La crise cardiaque présente des symptômes différents chez les femmes

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Lise F., le 26 décembre 2016.

  1. Lise F.

    Lise F.
    Expand Collapse
    Membre de l'équipe

  2. totolamouche

    totolamouche
    Expand Collapse
    La vie est un long fleuve tranquille...

    En tant qu étudiante en 5ème année de médecine je peux vous assurer que cet article est totalement bullshit. C'est dangereux de colporter de fausses idees pareilles. L'infarctus du myocarde s'exprime par les mêmes douleurs chez l'homme que la femme. Par contre il est vrai que ces douleurs peuvent s'exprimer de différentes façons même si une douleur brutale à type d'oppression thoracique irradiant dans le bras gauche ou les mâchoire est la douleur la plus fréquemment retrouvée. Et si on montre plus souvent des hommes c'est parce que les femmes sont moins touchées par les infarctus que les hommes.
    Merci Madmoizelle de vérifier vos sources SVP !
    Bonne journée.
     
    Neyane, Kounette, lamarie84 et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  3. Lady Stardust

    Lady Stardust
    Expand Collapse
    Ah wham bam thank you ma'am!

    Je ne comprends pas cette partie là de l'article:
    Bah, c'est vrai, non? :ninja:. Ce sont surtout les personnes d'un certain âge (la moyenne d'âge des gens qui font une crise cardiaque c'est 63,3 ans me dit cet article) qui sont touchés, et l'obésité est un facteur de risque (entre autres facteurs de risque).

    "Surtout" ne veut pas dire "exclusivement", ça veut dire... "surtout". Comme "âge moyen" ne veut pas dire que des jeunes ne pourraient pas être touchés. Ce n'est donc pas "un préjugé", je cite, mais une réalité. Le préjugé serait de croire qu'uniquement les hommes / les personnes obèses / les personnes âgées seraient touchées.

    L'article est louable pour démonter ces idées mais ça me semble pas très bien formulé :hesite: Les femmes sont de plus en plus touchées, les jeunes aussi, mais pas de là à ne pas pouvoir dire qu'on a moins de risque quand on est jeune, ça me semble un peu extrapoler les chiffres :ninja:
     
    Neyane, Kounette, Lunafey et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  4. Naurore

    Naurore
    Expand Collapse
    Ne PAS citer. Ne PAS citer. NE PAS CITER.

    @totolamouche
    Parce que la Fédération Française de Cardiologie, ce n'est pas une bonne source ?
    Parce que le Professeur Dieter Horstkotte, ce n'est pas une bonne source ?
    Parce qu'eux, ils sont catégoriques : les symptômes sont différents.
    Du coup, je serais ravie (et peut-être même que l'autrice de l'article également, qui sait) de savoir de quelles sources tu parles, on se couchera moins bête :)

    Je trouve ça assez étonnant de la part d'une étudiante de prétendre qu'elle en sait suffisamment pour faire preuve d'autant de mépris envers l'autrice de cet article, sachant que même des Docteurs et Professeurs en médecine et/ou biologie déclarent ne pas tout savoir alors qu'ils ont + de connaissances et de compétences qu'une externe. Tu aurais pu donner ton avis (car il ne s'agit que de ton avis, pas d'un fait irréfutable) de manière beaucoup plus diplomate. J'ose espérer que tu ne parles pas de cette manière aux patients.

    Si tu as lu ça dans un quelconque ouvrage, tu pourras demander à un CCA/AHU/PH/PU-PH/autre (qu'importe), ceux qui sont honnêtes et humbles te le confirmeront : il y a certaines choses fausses qui sont publiées dans les livres de médecine. Pas volontairement mais parce que nous n'avons pas de recul sur toutes les pathologies et tous les traitements donc forcément, on avance à tâtons dans plusieurs domaines et les erreurs ne sont rectifiées qu'au fur et à mesure.

    Oui, effectivement, avant la ménopause, les femmes ont 4 fois moins de risque d'avoir un infarctus que les hommes (cf. l'Inserm).

    Or, "les infarctus chez les femmes de moins de 50 ans ont triplé ces 15 dernières années" (cf. La Fédération Française de Cardiologie). Et après la ménopause, le risque est le même.

    Donc non seulement avant 50 ans, la situation s'est aggravée chez les femmes mais après environ 50 ans, la situation est identique aux hommes.

