20 idées de prénoms mixtes pour sortir du rose et du bleu

23 Janvier 2014
6 911
29 929
3 404
@Clémence Boyer Intéressant. Mais (je me trompe peut-être) est-ce que, pour les enfants/gens "transgenres", le changement de prénom ne participe pas au processus de changement par rapport à le "genre de naissance" / leur passé ?
Ça dépend, et ça va dépendre entre autre de sa relation avec sa famille ou sa vie à l'instant T. Des personnes parfaitement cis choisiront un autre prénom pour rompre avec leur cellule familiale ou leur "ancienne vie" quand certaines personnes trans* choisiront une version proche de leur nom de naissance (neutre, masculinisée ou féminisée) ou s'approprieront le prénom que les parents avaient envisagé si iel avait eu une autre assignation à la naissance (perso je sais que si j'avais été assignée garçon je me serais appelée Gwendal :coiffe:, je pense pas que c'est un prénom que j'aurais pu m'approprier sachant que ça aurait aussi pu être celui de ma soeur donc je n'ai pas l'impression qu'il m'appartienne à part entière)

Je crois que chacun devrait pouvoir librement choisir son prénom quand celui donné par les parents ne lui convient pas.
Je bosse en collège et j'ai plusieurs élèves cisgenres et non-cisgenres qui demandent à utiliser d'autres prénoms, l'une souhaite que l'on utilise son 3e prénom pour une raison que je n'ai pas cherché à connaitre, l'autre demande à ce qu'on l'appelle par Gabriel sachant que son prénom de naissance est un prénom composé sur-représenté chez les boomers et 4 élèves se sont approprié·es ou commencent à s'approprier des prénoms mixtes/masculins, les 4 ont des prénoms très connotés féminins se terminant tous par "a" - d'ailleurs l'un·e avait très temporairement essayer de se faire appeler Noa avant de changer pour un prénom en "o".

Ça créé pas mal de tensions chez certain·es profs et on a eu une discussion très houleuse à ce sujet avec ma supérieure, je ne vois personnellement strictement aucun problème à appeler une personne par le prénom qu'elle désire utiliser (peu importe qu'il ait été choisi par ses parents ou non, peu importe que cette utilisation soit temporaire ou définitive) je considère ok et même salutaire que nos élèves puissent explorer leur identité par différents biais et j'ajoutais que les 2e et 3e prénoms servaient justement à ça. Ma collègue était très choquée car iels n'utilisent pas le prénom pourtant choisi par leurs parents et que pour beaucoup de parents les 2e et 3e prénoms n'ont pas été attribué avec en tête qu'ils pourraient substituer au 1e (en tous cas ce n'est pas son cas à elle, j'ai perso grandi dans une adelphie avec systématiquement 3 prénoms : 1 original, 1 classique et 1 très très original, mes parents nous disant que nous pouvions toujours changer l'ordre si nous en avions envie)

Le prénom est la première chose qu'on dit de soi quand on rencontre quelqu'un, c'est une des premières infos qu'on a sur une personne, et ça influence donc la perception qu'on a de la personne. La manière dont on nomme son enfant me paraît donc très importante.

Je me demande en quelle mesure un prénom épicène a connotation plus masculine peut être bénéfique pour une petite fille et à l'inverse un prénom épicène à connotation plus féminine un obstacle aux petits garçons, dans la manière dont ils seront perçus par autrui et dans la manière dont ils seront sociabilisés, étant donné que nous vivons dans une société patriarcale où le féminin est dévalorisé au profit du masculin. Mon questionnement se poursuit pour les personnes adultes bien sûr. Par exemple avec un CV sans photo, quand on ne voit que le prénom on attribue des qualités à la personne pour celui-ci, on peut s'imaginer son genre sans qu'il soit indiqué sur le CV ; est-ce que les prénoms épicènes favorisent les personnes qui le portent ? Est-ce que ça dépend selon le genre de la personne et la connotation du prénom ? Je ne serais vraiment pas surprise qu'un même prénom épicène serve les femmes en leur donnant un attribut plus masculin et desserve les hommes en leur donnant un attribut plus féminin, par rapport à comment ils seront perçus par la société.

