La survie d'Erasmus menacée par la rigueur ?

Sujet dans 'L'actu en France' lancé par Denis, le 3 octobre 2012.

  1. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    L'eurodéputé Alain Lamassoure, président de la commission Budget au Parlement européen, a tiré la sonnette d'alarme ce matin sur France Info : "Si les gouvernements de l'Union européenne ne font rien, les étudiants inscrits sur Erasmus ne pourront pas partir l'an prochain".

    La faute à la rigueur qui pèse, aussi, sur le budget de l'Union. Les dépenses réelles ont été revues à la baisse, ce qui contraint l'institution à faire des sacrifices.

    Conséquence, Erasmus pourrait bien passer à la trappe...

    Créé en 1987, ce programme a bénéficié de 3 milliard d'euros d'investissements publics qui ont permis à plus de 2,5 millions d’étudiants européens de partir à l’étranger pour étudier dans un établissement d’enseignement supérieur ou pour effectuer un stage en entreprise.

    Erasmus reste toutefois réservé à une petite minorité. En France, où 380.000 personnes ont profité du programme depuis sa création, 31.665 étudiants sont partis en 2010, soit 5% des étudiants diplômés.

    L'avenir du programme est désormais dans les mains des sept pays (la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Autriche, la Finlande, la Suède et les Pays-Bas) qui s'opposent à l'adoption du budget de l'Union. Les négociations se poursuivent jusqu'au sommet européen prévu fin novembre.

    Qu'en pensez-vous les madz ? Faut-il sauver Erasmus ? Estimez-vous que ce programme est un pilier indispensable à la construction européenne (échange entre les peuples) ou un gadget destiné à une petite élite privilégiée ?

    France info
     
  2. FrankieA

    FrankieA
    Expand Collapse
    It's only Teenage Wasteland !

    Ca suffit ! Ils peuvent pas couper le budget de la Defense au lieu de détruire notre éducation ?

    (J'suis enervée, je pense que je repasserai plus tard, parce que j'suis pas super rationnelle, là :mad:)
     
  3. Nervously

    Nervously
    Expand Collapse

    Hein ?!?
    Y'a juste pas moyen de laisser tomber Erasmus, c'est juste une des meilleures expériences pour un étudiant (fin' selon moi).

    (Puis les pauvres petits français tout nuls en langues étrangères, c'est pas en supprimant Erasmus que ça va les aider)
     
  4. Betty Blue

    Betty Blue
    Expand Collapse
    Work in progress

    De manière générale, la notion même d'austérité, surtout quand elle touche aux budgets accordés au social (et donc à l'éducation) me fait hurler.

    Mais avant d'aller plus loin dans le débat, je voudrais quand même savoir à qui s'adresse Erasmus, à quelle catégorie d'étudiants? Universitaires, non-universitaires? Indépendamment ou non des résultats? ...Par qui sont supportés les frais de déplacement, logement et autres? Par les universités, l'Europe ou les familles?... Bref, je suis preneuse de toutes les infos et témoignages pour me faire une idée du "public" qui bénéficie d'Erasmus.
     
  5. Kirkja

    Kirkja
    Expand Collapse
    Apprivoisement du soi. 

    Mais je ne comprends même pas pourquoi Erasmus coûterait si cher. Je suis actuellement un programme Erasmus et à part ma bourse normale que je reçois par le CROUS (normale dans le sens où si j'étais restée en France, j'aurais touché le même montant), je n'ai pas l'impression de recevoir de l'argent en plus (ou alors, j'ai vu un autre montant une fois, mais ce serait quoi, 80 euros par mois en plus). D'ailleurs je vais recevoir mon premier versement de bourse en décembre quoi, cherchez l'erreur...

    Mais autrement, tous les autres frais sont à ma charge, le logement, l'inscription à la fac (heureusement, faculté d'origine donc en France nos frais d'inscriptions ne sont pas très chers), tout.

    En fait, à part le côté administratif peut-être, je vois pas du tout en quoi le programme Erasmus dépenserait des millions. Parce que les bourses, la plupart du temps, ça dépend des régions (et ma région ne donne pas de bourse à ceux qui sont déjà boursiers au CROUS.. et comme tout le monde ou presque est boursier au CROUS haha).

