Je suis femme au foyer à 24 ans et je suis loin de la « ménagère désespérée »

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Melissa, le 22 avril 2015.

  1. Melissa

    Melissa
    Expand Collapse

  2. Cilece

    Cilece
    Expand Collapse
    En cours de piéytchdi

    "Ça a été mon premier « boulot » : j’ai repéré des annonces, tenté des appels, les doigts moites tremblants sur le combiné du téléphone. Au bout de deux semaines nous étions dans notre appartement. Je n’avais certes pas d’emploi à proprement parler mais au final, je me suis occupée de toutes les démarches nécessaires à un emménagement, comme réceptionner les meubles, faire installer Internet et le téléphone — ce qui, vous pouvez me croire, n’a pas été simple, même sans considérer les problèmes de communication… Et au fur et à mesure, j’ai commencé à me façonner un rôle dans notre ménage."

    On l'a tous fait, non? Personne au foyer ou employé(e) peu importe. Mais du coup, je viens d'apprendre que je cumulais deux voire trois boulots, je suis une OUF.

    C'est une bonne idée cet article (mais "femme au foyer" sonne tellement péjoratif, alors que bon, non pas vraiment en tant que tel), l'auteure s'assume et vit sa vinaigrette, mais j'espère qu'elle arrive à progresser en anglais quand même!

    Bon courage :fleur:
     
    #2 Cilece, 22 avril 2015
    Dernière édition: 22 avril 2015
    shae661, SanctiPirate, Table et 5 autres ont BigUpé ce message.
  3. Cartrell

    Cartrell
    Expand Collapse
    Poudre Boum

    J'ai trouvé cet article très intéressant. Et ça montre bien que comme pour tout dans la vie, lorsqu'on est différent et qu'on choisit un mode de vie qui ne correspond pas à la majorité, alors on est critiqué automatiquement. Cette fille à la chance de profiter d'avoir du temps libre pour faire ce dont elle a envie. Ce n'est pas ce que tout le monde rêve ? avoir un break ?
     
    Rodchenko, Grumpy Bunny, Arlune et 4 autres ont BigUpé ce message.
  4. Poupoup

    Poupoup
    Expand Collapse

    Dans la conclusion, le "tant que c'est voulu, être femme au foyer n'est pas dégradant" est extrêmement maladroit. Comme si ça l'était pour les femmes qui le deviennent à regret pour des raisons économiques ou autres. Il est dommage de trouver un tel jugement de valeur dans un article qui a pour but de démonter des préjugés.
     
    Katymyny, Maia Chawwah, ElectraHeart et 16 autres ont BigUpé ce message.
  5. camimille34

    camimille34
    Expand Collapse
    Cuisinière, globe-trotteuse et wannabe blogueuse.

    @Poupoup Je pense que l'auteure n'émettait pas un jugement de valeur de selon SES convictions, mais plutôt celui d'une femme au foyer random qui ne l'a pas décidé. J'entends par là que certaines femmes, ou hommes, celles qui ne l'ont pas choisi, peuvent trouver leur statut dégradant, selon...elles même justement, tant l'idée d'avoir une activité professionnelle est importante pour elles. Ainsi, elles déprécient leur mode de vie.
    Enfin, je l'ai pris comme ça.
     
    payapapya et elsarive ont BigUpé.
  6. -Poulpi-

    -Poulpi-
    Expand Collapse
    Guest

    Je risque d'être "femme au foyer" entre la période où je vais finir mon stage et trouver effectivement un travail. Et cette perspective ne me dérange pas plus que ça parce que déjà ce serait temporaire (tout comme l'auteur finalement vu qu'elle souhaite travailler à un moment ou un autre) et parce que j'ai besoin de cette période de transition entre les deux, enchaîner directement sur un CDI ça m'angoisse dans l'idée.
    Je ne trouve pas ça ni dégradant ni honteux, il y a un temps pour tout. Je n'aime pas non plus être en relation de dépendance avec mon copain donc je pense faire des missions ponctuelles, des petits boulots pour rapporter quelques sous quand même...
    Le seul point négatif que je trouve dans cette situation, c'est que je trouve ça "dangereux". Effectivement le temps passé à rester au "foyer" est du temps qu'on en va pas "optimiser" : on ne va pas se faire d'expérience pro à mettre sur le cv, on ne va pas agrandir son réseau.. etc et en plus, on dépend d'un tiers pour tout (logement, bouffe etc...) alors qu'on ne sait jamais de quoi demain sera fait. Je suis contre la sigmatisation de ce statut, mais pour autant, je lui trouve des défauts qui font que ce ne sera jamais une situation envisageable à long terme pour moi.
     
    Callie., Anera, ElectraHeart et 8 autres ont BigUpé ce message.
  7. BeBiscotte

    BeBiscotte
    Expand Collapse

    Je trouve que l'emploi "femme au foyer" ne sonne pas spécialement bien à mes oreilles. Pourquoi? Je pense que c’est plus une situation d’adaptation, un évènement de court terme car cette jeune femme a des projets professionnels tout autre. C’est un temps d’attente. Peut-on réellement parler de “femme au foyer“ (je m’interroge sérieusement sur sa signifcation, en général)? Elle apprend une langue, elle attend d’avoir le feu vert pour exercer son métier dans un autre pays.
    En écrivant ce commentaire, je réalise que je rapporte l’article à ma propre situation. J’ai fini mes études, j’ai été en recherche d’un emploi, j’étais à la maison pendant que chéri travaillait. Comme j’avais plus de temps, je me suis occupée de la maison (alors que chéri ne l’avait jamais demandé). Mais je n’ai pas eu le sentiment d’être femme au foyer...
     
    Major Tom, Callie., Boogie et 19 autres ont BigUpé ce message.
  8. Marah

    Marah
    Expand Collapse

    Il n'y a rien de dégradant à être femme au foyer, mais la naïveté de cette madZ (qui commence tout juste et ne perçoit pas le long terme d'une telle situation) est assez fréquente. Parce que d'un point de vue économique, être femme au foyer c'est se tirer une balle dans le pied. Pendant que Mr fait évoluer sa carrière et met de l'argent de coté, fait grimper les points retraite, Madame est au point mort et devra justifier de son "inactivité" parce qu' il ne faut pas se leurrer, chaque année passée en dehors du monde du travail lui fera perdre de la valeur sur le marché de l'emploi. On considère bien sur que l'argent durement gagné par Mr lui appartient de droit pendant que Mademoiselle est "entretenue" par lui. La réalité est la suivante: tu est surqualifiée pour un travail non rémunéré pour ton petit ami. Exemple d'un couple que je connais bien. Mr et Mme se marient. Mr continu ses études pour être médecin, Mme arrête ses études au niveau bac +3 pour le soutenir. Puis trois enfants, qu'elle gère seule pendant que Mr, maintenant Dr fait grandir sa patientèle. Elle fait son secrétariat aussi,par moment, gratuitement, pour lui faire gagner du temps. Puis l'affaire devient florissante, il embauche une secrétaire. Puis il se barre avec elle et divorce et ne "s'occupe" de ses enfants qu'un WE sur deux. La situation aujourd'hui: Mr a une belle maison, gagne un paquet de pognon et ne s'inquiète pas pour sa retraite. Mme, avec son bac+3, n'a repris le travail qu'après les enfants devenus grand, elle est secrétaire, embauchée par son frère. Elle vis de peu et ne sais pas comment elle se débrouillera pour retrouver un boulot quand son frère vendra l'entreprise, et encore moins comment joindre les deux bouts quand la retraite arrivera, puisqu'elle a une toute petite retraite. C'est ça, la réalité des femmes au foyer: la vulnérabilité et la précarité sur du long terme.
     
    Pulzée, Matooune, Siriusly Shark et 68 autres ont BigUpé ce message.
  9. Luchsi

    Luchsi
    Expand Collapse

    @BeBiscotte je suis tout à fait d'accord, je n'ai pas vraiment l'impression que cette Madz est "Femme au foyer" pour l'instant.
    Parce que si on va par là, moi aussi, je suis femme au foyer, en plus d'être indépendante libérale. Moi aussi je m'occupe des petites annonces, du ménage, de la cuisine. Comme beaucoup de femmes ! (et un peu moins d'hommes).

    Mais c'est toujours bien d'avoir un témoignage positif !
     