Par contre le fait qu'un prénom soit mixte ou non n'est pas du tout le seul critère qui modulera la manière dont une personne sera perçue par rapport à son prénom. Quand je regarde la liste proposée, je vois notamment que des diminutifs de prénom sont proposés (Lou/Loup). Personnellement je serais d'avis de donner à l'enfant un prénom complet, quitte à ce qu'il soit non mixte, et de l'appelet comme ça en privé en tant que surnom affectueux parce que justement l'impact sur la perception qu'auront les autres de lui ou elle sera trop important. Si des patrons d'emblée s'adressent à quelqu'un en utilisant ce qui est perçu comme un surnom très familier, est-ce que cette personne gagnera autant leur respect et sera perçue comme aussi compétente que quelqu'un qui a le prénom complet ? Je ne pense franchement pas. Une Lou ne sera pas perçue comme une Louise, un Alex ne sera pas perçu comme un Alexandre. Le nom complet sonne plus sérieux et je pense que le choix du diminutif vs le nom complet peut également être perçu comme un marqueur de classe sociale et avoir un impact sur la personne.

Aussi il y a la question des prénoms non français. C'est tendu parce que pour beaucoup ça fait un hommage à ses racines. Mais ça a un impact sur la vie de la personne aussi, et l'origine du prénom choisi les conséquences seront différentes, la perception des gens ne sera pas la même. Personnellement si je devais nommer quelqu'un je lui choisirai un prénom qui sonne bien français pour qu'il ou elle subisse moins de discrimination ici et pour qu'à l'étranger il ou elle bénéficie de la perception souvent positive de la France.

Pour finir je précise que j'ai beaucoup parlé de la manière dont autrui percevra quelqu'un avec tel ou tel prénom mais su coup je crois sincèrement que ça impactera la personnalité de la personne. Non pas dans le sens que les Marie ont toutes les mêmes attributs etc comme on peut le lire quand on cherche la signification de son prénom, mais dans le sens où notre prénom renvoie une certaine image de nous, que les gens vont nous traiter en fonction, et qu'on réagira en conséquence. Et que du coup ça fait partie des nombreux éléments qui participent à forger une personnalité.
Je suis absolument en désaccord avec ton message, j'ai un gros attrait pour les prénoms n'allant pas avec le genre généralement associé ; j'adore Cléo pour un garçon, Maxime pour une fille, Ambre pour un garçon, George pour une fille, pendant toute une période je songeais à appeler mon hypothétique fils Lola - idée que j'ai finalement abandonné + car ce prénom est trop chargé émotionnellement pour moi que parce que c'est un prénom "trop féminin" pour un garçon. Tu vois le gain que l'on pourrait avoir en tant que meuf portant un prénom dit "masculin" mais ça te parait forcément négatif dans le cas inverse ? Y a plein de qualités dites "féminine" qui sont importantes à acquérir en tant que garçon et en soi Lola n'est vraiment pas si éloigné en terme de sonorités que Lucas.

D'autant que tu ne parles qu'en terme de travail. Je me projette actuellement énormément sur des prénoms arabes du fait des origines de l'amoureux. Ça me parait primordial que mon gosse soit relié à ses racines mais également de banaliser ces prénoms qui sont tout aussi légitimes en France que Jules, Matéo ou Issa - la France a une forte histoire migratoire ET coloniale. Aujourd'hui l'islamophobie se porte très bien par ici, ça fait peur mais ça me semble d'autant + important que des gosses avec un passing + important puissent rendre acceptable les prénoms de leurs camarades bien + racisés. D'autant que y a des prénoms SI BEAUX dés qu'on sort un peu le nez des listes tradis. Par rapport à ce que racontait les autres Madzs, faut voir que l'humain ne maitrise pas du tout l'arabe alors que son père a vécu au Maghreb jusqu'à ses 20 ans, on a déjà une perte énorme en à peine 1 génération.

Je suis pas d'accord non plus sur les diminutifs, je trouve toujours étrange de donner un prénom très long alors que l'on a aucune intention de l'utiliser sauf pour faire bien sur le CV. C'est vraiment un truc très américain d'ailleurs, l'actuel président des USA se fait appeler Joe Biden, je doute que des personnes l'ait réellement appelé Joseph récemment et je ne suis pas certaine que ses électeurices auraient changer leur vote si son prénom avait été simplement Joe. Sur un exemple + français Lou a été + donné que Louise en 2005 et la même année, Lilou a battu ses 2 prénoms en terme d'attributions. Y a près de 40 000 personnes qui portent aujourd'hui ce prénom, l'écrasante majorité à moins de 20 ans. C'est un prénom qui est devenu courant et quand elles arriveront sur le marché du travail ce prénom sera beaucoup moins étrange dans une pile de CV que Marie-Cécile ou Sylvie (et puis franchement faut aussi voir en fonction du dit métier, on a un collègue qui a un prénom pour nom de famille ça donne un truc genre Henri Thomas et on s'était énormément interrogé pour savoir quel était son prénom, pour moi c'était forcément Thomas qui était + raccord avec son âge et en fait non et ça m'a fait bizarre parce que "Henri" c'est plutôt un prénom vieux/bourgeois et peu en adéquation avec le taf - d'ailleurs on se moque de sa dégaine de premier de la classe)

Est ce que quelqu'un peut me dire quel est l'intérêt pour l'enfant d'avoir un prénom non-genré ? (Vous avez tous l'air hyper enthousiastes)

De mon expérience personnelle, je vois pas mal d'inconvénients et assez peu d'avantages.
Notamment quand j'ai découvert qu'il y avait des garçons (ces êtres inférieurs) qui s'appelaint Camille aussi. (Oui j'étais très sexiste à 2 ans et demi mais apparemment c'est normal). Ça m'a assez choquée pour que je m'en souvienne. C'est mon plus vieux souvenir !
D'ailleurs (toujours à 2 ans et demi) j'avais considéré que Camille était un prénom de fille parce que ça rime et donc que c'était le garçon qui avait un prénom inadapté. On se rassure comme on peut :rire:
Suite à une conversation avec une copine sur la transidentité il y a plusieurs années j'avais décidé que si j'avais un gosse un jour il aurait au moins un prénom mixte voire carrément un prénom de l'autre genre en deuxième ou troisième prénom. Si jamais mon enfant se révélait trans le changement de prénom serait grandement simplifié si il suffisait de changer l'ordre de ses prénoms voire de supprimer les premiers.

J'aimais bien et j'aime toujours l'idée d'éduquer mon - hypothétique - gosse en lui inculquant que a/ nous on s'en fout que ce soit un garçon ou une fille, on lui a donné un prénom de garçon parce qu'il avait un zizi mais si jamais il se sent plutôt fille ben on a déjà prévu l'éventualité et il sait d'avance qu'on l'aimera toujours peu importe le genre auquel il s'identifie (et inversement proportionnel ou égal) et b/ ça lui inculque aussi que y a rien de réservé aux filles ou aux garçons il peut jouer avec qu'il veut, envisager n'importe quel métier, son prénom représente une part de l'autre genre qui fait partie de lui et qu'il peut explorer ou non. :lunette:

Fin entre temps je me suis aussi découverte nihiliste du genre (je me retrouve bien dans la définition qui en est faite ici) et je suis de + en + tentée d'élever un bébé dont on ne saurait pas le genre. Quand je vois toutes les injonctions, présomptions en fonction du genre sur des gosses voire des foetus je trouve très séduisante l'idée de laisser pour seule info au reste du monde que c'est un bébé, si ça pleure c'est parce que ça a faim ou fait caca et non parce que c'est jaloux, triste ou en colère. J'ai une connaissance qui fait ça, son bébé va bientôt avoir un an, je connais son prénom (mixte) et je suis les pérégrinations de la dite maman qui fait beaucoup d'expériences ("Si je lui mets un pyjama dinosaure les gens genre bébé au masculin, si on sort la sucette rose ça passe au féminin, si y a un truc dans les cheveux c'est automatiquement un fille" etc etc)

Le but serait vraiment de limiter le + longtemps possible les constructions genrées à mon enfant et de se concentrer sur ses besoins et non les intentions qu'on lui attribue selon si il possède une vulve ou un pénis.

Ah et pour pas être complètement HS après ce looooong message j'avais partagé ici une liste de prénoms mixtes.
 
