Anthony, victime de violences sexuelles, raconte son histoire

@Hipolito
Aucun problème! Si l’echange est vif c’est qu’il a le mérite de remuer des choses interessantes :happy:

@Hervée
Je n’ai pas l’impression que la Mad qui parlait de ça disait que c’était le seule point de vue, j’ai plutôt interprété ça comme un degré d’analyse supplémentaire qui m’a paru assez pertinent. Mais je ne suis pas intervenue dans le débat pour accréditer ou non cette analyse donc je n’aurais pas grand chose à dire sur les chiffres évoqués et/ou la méthode utilisée.
D’autre part je ne dirais pas que le féminisme soit « un phénomène », ni q’etudier Un aspect d’un phénomène n’amoindrisse les autres :hesite:
Tout le monde a un peu sauté sur la Mad en question comme si remarquer une chose excluait toutes les autres, ça m’a semblé injuste c’est à peu près tout :fleur:
 
J'ai peut-être une idée de ce qui pourrait expliquer ces mauvaises réactions de féministes face aux violences sexuelles faîtes aux hommes : ( Attention ce n'est pas une excuse!!)
Les féministes se battent contre une situation d'injustice dans la société. Une inégalité qui se traduit au travail, dans la famille, la culture, les sciences etc. Et dans les crimes et délits sexuels, puisque les femmes sont plus nombreuses (bien que pas les seules ) à être victimes.
Pour rétablir cet équilibre, revenir à une situation juste, il y aurait deux solutions :
-Supprimer les violences sexuelles faîtes aux femmes
Ou (Attention je me fais l'avocat du diable)
- Augmenter les violences sexuelles faîtes aux hommes.
Je ne vois pas qui pourrait opter pour la deuxième solution. Mais les femmes violeuses et harceleuses agissent dans cette démarche (consciemment ou non).
En tant que féministe et femme je n'ai pas envie de partager quoi que ce soit de commun avec elles. Et je comprends qu'on ait envie de nier leur existence : elles entâchent le mouvement féministe.(pourtant on a tord ,car par la même ,on nie les victimes)
Notamment parce que nous sommes en train de construire «Qu'est ce que c'est être une femme?» loin de Princesse Sarah Et on veut que ce soit quelque chose de beau, d'inspirant...
On n'a pas envie d'entendre «Être une femme, c'est aussi violer un homme» et pourtant parfois c'est vrai.

Alors, maintenant qu'on a commencé à s'occuper de la minorité «femme» on pourrait s'occuper des autres, comme celle des hommes victimes par exemple.
L'écriture inclusive pourrait être un début pour les articles sur le sujet, par exemple.
 
  • Big up !
Reactions : Asilentio
c'est assez 'drôle', les hommes sont tellement habitués à voir leur genre comme le neutre qu'ils ne se sentent pas inclus quand c'est genré au féminin, alors qu'ils trouvent ça normal que les femmes se reconnaissent dans le masculin neutre/critique le combat pour l'écriture inclusive). A un moment il faut arrêter de descendre le féminisme ET en même temps exiger de lui qu'il mène vos combats, et surtout après s'étonner que les féministes ne soient parfois plus très enclines à accepter la parole des hommes. C'est toujours à nous de prendre sur nous, à un moment c'est bon, y en a marre.
Je ne suis pas d'accord avec tout, mais là je plussoie à fond !!
 
@Roppongi
Par exemple, on peut se définir petit bourgeois (sans l'être au sens premier de la définition) parce qu'on se juge ainsi par rapport à notre environnement. Si on vient d'un milieu très difficile, le fait d'avoir accès à certaines chances (par exemple) peut faire qu'on se classe ainsi (si dans l'environnement un des parents est en général sans emploi, le fait d'avoir deux parents qui travaillent au salaire minimum à temps plein et à mi-temps peut faire qu'on se perçoit ainsi parce que ça permet d'accéder à des choses auxquelles les autres ont pas, ou moins, accès).
Le terme "petit-bourgeois" est très connoté donc je suis pas d'accord avec cette affirmation. Que des personnes issues de classes populaires se voient comme de classe moyenne, comme "à l'aise", comparativement à leur environnement, oui, mais de là à utiliser le terme "petit-bourgeois" (terme connoté idéologiquement qui ne renvoit pas qu'à la question de l'argent mais à des habitus de classe)... non?

