Solange est misogyne... et peut-être que toi aussi

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par QueenCamille, le 11 septembre 2018.

  1. QueenCamille

    QueenCamille
    Expand Collapse
    Membre de l'équipe

    Sophie L a BigUpé ce message
    ----- Publicité -----
  2. Moulteepass

    Moulteepass
    Expand Collapse

    Solange , cette belle personne :jv:
    Je dévore ces vidéos depuis des années maintenant, c'est un ovni rafraîchissant et nourrissant !
     
    BulleColoree, lafillelabas, Clarissa11 et 3 autres ont BigUpé ce message.
  3. Loulouboux

    Loulouboux
    Expand Collapse
    C'est un peu court, jeune homme !

    J'avoue en toute bonne foi être misogyne... par mécanisme. L'essentiel est d'en avoir conscience, car ainsi on sait ce que l'on ne doit pas verbaliser. Même si c'est de plus en plus rare, il m'arrive encore d'avoir des réactions violentes vis-à-vis du comportement d'autres femmes. Mais comme je sais que c'est idiot de ma part, ces réactions de passent pas le stade de la pensée. Si on ne verbalise plus nos pensées misogyne, elles ne se transmettent pas. Si elles ne se transmettent pas, elles finissent par disparaître !
     
    zazouyeah, Malinauka, Ymotana et 18 autres ont BigUpé ce message.
  4. PingouinMasqué

    PingouinMasqué
    Expand Collapse
    féministe en pleine (dé)construction

    Khyra, Keep, Herenis et 46 autres ont BigUpé ce message.
  5. JAK-STAT

    JAK-STAT
    Expand Collapse
    Ghostly pale and hot tempered

    Je sais pas si c'est possible de se débarrasser de ses préjugés à jamais. C'est ancré tellement profondément que c'est automatique, l'important je pense, c'est de ne pas les exprimer et de se corriger mentalement (je sais pas si tout le monde fait ça, quand je pense un truc nul je me dis aussitôt "non c'est faux")
     
    Khyra, ChansonMuette, Mewen et 14 autres ont BigUpé ce message.
  6. Léona B.

    Léona B.
    Expand Collapse
    "Il n'est d'autre chose à tuer dans cette vie que l'ennemi intérieur, le double au noyau dur."

    Merci d'avoir fait remonter cette histoire, je trouve difficile de faire des mea culpa de sexisme, quand on ne sait même pas ce que c'est que le consentement :scream:
     
    Herenis, Ymotana, Mamy_Plug et 23 autres ont BigUpé ce message.
  7. Taiyakii

    Taiyakii
    Expand Collapse

    Merci. J'arrive plus à la prendre au sérieux depuis cette histoire.
     
    Etoile d-araignée, Iris__, -Jeanne- et 14 autres ont BigUpé ce message.
  8. Sophie L

    Sophie L
    Expand Collapse
    Intersectionalité des luttes

    Je comprends parfaitement le mécanisme décrit par Solange.
    Exemple perso : plus je traverse les saisons de GOT, plus Daenerys me saoule. Je me dis d'abord "elle a trop la grosse tête cette meuf", puis juste après "mais attends, penserais-tu la même chose s'il s'agissait d'un héros masculin ? Ne la jalouses-tu pas un peu d'être à la fois ambitieuse, aimée, redoutée et d'avoir 3 dragons pour elle toute seule ?"...
    Ben si en fait. J'aimerais bien avoir 3 dragons et leur ordonner" Drakaris" de temps en temps, comme ça. Pour rire.
    Non, en vrai elle est quand même un peu mégalo.
     
    zazouyeah, Pau La, Selyse et 7 autres ont BigUpé ce message.
  9. -Neil-

    -Neil-
    Expand Collapse
    Let's dance the Chamba !

    Comme mentionné par @Flowercream- , le terme "Misogynie" est peut-être employé maladroitement.
    Je me fais, comme tout le monde, des réflexions négatives intérieures quand je vois quelqu'un qui me viole la rétine d'un point de vue stylistique disons. Où encore, si je vois une fille / femme qui va s'habiller très sexy, je vais avoir directement une petite pensée qui va pop dans mon esprit et qui dira "Woo faut osé c'est vulgaire !".
    Faut savoir que nous ne pouvons pas maîtriser nos premières impressions qui surgissent malgré nous, mais nous pouvons agir dessus par la suite en prenant du recul à leur sujet. En soi, c'est déjà un pouvoir de contrôle génial qui empêche grandement de stéréotyper les choses. Nous sommes conçus-es de sorte à cataloguer les choses afin que l'on puisse mieux récupérer une information, et plus nos connaissances sur le sujet sont limitées, plus le catalogage sera grossier. Nous avons besoin de "ranger" les informations et c'est notamment, en partie, à cause de ça que naissent les stéréotypes.

    Par contre, lorsque j'ai une pensée négative et gratuite à propos de quelqu'un, je vais, bien évidemment, la garder pour moi et surtout me dire que cette pensée est naze. Et si jamais je suis amenée à être confrontée à cette personne, j'essayerais vraiment de mettre de côté mes aprioris à son sujet car je sais qu'ils sont loin d'être des vérités et ne me permettent pas de connaitre la personne en question.
    J'ai l'impression que le look de certains-es dérangent et que les individus font vite un lien foireux tel que : cette personne me dérange de part son look => elle n'a pas le droit de porter ça. Du coup, de quel droit peut-on dire à quelqu'un ce qu'il a le droit de porter ou non sous prétexte que ça ne nous convient pas ?
    Sur ce point, je pense que la question est close : on peut avoir des gouts / avis différents sur les sujets, on peut être dérangé par certains look un peu cocasses ou que nous allons juger "vulgaire" de prime abord, mais le plus important c'est de ne pas faire le raccourcis entre notre petit dérangement personnel et le droit d'autrui à porter ce qui lui convient sans être agressé ou juger explicitement (regard en biais, moqueries etc.).

