Mai 68 !coups de gueule

Sujet dans 'Blabla Général' lancé par arthea, le 5 mai 2008.

  1. arthea

    arthea
    Expand Collapse
    Avaleuse de livres

    Non, non, ce n'est pas une discussion qui doit aller dans un autre forum. C'est juste une réaction à ce que devient mai 68 face aux médias.
    Marre de voir une révolution étudiante stigmatisée à des lancés de pavé sur les CRS. Marre de voir des slogans repris sous toutes leurs formes dérivées, y compris pour faire de la pub. Marre de voir le militantisme qui se fonde sur de fausses valeurs ( par exemple le féminisme, qui en 68, rappellons le, était plus particulièrement axé sur l'IVG, parce que c'est en militant pour les femmes qu'on peut créer des différences), marre de voir des lycéens dans la rue qui prétextent une manif' pour sécher les cours. :rockon: Phénomène historique décisif du 20ème siècle, mais pas phénomène de mode.
     
  2. Madmoizelle Champy

    Madmoizelle Champy
    Expand Collapse
    En hibernation

    Moi ce qui m'énerve, c'est quand même que c'était une période mémorable, révolution sociale, à peu près dix morts, tout ça... mais on en parle tous les 10 ans, en 2009 ça sera oublié, on nous le ressort à chaque anniversaire mais en fait on s'en fout complètement...
    Je sais pas vraiment si je m'explique bien en fait ^^
     
  3. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Je différencierais pour ma part la récupération publicitaire et "commémorative" de mai 68, bref ce qui relève de l'effet de mode, et ce qui relève du militantisme ou de la simple volonté de faire bouger les choses.
    Après, le "paternalisme soixante-huitard" m'énerve, c'est un fait. Que des Cohn-Bendit et compagnie fassent la Hune des journaux actuellement, ça me fout un peu la gerbe.

    Mais si cet anniversaire peut être une occasion, un prétexte d'expression, je trouve ça bien, et même, ça me fait réellement plaisir de voir quelque chose se passer. [cf la "campagne" redonnons la parole aux murs...]

    Après, que des lycéens sèchent pour aller manifester, c'est pas dû tellement au pseudo héritage de mai 68, mais au fait qu'on oublie que l'éducation est un privilège, et qu'on fait des ados des êtres tiraillés entre leur irresponsabilité et leur envie de paraître adultes. Mais je précise que des lycéens investis politiquement, associativement ou socialement, ça existe aussi.

    J'ai relativement rarement vu des gens se servir de pavés en manifs, pour ma part, et j'avoue faire partie des gens qui se sentiraient quelque part soulagés si ça pétait un bon coup -certainement parce que je suis une jeune conne idéaliste- mais je crois qu'il faut être un peu francs, remettre mai 68 à sa place de révolution des moeurs, et se dire que si révolution il y a à venir (ouais, on y croit tous...), elle ne se placera certainement pas à ce niveau là.

    Ceci dit, je plussoie la question d'Artefact.
    Et j'avoue ne pas trop comprendre où tu veux en venir non plus, mais c'est pas grave, j'étale mes états d'âmes de djeunz utopiste, c'est cool.
     
  4. arthea

    arthea
    Expand Collapse
    Avaleuse de livres

    "Je vois pas trop ce que tu sous entends concernant les fausses valeurs actuelles du militantisme, en particulier en ce qui concerne le féminisme?" Artefact.
    --> Je pense, mais ça n'engage que moi, que plus on militera pour une reconnaissance des femmes, plus on creusera des fossés entre les deux sexes. Après, je ne dis pas qu'il faille abandonner totalement les manif' féministes, mais je pense que les raisons données sont parfois mauvaises. ( même s'il est encore anormal de voir qu'une femme gagne moins qu'un homme, par exemple)
    " J'ai relativement rarement vu des gens se servir de pavés en manifs" Aakash
    --> Je disais ça par rapport à mai 68, tu sais l'image très connue de l'étudiant qui balance un pavé.

    Et bien sûr que j'ai envie de voir changer les choses, mais pas sous couvert de mai 68, en comprenant que c'est une époque révolue. Et si révolution il y avait, peut-être que les jeunes votants prendraient un peu plus leurs responsabilité concernant la politique actuelle, notamment concernant les réformes de l'éducation. Il y'en a un qui sait, en tout cas, très bien se servir des commémorations: les gens sont focalisés dessus, comme ça, on en oublie presque les coups de Karcher sur cet héritage.
    Pas vraiment de fins à ce post, juste un ras-le-bol de voir mai 68 porté en haut d'une mode.
     
  5. Eleanor

    Eleanor
    Expand Collapse
    à bout de souffle.

    Je vois que je ne suis pas la seule à m'énerver contre ces cons là.
    Par contre, au niveau de la remarque sur le féminisme, je préfère me taire...
     
