Quel est ton rapport à la mort ?

Sujet dans 'Vie Quotidienne' lancé par AnonymousUser, le 21 décembre 2009.

  1. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Dans cette douce période de Noël, je viens casser le moral des troupes, aha.

    Plus sérieusement, je me demande quelle est votre façon d'envisager la mort, les filles ? La vôtre (la plus lointaine possible :) ) , celles de vos proches, celles des inconnus, des jeunes et des moins jeunes, ... ?
     
  2. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Ce n'est pas une question facile!
    Ce que je peux dire c'est que je n'ai pas peur de la mort mais plus de la souffrance et la douleur qui va y conduire.

    Je suis athée et je ne crois donc pas spécialement qu'il y a un après mais je ne suis pas non plus persuadée qu'il n'y a rien donc je me laisse vivre et je profite à fond.

    Ma famille n'a pas été très chanceuse de ce point de vue là et les amis n'ont pas été épargnés non plus, je suis du coup bien consciente que ça peut arriver à n'importe qui, n'importe quand et ce quelque soit son hygiène de vie et les "bonnes choses" que l'on fait on peut clairement être rayé de la surface de la terre du jour au lendemain. Je le sais, on le sait tous et on vit avec parce qu'il n'y a ps grand chose d'autres à faire.

    Bon ça c'est pour ma propre mort, en ce qui conderne celles des autres j'ai forcément plus de mal. Ce n'est pas toujours facile d'être celui "qui reste", ce n'est pas toujours facile de laisser la vie reprendre son court après un drame, on ne s'y autorise pas parfois.
    Et pourtant il faut le faire, s'obliger à aller de l'avant. Bien sûr porter le deuil est important mais s'arrêter de vivre est selon moi pire que tout. Une vie a déjà disparue, est-ce vraiment nécessaire d'en mettre une dizaine d'autres entres parenthèses pour autant?

    Je suis ne en 86 et mes parents ont perdu ma soeur aînée en 83 dans un accident de voiture, elle avait 14 ans. Ils se sont interdits de vivre pendant 2 ans, se sentant coupables d'êtres vivants alors qu'elle ne l'était pas. Du coup c'est mon frère et mon autre soeur qui en ont fait les frais. Au final ils auront tous les 4 "gâchés" 2 ans de leur vie...
     
  3. Pantoufle

    Pantoufle
    Expand Collapse
    Reine Sperme des Neiges

    Je pourrais dire ça aussi. Parfois, j'ai des "flashs" de ça, et ça me fout le cafard.

    Ma propre mort ne me fait pas vraiment peur. Je préférerais qu'elle arrive tard car j'ai encore beaucoup de choses à vivre, des choses que je veux vivre. Ce qui me fait davantage peur c'est de souffrir, et surtout de mourir étouffée, je crois que c'est ma grande peur vis à vis de ma mort, que ce soit par une allergie, une noyade etc ...
     
  4. Pantoufle

    Pantoufle
    Expand Collapse
    Reine Sperme des Neiges

    (Je suis désolée de poster en plusieurs fois mais sinon mon message ne passe pas, visiblement le site ne veut plus que j'écrive plus de 15 lignes à la fois, haha)

    Par contre j'ai peur de perdre quelqu'un que j'aime. C'est pas omniprésent dans ma vie heureusement, mais quand j'y pense ça me fout le cafard, et plus je grandis plus j'y pense. J'ai la grande chance de ne pas avoir perdu de personnes dont je suis très proche, et j'espère que ça durera le plus longtemps possible.
     
  5. Pantoufle

    Pantoufle
    Expand Collapse
    Reine Sperme des Neiges

    (Encore désolée :sweatdrop:, un dernier après celui et puis c'est bon)

    Je sais qu'on est à l'abri de rien, à n'importe quel moment, et c'est ça qui me fait peur. Que là dans la minute il peut arriver n'importe quoi à quelqu'un que j'aime. Ça m'angoisse de ne pas pouvoir prévenir la mort des autres, les protéger. On ne peut rien faire, on est tous vulnérables. Alors j'essaye de me dire que de toute façon c'est comme ça, c'est pas en me rongeant les sangs que je vais changer cela. Alors j'essaye d'y penser le moins possible et de profiter un maximum. De toute façon je ne pense pas pouvoir m'y préparer en y pensant davantage. Si ça arrive, je devrais y faire face le moment venu, ce n'est pas la peine de gâcher nos vies d'ici là.
     
  6. Pantoufle

    Pantoufle
    Expand Collapse
    Reine Sperme des Neiges

    Par contre, dans mon inconscient je pense que c'est toujours présent. Car dès que quelqu'un de très proche ne donne pas de nouvelles de façon inhabituelle pendant un laps de temps trop long, je m'inquiète. Quand le téléphone sonne tard le soir, la nuit, ou tôt le matin, je m'inquiète.

    Je ne pense pas qu'il y ait quelque chose après la mort, et ça ne me dérange pas. Mais je pense qu'une part de moi a peur d'être oubliée, et je tente de laisser le plus de traces de moi : photos, écrits, peintures, dessins, etc ...

    (Fini, ouf !)
     
  7. Powpy

    Powpy
    Expand Collapse
    Challenge accepted.

    Lorsque j'étais petite ce qu'il pouvait se passer après la mort m'angoissait beaucoup. Je n'arrivais pas à me faire à l'idée qu'il y avait une fin. J'en ai parlé à ma mère qui m'a rassuré et depuis j'évite de me poser des questions qui m'empêcheraient de dormir.
    Quant à la mort de mes proches ça me fait peur forcément mais je n'y pense pas. J'ai plus tendance à m'imaginer morte pour essayer de deviner qui serait triste (c'est stupide je l'avoue.).
     
  8. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    ça me rassure parce que je fais la même chose dans les moments de doute intense où je crois que je suis transparente et inutile!
     
  9. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Moi aussi. Le pire c'est de se lever le matin, de voir trois appels en absence d'une personne en pleine nuit, qui n'a pas laissé de message. Je me fais des frousses incroyables avec ça !

    Pour ma part, je suis assez terrifiée par la mort. Petite, ça m'obsédait même, jusqu'à ce que je cesse totalement d'y penser entre mes 15 et mes 20 ans à peu près. Quand j'ai eu vingt ans, ça m'a fait un "choc" et je me souviens avoir reçu une peluche "20 ans, tout feu tout flamme" qui m'a filé une crise d'angoisse mémorable. Je me suis pris dans la tronche le temps qui passe a une vitesse inconcevable et.. la mort au bout. Pendant un an j'ai passé des nuits blanches à essayer de comprendre le pourquoi, le comment. Je n'arrive pas à me faire à l'idée qu'un jour il n'y aura plus rien (puisque je ne crois pas vraiment en la vie après la mort). S'en suivent les "à quoi bon alors?" et l'angoisse de voir ce moment de vide (?) arriver. J'ai peur de mourir, voilà, et je trouve fou de trouver rarement des gens qui diront : "j'ai très peur de la mort".

    Un an après j'ai perdu mon grand père et contrairement à ce que j'aurais cru, ça a un peu apaisé ma crainte de mourir. J'ai toujours très peur, mais ça ne m'obsède plus. J'ai compris que le pire est pour ceux qui restent.

    Quand j'imagine mes proches mourir, ça me fout en l'air. Ce "jeu" ne marche pas avec grand monde (et heureusement !) mais imaginer ma famille proche (parents+ma soeur) ou mon copain mourir est une torture infinie. Je ne m'imagine même pas pouvoir continuer à vivre après ça. Voir mes parents vieillir (tout est relatif ils n'ont que 45 ans) m'effraie énormément aussi.
     
  10. Pantoufle

    Pantoufle
    Expand Collapse
    Reine Sperme des Neiges

    Sans souffrir oui, mais sans s'en rendre compte je n'aimerai pas (enfin je ne serai plus là pour aimer ou non).
    Je préfère me dire "Et bah voilà, c'est la fin", plutôt que de m'endormir pensant qu'il y aura un lendemain et qu'en fait non. Je veux être confrontée.
     
  11. Pantoufle

    Pantoufle
    Expand Collapse
    Reine Sperme des Neiges

    Pareil ...
     
  12. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    J'y suis plutôt indifférente, à ma mort. Enfin bon, j'ai déjà pensé mourir en même temps. Si je réfléchis à si je devais perdre quelqu'un, du style mes amies, ben, ce serait difficile mais pas insurmontable. J'ai un rapport à la réalité biaisé, et je n'ai jamais été confrontée directement à la mort, je ne suis pas sûre de comprendre réellement ce que c'est.
    Il n'y a que pour en gros trois personnes que ça me ferait un gros choc, dont une plus que les autres. D'ailleurs c'est mon angoisse de tous les jours. Je me sens assez horrible, à dire ça.
     
Chargement...