    Mais malgré moi, je constate tout de même que les personnes qui j'apprécie fréquenter me ressemblent et ça se constate également à travers leur image, même si nous n'avons pas le même look. Au final, une nana qui s'habille très sexy et qui est dans la mise en avant de son corps de manière poussée ne va pas spécialement correspondre à ma vision de la féminité et aux personnes vers lesquelles j'ai l'habitude de me tourner.
    Et je trouve que c'est assez compliqué car d'un côté je suis vraiment pour l'hyper-tolérance, mais d'un autre je ne peux pas m'empêcher de ne pas trop apprécier qu'une femme soit dans le culte du corps et l'hyper-féménité (au final, c'est aussi une forme de sexisme intériorisé à mes yeux). Et j'ai exactement la même réflexion au sujet des hommes qui correspondent au cliché du "mâle dominant musclé" qui fait le coq.
    Je m'efforcerais cependant de ne pas faire de jugement de valeur à leur sujet même si, malgré moi, je supposerais que ces personnes ne correspondraient pas vraiment à ma "mentalité" (être simple, sans chichis en gros.).

    Néanmoins, encore une fois, je pars du principe que ce n'est pas parce que cela ne me correspond pas que je n'ai pas à le tolérer, bien au contraire, et je suis vraiment pour une société qui accepte les individus avec leurs gouts et leurs différences sans subir de violence physique ou morale.

    J'espère que j'ai été assez claire dans mon message, étant donné que c'est un sujet délicat.
     
    Lacus_Clyne, minachka, Asilentio et 7 autres ont BigUpé ce message.
  10. skippy01

    skippy01
    Expand Collapse
    C'est quand même paradoxal que l'organe qui symbolise la virilité soit aussi le plus fragile.

    J'irais même plus loin: le sexisme intégré est notre principal ennemi, vu que c'est grâce à lui que la lutte antisexiste reste d'actualité. D'un point de vue sociologique, une oppression ne peut avoir lieu sans la complicité de l'oppressé, et c'est bien parce que la majorité des femmes sont misogynes que le sexisme perdure. Si c'était l'inverse, il aurait déjà disparu.
     
    Malinauka, Pau La, lafillelabas et 7 autres ont BigUpé ce message.
  11. CaraNougat

    CaraNougat
    Expand Collapse

    Le concept de "trucs girly" n'est-il pas sexiste en lui même ? L'univers du "girly" est très spécifique, pour peu que notre personnalité soit à l'opposé, c'est difficile d'apprécier. Et si en plus on est la cible de produits estampillés comme tels alors que ça ne nous correspond pas, il y a de quoi avoir un problème avec l'univers qu'il recouvre. Je trouve ça maladroit de lier le mépris des trucs girly et le mépris des femmes. J'ai l'impression que le premier pourrait même être lié à une tolérance très basse aux manifestations du sexisme. J'écris cela en tant que personne qui achète des stylos pour filles, se ruine en maquillage (jamais porté), ne porte quasiment que des jupes/robes et a comme couleur favorite le rose...
    Les femmes que je connais qui ont un problème clair avec la notion de girly ont souvent juste un caractère particulier (du type très pragmatique à beaucoup d'égard), une incompréhension face à ce qui ne les intéresse pas et surtout un raz-le-bol de se voir rapporter, à cause de leur genre, au même types d'intérêts.

    Aussi, je ne suis (toujours) pas convaincue par la distinction faite entre le "sexisme intériorisé" et le "sexisme". On l'a tous.tes intériorisé.e, et principalement par les mêmes acteurs et mécanismes, même si c'était pour finir à des places différentes dans le système. Les gens qui ont des convictions sexistes fortes et/ou plus nombreuses les ont aussi souvent par conditionnement social. Il n'y a pas celleux qui naissent sexistes d'un côté et d'un autre côté celleux qui ont malheureusement été socialisé.e.s ainsi. De mon point de vue, il y a juste des gens capables de plus de recul par rapport aux différentes normes et valeurs sexistes que d'autres.

    Puis, je ne pense pas qu'un "manque de sororité" soit nécessairement un signe de sexisme. Je ne m'identifie pas comme femme, mais j'appartiens par ailleurs à d'autres groupes marginalisés. Si je suis en principe toujours prête à me montrer solidaire face aux discriminations, je ne ressens cependant de lien fraternel avec personne d'autres que mes véritables frères et ma soeur :ninja: Il y a une nécessité de s'allier dans la lutte, mais la fratrie c'est une autre niveau de relation quand même. Après, j'ai peut-être juste une interprétation différente du mot. S'il s'agissait d'évoquer une simple solidarité face au sexisme, je suis d'accord. Mais ça m'a perturbée de lire ça.

    ---------------

    Sinon, pour combattre mon propre sexisme, j'ai tendance à me poser des questions pour voir si ça fait sens. Quand j'ai un ressenti négatif vis-à-vis de quelqu'un.e ou d'une activité, j'essaie toujours de voir d'où ce sentiment vient et s'il est sans fondement, je ne le prend plus en compte dans mes rapports jusqu'à ce qu'il disparaisse. Ce raisonnement ne résout cependant pas toutes les problématiques liées au sexisme.

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    adita, Tamiat, Dysnomia et 9 autres ont BigUpé ce message.