    Sachant que les femmes représentent la moitié de la population, il est tout à fait pertinent de s'intéresser aux pathologies cardiovasculaires chez les femmes et donc de "montrer" les femmes tout autant que les hommes.

    ______

    En tout cas, pour ma part, si je suis surprise pas cet article, ce n'est pas par le fond mais plutôt par la date à laquelle il apparaît. Par exemple, Arte en parlait déjà en septembre 2015 donc ce n'est pas tout nouveau :cretin:. Ok, ça ne date pas d'il y a 10 ans mais ça ne date pas d'il y a 3 jours non plus quoi :P !

    Après, je conçois que Madmoizelle n'est pas un magazine médical ou scientifique et je préfère que le sujet ne soit abordé que maintenant plutôt que jamais donc n'y voyez pas de critique, je suis contente que cet article ait été publié :).

    D'ailleurs, même si je ne saurais pas les citer, il me semble qu'il y a également d'autres maladies pour lesquelles les symptômes sont différents entre les hommes et les femmes :hesite:. Faudra que je cherche, j'ai attisé ma propre curiosité :coiffe:
     
    MésangeBleue, Lise F., Neverland90 et 11 autres ont BigUpé ce message.
  5. totolamouche

    totolamouche
    Expand Collapse
    La vie est un long fleuve tranquille...

    @nourane
    Évidemment toutes tes réponses sont légitimes et bien fondées mais s'adressent à quelqu'un qui a un pied dans le milieu médical.
    Est si intéressant quand on fait de la vulgarisation de rentrer dans le type de douleurs atypiques, ou est ce un moyen de justement créer de faux raccourcis pour le patient, d apporter des confusions ou de le perdre dans des situations qui vont compliquer sa reconnaissance du trouble ?

    Je dis pas du tout qu'il faut prendre les gens pour des idiots et ne rien leur expliquer, au contraire je pense que les informations apportées doivent être les plus claires et limpide possible afin d'éviter toutes mésententes ou incompréhension.

    Parler de douleurs de règles ou de nausees et vomissement pour un IDM c'est oui effectivement possible mais pour quelqu'un qui ne connaît pas ça rend la définition flou, et augmente la difficulté de reconnaissance.

    Je trouve que le problème de cet article qui oui est finalement fondé sur de bonnes sources (je m'excuse de mon précédent message) c'est que c'est de la vulgarisation qui fait des raccourcis faciles et bancals amenant peut être de fausses connaissances à celui qui le lit.

    Tout comme je ne pourrais pas faire d article résumant la situation géopolitique du conflit israelo Palestien, je trouve ça dangereux lorsqu'on a pas de connaissances médicales de faire des articles destinés au tout venant.

    De plus en plus en consultation à l'hôpital je vois des patients arriver avec de fausses informations sur leurs maladies, tout droit sorties d'Internet qui me sortent que nous sommes des idiots nous les médecins, que l'on a rien compris. Après bon courage pour les faire participer à leur prise en charge !
     
  6. Ayrshire

    Ayrshire
    Expand Collapse

    @totolamouche à mon avis, ça n'est pas parce que la vulgarisation est un exercice délicat qu'il faut s'abstenir d'en faire...

    je ne sais pas ce que tu en penses, mais depuis que je gravite dans la santé, je suis très TRES triste de la manière dont on soigne les femmes, à tous les niveaux. même la recherche biomédicale a un mode de fonctionnement patriarcal... 90% des choses que l'on sait (ou croit savoir?) sur les maladies et les traitements sont extrapolées de données sur des individus mâles et jeunes. oui, même pour parler de maladies de vieux et de femmes. mon chiffre est invérifiable, j'ignore si quelqu'un a pris la peine de faire une étude sur ça. par contre si vous voulez en avoir une idée, allez sur pubmed, le google de la science, et cherchez le nombre d'études précliniques qui ont porté sur les deux sexes, c'est affligeant.

    une femme n'est pas physiologiquement un homme sans testicules. une femme ne se résume pas non plus à la somme de ses hormones. et c'est pourtant la manière dont on est considérées par bien des professionnels de santé...