Dernière édition :
14 Mars 2016
113
695
1 154
24
Je suis pas d'accord non plus sur les diminutifs, je trouve toujours étrange de donner un prénom très long alors que l'on a aucune intention de l'utiliser sauf pour faire bien sur le CV. C'est vraiment un truc très américain d'ailleurs, l'actuel président des USA se fait appeler Joe Biden, je doute que des personnes l'ait réellement appelé Joseph récemment et je ne suis pas certaine que ses électeurices auraient changer leur vote si son prénom avait été simplement Joe. Sur un exemple + français Lou a été + donné que Louise en 2005 et la même année, Lilou a battu ses 2 prénoms en terme d'attributions. Y a près de 40 000 personnes qui portent aujourd'hui ce prénom, l'écrasante majorité à moins de 20 ans.
Je trouve ta réflexion intéressante sur plein de points mais juste pas sur les diminutifs :fleur: Comme l’ont expliqué des Madz au tout début du topic, c’est une tradition dans beaucoup de pays slaves et pas juste un truc américain. Je pense que quiconque a déjà lu un gros roman russe s’est déjà senti complètement perdu au milieu de tous les prénoms, diminutifs « officiels », diminutifs pour le cercle intime etc. Quand on n’est pas au courant, on a vite l’impression qu’il y a 1000 personnages inconnus qui débarquent à l’improviste dans l’histoire alors que pas du tout :rire:

Ça m’a beaucoup déroutée quand je suis arrivée en Pologne parce que dans ma tête de française diminutif=surnom=truc réservé aux proches voire aux très proches. Mais non, les gens adorent s’appeler par leur diminutif et surtout inventer de nouveaux diminutifs pour les prénoms très courant ! C’est très bizarre pour moi qui déteste les surnoms et aussi parce que je ne réponds qu’à mon prénom (comme un chat finalement :yawn:) mais personne ne sera choqué si on nomme quelqu’un de 4 manières différentes dans la même conversation. De mon point de vu d’étrangère, j’ai l’impression que ça désacralise l’idée du sacro-saint prénom que tes parents te choisisses parfois avant que tu soies conçus et qui va te suivre toute ta vie no matter what.
 

Camility Jane

pragmatique jusqu'à l'absurde
24 Septembre 2019
123
1 217
304
@Aesma
Alors oui, ça peut simplifier un changement en cas de transidentité et/ou extraire des normes de genre, mais vu mon vécu (en premier prénom) ça aurait plutôt l'effet inverse:
Quand tu es à l'école et que les autres te disent "et pourquoi tu n'as pas un prénom de fille ?", "pourquoi tu t'appelles comme le monsieur barbu qui a écrit la musique (éclats de rire parce que c'est trop drôle)" et ben tu pleures, déjà (parce que rejet du groupe). Et puis tu fais des efforts pour prouver que t'es une "vraie fille" pour t'intégrer dans le groupe. Ce qui est l'effet inverse de ce que vous recherchez en donnant des prénoms mixtes à vos enfants.
Tout au long de ma vie, j'ai dû préciser "je suis une fille" et à force de me l'entendre dire, je suis rentrée dans un schéma malsain: je suis de sexe féminin, il faut le préciser parce que j'ai un prénom mixte, je passe ma vie à dire "je suis une fille", si je le dis ça doit être vrai (et je passe beaucoup d'énergie à dire que je suis une vraie fille et assez peu à réaliser qu'au fond ce n'est pas ce que je veux et qu'il faudrait que j'arrête).

J'ai aussi passé dans ma vie beaucoup trop de temps à faire attention à ce qu'il y ait une photo sur mes CVs (la raison ici), ou un adjectif en "ée" dans mes mails afin que mes interlocuteurs puissent me genrer correctement dans leurs mails de retours (parce que le "Bonjour Monsieur," ça me fatigue...). Parce qu'avoir un prénom mixte laisse effectivement planer le doute. Et quand tu as un papier officiel au nom de M. Camille ***, ben tu dois faire des pieds et des mains pour faire valoir tes droits (et dire à l'autre que "oui, il y a écrit monsieur mais c'est une erreur").

Désolée de m'étaler mais je voulais juste rappeler que le prénom mixte n'a pas que des avantages et a aussi son lot d'inconvénients.
 
4 Juillet 2018
57
944
444
Suite à une conversation avec une copine sur la transidentité il y a plusieurs années j'avais décidé que si j'avais un gosse un jour il aurait au moins un prénom mixte voire carrément un prénom de l'autre genre en deuxième ou troisième prénom.
Dans les milieux cathos tradis (voire très tradis), il est courant de donner Marie en deuxième ou troisième prénom aux garçons, même si ce n'est probablement pas dans le but de rendre plus simple la transidentité :lunette:
J'aime bien l'idée de donner un prénom de l'autre genre en deuxième ou troisième prénom, cela laisse plus de choix dans les prénoms (parce que beaucoup ont quand même un genre très marqué) et l'enfant peut assez facilement changer l'ordre de ces prénoms, et cela semble éviter les inconvénients dont tu parles @Camility Jane.