  6. Moossye

    Moossye
    Expand Collapse
    Vieux Meuble de Mmz.com

    perso, ce qui me désole le plus c'est que depuis un an (même avant, mais je trouve que les médias ne se censurent plus là dessus maintenant. un peu comme le coup de Pujadas qui parle de "gauchiste" sur le JT... ), il y a vraiment cette mode, cette pensée (assez répandue), qui consiste à voir en Mai 68 un événement mineur d'ado en crise qui auraient mieux fait de fermer leur gu****, qui n'ont rien fait, rien dit, rien véhiculé.

    (Clin d'?il à mon prof de philo qui passait son temps à m'engueuler en me disant que j'étais "une horrible anarchiste élevée par des parents soixante huitards qui m'avaient appris à mépriser les règles"... Hé oui, avoir participé à Mai 68 maintenant c'est une honte, une insulte... )

    Après je trouve que mettre tous les lycéens dans le même sac de "cons", c'est pas mieux.
    Certes il y en a, mais pour avoir fait partie de ces "mouvements" il y a quelques années, je peux dire aussi qu'il y a pas mal de lycéens préoccupés par ce qui se trame autour d'eux et qui ont envie de réagir...
     
  7. Eleanor

    Eleanor
    Expand Collapse
    à bout de souffle.

    Encore une fois je me suis mal exprimée...Les "cons" pour moi, sont ceux qui vont manifester simplement pour sécher, qui ne savent même pas pourquoi ils manifestent, et non pas tous les lycéens.
     
  8. ~Leev~

    ~Leev~
    Expand Collapse
    Welcome to the Good Life

    La remarque sur le féminisme ne me semble pas dénuée de sens !
     
  9. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Hélio, je te vénère. Tu as réussi à dire sur les lycéens manifestant ce que je tentais (à mal) d'exprimer.
    Merci ! :coiffe:
     
  10. ~Leev~

    ~Leev~
    Expand Collapse
    Welcome to the Good Life

    Et comme Helio pour le reste, aussi.
     
  11. lisa-loup

    lisa-loup
    Expand Collapse
    Cassoulet!

    en fait, j'allais dire exactement tout ce que Hélio a dit.

    Mai 68, d'un point de vue historique, a été un élément clé quand même. Je rappelle que c'est quand même mai 68 qui en parti a fait que De Gaulle s'est retirée du pouvoir, ce qui marquait quand même la fin d'une "ère" si je puis dire.
    ensuite, elle a quand même aidé à la mixité entre hommes et femmes, et je vois ça comme un premier pas vers l'égalité hommes/femmes.
    Justement, pour les femmes, je tiens juste à te préciser que si nos grands-mères n'avaient pas manifesté, tu n'aurais peut-être pas le droit de vote. Alors, c'est sur que dans ces cas-là, militer pour les femmes créent des différences...:shifty:. Puis en 68, je ne pense pas qu'il n'y avait que l'IVG qui rentraient en compte dans leurs manifestions.

    Et en ce qui concerne les lycéens, je te conseillerai juste de lire l'actualité des derniers mois, de t'apercevoir du nombre de poste qui sont supprimés, de voir que la qualité de l'enseignement est en baisse...Comme ça, tu verras que les manifs lycéennes n'ont pas de lien avec Mai 68.
     
  12. arthea

    arthea
    Expand Collapse
    Avaleuse de livres

    Certes mettre les lycéens dans le même panier ce n'est pas terrible, seulement, il y a un moment où il faut être un peu cohérent: un lycéen qui manifeste pour ses professeurs (enfin pour la suppression de postes dans l'enseignement) pourra tout aussi bien râler à propos de ces mêmes profs dès lors qu'il y aura une chose qui ne va pas.
    Ensuite, c'est bien la première décision dans une vie, la marche vers l'acquisition d'une responsabilité civile. Mais, en 68, il s'agissait d'une responsabilité civile générale: intellectuels, ouvriers, étudiants. Et pas uniquement de syndiqués ou d'une minorité. C'est ce que je regrette vraiment actuellement: prise de conscience d'une minorité qui entraine à mon sens un clivage tel que celui qui précédait mai 68.
    Pour les femmes, je ne suis pas contre le féminisme, juste qu'il s'agit encore d'une minorité qui manifeste pour des raisons quelquefois obscures. Le droit de vote pour les femmes a été établit en 1944, rien à voir avec 68. Si quelqu'un pouvait en toute partialité m'éclairer sur ce qui a été fait concernant les femmes depuis 68, je suis preneuse. Malheureusement, l'IVG est presque refusée en France (question d'éthique chez les médecins et de refus de prendre des responsabilités), 68 a déclenché un mouvement de libération, mais mon coup de gueule concerne la véritable action sur le terrain des féministes. Enfin, c'est bien gentil de défiler et d'avoir des convictions, mais réellement, quelles sont les filles qui militent dans leurs entreprises ?Peu malheureusement. (ah oui, égalité homme-femme, si on était vraiment égaux, vous ne pensez pas qu'une femme ne porterait pas d'enfants, et que ce serait l'homme ?Biologiquement, la différence existe, tout comme physiquement, donc l'égalité n'est qu'un beau leurre, je crois)
    Je sais que ce post va encore déclencher des remous, mais j'avoue que j'aime bien :d
     
Chargement...