    Major Lazer, Shann et Syew ont BigUpé ce message.
  10. Tourterelle

    Tourterelle
    Expand Collapse

    Attention, ATTENTION. J'aime bien les articles "à bas les jugements", mais là c'est quand même un sujet ultra grave. Quand on voit la difficulté à trouver un emploi, la difficulté à se faire payer correctement, la difficulté à se trouver une place en tant que femme dans cette société encore bien trop patriarcale… Évidemment qu'être femme au foyer a des côtés tentants. Et je trouve cet article terriblement dangereux pour cela. Dangereux, parce qu'il fait malgré tout la promotion d'un mode de vie que beaucoup de femmes se sont vues imposer dans le passé, que cela leur convienne ou non. Et qui risque de nous revenir à la face beaucoup plus soudainement qu'on ne le croit (par exemple si, au hasard, le FN venait au pouvoir).
    Il faut se battre, les filles. Se battre pour nos droits, parce que vous pouvez être sûres que des tas de gens sont prêts à nous les reprendre à la première occasion. Et se battre, des fois, ça veut dire faire des choix de vie qui ne sont pas les plus "confortables" à court terme, mais qui nous assurent l'indépendance à long terme. Et bien souvent, ça veut dire travailler (ou alors allez vivre d'amour et d'eau fraîche sur une île déserte, et je serai la dernière à vous en empêcher :) ).
    Personnellement, j'ai traversé une longue année de chômage, avec un copain qui gagnait un salaire indécent. À cette époque, j'aurais aimé avoir un enfant, et je sentais que la société serait tellement plus douce avec moi si j'étais mère que si j'étais chômeuse, que ça m'en donnait encore plus envie (il y a eu ce jour où j'ai enchaîné mon rendez-vous à Pôle Emploi, avec un tour à la pharmacie pour acheter un test de grossesse : je peux vous dire que la situation n°2 était bien plus valorisante). Mais je me suis retenue de la tentation de dépendre de mon copain. On faisait les comptes, et pour les dépenses communes on payait à proportion de nos revenus.
    Je ne veux pas juger la Mad qui a fait ce témoignage, elle a bien expliqué ses raisons et elle fait ce qu'elle veut de sa vie. Mais je le trouve dangereux (le témoignage). Désolée, on n'est pas encore dans un monde parfaitement égalitaire où ce genre de témoignage pourrait être reçu de façon totalement neutre. On est dans un monde où les femmes doivent se battre pour exister et avoir leur place dans la rue, dans la vie publique, dans les emplois et dans les médias… et médiatiser des choix de femmes qui ont renoncé à tout cela, je trouve ça contre-productif.
     
    ombre vengeresse, Lilywhite, Boogie et 23 autres ont BigUpé ce message.
  11. soshishi

    soshishi
    Expand Collapse
    Loading

    Je rejoint @BeBiscotte, pour moi ce n'est pas une "femme au foyer" telle que l'on peut le définir, mais une période d'adaptation et de changement sans emploi.

    J'ai vu des témoignages de beaucoup de Madz ayant un copain qui ne travaille pas car en recherche d'emploi, en phase d'adaptation. Il y a des mecs qui lâchent tout pour suivre la Madz aussi. Et dans tous les cas, on ne parle jamais d'homme au foyer. Je connais un couple à l'étranger où justement le mec reste jusqu'à la fin du contrat de sa copine en n'ayant pas la possibilité de travailler, et est aux petits soins pour cette dernière en préparant petit déj et repas ("pour lui donner des forces" je trouve ça trop choupi).

    Maintenant la différence entre pas mal d'hommes et de femmes (dans le couple hétéro-normé tout ça tout ça) c'est que lorsque la femme ne travaille pas, on va souligner de manière plus importante (de manière péjorative ou positive selon la mentalité) le fait qu'elle fait plus le ménage et la bouffe. Et il ne faut pas se mentir, même si on a une répartition des tâches qui va en s'améliorant, un homme à la maison en fait rarement autant qu'une femme à la maison en termes de contribution au ménage (je suis peut être trop négative, mais c'est mon impression). De même les femmes auront tendance à plus culpabiliser (ou prendre des remarques dans la tronche) si lorsqu'elles ne travaillent pas, elles ne s'occupent pas du "foyer". Certains gars sans activité s'en contre tamponnent, et j'ai lu beaucoup de témoignages dans ce sens ici.

    Dans le cas de la Madz ici je trouve ça géniale, et pour être honnête, je l'envie: à la découverte d'un autre pays, avec du temps libre pour en profiter, et rattraper le temps non disponible pendant les études pour faire des activités, tout en contribuant au confort de son copain qui travaille.
    Mais pour moi, nous ne sommes pas dans le cas d'une femme qui décide (ou à qui la société impose de décider) de ne pas travailler pour s'occuper des tâches de la maison avec ou sans enfant, et se donner ce rôle de manière claire (et non rémunérée.. ^^). Au fait, on devrait redéfinir le terme de femme au foyer (ou le supprimer tiens? )
     
    soraya14, Milord., Maud Kennedy et 5 autres ont BigUpé ce message.
  12. Luchsi

    Luchsi
    Expand Collapse

    @Tourterelle : je suis un peu d'accord avec toi... C'est un peu la même chose pour cette Madz : en fait, le témoignage passe bien parce qu'elle apprend l'anglais, qu'elle fait des choses constructives.
    Mais une personne de mon entourage a fait la même chose (dans un pays plus lointain et avec des enfants), et après le retour, vas-y pour te réintégrer dans le monde professionnel !
     
Chargement...