Venez parler de littérature!

Sujet dans 'Forum Littérature / BD / Manga / Comics' lancé par AnonymousUser, le 14 mars 2010.

  1. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    J'ai crée ce topic parce que je me disait que ce serait sympa d'avoir un sujet qui réuinirais tous les conseils de livres pour celles qui ne savent pas quoi lire exactement, pour celles qui veulent s'informer sur un auteur, un livre, ou mieux comprendre un mouvement, qui souhaitent discuter d'un livre, de ce que celui-ci lui a inspiré, de celles qui veulent lancer des débats, partager des coups de coeur, ou même parler de tout ce qui se rattache à la littérature pour soi-même (histoire personnelle, études, rencontre avec un auteur pourquoi pas...)
    Il réunit un peu tout en fait.

    Je voulais en savoir plus sur le mouvement surréaliste littéraire. Qu'est-ce que c'est exactement, qu'est-ce que ca représente, quel est le style d'écriture, quels sont les auteurs que je pourrais essayer de lire pour commencer... ? Je l'ai vu un petit peu en cours, avec Appolinaire et j'ai vraiment aimé.
     
  2. Creamm

    Creamm
    Expand Collapse
    gloutonnise.

    Le surréalisme cherche à créer une littérature de vertiges, où le rêve, les états seconds, l'imaginaire avaient un grande importance. On cherchait à déshiniber le soi du poète, afin d'atteindre une vérité un peu floue. Pour se faire, tout est bon : drogues, écriture automatique, hypnôse. On oppose le surréalisme au romantisme et au réalisme, par exemple, et on peut dire que le Nouveau Roman en est le produit logique. Apollinaire ou Rimbaud peuvent être considérés comme des précurseurs du surréalisme : dans tous les cas, ils étaient considérés comme des modèles, des ascendants. Ils sont aussi des précurseurs de tissus textuels patchworké, et dans ce sens, du post-modernisme : pensons par exemple aux photos contenues dans Nadja.

    Le surréalisme était aussi un groupe assez drôle parce que sectaire : on dit que Breton en était le pape, et ce n'est pas pour rien. A chaque semaine, les surréalistes avaient des réunions, et possédaient aussi un code de conduite très fixe auxquels ils ne devaient pas déroger : ainsi, Breton décidait assez régulièrement qu'un tel ou un tel était mis hors du groupe. Dans les plus connus des surréalistes, notons Aragon, Eluard, Claude Cahun....Le surréalisme a fait école dans plusieurs pays, et est aussi indissociablee du courant artistique visuel ou cinématographique qui s'y rattache.

    voilà voilà : c'est un peu scolaire comme description mais j'espère que ça ira.
     
  3. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest


    Merci pour ta réponse! (:
    Donc ca m'éclaire plus sur le sujet. Pour tout avouer, Appolinaire et Rimbaud (que j'ai déjà lu) sont les auteurs qui m'attirent le plus.
    Pour résumer (désolée si je m'exprime comme un pied mais je suis crevée haha) une littérature axée sur l'imaginaire, qui cherche à retranscrir les sens, une écriture qui part dans tous les sens sont des idées qui me plaisent énormément. A vrai dire, c'est quelque chose qui me touche dans la littérature.

    Mais le fait est que les surréalistes, d'après ce que tu en dis me semblent sectaires, se soumettent à toutes sortes de moyens pour parvenir à écrire ce qu'ils voulaient (ce qui dénote déjà la propre contradiction de leur volonté de liberté) me donne une image "risible" de ce courant.
    Après, c'est comme tout : il y'a ceux qui créent et ceux qui reprennent l'idée, la tourne et la retourne, jusqu'à la dénaturer... C'est malheureusement souvent le cas dans le milieu artistique j'ai l'impression. Ce doit être le narcissisme qui gâche tout. Rien ne m'empêche de les lire tout de même, et surtout ceux que j'ai cité plus haut ;)
     
  4. Leopoldinesamère

    Leopoldinesamère
    Expand Collapse
    Feu Leopoldine.

    Balzac j'ai pas trop lu encore mais mon père me parle beaucoup des Illusions perdues depuis six mois. C'est pas trop "le lys dans la vallée" alors je suis un peu HS mais bon, il m'en fait tellement l'éloge que je me sens un peu obligée d'en parler.
     
  5. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Orietur, je vais pas t'aider (mais ton plan me paraît très bien, et mettre journalisme/révolte en dernier me semble plutôt cool), mais je voulais juste dire qu'aux entretiens HEC j'avais eu cette citation de lui à commenter:
    --> méga LOL.
     
  6. Creamm

    Creamm
    Expand Collapse
    gloutonnise.

    Bakhtine, quel homme.
     
  7. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Up !

    J'ai envie de lire Anaïs Nïn sauf que je ne sais absolument pas quoi choisir.
    Pour les madmoizelles qui l'ont lu, vous me conseillerez de commencé par son journal (et lequel dans ce cas là lequel parce que je suis un peu perdue
    dans leur ordre de publication) ? Sa correspondance avec Miller ? Ou une autre de ses oeuvres ?
     
  8. Gustave

    Gustave
    Expand Collapse
    Sushi rolls > gender roles.

    Barthes aime les sardines
     
  9. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Je pense que ça dépend ce que tu cherches. La série Erotica (I et II) est un essai assez singulier qui mêle pornographie, fiction, fantasmes de l'époque et psychanalyse (si j'ai bon souvenir, mais il faudrait que je relise le tout, je vais m'y atteler très bientôt tiens !). Pour certains récits il ne faut pas être réticente aux jeux sexuels avec les morts, à la pédophilie, l'exhibitionnisme (imposé), la prostitution, et surtout aux énormes clichés (stéréotypes) qui sont parfois grossiers.

    Pour son Journal, je te recommande tous les tomes, ils sont merveilleux (j'en ai de bons souvenirs). Mais pareil, Nin est de son époque, et elle avait aussi des discours bourrés de lieux communs et de préjugés, elle a tendance à faire preuve d'allégeance quant aux valeurs misogynes (pour certaines ça passe, pour d'autres moins !) -- mais je n'oublie pas que pour son époque elle était libertaire et très en avance.

    Elle a une plume divine (toujours pour ses journaux), un sens de l'observation et de l'analyse qui tiennent presque d'un don exceptionnel (la traduction française que j'avais lue était jouissive), et surtout c'est toujours intéressant de se glisser dans sa peau, de vivre les choses avec elle, de l'entendre en somme. C'était une femme exceptionnelle et rien que pour ça je t'invite plutôt à lire ses journaux. MAIS selon moi il faut avoir lu la série Erotica au moins une fois dans sa vie. C'est un document très intéressant sur ce qu'il peut dire de l'époque, d'un point de vue historique, et du rapport à la sexualité (dont la complexité était à priori ultra tabou et reléguée aux seuls pervers et libertins... C'est cette hypocrisie et cette odeur du pathologique qui moi ne me plaisent pas).

    Pour être honnête je ne suis pas (plus) fan de Nin pour diverses raisons, je dirais même que je ne l'aime pas, mais la lire avec détachement, comme des documents avec lesquels il faut garder un oeil critique, me semble une très bonne chose à faire !

    (par contre je ne peux pas me prononcer sur sa correspondance avec Miller, je ne l'ai jamais lue).

    Enjoy!
     
  10. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Après ta demande j'ai relu Erotica II (Les petits oiseaux), et je n'ai pas aimé. Donc spontanément je te recommanderais les journaux de Nin, qui sont un concentré d'amour et de beauté. La traduction que j'avais chopée (tous les journaux étaient réunis en un ouvrage) était excellente. Beaucoup de lyrisme, de sentiments. C'est une façon de découvrir ce que Nin avait à nous dire. C'est une immersion dans ses racontars, mais aussi dans sa manière de voir et de vivre la vie. C'est donc très intime dans ce que ça a d'artificiel (Nin pour moi = artifices). Je me souviens avoir beaucoup aimé. C'était d'une très grande qualité. (C'est ce livre). Je ne pense pas qu'il faut lire ce bouquin pour trouver des réponses. Ce que je veux dire par là, c'est que c'est le monde de Nin, et uniquement le sien, même si elle prend parfois parti politiquement ou qu'elle affirme des choses très sérieusement sur la vie, le monde, et les autres. Voilà, c'est un témoignage de SES ressentis et de SON vécu, rien d'autre, mais c'est en ça que j'ai trouvé ses journaux intéressants.

    Bonne lecture :)
     
  11. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Ok. Merci.
    Je note tous ça et j'y jeterais un coup d'oeil après mes partiels.
     
  12. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Pareil, je conseille aussi L'Arrache-Coeur. C'est le roman de Vian qu'il m'a le plus étonnée, de part son écriture très dense et riche, sa dimension dramatique et les themes pertinents qu'il soulève (l'éducation, les moeurs, l'Eglise... enfin tu verras bien si tu le lis :P). C'est un roman très fort, dans le sens où sa violence frappe aussi bien dans les faits relatés de l'histoire, que dans l'univers entier du roman que Vian a crée en détournant la réalité de façon à la mêler à son imaginaire à lui, comme dans L'écume des jours.Sinon il y'a aussi L'Herbe Rouge que j'ai bien aimé, il parle de son rapport au temps, à la vie (d'ailleurs il y'a une part autobiographique qui m'a bien plus dans ce roman), à la mort, aux femmes...
     
Chargement...