Perso dans le discours d'Anthony, d'extrême gauche qui se voit / se dit prolétaire tout en se déclarant issu d'un milieu petit-bourgeois je vois le discours extrêmement classique de certaines personnes d'extrême-gauche issus de milieux bourgeois ou aisés qui vivent dans leur déni de leur classe sociale (et donc des privilèges de classe dont ils ont pu bénéficier et bénéficient encore) pour des raisons idéologiques (sans que ça soit forcément conscient). C'est comme ça qu'on se retrouve avec les fameux discours sur les "1% qui ont tout" bla bla.

Après, avec tout ce qu'à dû traverser Anthony dans sa vie, et le fait que ça soit dans le cadre de relations de pouvoir, notamment de classe (patron), rajouté au fait que peut-être il y ait des soucis scolaires / dyslexie, etc, c'est assez normal de se voir en bas de l'échelle sociale.


Globalement je pense que les discours manichéens, en noir et blancs, qui opposent systématiquement les dominants vs les dominés, discours manichéens qu'on retrouve aussi bien chez des marxistes que chez des féministes, n'aident pas (et encore moins n'aident Anthony).
L'intersectionnalité à la base c'est non pas ces oppositions binaires mais des axes de dominations, notamment pour la classe sociale, des axes, pas deux points, on peut se situer plus ou moins près d'un côté ou de l'autre de ses axes,
Aussi, ces axes s'entrecroisent, ce qui veut dire que oui Anthony possède un privilège masculin. Mais ce privilège, s'il est associé avec d'autres oppressions, peut lui être complètement inutile dans certaines situations : si vous avez des privilèges masculins mais que vous n'avez par exemple pas de privilège de classe et / ou de couleur, etc, dans la situation d'une patronne abusive, bah le privilège masculin il existe toujours sauf que dans cette situation là il ne va pas être opérant.

C'est pour ça que je trouve qu'il est important de rappeler que les privilèges, ils se voient tout particulièrement quand les autres statuts égaux : par exemple les hommes prolétaires sont à la fois dominés (classes sociales supérieures) et dominants... notamment envers les femmes prolétaires. Ne pas rappeler ça quand on parle de privilèges masculins ou de privilèges de couleur c'est prendre le risque de se voir brandir des oppressions "autres" pour minorer ces privilèges.
Bref tout ça pour dire qu'on est pas que privilégié / dominant ou dominé, y'a des tonnes d'axes d'oppressions qui entrent en compte, plein de dynamiques différentes, et dès qu'on sort du classique schéma manichéen "homme cis hétéro blanc aisé valide" vs les autres, ces dynamiques font qu'on devrait éviter le manichéisme je trouve, surtout quand on regarde des situations personnelles.
 