    alors oui, au risque de trop vulgariser, au risque de faire des raccourcis (qui n'en fait pas lorsqu'on vulgarise d'ailleurs?), pour moi c'est important de donner ces informations à des jeunes femmes, même si c'est peu probable qu'elles fassent un infarctus entre Noel et le premier de l'an. c'est important de donner aux femmes un peu plus de pouvoir sur leur santé, parce qu'aujourd'hui, à mon sens, la médecine s'occupe très mal de l'autre moitié de l'humanité. alors le moins qu'on puisse faire, c'est déjà d'en parler.

    c'est pas nouveau, à chaque fois que madmoizelle fait un article sur un sujet scientifique, il y a au moins un commentaire pour dire que c'est n'importe quoi. bah je vais vous le dire franchement, je trouve ça mille fois plus constructif que madmoizelle publie ce genre d'articles, au risque de se prendre les pieds dans le tapis de temps en temps, quitte à susciter une discussion derrière, plutôt que d'éviter les sujets glissants.

    (et puis les gens vont déjà sur doctissimo pour les autodiagnostic alors...)
     
    Kiha, MésangeBleue, Neverland90 et 2 autres ont BigUpé ce message.
  7. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

    Un immense merci pour vos interventions @Ayrshire et @Naurore :fleur: effectivement la vulgarisation est un exercice complexe, et on prend bien sûr mille précautions (et plusieurs vérifications/relectures) avant de publier un article sur le thème de la santé. Ici, ce n'est pas la rédaction qui fait la vulgarisation, mais bien Glamour Health (qui interroge des médecins dans son article) et la Fédération Française de Cardiologie (à travers son spot de sensibilisation notamment).

    L'information qu'on relaie, c'est : attention, les symptômes de la crise cardiaque peuvent être différents chez la femme (c'est notre titre), et on développe un peu : en quoi ils sont différents, ok du coup comment "se surveiller", et on termine bien sûr par : ne pas paniquer, s'informer, consulter (consulter étant le premier conseil relayé : un doute ? CONSULTER, ne pas se dire "c'est une gastro" comme la femme qui témoigne).

    S'il y a dans ce schéma des "fausses idées", je veux bien que tu les pointes précisément, @totolamouche. Mais dire que "cet article est totalement bullshit", "en tant qu'étudiante en médecine", ça ne fait pas avancer le débat. Je te réponds "en tant que journaliste", "cet article cite des sources fiables". Et il ne prétend pas donner une vérité absolue et intangible sur le sujet (pas plus que la médecine moderne ne se prétend infaillible et omnisciente d'ailleurs, il me semble. :) )
     
    Denderah, Kiha, MésangeBleue et 3 autres ont BigUpé ce message.
  8. totolamouche

    totolamouche
    Expand Collapse
    La vie est un long fleuve tranquille...

    Je vais me répéter mais cet article me pose grandement problème parce que dire que les symptômes chez un homme et une femme sont différents est encore une fois faux. Oui il existe des douleurs atypiques mais il n'y a pas de douleurs spécifiques aux femmes et d'autres spécifiques aux hommes.
    Après on reçoit des patients qui sont persuadés d'avoir telle ou telle maladie et qui refusent de participer aux soins parce que sur doctissimo et bientôt sur madmoizelle ils auront vu que chez la femme on a pas de douleur à type d'oppression irradiant dans le bras gauche ou dans la mâchoire mais plutôt des nausées. Encore une fois pour un public averti qui sait prendre de la distance cet article peu paraître intéressant mais pour d'autres qui ne savent pas trier les sources ils va être pris comme une vérité absolue. Et vous ne voyez en aval toutes les difficultés que c'est de soigner vé genre de personnes qui réfutent les diagnostics.
    Je caricature ce qu'on voit réellement dans la vie de tous les jours.
    Qu'on me parle de la FFC en tant que source sûre OK mais Glamour health...
     
  9. Ayrshire

    Ayrshire
    Expand Collapse

    @totolamouche je vais me permettre un petit a parte evidence based medicine etc...

    s'il y a bien une chose que j'ai appris au cours de ces dernières années, c'est que l'enseignement de la médecine n'est pas parfait, et qu'il est à mon sens discutable voire dangereux de prendre ses cours pour argent comptant. la science (et par extension la médecine) est ainsi faite qu'elle est en constante évolution, et qu'elle est tous les jours remise en question. les enseignements qu'on reçoit sur les bancs de la fac sont une chose... et les observations qu'on fait tous les jours en sont une autre.

    j'ai appris un nombre incalculable de liste de symptômes, de facteurs de risques, d'examens à réaliser dans différents cas de figures... et depuis que je suis diplômée, j'ai aussi appris que ce que je croyais immuable car enseigné par mes pairs ces grands pontes ne l'était pas. la vérité n'est pas ce qu'on apprend du plus ancien... la vérité évolue, la vérité n'est pas forcément la même au cours du temps, et la vérité n'est parfois pas enseignée dans les facs.

    à titre d'exemple, il ne m'a pas fallu très très longtemps ce matin pour trouver plusieurs études, publiées dans des journaux reconnus à peer reviewing (JAMA, european heart journal pour ne citer qu'eux...), rapportaient qu'un plus grand nombre d'infarctus s'exprimaient sous une forme atypique chez les femmes. dans l'étude de torbal, c'est en moyenne 54% des infarctus des femmes contre 33% pour les hommes qui ne sont pas identifiés comme tels..!!! ok, l'étude date un peu, mais wtf! je n'irai pas plus loin dans les études, parce qu'il y a moyen d'y passer des heures, et que c'est vraiment pas le propos de ce message de faire une revue exhaustive de la littérature.
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    alors oui, c'est vrai, il y aura des femmes qui feront des infarctus comme dans les livres. et puis il y aura toutes les autres... et on en fait quoi de celles là? on fait quoi d'une femme qui se présente en consultation avec un profond sentiment de malaise, et qui se voit renvoyée chez elle parce qu'elle n'a pas la chance d'être "malade comme il faut"? on fait quoi d'une femme qui ne s'autorise pas à écouter son sentiment de malaise parce que ça ne ressemble pas à un truc grave? tu le sais que le pronostic des infarctus est très dépendant de la prise en charge réalisées dans les premières heures...

    les gens qui impriment les pages doctissimo et qui viennent en disant au médecin "j'ai ça", oui c'est pénible, non c'est pas normal, et non il ne faut pas leur donner raison. mais il faut aussi arrêter d'infantiliser les patients! ne pas faire de la sensibilisation, c'est laisser le champ libre à toutes les croyances les plus débiles. tu parles de personnes qui ne s'impliquent pas dans leur prise en charge... mais ne pas les informer c'est déjà leur enlever un moyen de s'impliquer.

    je suis peut être utopiste. c'est jamais facile de jongler entre les gens, leurs croyances, nos croyances, le consentement éclairé et internet... et il n'y a surement pas de bonne réponse à ça. moi je suis persuadée que ce n'est pas en muselant les informations qu'on arrivera à soigner les gens. parce que c'est quand même ça le but au final... c'est de prendre soin des autres.

    pour celles que ça intéresse, le blog de Martin Winckler est très instructif sur les relations médecin-patient : https://ecoledessoignants.blogspot.fr/
    peut être un peu dérangeant quand on est professionnel et santé. mais ça fait du bien aussi, des fois, d'être remis en cause dans ses convictions.
     
    #9 Ayrshire, 28 décembre 2016
    Dernière édition: 28 décembre 2016
    Biscottine, Denderah, Kiha et 2 autres ont BigUpé ce message.
  10. MésangeBleue

    MésangeBleue
    Expand Collapse

    @Ayrshire Merci bcp pour tes commentaires. J'ai particulièrement aimé le dernier et pourtant je ne suis pas d'études de médecine (ou justement c'est pour cela;)!). Je DETESTE les soignants qui nous prennent de haut sous prétexte que nous on a pas fait 10 ans d'études! Personnellement j'aime comprendre, dans tous les domaines, et même si un mot technique, un diagnostic, ne me dit rien je chercherais ensuite sur internet ce que ça veut dire (et non on ne gobe pas tout ce qu'on lit sur les forums, m****! il y a peut-être des gens qui croient un peu n'importe quoi mais faut arrêter de direct nous rembarrer quand on a le malheur de dire qu'on s'est renseigné sur internet (le "oh mais faut pas croire tout ce qu'on voit sur internet":slap: nan sans blague! internet c'est le mal!!!!:mur:)).

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Sérieux il faudrait vraiment que dans les écoles de médecine on apprenne aux gens à savoir écouter et dialoguer avec le patient. Et lui faire confiance parfois!
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    Ayrshire et Denderah ont BigUpé.
Chargement...