Sinon j'ai aussi eu plusieurs élèves qui n'utilisaient pas leur premier prénom - souvent parce qu'il est très fréquent chez les sexagénaires - et qui demandaient à ce qu'on les appelle par un autre prénom, parfois leur deuxième prénom, parfois un qu'ils avaient choisi eux-mêmes, et ça m'a toujours paru évident de respecter ça, je ne savais pas que ça pouvait faire débat ! Bon après j'avoue que devant les parents ou par écrit j'évite d'utiliser les prénoms dans ces cas-là, je ne sais souvent pas s'ils sont au courant et ça pourrait créer des situations un peu délicates.
 

Asphodel.

(ex-Serena Snape)
3 Juin 2021
32
559
79
@Camility Jane de mon côté, j'ai souvent eu l'impression que mon prénom me réduisait trop facilement à mon sexe dans l'enfance ("oh c'est une fille/oh tu as une sœur" d'un air tout attendri quand ma famille me désignait par mon prénom dans une conversation) ou, plus tard, créait certaines attentes stéréotypées chez des personnes qui ne m'avaient encore jamais vue (on m'a déjà renvoyé plusieurs fois qu'avec un tel prénom, on s'imaginait une physionomie voire une silhouette plus féminines, un caractère plus doux, pas ce genre de look, bref qu'on ne s'attend pas "à ça"). J'ai toujours été "mademoiselle", puis "madame", sans ambiguïté à la seule lecture de mon prénom. Ça induisait que je devais forcément me sentir femme, ou du moins m'efforcer de le croire, puisque c'était systématiquement ce qu'on me renvoyait. Je me sentais modelée par lui. J'ai eu un rapport compliqué à mon prénom jusqu'à mes 16 ans (pas uniquement pour cette raison), maintenant beaucoup moins paradoxalement ; mais oui, du coup je suis assez "pro"-prénoms mixtes.

Aussi, j'ai l'impression qu'en France, les gens ponctuent beaucoup leurs phrases par le prénom de la personne. C'est lourd. C'est le genre de conventions sociales de l'enfer qui mériteraient d'être bannies (au même titre que la bise) et elle peut facilement accentuer le malaise. Je ne l'ai jamais observé de manière aussi marquée ailleurs, mais je suis très loin d'avoir parcouru le monde, donc je l'associe peut-être à tort à une tendance très française.

Après je pense honnêtement que l'enfant peut être exposé aux moqueries dans les 2 cas. Le réel problème n'est pas son prénom ou son genre, mais le fait qu'on vive encore dans une société très binaire et normée. J'irais même jusqu'à dire que les gens trouveront toujours un prétexte quel qu'il soit pour railler et que l'être humain n'est de toute façon pas bon par nature (#misanthrope). Donc à partir de là...

C'est intrinsèquement lié à notre vécu mais c'est vrai que je n'avais pas réalisé que, dans certains cas, ça puisse être contreproductif, et pousser l'enfant à s'enfermer dans une petite case au lieu de l'en affranchir. Ton témoignage me fait réfléchir.
 
Dernière édition :
23 Janvier 2014
6 911
29 929
3 404
@Sally L. Les messages sur les prénoms slaves ont été édités donc je ne les ai pas lu mais oui en effet, d'ailleurs je crois que c'est également le cas en Espagne où certaines familles transmettent le même prénom de père en fils et la différence se fait via un surnom (le GP se fera appeler Fran, le père Paco, le fils Paquito, le PF Cisco...) - je ne suis pas du tout fan de ça d'ailleurs, je trouve ça assez déshumanisant d'avoir le même prénom que tes aïeul·es (et puis c'est rasoir aussi :ninja:)

Après j'ai l'impression que ce n'est pas du tout le cas ailleurs, et c'est de moins en moins le cas - récemment la famille royale brit-brit a vu la naissance d'un petit Archie (diminutif d'Archibald) - et en France on utilise depuis un certain temps tel quel des prénoms qui sont à la base des surnoms : typiquement Margot c'est le diminutif de Marguerite et si je connais beaucoup de représentantes du 1e prénom je n'en connais aucune pour le second. Si on regarde un prénom comme Élisabeth y a eu plein de dérivés et de diminutifs qui sont aujourd'hui très répandus : Isabelle, Elsa, Betty, Lise... À l'inverse Nina qui est un prénom également très courant aujourd'hui a des origines très floues car c'est un diminutif ou dérivé de multiples autres prénoms : Antonina, Cristina, Hannah, Giovanna etc.