Dernière édition :
Je reviens dessus parce que j'ai oublié de mentionner un truc dans mon premier commentaire.
Je comprends son rejet du féminisme suite à sa mauvaise expérience sur un site internet. J'ai eu moi aussi une expérience déconcertante il y a plus de deux ans et ça m'a rendu très triste. Ce n'était évidemment pas aussi violent et je ne peux donc qu'imaginer comment il a pu se sentir après, au vu de comment moi ça m'a affectée.
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 
En tant que féministe et femme je n'ai pas envie de partager quoi que ce soit de commun avec elles. Et je comprends qu'on ait envie de nier leur existence : elles entâchent le mouvement féministe.(pourtant on a tord ,car par la même ,on nie les victimes)
Notamment parce que nous sommes en train de construire «Qu'est ce que c'est être une femme?» loin de Princesse Sarah Et on veut que ce soit quelque chose de beau, d'inspirant...
On n'a pas envie d'entendre «Être une femme, c'est aussi violer un homme» et pourtant parfois c'est vrai.
Je ne suis pas trop d'accord avec toi sur ce point-là. Pour moi le mouvement féministe c'est un mouvement qui là pour donner les mêmes droits que ceux qu'ont les hommes. Ça passe aussi par sortir la définition de la femme en dehors des stéréotypes de genre du système patriarcal. Or c'est le système patriarcal qui voit dans les femmes/veut en faire des êtres dans la care incapable de violences envers autrui (car c'est bien pratique, comme ça elles chercheront pas se rebeller).
Du coup le féminisme c'est aussi déconstruire ce mythe de la femme parfaite, pour que la société arrête de traiter les femmes différemment des hommes, et qu'on soit tous vu comme des êtres humains. Et un être humain, eh bien oui, ça peut violer, ça peut tuer.

Perso, et je pense que c'est le cas de pas mal de femmes/féministes, on ne veut pas qu'être une femme ce soit beau et inspirant, non merci on veut pas quitter la pression du système patriarcale pour une autre forme de pression. On veut juste pouvoir vivre notre vie. Et je me sens du coup pas entachée en tant que femme ou en tant que féministe quand une femme fait une connerie, car contrairement au patriarcat, je n'exige pas qu'un femme soit à chaque insant de notre vie une représentante de notre genre. C'est le patriarcat ça qui veut faire croire et voudrait que toutes les femmes soient les mêmes et que si une fait une connerie eh bien c'est que forcément toutes les autres sont programmées à faire de même, pas le féminisme. Le féminisme se bat et pour qu'on reconnaisse l'unicité de chaque femme, hors des clichés de la fâââme, et pour qu'on est tout.e.s les mêmes droits, qu'on soit une princesse Disney ou la dernirèe des ordures, pas pour que l'on mette les femmes sur un piédestal.

(Désolée, c'est assez confus, j'arrive pas à bien faire ressortir mon idée j'ai l'impression, j'espère que tu comprends ce que je veux dire par là ^^')
 
Du coup le féminisme c'est aussi déconstruire ce mythe de la femme parfaite, pour que la société arrête de traiter les femmes différemment des hommes, et qu'on soit tous vu comme des êtres humains. Et un être humain, eh bien oui, ça peut violer, ça peut tuer.

Perso, et je pense que c'est le cas de pas mal de femmes/féministes, on ne veut pas qu'être une femme ce soit beau et inspirant, non merci on veut pas quitter la pression du système patriarcale pour une autre forme de pression. On veut juste pouvoir vivre notre vie. Et je me sens du coup pas entachée en tant que femme ou en tant que féministe quand une femme fait une connerie
Je suis tout à fait d'accord.
Mais il y a certaines féministes qui préfèrent aussi laisser dans l'ombre les côtés négatifs et humains des femmes. En considérant sans doute (à tort à mon avis) que montrer les femmes telles qu'elles sont affaiblirait leur combat.
 
Je ne suis pas trop d'accord avec toi sur ce point-là. Pour moi le mouvement féministe c'est un mouvement qui là pour donner les mêmes droits que ceux qu'ont les hommes. Ça passe aussi par sortir la définition de la femme en dehors des stéréotypes de genre du système patriarcal. Or c'est le système patriarcal qui voit dans les femmes/veut en faire des êtres dans la care incapable de violences envers autrui (car c'est bien pratique, comme ça elles chercheront pas se rebeller).
Du coup le féminisme c'est aussi déconstruire ce mythe de la femme parfaite, pour que la société arrête de traiter les femmes différemment des hommes, et qu'on soit tous vu comme des êtres humains. Et un être humain, eh bien oui, ça peut violer, ça peut tuer.

Perso, et je pense que c'est le cas de pas mal de femmes/féministes, on ne veut pas qu'être une femme ce soit beau et inspirant, non merci on veut pas quitter la pression du système patriarcale pour une autre forme de pression. On veut juste pouvoir vivre notre vie. Et je me sens du coup pas entachée en tant que femme ou en tant que féministe quand une femme fait une connerie, car contrairement au patriarcat, je n'exige pas qu'un femme soit à chaque insant de notre vie une représentante de notre genre. C'est le patriarcat ça qui veut faire croire et voudrait que toutes les femmes soient les mêmes et que si une fait une connerie eh bien c'est que forcément toutes les autres sont programmées à faire de même, pas le féminisme. Le féminisme se bat et pour qu'on reconnaisse l'unicité de chaque femme, hors des clichés de la fâââme, et pour qu'on est tout.e.s les mêmes droits, qu'on soit une princesse Disney ou la dernirèe des ordures, pas pour que l'on mette les femmes sur un piédestal.

(Désolée, c'est assez confus, j'arrive pas à bien faire ressortir mon idée j'ai l'impression, j'espère que tu comprends ce que je veux dire par là ^^')
Oui je comprends ce que tu dis, et ... ça se tortille dans ma tête ! Je crois que j'essaie dans mon boulot, d'être une représentante de mon genre pour faire bouger les choses. Et c'est complètement con !(et épuisant...) Et en fait ce que je veux de beau et inspirant c'est quelque chose pour moi, pas universel...
Bon je vais aller réfléchir, je reviendrai p'tet' ...
Merci pour ta réponse en tout cas !
 
  • Big up !
Reactions : zazouyeah
Je fais remonter ce sujet à l'occasion d'un entretien paru dans Télérama n° 3611 30 mars-5 avril avec Valérie Rey-Robert, auteur d'un essai intitulé "Une culture du viol à la française. Du troussage de domestique" à la "liberté d'importuner".
Petite précision ;) : Valérie Rey-Robert tient le blog "Crêpe Georgette" que certaines MadmoiZelles connaissent bien, si je ne me trompe...

Dans cet entretien, l'auteure-blogueuse dit beaucoup de choses intéressantes sur la culture du viol en Occident.
Mais, sans surprise, elle envisage la question sous un angle exclusif : les femmes violées, les hommes violeurs. "Nous apprenons aux filles à ne pas être violées, apprenons aux garçons à ne pas violer" dit-elle.
Certes, sur l'importance de l'éducation, elle a raison, mais quand même, quelle vision binaire des humains...

Je comprends bien son affirmation selon laquelle "le viol est un phénomène de société", sous-entendu : subi par les femmes.
Cela doit-il conduire à ignorer le viol des hommes, à le traiter comme quantité négligeable et embarrassante ?
A propos de l'éducation des filles (potentielles violées) et des garçons (potentiels violeurs), Valérie Rey-Robert précise que l'on "ne peut continuer à ignorer que 98 % des violeurs sont des hommes".
D'où sort-elle ce pourcentage ? Le pourcentage des femmes auteures, effectivement très minoritaire, est cependant discuté, et sous-estimé, pour diverses raisons.
Et surtout, quid des hommes violés ? 0 % ? (Anthony appréciera)

"Georgette" déclare également "que les idées reçues sur le viol sont une conséquence du sexisme".
Je suis d'accord. Sauf à préciser que parmi ces "idées reçues", figurent celles de l'homme inviolable, de la femme forcément victime, et alimentent, aussi, le sexisme (les femmes sont faibles/gentilles, les hommes sont forts/agressifs).

Evoquer les violences (notamment sexuelles) faites aux hommes (par des hommes et parfois des femmes) - sans nier leur caractère minoritaire - ce n'est pas seulement un devoir humain, cela relève aussi du combat féministe, à mon sens.

En retrouvant ce point de vue dans certains articles de MadmoiZelle, et chez certaines Mad, je me sens un peu moins seule..
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes