Donner plus que je reçois. Accepter qu'on critique mes choix en me faisant croire que je ne vaille pas le coup. Les personnes toxiques qui en ont absolument rien à faire de mes rêves, de mes choix et essaient de transférer leur vie pourrie sur moi, je les jarte.
 
Je rajoute à cette liste : Ne pas être jalouse ! Il y a pas longtemps dans les méandres de youtube je suis tombée sur une vidéo où une fille en engueulait une autre au téléphone, qu'elle ne doit plus appeler X pour les soldes, pour la dernières sortie ciné, etc filmé de telle sorte que tout le monde pense que X c'est le petit-ami de la fille qui s'énerve sauf qu'au bout d'un moment elle dit "'cause it's me her best friend, not you bitch" puis elle passe le téléphone à une fille (la BF) qui dit à celle au bout du fil qu'elle est désolé mais elles vont devoir moins se voir ...
Franchement il y a de quoi en être malade de ce sentiment, par exemple je peux en avoir rien à faire que mon copain soit allait au concert d'un artiste que j'aime mais si c'est une amie qui y est allée avec quelqu'un d'autre je vais me sentir trop mal, me demander pourquoi elle m'a pas demandé de me joindre à elles, pourquoi c'est mieux avec cette autre fille plutôt que moi etc ><
Un autre point abordé dans l'article : Ne pas s'attendre à recevoir autant que l'on donne. Pour moi l'amitié c'était du donnant-donnant mes attentes envers les autres me faisaient tellement mal que je me suis dit que c'est plutôt donnant-advienne ce qu'il pourra et être heureuse de ce qu'on reçoit, car visiblement tout le monde n'a pas la même vision d'amitié. Je m'explique, je suis du genre à quand une amie à besoin de quelque chose, recherche un stage ou un appart, je vais faire des recherches de mon côté pour l'aider, je prends plus ou moins régulièrement des nouvelles, au minimum aux moments importants comme après les périodes d'examens pour celles étudiantes et quand certaines voyagent je leur demande comment ça se passe. Malheureusement pas beaucoup font de même pour moi, ce qui me fait de la peine.
Une psy s'amuserait pas mal à analyser mon cas non? XD
 
Dernière édition:
@jorda Si j'avais été à ta place, ça n'aurait pas marché non plus:sad:! J'aurais vraiment eu beaucoup de mal à le fréquenter aussi souvent, je trouve que tu as vraiment bien tourné les choses elle aurait dû très bien le prendre et l'accepter:puppyeyes:. Mon histoire c'est plutôt que j'ai vu son copain à de rares reprises, je ne le connaissais pas, mais je voulais être amie avec lui parce qu'il était le copain de ma meilleure amie tout simplement ... Et un jour, j'ai passé une semaine chez eux et ça s'est mal passé avec lui, parce que je l'ai vraiment découvert à ce moment-là. Ce n'est pas une mauvaise personne, mais je suis assez libre et je me sentais étouffée un peu à cause de lui et en plus j'étais en période d'exam... Ma meilleure amie le défendait, parce que pour elle, il était celui qui avait raison pour pas mal de choses.. Je me suis demandée si sans qu'elle en ait conscience, il était pas en train de la bouffer par sa personnalité à lui. C'est ça que je trouve le pire. J'avais et j'ai toujours l'impression qu'elle est devenue comme lui, dans sa façon de penser et d'agir.. Et le pire c'est qu'il connaissait des choses personnelles sur moi, que je ne voulais pas qu'il sache. Je me sentais jugée à la fois par elle et son copain. C'est triste mais souvent l'amour passe avant l'amitié :erf:..
 
Dernière édition:
Le problème c'est qu'après des années de relation amicale avec quelqu'un, il est très difficile de faire évoluer la relation. Parfois c'est vrai, il vaut mieux passer par une rupture et repartir sur de bonnes bases avec d'autres personnes (même si c'est très douloureux !).
Avec ma meilleure amie, on avait véritablement une relation dysfonctionnelle avec d'un côté moi qui faisait en sorte d'être toujours présente quand elle en avait besoin et elle qui ne faisait pas d'effort puisque de toute façon j'en faisait suffisamment pour deux.
Pour l'avoir vu, ces relations avec d'autres copines étaient très différentes, sans doute parce que le côté dysfonctionnel n'avait jamais été présent. On a essayé d'en discuter mais elle n'a pas compris ce que je lui reprochait et ça c'est très mal fini alors qu'on se connaissait depuis 15 ans.
On avait clairement toutes les deux une responsabilité là-dedans et si c'était à refaire je poserais des limites dès le départ avant que la relation ne pourrisse comme ça !
 