    Sinon si tu veux un premier témoignange Betty Blue, je peux te dire que 1. j'étudie à l'Université oui, 2. j'ai sans doute été sélectionnée grâce à mes résultats (mais il y avait très peu de concurrence dans ma filière), 3. je paye tous les frais (à part les frais d'inscription à l'Université d'accueil). :)
     
  6. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    Plein d'infos sur le site Génération Erasmus

    Les aides financières à la mobilité

    Aucun droit d’inscription à payer à l’arrivée. L’inscription s’effectue avant le départ dans votre établissement en France. Si vous êtes boursier, vous êtes exonérés des frais d’inscription. Si vous partez au Royaume-Uni où le coût des études est élevé, cet avantage n’est pas négligeable. Pour la mobilité d’étude, la bourse européenne est d’environ 200 euros par mois auxquels peuvent s’ajouter des cofinancements des conseils régionaux, conseils généraux ou des villes. Pour une mobilité de stage en entreprise, la bourse est d’environ 350 euros par mois, cumulables également avec d’autres financements.
     
  7. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    C'est vrai, ça parait dingue et l'info est peu reprise à l'heure actuelle.

    Mais Lamassoure, l'eurodéputé qui tire la sonnette d'alarme, n'a pas la réputation d'un plaisantin.

    Le paradoxe, c'est qu'en ce moment même les télés passent la campagne de pub du site Génération Erasmus !
     
  8. Balto

    Balto
    Expand Collapse

    Pour compléter ce que Denis a répondu, Erasmus c'est pas seulement les échanges universitaires. C'est également des bourses pour effectuer des stages à l'étranger et un soutien financier pour organiser des cours de langues avant ou pendant le séjour.

    L'article n'est pas très détaillé, et il parle seulement d'étudiants mais des professeurs bénéficient également du programme Erasmus pour enseigner à l'étranger (sur de courtes périodes, par exemple pour un séminaire) ou pour se former à l'étranger.
     
  9. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    Rien n'est fait pour l'instant ! Lamassoure alerte depuis le parlement européen sur le fait que le programme est au bord de la cessation de paiement et qu'il est donc nécessaire que les gouvernements des pays de l'Union décident de débloquer les fonds pour assurer sa survie.

    Comme je le disais dans le papier de lancement, les négos sont en cours !
     
  10. Hole

    Hole
    Expand Collapse

    Le bonhomme s'emballe un peu vite.

    Entre réduire le budget alloué à un programme, abaissant donc le nombre d'étudiants bénéficiaires (et augmentant sa sélectivité), et le liquider définitivement, y'a une marge.
     
  11. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    On peut l'espérer, mais au moment où l'ensemble des gouvernements de l'Union est à la recherche de dizaines de milliards d'économies, un programme qui ne concerne chaque année qu'une petite minorité d'étudiants n'est pas automatiquement à l'abri.

    Lamassoure a au moins le mérite de nous mettre en éveil sur le sujet !
     
  12. madamebonheur

    madamebonheur
    Expand Collapse
    Guest

    Concernant les droits d'inscription à l'arrivée, cela n'a pas à voir directement avec le programme Erasmus. dans le cadre de ce programme, les universités aboutissent à des accords entre elles, des contrats qu'elles négocient et cela aboutit à l'exonération des frais d'inscription mais ce n'est pas l'Europe qui paie la différence. Quand je suis partie un an au Royaume Uni, j'ai payé les frais de mon université, nous étions 2 de ma fac à pouvoir partir dans cette université et ma fac recevait deux élèves de la fac d'échange (qui donc payaient les frais de leur propre université).

    Concernant les bourses européennes, je n'en ai pas touché car j'étais éligible à la bourse du Conseil général et cela excluait de cumuler avec la bourse de l'U€. Mais pour mes amis qui l'ont touché cela représentait environ 120€ par mois (même dans les pays les plus chers d'Europe comme la Suède et la Norvège). Autrement dit, Erasmus reste réservé à des personnes qui ont les moyens de tout financer par eux mêmes en grande partie (voyage, logement, coût de la vie) sauf à pouvoir être boursier où effectivement les bourses sont plus importantes (ma bourse couvrait quasi tout mon loyer! Mais avec 120€ par mois je ne serai pas allée très loin). Du coup Erasmus reste assez restreint et c'est sûr assez élitiste. Pour la demoiselle qui se demandait, j'étais étudiante en L3 à l'université et comme la destination que je demandais n'accueillait que deux étudiants, il fallait soit que nous ne soyons que deux à la demander soit avoir les meilleurs résultats parmi ceux qui le demandaient. En l’occurrence, la concurrence était assez rude ^^.
     
Chargement...