La culture du viol : deux témoignages qui prouvent son existence

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Sophie Riche, le 2 janvier 2013.

  1. Sophie Riche

    Sophie Riche
    Expand Collapse
    Giddy goat
    Membre de l'équipe

  2. Caliodë

    Caliodë
    Expand Collapse
    Oh Yeah !

    Ce genre de discours me donne envie de vomir !

    Je pense qu'il et urgent que la définition du mot "consentement" soit enseignée à l'école !
     
    ~*Galaxy*~ a BigUpé ce message
  3. MamieCaro

    MamieCaro
    Expand Collapse
    fresh out of cookies

    Autant le premier article est complètement terrifiant, autant le second ("Nice guys commit rape too" - bon, OK, le titre est un peu débile) me semble avoir été mis au pilori un peu vite.

    La fille passe son temps à répéter dans l'article que son ami a bien commis un viol, que c'est mal, que c'est sa faute et que ce n'est en aucun cas excusable.

    "the individual rapist is solely responsible for the rape he committed"

    Elle mentionne le comportement de la fille, mais jamais comme une faute, ou une responsabilité quelconque.

    "being hot, flirty, frolicky and drunk is NOT consent. Putting your penis in a woman without her consent is rape. Being drunk was not an excuse for either party. The responsibility was not on her to say “stop”, it was on him to ask if it’s okay before he did it. This part is simple."

    Tout ce qu'elle dit, c'est que le fait que nous vivions dans une société qui entoure le sexe d'un voile de mystère et de non-dits participe à la culture du viol.
    A aucun moment, elle ne déresponsabilise son ami : elle dit juste s'interroger sur comment il a pu en arriver là.

    Et je trouve qu'il est important de rappeler que le viol n'est pas que le fait de dangereux pervers cachés dans des ruelles sombres, mais aussi de mecs qui semblent ordinaires dans des lieux où on se croit en sécurité. Et que même si le mec n'a pas réalisé sur le moment qu'il était en train de commettre un viol, c'en était pourtant bien un.
     
    ~*Galaxy*~ a BigUpé ce message
  4. katnissvsw

    katnissvsw
    Expand Collapse
    Guest

    :facepalm: Je suis choquée surtout pour le premier car là, il se donne des excuses alors que le second comme dit Mamie Caro, la fille le dénonce.
     
    ~*Galaxy*~ a BigUpé ce message
  5. Panties

    Panties
    Expand Collapse
    Beautiful disaster.

    Moi j'ai deux amies qui se sont faites violées en novembre-décembre. Violées, mais au point de vue de la loi.

    J'explique:
    La première était saoule à une soirée et elle causait avec des amis, et là une de nos connaissances (lui aussi était ivre) l'a prise à part un petit peu plus loin, et a commencé à l'embrasser. Sur ce, ils sont rentrés chez elle à patte puisqu'elle habitait pas loin et ils ont couché ensemble.
    Le lendemain, elle était juste embêtée d'avoir couché avec alors qu'elle ne s'en rappelait pas du tout, et que ... bah lui non plus. Moralement ça ne lui fait pas tant de mal que ça, comme ils étaient tous les deux saouls, elle m'a juste demandé de l'accompagner à la pharmacie prendre la pilule du lendemain parce qu'elle avait des doutes par rapport à la capote utilisé (comme le mec était ivre, il ne l'avait peut etre pas bien mise)

    La deuxième, c'est assez le même scénario, elle avait (beaucoup) trop bu, et un gars qui lui plaisait lui a proposé de dormir chez lui. Le lendemain elle s'est rendue compte qu'elle avait couché avec, sans vraiment le vouloir. Elle m'a dit qu'elle n'a qu'un vague souvenir d'avoir couché avec. Le gars avait bien bu également et il lui plaisait, donc moralement ça ne posait pas tant de problèmes que ça.

    Même si elles ne le vivent pas mal du tout, j'ai tenu à leur rappeler qu'au point de vue de la loi, inconscient = non consentant et que donc, les relations sexuelles qu'elles ont eut sont des viols.
    Ce que je veux dire au final, c'est que trop souvent, on "excuse" les viols à cause de l'alcool (comme dans le témoignage du 1er garçon cité dans l'article) et que ça n'est pas normal. Les deux garçons qui ont violé mes amies se sont excusés quant à eux, parce qu'ils ont été conscients (contrairement aux filles) qu'ils n'ont pas bien  agit à cause des effets de l'alcool.
    Après, dans leur cas ça a aussi été un viol puisqu'ils n'étaient pas dans le meilleur des états pour accepter ou refuser une relation sexuelle. Et je pense que c'est pour ça que mes amies ne leur en veulent pas. Mais un excès de consommation d'alcool ne devrait jamais être valable comme motif de viol.
     
  6. October Rain

    October Rain
    Expand Collapse
    Moral au beau fixe

    Il est de la responsabilité des deux partenaires de vérifier le consentement l'un de l'autre. Une personne sous l'effet de l'alcool ne constitue pas un partenaire en mesure de consentir librement...
     
    ~*Galaxy*~ a BigUpé ce message
  7. MamieCaro

    MamieCaro
    Expand Collapse
    fresh out of cookies

    Je trouve la définition du viol US beaucoup plus logique, personnellement. Parce que si tu te bases sur la version française, ça voudrait dire que le mec qui a une relation sexuelle avec une fille ivre morte (voire endormie, comme dans le cas du second article) ne l'a pas violée... Et là ça me fout un peu les jetons !!

    Ce qui est quand même emmerdant, c'est le cas où la fille ET le mec sont ivres morts et tous deux incapables de consentir. Mais alors, comment dire qui a violé qui ? De mon point de vue, c'est le seul cas qui devient vraiment discutable, car dire "eh bien c'est forcément le mec", ce serait... sexiste !

    Lui demander si elle en a vraiment envie devrait suffire... Si elle n'est pas en mesure de répondre de façon claire ou semble ne pas comprendre ce qui se passe... elle ne consent pas. Pas besoin d'un alcootest pour ça.
     
    ~*Galaxy*~ a BigUpé ce message
  8. MamieCaro

    MamieCaro
    Expand Collapse
    fresh out of cookies

    Comme je l'ai dit ci-dessus, ce n'est pas parce que quelqu'un a bu un verre qu'il·elle n'est pas en mesure de consentir. Il suffit de parler avec la personne pour voir si elle est en état de prendre une décision, et si oui, quelle décision elle souhaite prendre.

    Eh bien c'est justement ce qu'on appelle du victim-shaming...
    Une attitude n'est pas un consentement.
     
  9. katnissvsw

    katnissvsw
    Expand Collapse
    Guest

    Ben pour moi, c'est celui qui est le moins bourré qui a violé ou le plus fort physiquement . Dans le cas où il y a égalité, pour moi, il n'y a pas viol.
     
  10. October Rain

    October Rain
    Expand Collapse
    Moral au beau fixe

    Interdisons aussi aux gens de faire des raccourcis à deux balles... Sinon, y a la vidéo de Laci Green sur le sexe et l'alcool.
     
  11. MamieCaro

    MamieCaro
    Expand Collapse
    fresh out of cookies

    C'est quand même chaud-patate de déterminer a fortiori qui est le plus bourré des deux... A part si tu as des témoins, et encore...

    Et le plus fort physiquement, je ne vois pas trop pourquoi. S'ils étaient tous les deux bourrés et qu'il n'y en a pas un qui a forcé l'autre, la force physique n'entre pas en ligne de compte (et toujours pareil, comment déterminer qui est le plus fort ?) Certes, la question se pose s'il y a des traces de lutte, mais peut-être qu'en ce cas, un médecin sait reconnaître des traces d'attaque et de défense....

    "Pas top", on peut le dire comme ça, ouais !... Ou alors on peut dire "viol", parce que c'est comme ça que ça s'appelle... ou devrait s'appeler, puisque si j'en crois ton amie, en France ce n'est pas considéré comme tel...

    Y a des juristes dans le coin pour confirmer ça [qu'en France, il n'y a viol que s'il y a contrainte], d'ailleurs ? Car je trouve ça complètement hallucinant.
     
  12. Euphrosyn

    Euphrosyn
    Expand Collapse
    Overthinking everything

    En gros c'est exactement ce qui se passe dans 90% des cas.

    Même si la fille porte plainte ça n'aboutira pas parce qu'aux yeux de la loi française (et belge, honte à elle aussi ! ), tu n'as pas la preuve de ce que tu avances (à moins de trouver des traces de drogues du viol, ou des marques physique de contrainte).
     
Chargement...