une des conductrices, d'ailleurs la seule femme) a respecté les panneaux de limitation de vitesse. Tous les autres dépassaient la vitesse autorisée d'une dizaine-vingtaine de kilomètres-heure en moyenne (ce qui faisaient qu'ils freinaient sec au moment de passer les péages, par exemple).
    Je ne discute pas du côté sécurité dans ce message (mais c'est tout de même la 2me cause d'accidents de la route, derrière l'alcool).
    [ul]
    [li]l'argent qu'ils se font grâce au covoiturage leur permet d'adopter une conduite "sportive" sans qu'elle ne leur coûte : ils gagnent du temps + de l'argent. La motivation économique qui aurait pu les pousser à adopter une conduite plus écologique (ex : éviter les freinages secs) et respectueuse de la loi est rendue inopérante. De même, s'ils se font flasher au radar, ils ne perdent pas vraiment d'argent : au pire, ils en gagnent moins que prévu (€ gagné gâce au covoiturage - prix de l'amende). C'est donc "moins grave". [/li]
    [li]le rôle des passagers n'est pas à négliger : ils prennent certes des risques en montant dans la voiture d'une personne qui ne respecte pas les limitations de vitesse mais ils gagnent du temps et surtout, si jamais le conducteur se fait flasher/verbaliser, ils ne partagent pas les conséquences négatives avec ce dernier. Il me semble en effet que, si on peut vouloir éviter à un ami/membre de la famille... de payer une amende (et de s'emplafonner contre un platane), c'est moins le cas pour un inconnu. On a les avantages moins les risques (financiers). [/li]
    [/ul]

    Eh puis, d'un point de vue plus personnel je me demande ce que je devrais faire en tant que passagère. Je pense regarder le temps prévu par le conducteur la prochaine fois : si c'est (beaucoup)  plus court que ce qui est proposé par mappy et consorts, j'en chosis un autre. Sans doute devrais-je le signaler au site (il y a un sondage proposé pour évaluer la conduite du covoitureur).
    Mais paradoxalement, ça me pose moins problème que lorsque ma cousine me dit qu'elle roule au-dessus de la vitesse autorisée (alors que je n'effectue pas de trajets avec elle). Je me demande pourquoi.
     
    Lenehän a BigUpé ce message
  3. Angy_who

    Angy_who
    Expand Collapse
    Vivre avec bienveillance

    Pour le covoiturage je doute que le côté "économique" rentre en ligne de compte. Les personnes que je connais qui roule trop vite (= au dessus des limitations) le font par habitude, qu'elles aient ou non du monde avec elles ne changent rien :erf:

    Perso je suis toujours conductrice quand je fais du covoiturage, comme ça pas de mauvaise surprise.
     
    lafillelabas, Slaw et Aly- ont BigUpé ce message.
  4. adita

    adita
    Expand Collapse
    Dans le game en claquettes

    Et @Angy_who

    Pour avoir été des deux côtés du covoiturage (passagère et conductrice) je pense que les passagers aussi peuvent encourager les conduites à risque.

    Je respecte tout le temps les limitations de vitesse et lors d'un de mes covoiturage en tant que conductrice j'ai ressentie une vraie pression par rapport à ça. Mes co-voitureurs voulaient écourter les pauses pour arriver "plus tôt" et me signalaient que je pouvais aller "plus vite" sans que ça les gêne...
    Ma petite voiture de l'époque n'allaient pas très vite (90 maxi dans les côtes sur l'autoroute) et du coup ça m'a fait culpabiliser, comme si je devais rattraper un quelconque retard, alors que bon j'avais annoncé un temps assez large sur le site, puisque j'avais un long trajet et que j'aime bien faire plusieurs pauses pour me dégourdir les pattes.

    Cette expérience m'avait vraiment refroidi côté "conducteur" :erf:
    Côté passager, je choisi tout le temps des conducteurs qui indiquent une conduite "tranquille", sinon, je préfère prendre le train.
     
    Gwennig, Slaw, Themissfbi et 6 autres ont BigUpé ce message.
  5. Pinceau_

    Pinceau_
    Expand Collapse
    Cherche le divin en toi plutôt que le diable chez les autres.

    @chasc
    C'est marrant, tous les covoiturages que j'ai faits (en passagère), soit environ 5, les conducteurs étaient toujours très réglo sur les limites de vitesse et les pauses. Et j'ai toujours ressenti ça comme un "respect" de la part du conducteur envers les passagers justement : quelque part je prends un risque en montant dans la voiture d'un.e inconnu.e, et cette personne se doit de me "rassurer" en conduisant selon les limites et en faisant des pauses toutes les deux heures (comme c'est préconisé :vieux:).
    :dunno:
     
    Ava*, Lenehän, -Ellebore et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  6. Loreleysherry

    Loreleysherry
    Expand Collapse

    Il serait bon que tous les mots français conservent leur sens, sinon le français deviendrait impossible à relire dans 100 ans voir 15 ans avec l'accélération du temps que l'on observe à notre époque. Après, qu'un mot acquiert de nouvelles significations, c'est le propre de toutes langues vivantes…
     
    Pawline, lueure et agapanthe7 ont BigUpé ce message.
  7. Gringo

    Gringo
    Expand Collapse
    Regarde du porno en tricotant

    Question philo du jour:
    hier il y avait un reportage sur les débuts d'homo sapiens. Ils disaient que vu la technique utilisée pour tailler le silex en outil est complexe ça veut forcément dire qu'ils avaient un langage pour pouvoir l'expliquer et transmettre le savoir.
    Ça ne m'ait jamais venu à l'idée que l'homo sapiens pouvait ne pas avoir de langage.

    (Il faudrait vraiment faire un expérience avec des bébés sur une île déserte et voir comment ils évoluent sans aide extérieure et ce qu'ils arrivent à comprendre ou non spontanément)

    Donc ma question est, si avec une machine à remonter le temps on allait chercher un bébé d'il y a 20/30 000 ans et qu'on le ramenait à notre époque et qu'on l'élevait comme un enfant de notre époque serait-il capable de comprendre le programme de l'éducation nationale? Ou est-ce que notre cerveau a évolué et qu'on est plus performant qu'il y a 30 000 ans.
     
    #8 Gringo, 11 octobre 2014
    Dernière édition: 12 octobre 2014
    Themissfbi, Dr Frank-N-Furter, Ava* et 7 autres ont BigUpé ce message.
  8. Chandernagor

    Chandernagor
    Expand Collapse
    Mamiezelle. Si vous êtes nouvelle, perdue, que vous ne savez pas à qui parler, n'hésitez pas à m'écrire!

    Je me demande comment sont filmés les docu animaliers :hesite: Surtout ceux qui suivent des gros prédateurs dangereux pour l'homme. Récemment j'en ai vu un sur les grizzlis et c'était filmé de façon vraiment très "intime" : on suivait une mère ourse dans sa tanière avec ses bébés, après on la voyait dévorer des louveteaux depuis l'intérieur de leur "terrier", et puis on voyait des ours dans diverses occupations : chasser, pêcher du saumon, se battre, échapper à des rivaux etc. et à chaque fois c'était en plan rapproché, parfois carrément en caméra subjective (dans la peau d'un saumon qui va se faire béqueter par exemple). Alors je pense que le montage joue beaucoup, pour un passage donné les diverses séquences n'ont pas forcément eu lieu au même endroit et au même moment et puis dans certains cas la caméra est fixée sur l'animal. Mais quand même, la plupart des plans ça se voyait qu'ils avaient été filmés par un caméraman (zoom, changement de prise de vue etc.) et souvent hyper près. Du coup je me demande s'il y a un truc, ou si c'est juste que les caméramans prennent des risques énormes... En tout cas ça m'a toujours fascinée d'imaginer un humain approcher des animaux sauvages et potentiellement dangereux au péril de sa vie.
     
    Abécédaire, Rhapsody, Clover- et 5 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...
Sujets similaires
  1. Mamzelle.Sleepy
    Réponses :
    0
    Affichages:
    1296
  2. Initial BB
    Réponses :
    0
    Affichages:
    1208
  3. Puchi
    Réponses :
    0
    Affichages:
    972
  4. GrandeMarine
    Réponses :
    2
    Affichages:
    1348
  5. Dou'
    Réponses :
    14
    Affichages:
    1480