Bien que je déteste Mélanie Laurent, je trouve que son film "respire" décrit avec justesse ce genre d'amitiés fusionnelles toxiques (même si la fin est plus que merdique). Je me suis complétement retrouvée dedans ! Moi aussi j'ai rompu avec ma meilleure amie du lycée une fois arrivée à la fac, il m'a fallu une bonne dose de cran mais je l'ai jamais regretté ! merci pour cet article
 
  • Big up !
Reactions: Allitché
Un truc que je me sens reproche depuis longtemps et que je voudrais dire à un excellent ami : je ne suis pas ta psy.
Il a pas mal de problèmes personnels et de santé, et parfois c'est juste tellement pesant d'en parler tout le temps, sans arrêt... Toujours mal quelque part, toujours quelque chose qui ne va pas. Je veux dire, je suis là pour ca et c'est normal, mais on discute tous les jours et quand tous les jours je demande "ça va?" et qu'il y a quelque chose qui ne va pas ("j'ai mal à la tête", "j'ai mal au ventre", "j'ai mal dormi", "j'ai mal aux pieds", "j'ai chaud", "j'ai froid"...), au bout d'un moment c'est pesant... Et je culpabilise de penser ça, mais j'ai parfois l'impression qu'il ne parvient pas à voir les bons côtés.
Je l'aime énormément, on partage beaucoup et on se connaît depuis de nombreuses années, mais je n'ose pas lui dire "ce que tu dis me pèse". Je lui ai déjà suggéré d'aller parler à un psychologue de ses problèmes mais il refuse...

Je suis un peu partagée sur la question que tu soulèves.
Quand j'étais au plus fort de ma dépression, j'ai été cette amie, et, maintenant, quand je relis des messages que j'ai écrit à l'époque, j'ai vraiment honte et je m'en veux.
Et en même temps, je t'assure que "l'impression qu'il ne parvient pas à voir les bons côtés" me paraît injuste. Pour avoir du dealer avec deux maladies sérieuses -je suis sourde et j'ai une autre maladie-, au moment où j'étais dépressive, j'essayais à mort de voir les bons côtés des choses, mais j'avais l'impression d'une forme d'injustice dans cette injonction. Se plaindre, c'est envahir l'autre, et ça ne sert souvent à rien, mais c'était pour moi la seule manière dont j'arrivais à maintenir un lien. Il m'a été difficile d'affronter des problèmes de santé alors que j'étais relativement jeune, surtout quand ça se combine avec plein d'autres merdes qui te donnent l'impression que le sort s'acharne.
Je pense que tu devrais quand même lui dire, mais en essayant de respecter la méthode dont un article de Madmoizelle avait parlé "asserting needs rather than criticizing", qui serait bien mieux passé avec moi à l'époque que l'approche de mes amis - j'allais déjà chez un psy qui était un des types les plus sinistres que j'ai jamais croisé.
Paradoxalement, c'est quand mes deux meilleurs amis ont coupé les ponts avec moi, et après des péripéties, que j'ai commencé à aller d'abord très mal, puis beaucoup mieux. Je ne suis pas sûre que la méthode de l'électrochoc convienne à tout le monde, ceci dit. Moi, j'ai un peu du mal à entendre, donc ça peut être utile. :cretin:
 
Dernière édition:
La rupture amicale est tellement une délivrance parfois, même si c'est atrocement douloureux.

Je regrette de ne pas avoir compris que le fait que j'avais l'impression qu'une de mes amies, pourtant gentille, me semble parler une langue étrangère, parce que nos systèmes de valeur se clashaient, voulaient dire qu'on était pas compatibles. On parle tout le temps de compatibilité amoureuse et beaucoup plus rarement de compatibilité amicale. Pourtant, il y a des choses qui malheureusement peuvent empêcher les gens d'être amis, même si leurs systèmes de valeur sont en fait bienveillants, comme c'était mon cas avec elle. On est toutes les deux féministes par exemple mais on a pas du tout les mêmes visions en matière de liberté sexuelle. Je lui parle encore de temps en temps, et j'aurais toujours de l'affection pour elle, mais ça a entamé la possibilité d'une amitié à l'âge adulte.

Actuellement, je suis en pleine rupture amicale-amoureuse, puisque j'ai rompu et ne parle plus avec un amant qui était aussi un ami depuis presque trois ans, et avec lequel j'avais une relation que je croyais proche; mais en fait, plus ça va, plus je me rends compte que notre amitié me drainait et que même si ça fait un mal de chien, qu'il me manque aussi, d'une certaine manière, et que je suis très frustrée- et pas que sexuellement-, putain, je l'ai échappé belle. Je ne suis plus aussi fatiguée, anxieuse, et je n'ai plus cette sensation de détresse que j'avais souvent. Et je suis en même temps en colère contre moi, pour avoir laissé filer, laissé passer des comportements inacceptables, en amitié ou en amour, d'ailleurs. C'est horrible à dire, mais une relation où quelqu'un "utilise" l'autre ne peut être une relation amicale; de même, la critique est saine, mais pas le double standard.
Je dois dire qu'entre autres moments qui me laissent vertes, il y a eu deux highlights:
1) "Je bois parce que tu me rends anxieux": je déconseille à quiconque de se laisser culpabiliser par cette merde. Un addict boit parce qu'il est addict, point. Vouloir l'aider est une autre histoire.
2) Je crois qu'il faut faire une différence en amitié entre le moment où l'autre vous encourage à faire des projets et à aller de l'avant - ça, c'est super cool- et le moment où il essaie de vous imposer les projets qui selon lui vous conviennent le mieux :top: :mur: :rire: -genre, reprendre la danse classique pour moi alors que j'ai passé 15 à détester en faire et que j'ai arrêté dès que j'ai pu et que je lui avais dit.

Bon, j'arrête les récriminations, mais comme dit l'adage, si tu te sens utilisé(e), il y a de très fortes chances que tu le sois. Et, au risque d'être bateau, c'est pas du tout la base d'une amitié. Même si tu es assez seul(e), ce qui est mon cas, sérieusement, ami(e) madz, ne te lance pas dans cette merde. Peace out.:fleur:
 
Merci de ta super réponse ! Je suis d'accord, c'est pour ça que je ne lui dis rien, je culpabilise pas mal et je ne veux pas du tout qu'il ne se sente plus libre de me raconter sa vie. Je lui ai déjà dit doucement qu'un psy serait plus à même de l'aider à gérer son stress et ses maladies psychosomatiques, mais il ne le souhaite pas. Mais jamais je ne lui dirais que ca me soûle ou qu'il doit se forcer à voir le bon côté des choses (tu as raison c'est pas malin de dire ça), c'est juste que ses douleurs et ses problèmes se répercutent sur moi et c'est très pesant, c'est tout. Même si je suis impressionnée de la confiance qu'il m'accorde.
Évidemment, les amis c'est pas que la rigolade, mais quand c'est que les problèmes c'est vraiment dur à vivre aussi... En tous cas je suis contente que tu ailles mieux ! Et vraiment merci de ton message, ça me permet de voir l'autre versant, je comprends mieux je crois pourquoi il fait ça.

(Si tu veux que je te décite dis-moi ! :fleur:)

Pas de problème pour les quotes; je comprends les gens qui aiment pas se faire citer, mais je trouve que ça aide à la lisibilité, mais c'est chou de demander :bouquet:

C'est normal pour le message; si je peux aider...

Il est difficile de se distancier sans avoir l'impression de laisser tomber la personne mais ne culpabilise pas: tu as plus que droit à dire "non". Je me mêle sans doute de ce qui ne me regarde pas, mais peut-être pourrais tu lui proposer des activités impliquant moins de parler, par exemple, le cinéma ou même certains sports- s'il le peut dans son état. Lors d'une balade à vélo, les contacts sont moins nombreux. C'est un peu de la triche, mais ça peut te soulager. J'ai aussi trouvé utile de "recalibrer" les échanges. Typiquement, avec l'ami avec lequel j'ai rompu les ponts, je n'ai plus répondu de suite, mais une, deux, trois heures après, et j'ai décru la longueur de mes réponses, interactions. En y allant progressivement, tu peux aussi parvenir à te protéger, toi.
 
  • Big up !
Reactions: Gadda

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes