Y a-t-il une écriture féminine ?

Sujet dans 'Forum Littérature / BD / Manga / Comics' lancé par miss-ter, le 19 octobre 2006.

  1. miss-ter

    miss-ter
    Expand Collapse
    Tumble in the wind

    Sur le site des éditions Des femmes, je tombe sur cette phrase : "C'est un pari, un risque pris, que des textes écrits par des femmes, fassent travailler la langue, y fassent apparaître, pourquoi pas, une différence sexuelle." qui est d?Antoinette Fouque.
    J?en profite donc pour partager une petite interrogation que j?ai depuis un moment.

    Est-ce que vous pensez qu?il y a une écriture féminine, et quelles en seraient selon vous les caractéristiques ? Est-ce que vous pensez que cette écriture, si on peut en effet l?identifier, est l?apanage des femmes ou qu?au contraire des hommes l?ont aussi ? Qu?on puisse par exemple reconnaître à l?aveuglette le sexe d?un écrivain uniquement grâce à son texte, ou qu'on lit au contraire différemment selon le sexe de l'auteur ? Est-ce que vous pensez qu?on peut s?apercevoir de l?homosexualité de certains écrivains justement parce que leurs textes ont quelque chose de plutôt féminin (je pense par exemple à Proust ? sans dire cependant que les homos sont efféminés, c?est pas le propos et je prends l?homosexualité juste comme un exemple, sans même dire qu?il faut qu?un homme soit homo pour écrire de façon supposée féminine). Est-ce que s?en apercevoir relèverait de l?instinct (celui du lecteur qui percevrait le texte comme féminin) ou y a-t-il de véritables procédés qui donnent au texte un caractère féminin ou masculin ? Est-ce que vous avez parfois l?impression que certains écrivains femmes à l?écriture plutôt brutale (bien que ne l?ayant jamais lue je pense en l?occurrence à Elfriede Jelinek dont on m?a parlé) n'écrivent pas d?une façon aussi directe que des écrivains comme Céline ou Bukowski ? Les femmes n?écriraient-elles pas de façon plus alambiquée ?

    Ce ne sont que des pistes supposées mieux développer la question de départ mais je ne demande pas du tout qu?on réponde à toutes les questions ; et d?autre part ce ne sont que des hypothèses, je n?adhère pas nécessairement à tout ça, me pose beaucoup de questions justement.
    J'ajoute que je ne cherche pas contrairement à A. Fouque à distinguer hommes et femmes mais que mes interrogations portent uniquement sur l'écriture, même si ça peut rejoindre cette distinction selon la réponse qu'on y apporte.
     
  2. miss-ter

    miss-ter
    Expand Collapse
    Tumble in the wind

    T'aurais des exemples, que je vois mieux ce que tu veux dire ?
    Parce que j'ai pas l'impression que ça vienne nécessairement d'une volonté d'écrire de façon féminine. Je pense par exemple à Luna-park d'Elsa Triolet que j'ai lu y a pas longtemps (et détesté !). J'ai tendance à penser que jamais un homme, même pas les 5% d'entre eux évoqués par Ruby, n'aurait pu écrire un truc pareil (à part peut-être son mec hi hi hi). Pourtant on ne peut absolument pas dire, je crois, qu'il y ait dans ce bouquin une démarche supposée affirmer un caractère féminin de l'écriture...
     
  3. Reiyel

    Reiyel
    Expand Collapse
    Mélange instable

    Par rapport à ce que dit Petoncule, perso je pense que même si c'est pas volontaire ça découle un minimum de la façon dont on se situe en tant que femme. Je sais pas trop expliquer, en fait, mais quand je vois ne serait-ce que les réponses au sujet sur la féminité aujourd'hui sur je ne sais plus quel forum ici, on voit qu'il y a plein de façons différentes de 'vivre sa féminité'.
    Une femme et un homme ont a priori la même sen,sibilité à la naissance, pour moi c'est vraiment culturel le reste, donc nécessairement ça dépend énormément d'une personne à l'autre, et ça me paraît assez logique que ça ait une certaine influence sur l'écriture.
    Je sais pas si je suis vraiment claire mais bon. J'ai du mal à voir comment on peut dissocier 'écriture féminine ou non' de 'perception de la féminité' en fait.
     
  4. Mae

    Mae
    Expand Collapse

    Ca, je ne suis pas d'accord. Je crois que toutes ces "étapes" de la vie d'une femme, les changements corporels en somme, sont tellement banalisés qu'un homme peut tout autant les imaginer et les écrire. Ces sensations là, même si elles restent intimes, ne sont aucunement secrètes... Et, oui, ça influence forcément la femme dans sa démarche, mais l'homme aussi s'il s'intéresse à un personnage féminin!

    Après, oui, le terme de "constructionniste" colle bien, je suis assez d'accord... mais en fait je crois que ça me dérange de dire ça, je sais pas pourquoi, mais j'ai plutôt envie de penser que finalement l'homme et la femme, en se découvrant et en découvrant l'autre (famille, relation amoureuse, etc) ne sont plus que "homme" et "femme", et que cette contruction qu'on vit tous et toutes nous empêche d'avoir une écriture typique à notre sexe. Après je parle peut-être seulement d'une époque contemporaine, voire de notre époque, mais je crois pas avoir assez de références pour me lancer dans des comparaisons alors ça bloque la réflexion :/. Puis, plus précisément, dans les caractéristiques, les procédés littéraires ou "l'écriture alambiquée", le premier truc qui me vient ce sont les sensations, il me semble que c'est plus féminin que masculin mais c'est peut-être un préjugé. Ensuite, l'écriture alambiquée, on ne peut pas généraliser me semble t-il ! Et je repasserai si je trouve des exemples pertinents :o
     
  5. Ambre

    Ambre
    Expand Collapse
    Hyène


    J'ai lu Histoire d'O, et pour moi il s'agit d'une écriture incontestablement féminine, bien que maîtrisée à l'extreme. Je ne pense pas qu'un homme aurait été capable d'écrire ça, ne serait-ce que pour le ressenti des choses.

    Je pars de ça pour exprimer à quel point selon moins la littérature érotique n'est pas la même en fonction du sexe de l'auteur. La perception de la sexualité et de la sensualité n'est pas la même, le ressenti et le vécu n'est pas le même, et je ne pense pas que soient comparables Venus Erotica et Sade ou Sacher-Masoch. Il faut replacer les choses dans leur contexte.
    Par pure curiosité, qu'as-tu lu de Sacher-Masoch ?
     
  6. miss-ter

    miss-ter
    Expand Collapse
    Tumble in the wind

    En fait, je pense que là dessus tu n'as pas compris ma question, parce que je ne demande pas si l'homosexualité fait que ton écriture change de sexe, mais plutôt si de la même façon qu'on peut deviner le sexe d'un écrivain, on peut s'apercevoir de son homosexualité (et là je parle uniquement pour les hommes, parce que j'ai pas d'exemple de femme écrivain homo à ma connaissance, par exemple je le savais pas pour C. Mc Cullers. Et justement, c'est drôle, je trouve que c'est une des seules femmes qui j'ai lu qui selon moi a une écriture qu'on pourrait dire masculine la plupart du temps !) Et donc de savoir si ça relève plutôt de l'instinct, par exemple comme quand tu regardes un film de Pasolini, moi j'ai l'impression que son homosexualité crève les yeux (ou l'écran ! ohoh) Pareil pour Proust, Aragon (j'én étais pas sûre, Kenza le confirme !), et autres.

    Une femme qui aurait une écriture masculine alors aurait forcément un problème avec sa féminité ? Là j'avoue que je suis pas d'accord, bien sûr j'ai pas d'exemple étant donné que je sais pas comment les écrivain se sentent avec leur féminité, mais je pense pas autant que toi que l'écriture aille nécessairement de pair avec la façon dont on se sent par rapport à tout ça.

    Céline et Bukowski n'étaient que des exemples, et visiblement tu vas dans le sens de ma question. Parce que ces femmes que sont Despentes et autres (que je n'ai pas lues), est-ce qu'elles n'essaient pas justement principalement de jouer sur le fait qu'elles sont des femmes et par conséquent de prendre le contrepied de ces écrivains là, ceux qu'on juge comme étant les plus crus, les plus directs et forts ? Ecrivent comme ça pour montrer que ce n'est pas l'apanage des hommes ? Et alors pourquoi est-ce qu'on n'a pas, par exemple, une Orwell ? C'est tout aussi direct, franc et fort, avec la vulgarité en moins. Et c'est là qu'il faut évoquer l'écriture alambiquée, parce que, est-ce qu'il y a aujourd'hui des femmes qui écrivent comme ça ? Sans qu'il y ait de cul et tout ça justement. J'en ai pas lu et je demande que ça.

    Et pour ce qui est du côté plus sociologique que tu évoques, c'est évident qu'il y en avait moins avant, donc en fait je me base surtout sur le XXème. Et avant il fallait bien des hommes pour avoir ce côté féminin dans l'écriture, peut-être ceux que tu cites justement !

    Il me semble aussi que c'est à ce niveau là qu'il y a une distinction, disons peut-être qu'une écriture féminine aurait ce côté qui veut toujours mettre de soi (pas forcément l'auteur) dans tout et n'importe quoi, ce qui empêche peut-être justement la force de certaines écritures plus contemplatives... Genre Virginia Woolf, j'aime bien, mais il y a ce truc trop alambiqué je trouve, qu'un texte masculin n'aurait pas...
     
  7. miss-ter

    miss-ter
    Expand Collapse
    Tumble in the wind

    En fait, c'est évidemment culturel, et ça se ressent peut-être aussi du côté de l'origine de l'écrivain. La littérature asiatique par exemple, n'a-t-elle pas très souvent ce côté féminin ? A la différence de la littérature américaine notamment.
    En fin de compte j'ai le sentiment que si l'écriture féminine se fait volontiers l'objet d'hommes, l'inverse n'est pas le cas... même chez Jelinek, Despentes, etc. Mais j'ai envie qu'on me montre le contraire parce que c'est une idée que je n'aime pas du tout.
     
  8. Ambre

    Ambre
    Expand Collapse
    Hyène

    Tu connais Pasoliniiiiiii.
    Pardon.

    Kenza, tu penses qu'on peut se baser sur une seule et unique pièce d'une oeuvre pour définir l'oeuvre toute entière ?
    Marianne, j'ai lu du Despentes et je n'ai pas eu l'impression que l'écriture revendiquait particulièrement la feminité capable de.
    Plutôt une revendication blasée d'une certaine experience de la vie. Je ne crois pas que ce soit l'apanage d'un sexe en particulier. (Eudeline et Despentes se ressemblant énormement dans la manière d'écrire)
     
  9. Ambre

    Ambre
    Expand Collapse
    Hyène

    Je vais totalement dans ton sens !
     
  10. Ambre

    Ambre
    Expand Collapse
    Hyène

    D'accord. Et j'en reviens à "selon moi, on ne peut pas vraiment parler de meilleur en l'occurence" :d
    Edit : Quoique, du point de vue du style, si, on peut totalement trouver Nin meilleure que Sade et Sacher-Masoch, mais ça n'a pas réellement de rapport avec l'écriture féminine.
     
  11. Ambre

    Ambre
    Expand Collapse
    Hyène

    Je n'crois pas :d
     
  12. Ambre

    Ambre
    Expand Collapse
    Hyène

    J'ai dit "Je ne crois pas que tu te trompes" ;)
     
Chargement...