J'ai des origines bretonnes et j'aime énormément les prénoms celtes et le son "ig" ou "ick" en fin de nom est une marque d'affection (d'où Annick ou Anaïg qui sont les équivalents bretons de Annette ou Annie) et aujourd'hui on trouve même des petites Naïg (je suis si fan de ce prénom que je trouve tout doux et pétillant :puppyeyes:)

Du coup ça me semble vraiment dans l'ère du temps et même logique dans le processus d'appropriation des prénoms - d'autant que la législation a changé en 1993 et que l'attribution des prénoms est beaucoup moins stricte qu'avant (et qu'il a fallu plusieurs années pour que ça se ressente)

@Camility Jane Je porte un prénom plutôt rare, la plupart des gens ne le connaissent pas, le prononce mal ou m'appelle par un prénom vaguement proche (mes élèves sont des pros pour ça : "Elle est où Mélanie ?" bien tenté mais c'est raté, la dame elle s'appelle Milena ; "Mais Benjamin il m'a dit oui !" encore perdu ! Ben c'est pour Benoît mais continue c'est rigolo :lunette:) et lorsqu'iels le connaissent c'est grâce à une chanteuse qui a connu son pic de popularité alors que je me trouvais... au collège. Donc les moqueries sur le prénom et le rapport compliqué avec celui-ci j'avoue que je connais plutôt bien (j'ai d'ailleurs eu plusieurs fois le droit au M. sur les enveloppes - mais je pensais que l'administration était simplement stupide et sexiste - et mon prénom est mal orthographié 2 fois sur 3). J'ai une pote qui porte un prénom très courant et vraiment masculin (ses parents avaient dû faire une demande à la préfecture, c'pour vous dire !) et qui travaille dans un milieu très masculin aussi, apparemment ce fut assez folklo pour ses stages ou ses entretiens d'embauche où les mecs qui attendaient un gros malabar se retrouvaient face à une petite meuf mais je n'ai pas l'impression qu'elle le vive particulièrement mal ou essaye de surcompenser en boostant sa féminité de manière artificielle.

Après j'ai l'impression aussi que le ressenti sur les prénoms dépend quand-même de beaucoup de facteurs et notamment du contexte de première rencontre ou des gens marquants qui le portent. Mon prénom est mixte mais y a extrêmement peu d'occurrences masculines en France et récemment en me présentant à un inconnu il m'a sorti "Ah tiens t'es pas un garçon", le mec connaissait l'un des rares porteurs et dans sa tête il associe ce prénom au masculin, de la même façon j'associe maintenant le prénom de la copine évoquée + haut au féminin car même si je connais des dizaines de mecs qui portent ce prénom ben quand je l'entends je pense à cette pote en premier lieu. J'ai découvert hyper récemment que Lucien était un prénom de vieux alors que pour moi c'était un prénom "normal", vu que c'était celui d'un garçon qui a fait toute sa maternelle + primaire avec moi et je vous raconte pas le choc que ça a été la première fois que Albert (un de mes chouchous au collège) s'est présenté et que j'ai dû forcer mon cerveau à associer ce prénom "vieillot" à cette petite bouille haute comme 3 pommes qui me parlait de "La maîtresse" (maintenant ça va mieux).

D'ailleurs ça explique peut-être que tu aies vécu autant de dénigrement pour ce prénom parce que si c'est un prénom mixte il est quand-même 2 fois + donné aux filles qu'aux garçons (je connais pleeein de meufs qui porte ce prénom alors que j'ai dû rencontrer 1 seul mec qui le portait, ça me parait si étrange que tu aies un tel vécu, et atroce :oo:)

J'ai perso un ressenti de mieux sur les prénoms au niveau des nouvelles générations, mes collègues et moi sommes beaucoup + prompt·es à juger les prénoms que les élèves et les rares prénoms qui semblent soulever des railleries sont plutôt les prénoms nettement marqués en terme de générations (comme le disait @Alzire) j'ai aussi le ressenti que ces gosses sont tellement + en avance que nous sur la déconstruction des normes de genre et qu'iels s'en foutent un peu de si ça fait "fille" ou si ça fait "garçon". Ça les empêche pas de s'insulter de "pédé" ou de "pute" mais je vois une nette différence par rapport à ce que j'ai pu vivre quand j'étais au collège (et même au lycée ou en post-bac)
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes